Mon compte
    La Rose pourpre du Caire
    Bande-annonce La Rose pourpre du Caire
    29 mai 1985 en salle / 1h 25min / Comédie
    De Woody Allen
    Par Woody Allen
    Avec Mia Farrow, Jeff Daniels, Danny Aiello
    Titre original The Purple Rose of Cairo
    Bande-annonce Voir via MyCanal VOD
    Spectateurs
    3,9 4262 notes dont 147 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis

    Cecilia mène une existence morne et tourmentée. Le cinéma est son seul refuge et sa seule évasion. Lors d'une projection, Tom Baxter, le héros d'un mélo la Rose pourpre du Caire sort de l'écran et l'enlève.

    Regarder ce film

    En SVOD / Streaming par abonnement
      Canal+Abonnement
    Voir toutes les offres de streaming
    En VOD
    À découvrir sur
    Acheter ou louer sur CANAL VOD
    Canal VOD Location dès 2,99 €
    Orange Location dès 2,99 €
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 19,90 €
    neuf à partir de 25,90 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Bande-annonce

    La Rose pourpre du Caire Bande-annonce VO 1:30
    La Rose pourpre du Caire Bande-annonce VO
    17 996 vues

    Interview, making-of et extrait

    Top 5 N°397 - Les personnages qui sortent de l'écran 2:23
    Top 5 N°397 - Les personnages qui sortent de l'écran
    27 950 vues

    Dernières news

    Woody Allen : notre classement de ses 15 films indispensables
    NEWS - Culture ciné
    mardi 1 décembre 2015

    Acteurs et actrices

    Mia Farrow
    Rôle : Cecilia
    Jeff Daniels
    Rôle : Tom Baxter, Gil Shepherd
    Danny Aiello
    Rôle : Moine
    Dianne Wiest
    Rôle : Emma
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Spectateurs

    Marc L
    Marc L

    Suivre son activité 256 abonnés Lire ses 438 critiques

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2014
    Mon 1er Woody Allen que j'ai vue et j'ai adoré. C'est une grande histoire magique qui montre à quels point le cinéma nous fait rêver pour s'échapper de la réalité. Je conseils à tous le monde de voir ce film ;)
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 334 abonnés Lire ses 2 843 critiques

    4,0
    Publiée le 18 février 2020
    Avec cette très bonne comédie, écrite et mise en scène par Woody Allen, nous retrouvons les ingrédients usuels du réalisateur Américain : poésie, humour et délicatesse. Son scénario fantastique nous offre une belle incursion romantique dans le cinéma Noir et Blanc des années 30. Même en couleurs, la vie réelle est moins belle ; tel est le sujet de cette fiction mêlant rêves et réalité. Comme toujours la musique est bien ...
    Lire plus
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 411 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    4,0
    Publiée le 8 janvier 2007
    Une idée originale et savoureuse, sur le thème pourtant maintes fois exploité de la fiction rejoignant la réalité. La Rose Pourpre de Caire est le titre d'un film adulé par une femme du nom de Cécilia ( joué une nouvelle fois par Mia Farrow ) qui se retrouve confronté à un évènement surnaturel: alors qu'elle se retrouve pour la cinquième fois au cinéma pour voir son film culte, un personnage quitte littéralement l'écran et vient ...
    Lire plus
    ml-menke
    ml-menke

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 551 critiques

    4,0
    Publiée le 11 mars 2012
    Ah ! la légèreté de ce film c'est comme une bouffée d'air frais au printemps. On s'attache à cette femme un peu niaise qui veut croire en l'amour. Mais la réalité est une dure pilule à avaler mais une rêveuse le restera pour toujours qu'importe les souffrances. Woody Allen fait de la poésie en faisant une confrontation avec la réalité bel exploit.
    147 Critiques Spectateurs

    Photos

    11 Photos

    Infos techniques

    Nationalité U.S.A.
    Distributeur -
    Récompenses 5 prix et 5 nominations
    Année de production 1985
    Date de sortie DVD 06/11/2001
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD 04/06/2019
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage -
    Budget 15 000 000 $
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur et N&B
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 60401

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Commentaires

    • Frankie Machine
      Oui j'aime le cinéma de woody Haleine.Et je vous emmerde. Daniel Aielo est excellent la dedans.
    • Bloub19
      Superbe film de Woody Allen, d'une justesse émouvante. La réalisation est sobre, comme souvent, et, comme souvent, c'est le scénario qui se démarque véritablement. Sous nos yeux, une histoire d'amour impossible, tragique, mais aussi drôle et absurde. C'est un vrai hommage au cinéma, a sa place dans nos esprits, à ses limites, également.
    • john_mc_clane
      Très belle critique très complète :)
    • Clothilde R.
      Impeccable. J'ai été porté par la naïveté de l'héroïne, l'histoire, la réalisation, l'époque... Tout. 4,5/5
    • Porridge
      Vous aimez Woody Allen ? Alors vous aimerez sans doute BING BING, un (très) court métrage "slapstick" de 2 min. 20 ! Tapez "Festival Nikon" dans Google, puis cherchez le film "Bing Bing". Cliquez ensuite sur la 5ème étoile ! Et accessoirement, regardez le film et laissez un commentaire... Un vote par jour par ordinateur est autorisé jusqu'au 14 janvier 2013. Merci d'avance !
    • B-Lyndon
      Mon avis (fin) : Puis, avant de disparaître en fondu, comme les héroïnes de film, elle profite de son bonheur éphémère. Tout est éphémère, semble nous dit Woody. Mais ce bref instant de bonheur paraît justifier a lui seul toutes les douleurs de vivre, la mélancolie à venir. Et les déceptions permanentes. Bref, cette « rose pourpre du Caire » n’est pas toujours rose. La vie non plus. Mais le film est admirable. 19/20.
    • B-Lyndon
      Mon avis (suite) : Et on aura compris, après ce film, qu’il serait bon de vivre dans ce rêve sur pellicule, bourrée d’insouciance et d’amour. On aura également compris, ce que seraient les êtres qui n’y vivraient pas, ces âmes tristes, errant dans les salles vides où comblées ; qui retrouveront, par le court temps d’un film, leur joie de vivre. C’est plein de fantaisie, mais de fantaisie empoisonnée. Woody Allen, lors d’une interview, à la question « Pourquoi n’avait vous pas fait de happy end ? » répondra « C’est un happy end ». Et il doit avoir raison. Tout de même, ça commençait plutôt mal : Mia Farrow, partagée entre ces deux amours, choisissant la réalité plutôt que l’irréel, allant pourtant de déceptions en déceptions, et de rêves brisés en rêves brisés, comprenant la sévère leçon que lui inflige la vie ; s’immergeant une fois de plus, le temps d’une ou deux heures, dans le noir de la salle de cinéma. Le noir total, avec ses seules larmes scintillantes comme lumière. Pour l’instant, rien d’un happy end. Patience… Le film projeté ce soir là commençant. Tout comme le chant de Fred Astaire. Cecilia souriant, souriant grâce à cette douce musique. Et à ce film qui l’émerveille.
    • B-Lyndon
      Mon avis (début) :« Vous ne savez pas qui est Dieu ? Celui qui est à l'origine du monde ? De l'univers ? » Demande, effarée, Cecilia, à Tom Baxter, le héros en chair et en os du film qu'elle n'a cessé de voir. « Ah, je vois, lui répond-t-il. Vous parlez de ce qui ont écrit le film ?... » C'est toute l’ambiguïté du rapport entre le cinéma et la réalité que Woody Allen, au sommet de sa puissance créatrice, nous expose. Techniquement, le film est une merveille de drôlerie et d'inventivité. Mais la fable contée est loin d'être légère… Quand on voit arriver Cecilia, petit bout de femme frêle, tristounette, semblant perdue, se poser sur son fauteuil, boite de pop-corn à la main, on sait tout de suite qu'elle n’a pas été mis au monde sous une bonne étoile. Maladroite et touchante, blessée par la vie, elle s’assiéra tout les soirs, face à l'écran, voyageant à la force du cinéma. La rose pourpre du Caire est bel et bien un hommage au 7ème art. Celui-ci, plus qu'un divertissement, devient au fil des très courtes soixante-dix-huit minutes que dure le film, un essentiel, redonnant de la force aux hommes et femmes perdus, perdus au milieu des désillusions du monde et de leurs rêves brisés. "Moi, je veux voir le film de la semaine dernière" lance une dame à la sortie de la salle, "sinon, à quoi bon vivre ?" Ce pourrait être le raisonnement du cinéaste. Il l’est, d’ailleurs.
    Voir les commentaires
    Back to Top