Mon compte
    La Chute de la maison Usher
    La Chute de la maison Usher
    5 octobre 1928 en salle / 1h 05min / Drame, Epouvante-horreur
    De Jean Epstein
    Par Jean Epstein, Edgar Allan Poe
    Avec Jean Debucourt, Marguerite Gance, Charles Lamy
    VOD
    Spectateurs
    3,9 119 notes dont 19 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis

    Lord Roderick Usher, inquiet pour sa compagne, souffrante, accueille dans sa demeure à l'atmosphère étrange et oppressante un ami d'enfance, après l'avoir appelé à l'aide.

    Regarder ce film

    En VOD
    LaCinetek Location dès 2,00 €
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 47,90 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Acteurs et actrices

    Jean Debucourt
    Rôle : Sir Roderick Usher
    Marguerite Gance
    Rôle : Madeleine Usher
    Charles Lamy
    Rôle : Allan, The Guest
    Fournez-Goffard
    Rôle : The Doctor
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 22 octobre 2011
    Inspirée de deux romans de Edgar Allan Poe, Jean Epstein nous transportes dans cette univers à la fois sombre et envoûtant à travers un film muet avant-gardiste de la fin des années 20. Sur les thèmes de l'amour, de la mort et peut-être même du deuil, le film se passe tranquillement sur une atmosphère glauque et étrange avec comme musique de fond des airs lyriques ou médiévaux qui donne un tout autre aspect à la scène. Le film se ...
    Lire plus
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    5,0
    Publiée le 10 juillet 2009
    L’être effacé par sa représentation et son retour dévastateur. La vengeance de l’anima… Le film prend à l’expressionnisme les jeux de contrastes entre les ombres et les lumières, l’expressivité des visages. Le surnaturel est suggéré par le symbolisme des images et leurs traitement cinématographiques : surimpressions, ralentis et suspensions d’actions, flous vaporeux… Ça rappelle le « Vampire de Dreyer. La musique ...
    Lire plus
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 349 abonnés Lire ses 2 372 critiques

    4,5
    Publiée le 19 juin 2019
    Soucieux d’inscrire son cinéma dans la réalité et d’en saisir ce qu’elle peut avoir de fantastique – de la même manière qu’Honoré de Balzac recourait au fantastique dans Le Peau de Chagrin, par exemple, pour embrasser la réalité, contenant en elle-même le surnaturel –, Jean Epstein construit son adaptation de Poe comme une montée en effets : d’abord utilisé avec parcimonie, le langage cinématographique (ralentis, ...
    Lire plus
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 7 594 abonnés Lire ses 11 190 critiques

    4,0
    Publiée le 7 octobre 2016
    Le fantastique des nouvelles de Poe attira très tôt les cinèastes, et le metteur en scène français Jean Epstein fut l'un des premiers à tenter de recrèer au cinèma le monde et l'angoisse du nouvelliste amèricain! Rèalisèe en 1928, donc en muet, "La chute de la maison Usher" reste aujourd'hui encore l'une des plus remarquables adaptations cinèmatographiques de l'oeuvre de Poe! Ce classique du genre mèrite une mention particulière! ...
    Lire plus
    19 Critiques Spectateurs

    Photos

    Infos techniques

    Nationalité France
    Distributeur -
    Année de production 1928
    Date de sortie DVD 15/05/2001
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD 10/05/2020
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage -
    Budget -
    Langues Français
    Format production -
    Couleur N&B
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Commentaires

    • Bub.... Allo, tante Alice ...
      C'est un film complètement fou pour la date de sa réalisation. Bourré de cadrages impensables en 1925, la qualité du défilement des images prouve qu'il fut réalisé avec l'une des premières caméras électriques régulées du cinéma français. Les optiques avaient déjà progressé depuis "Nosferatu", en 3 ans, à cette époque, on avançait techniquement autant qu'en 10 ans aujourd'hui. La netteté des images est remarquable. Vraiment curieux et laissant un malaise extraordinairement profond pour un film muet des années 20, cette version du roman de Poe est singulièrement brillante.
    Voir les commentaires
    Back to Top