Mon compte
    Ganjirô Nakamura

    Acteur

    Année Titre Rôle Note spectateurs
    1966 Le Pornographe Vieux client
    3,3
    1964 Kwaidan Publisher
    4,1
    1963 La Vengeance d'un acteur Sansai Dobe
    3,1
    1962 Le Temple des oies sauvages Nangaku Kishimoto
    3,0
    1962 Mademoiselle Ogin Sen no Rikyû
    4,0
    1961 Dernier caprice Kohayagawa Manbei
    3,8
    1960 Quand une femme monte l'escalier Goda
    4,0
    1959 Confession impudique -
    3,0
    1959 Herbes flottantes Komajuro Arashi
    3,8
    1958 Le Pavillon d'or Tayama Dosen
    2,9
    1958 Nuages d'été Wasuke
    3,9
    1957 Les Bas-Fonds Rokubei, le mari d'Osugi
    3,5
    Commentaires
    • Plume231
      Dernier caprice (1961) de Yasujiro Ozu [img]http://static.blogstorage.hi-p...[/img] Synopsis : A Kyoto, un vieux marchand de saké, Kohayagawa Manbei, vit avec ses trois filles Fumiko, Noriko et Akiko l’aînée, qui est veuve, mais dont la famille espère le remariage. Quant au mari de Fumiko, Hisao, il se préoccupe de l’avenir de l’entreprise qui commence à subir les effets néfastes de la concurrence… [img]http://storage.canalblog.com/9...[/img] Critique : Un peu moins bien équilibré que certaines des autres oeuvres du Maître comme par exemple son oeuvre précédente "Fin d'automne", le pénultième film d'Ozu est pourtant d'une grâce qu'il est (encore une fois!) impossible à prendre en défaut. Et bien que certaines scènes soient très légères, il n'est pas difficile de voir une tonalité très sombre au final (le dernier plan sur les corbeaux, brrrr...!). Certaines scènes (la filature, la partie de cache-cache, la scène finale...) et certains détails (les 100 yens à chaque fois que le personnage de Setsuko Hara parle de son âge,...) achèvent de charmer. On remarquera par petites touches discrètes mais pourtant fortes la présence de plus en plus forte de l'Occident (les costumes traditionnels qui ne sont portés que par les vieilles générations, le remplacement du saké par la bière et le whisky, la jeune femme qui ne sort qu'avec des américains et même la présence d'une publicité pour Coca-Cola sur un plan!). Un beau tableau de la société japonaise et un très beau drame dont seul Ozu avait le secret. Note : 16/20 (****) [img]http://2.bp.blogspot.com/_Jo6f...[/img] [img]http://4.bp.blogspot.com/_4Oy_...[/img]
    • Plume231
      test
    Voir les commentaires
    Back to Top