Mon compte
    Les Anges aux figures sales
    Bande-annonce Les Anges aux figures sales
    30 avril 2009 en DVD / 1h 37min / Policier, Drame
    De Michael Curtiz
    Par Rowland Brown, John Wexley
    Avec Humphrey Bogart, James Cagney, Pat O'Brien
    Titre original Angels with Dirty Faces
    VOD
    Spectateurs
    4,0 149 notes dont 28 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis

    Rocky et James sont deux amis d'enfance ayant fait les 400 coups lorsqu'ils étaient plus jeunes. Si le premier s'est rangé et est devenu un curé respectable, le deuxième sort aujourd'hui de prison et retourne dans leur quartier où il est accueilli comme une rock star par les jeunes... James tente de sortir les adolescents de la délinquance ce qui fait de lui une cible des malfrats. Son ami va tout faire pour le protéger.

    Regarder ce film

    En VOD
    À découvrir sur
    Acheter ou louer sur CANAL VOD
    UniversCiné Location dès 3,99 €
    Canal VOD Location dès 2,99 €
    LaCinetek Location dès 2,99 €
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 6.30 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Bande-annonce

    Les Anges aux figures sales Bande-annonce VO 3:11
    Les Anges aux figures sales Bande-annonce VO
    2176 vues

    Acteurs et actrices

    Humphrey Bogart
    Rôle : James Frazier
    James Cagney
    Rôle : William 'Rocky' Sullivan
    Pat O'Brien
    Rôle : Le révérand Jerry Connolly
    George Bancroft
    Rôle : Mac Keefer
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Spectateurs

    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 929 abonnés Lire ses 4 024 critiques

    0,5
    Publiée le 19 février 2016
    J'ignorais que le grand Michael Curtiz avait réalisé un film pour patronage, car c'est bien de cela qu'il s'agit. Le remède à la délinquance serait donc l'encadrement de la jeunesse par la religion… Comme naïveté c'est assez gratiné !  Et si encore s'était fait avec subtilité mais la dernière partie du film est carrément à gerber. PS : Il est possible que le film possède des qualités cinématographiques mais quand le fond ...
    Lire plus
    Jean-philippe N.
    Jean-philippe N.

    Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 925 critiques

    3,0
    Publiée le 17 mai 2014
    Un grand classique, que dis je: un monument! du polar noir des années 30, qui nous montre jusque dans les moindres détails que le crime ne paie pas, que seule la morale, chrétienne bien sûr, peut nous sauver du mal, et qu'en fin de compte, un bon p'tit barboque çà fait pas d'mal. Que si la faim justifie les moyens, les moyens eux, ne justifie pas la fin. Trop fort Michael Curtiz, trop fort Hollywood! Une belle leçon sur l'amitié, qui nous ...
    Lire plus
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 357 abonnés Lire ses 3 871 critiques

    5,0
    Publiée le 2 janvier 2015
    Chef d'œuvre total. Une histoire passionnante et un rendu cinématographique exceptionnel. Un des 10 films noirs les plus hauts sur la liste des réussites absolues. Superbe et inégalable.
    Samir T
    Samir T

    Suivre son activité Lire ses 65 critiques

    2,0
    Publiée le 8 décembre 2014
    Techniquement, le film est un des meilleurs du genre. Mais quand on regarde la finalité recherchée dans l'histoire, à savoir tout faire pour que les enfants ne soient pas influencés par des milieux louches, on trouve que tout y est basé sur la religion, ce ce qui est loin d'être toujours la référence pour offrir une bonne morale. Je me demande seulement si l'auteur, en visant trop loin selon sa propre conception des choses, ne s'est pas ...
    Lire plus
    28 Critiques Spectateurs

    Photo

    Secret de tournage

    Film de gangsters

    Les Anges aux figures sales est l'un des nombreux films de gangsters que la Warner a produit dans les années 1930. James Cagney - acteur emblématique des personnages de durs à cuire - y tient le rôle principal aux côtés de Pat O'Brien, qu'il retrouve après plusieurs films, notamment Here Comes the Navy (1934) ou Le Vantard (1938).

    Casablanca

    A noter que le comédien Humphrey Bogart, qui joue ici le rôle de James Frazier, fera à nouveau équipe avec le metteur en scène Michael Curtiz pour l'incontournable Casablanca en 1942.

    Retrouvailles

    Les Anges aux figures sales marque les retrouvailles entre le réalisateur Michael Curtiz et le comédien James Cagney. Il avaient en effet déjà travaillé ensemble sur Jimmy the Gent (1934) et se retrouveront pour Les Chevaliers du ciel (1942) et La Glorieuse parade (id.). De manière plus globale, le casting du film est composé de plusieurs grandes stars des années 1930, qui collaboreront à nouveau et/ou qui ont déjà tourné ensemble.

    Infos techniques

    Nationalité américain
    Distributeur -
    Récompenses 3 nominations
    Année de production 1938
    Date de sortie DVD 30/04/2009
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD 05/02/2018
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 6 anecdotes
    Budget -
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur N&B
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1938, Les meilleurs films Policier, Meilleurs films Policier en 1938.

    Commentaires

    • Veganforanimalrights
      Un très bon film gâché par un message moral des plus douteux sous couvert de... morale.
    • jeannedarcbergman
      Entièrement d'accord avec toi,aujourd'hui le cinéma n'est plus ce qu'il était.Autrefois on savait ce que c'était un chef-d'oeuvre,aujourd'hui tout ce qui sort est galvanisé par des gamins d'allociné par ce qu'ils sont fanboys du réalisateurs considèrent que toute sa filmographie sont des chefs-d’œuvre(lol). La preuve ,dernièrement Dunkerque,j'aime beaucoup Nolan,mais ce réalisateur est tout de même pas Michael Curtiz,son dernier film m'a énormément déçu.Comment peu-on négliger le théâtre sanglant de cette guerre qui à couté plus de vie chez les Français que les Britons?
    • Jean-philippe N.
      C'est l'une des complexités du cinéma, principalement aux USA. Depuis le début de sa popularisation, quelques gros malins se sont rendus compte de l'impact qu'il pouvait avoir sur l'inconscient collectif. L'Amérique du nord est une terre d'immigration. On y trouve plusieurs influences, souvent d'origines religieuses mais aussi ethniques: allemands protestants, italiens catholiques, juifs, etc. Quand on sait lire entre les lignes, c'est flagrant, y compris de nos jours. Il faut donc essayer de faire la part des choses: le talent artistique de quelques réalisateurs et acteurs et la propagande d'un certain pouvoir ou de certains lobbys au travers les tout-puissants producteurs. C'est parfois difficile de s'y retrouver. Celà dit, les films que beaucoup s'accordent à qualifier de chefs d'oeuvre sont les films "qui montrent" sans concession ou qui dénoncent telle ou telle dérive...
    • lilian A.
      Je suis d'accord avec toi : le message du film est lourd, les studios ne faisaient clairement pas assez confiance à l'intelligence du spectateur: ils se sentent obligés d'asséner un final bien moralisateur pour nous convaincre que le crime ne paie pas. C'est d'autant plus regrettable que je me suis longtemps demandé si je n'étais pas en train de regarder un chef d'oeuvre...
    • Jean-philippe N.
      Un grand classique, que dis je: un monument! du polar noir des années 30, qui nous montre jusque dans les moindres détails que le crime ne paie pas, que seule la morale, chrétienne bien sûr, peut nous sauver du mal, et qu'en fin de compte, un bon p'tit barboque çà fait pas d'mal. Que si la faim justifie les moyens, les moyens eux, ne justifie pas la fin. Trop fort Michael Curtiz, trop fort Hollywood! Une belle leçon sur l'amitié, qui nous dit que même si nous sommes trahi par notre meilleur ami, pour autant que la cause paraisse juste, il ne faut pas, on ne doit pas lui en vouloir. Qui aime bien, châtie bien. On peut supposer qu'en 1938 ce genre de philosophies à deux cents, aux relents limite nauséabonds, puisse avoir eu du succès, après tout la grande dépression touchait à peine à sa fin, quoi de mieux qu'une sorte d'autodafé pour fédérer l'imaginaire d'une populace appauvrie touchée par une crise sans précédents. Il faudra une bonne vieille guerre mondiale deux ans plus tard pour redonner - provisoirement - un peu de panache à la conscience collective. Mais que de nos jours ce film ne fasse pas plus que çà grincer des dents, me laisse perplexe, voire vaguement honteux. Certaines valeurs induites dans ce film sont quand même dures à cautionner! Cela dit, techniquement, difficile de faire mieux, le savoir-faire et le professionnalisme, çà ne s'explique pas, çà se constate...3/5
    • Docteur Jivago
      Un très bon film du genre, la réalisation est excellente et les acteurs sont très bon, notamment Cagney et Bogart en second rôle.
    • Adenoki
      Pour ce film de gangsters, j'ai eu du mal à reprendre mon souffle. Une réalisation parfaite et un James Cagney qui éclipse tout les autres acteurs, notamment l’icône du cinéma américain Humphrey Bogart, dans le rôle du traître.
    Voir les commentaires
    Back to Top