Notez des films
Mon AlloCiné
    Maigret
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    3,2
    243 notes dont 25 critiques
    répartition des 25 critiques par note
    10 critiques
    9 critiques
    1 critique
    2 critiques
    1 critique
    2 critiques
    Votre avis sur Maigret ?
    Cine vu
    Cine vu

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 580 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 4 février 2016
    Seul contre la mode, un roc: Jules! Au coeur d’un temps infesté par une mode excessive des Séries -principalement américaines- dont bon nombre aisément surcotées, il est un espace de tranquillité tel un oasis de simplicité, je veux parler des « Enquêtes du commissaire Maigret ». Foin de scénarii alambiqués et survitaminé au suspens, artificiel trop souvent, je regarde régulièrement un épisode des enquêtes du commissaire le plus célèbre de France. On sait ce que les séries peuvent avoir d’addictif. Les premières diffusions de Maigret version Bruno Cremer remontent à 1991/92 et elles repassent tous les 2 ans peut-être? Cette coproduction européenne de la chaîne publique France 2, tournée, pour la plupart des 54 épisodes en République tchèque, dégage un charme surannée et sincère. D’abord c’est Simenon -excusez du peu!- il est, avec son oeuvre, dans la digne suite d’un Balzac à la comédie humaine ou celle d’un Zola qui voulut lui faire écho, avec ses Rougon-Macquart; Simenon c’est même les deux réunis! Et c’est Bruno Crémer, qui l’incarne enfin, lui apportant cette épaisseur tranquille. (Soyons charitable et oublions le navrant Jean Richard Donc un épisode de Maigret est aussi une Madeleine, mais de Simenon celle-là, puisqu’ayant lu bon nombre des enquêtes, je retrouve le bonhomme et ses cogitations avec un rare plaisir ineffable. Maigret c’est une ambiance, une atmosphère comme rarement parmi les séries françaises: le sandwich, le demi (ou le petit Blanc), la fumée de la pipe, une image couleur proche d’un Noir et Blanc assombri, Paris et ses ruelles, la Province et ses écluses du bord de Meuse, des acteurs très souvent justes, parmi lesquels -car les seconds rôles sont bien travaillés- le plaisir de retrouver des gueules, des poules, des seconds couteaux… interprétés parV ictor Garrivier, Danièle Lebrun, Marianne Basler, Etienne Draber, Jean-Louis Foulquier, Agnès Soral, Jérôme Deschamps, Elizabeth Bourgine, Pascale Roberts, Jeanne Goupil… tant et tant d’autres; regarder des Maigret c’est s’apercevoir de la richesse du vivier de comédiens français, et comprendre la nécessité de la protection par les Assédic du spectacle. Simenon écrivait un Maigret en huit jours, chacun compte huit chapitres. Les intrigues sont simples, pas tarabiscotées à l’excès comme certaines outre-atlantique (je ne comprends rien à l’engouement de Game of thrones) et on y retrouve très souvent sous l’âpreté des rapports humains, cette acuité si forte chez Simenon, qu’il développait plus encore dans ce qu’il appelait ses « vrais romans » (Le voyageur de la Toussaint, un nouveau dans la ville, les demoiselles de Concarneau, la Marie du port…). Alors oui Maigret! par Cremer (acteur qui vient du théâtre) et tous autant qu’ils sont derrière ou à côté, les petits, les Sans-grade. La plupart du temps de la belle ouvrage et un bon moment.
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 20 juillet 2014
    Un des meilleurs Maigret campé à l'écran par l'immense Bruno Cremer. Encadré de pointures du petit écran, au sein de décors et d'une époque remarquablement reconstitués, la subtilité des enquêtes est prenante et la fascination exercée par le monstre sacré de la PJ est portée au plus haut dans cette série.
    Isis182
    Isis182

    Suivre son activité 10 abonnés Lire sa critique

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 26 août 2012
    Je ne suis pas d'accord avec les autres critiques. La particularité de Maigret c'est le côté psychologique des enquêtes. Lorsque certains trouvent cette série lente, moi j'y vois un formidable travail sur l'atmosphère et la psychologie des gens. Bruno Cremer est juste parfait dans ce rôle. Ça fait du bien de regarder une série qui ne manque pas de suspens mais qui se détache des enquêtes musclées et basées sur les recherches scientifiques...
    Bruno65
    Bruno65

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 765 critiques

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 22 avril 2014
    C'est austère et monolithique mais Bruno Crémer excellait dans ce rôle.
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 27 février 2014
    Georges Simenon n'aurait pas pu avoir un meilleur acteur pour incarner son personnage! J'ai regardé certains épisodes plusieurs fois avec toujours le même plaisir.... Toute l'ambiance de l'oeuvre de l'auteur se retrouve dans chacun des thèmes abordés..... Bruno Cremer est Maigret et le restera encore bien longtemps! A noter l'excellente interprétation d'Alexandre Brasseur qui apporte un indéniable "Plus" lorsqu'il apparait dans certains épisodes..... ! Acteurs, décors, dialogues, ambiance, tout y est...... Brillant!!
    brianpatrick
    brianpatrick

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 377 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 4 janvier 2011
    De très loin la meilleur série des Maigret. A l'image des romans. Certes parfois un peu longuet; mais bon, c'est une série.
    Johann W.
    Johann W.

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 30 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 31 août 2014
    Cremer est d'une subtilité inouïe. Très beau travail sur la lumière, sur les décors (reconstitution de l'ambiance des années 50). Dialogues plein d'humour et plein de finesses (c'est du Simenon). L'ambiance très élégante de la France des années 50 avec ses vêtements de qualité, ses chapeaux, ses objets en bakélite et son langage désuet et précis nous permettent d'oublier le temps d'un épisode la vulgarité, la tristesse et la laideur du monde actuel. La musique, très réussie, contribue à l'ambiance. Le rythme est lent et nous permet de ressentir la tension de l'histoire et de savourer les répliques et les réactions des acteurs. Cette série est une merveille.
    nonos_675
    nonos_675

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 248 critiques

    Critique de la série
    0,5
    Publiée le 21 avril 2011
    Des problèmes d'insomnies??? Alors n'allez pas dépenser vos sous en pharmacie, regardez le magnifique et le puissant MAIGRET xD
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 348 critiques

    Critique de la saison 8
    4,0
    Publiée le 1 août 2015
    "Madame Quatre et ses enfants " (Saison 8 épisode 1) (1998) rediff. le 20.047.2015 sur D17 Madame Quatre est ainsi appelée parce qu'elle loge dans la chambre 4 de cet hôtel car elle est en fuite, craint pour ses jours, et tient à son anonymat... Encore un meurtre sans cadavre ! Tous est très bien dans cet épisode réglé comme du papier à musique, mais qui souffre toutefois d'un scénario un peu fermé, et qui n'ouvre que peu de perspectives ! Mais on se laisse prendre par l'action, même peu importante, et ceci grâce à un casting sur mesure taillé par Gérard Moulevrier ! Entre autres Delphine Zentout dans le rôle de Mathilde, une des serveuses, qui, à 27 ans crève déjà l'écran ! Dommage elle est absente des plateaux de cinéma depuis 2004, et 2011 pour la TV. Les temps sont durs pour les comédiennes, même talentueuses... willycopresto "Meurtre dans un jardin potager" (saison 8 épisode 2) rediff. le 29.05.2015 sur D17 Un des plus beaux joyaux de cette série ! La clé de l'énigme ne serait-elle pas celle qui ouvre le cadenas de la cabane attenante à cette maison héritée par deux vieilles filles ? Très beau récit, avec un casting judicieusement sélectionné, sauf pour l'adjoint du commissaire peu convaincant. En revanche, le numéro formé par Michèle Simonnet et Geneviève Fontanel dans les deux soeurs qui se hassent et contraintes à vivre dans une maison dont elles ont hérité et qui est coupée en deux donne du fil à retordre au bourru commissaire ! Bonne nouvelle : les deux excellentes comédiennes sont toujours vivantes en 2015 ! Du grand art ! willycopresto "Un meurtre de 1° classe" Saison 8 épisode 3 rediffusé par D 17 le 20.04.2015 ou plutôt, puisque "saison" est stupide, le 31° des 54 épisodes de Maigret-Cremer. Si le meurtre est de 1°classe, ça n'est pas le cas de ce récit plutôt de 4°classe, un des moins bons, réalisé (si on peut dire) en 1999. Les amateurs d'ambiance de trains seront comblés, mais les véritables passionnés ferroviaires n'en finiront pas de compter l'amoncellement ahurissant d'erreurs de réalisations qui ont rendus hilares tous les cheminots d'Europe ! Comme les gosses qui divaguent impunément le long d'une voie internationale parcourue à grande vitesse (...) Enigme plan-plan et réalisation expédiée. willycopresto
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 348 critiques

    Critique de la saison 2
    4,0
    Publiée le 17 février 2016
    "Maigret et les caves du Majestic" Saison 2 épisode 1(1992) France 2 le 22.01.1993 rediff sur D8 le 27.01.2016 Une réalisation du suisse Claude Goretta (86 ans en ce début 2016) et qui a beaucoup de films a son actif dont d'autres Maigret ! C'est le septième d'une série qui démarre, avec un récit bien charpenté, tiré du roman éponyme de Simenon de 1939, et une intrigue machiavélique. Subtilités de l'histoire : le commissaire casse sa pipe (au sens propre heureusement) et il se fait casser la figure par un américain ! On sourit devant quelques invraisemblances comme Maigret fumant impunément dans les cuisines d'un palace (...) mais on se laisse emporter par l'histoire qui souffre toutefois d'un casting moins brillanti qu'à l'habitude. Un bon épisode que j'ai suivi avec intérêt sans hélas toutefois découvrir les crus prestigieux de cette cave !... willycopresto "Maigret se défend" Saison 2 épisode 2 (1993) (8°épisode) rediff sur D17 le 14.09.2015 Là, on n'y est pas allé avec le dos de la cuiller ! Maigret que l'on voit toujours repousser les avances féminines d'un "Non, je suis marié" se voit accuser d'avoir voulu abuser d'une jeune femme, une "fille de" politique de surcroît ! Plutôt que de courber l'échine, le commissaire va tenter de prouver qu'il s'agit d'un coup monté par vengeance de malfrats qu'il a arrêtés jadis ! Si la réalisation de Andrzej Kostenko n'est guère convaincante, Agnès Soral est plus vraie que nature et nous fait un grand numéro de comédienne, dans un registre il est vrai qu'elle affectionne ! willycopresto "Maigret et les témoins récalcitrants" Saison 2 épisode 3- (1993) rediff sur D8 le 10.02.2016. Michel Sibra, le réalisateur de cet épisode n'aura pas laissé un grand souvenir dans l'histoire du cinéma : un seul film "commercial" et quelques films TV. Cette histoire de Maigret n'est pas non plus la meilleure. On y sent le plaisir qu'avait Simenon de mettre en cause la "haute" et ses riches comme ici cette famille en déconfiture mais qui fait bloc contre la police. Cet épisode ne vaut que par quelques uns de ses acteurs comme Marc Duret en juge inexpérimenté et empêcheur d'enquêter en rond, Denise Chalem dont la coiffure ferait sourire aujourd'hui, On revoit aussi Louis Navarre dans le rôle de cambrioleur dont Maigret apprend au juge que ceux-ci ne sont jamais armés. Si on connaît le physique du comédien, combien peuvent y mettre un nom ? On n'en a du reste plus trace aujourd'hui, ce qui n'est pas le cas de Louison Roblin qui fait un excellent numéro comme patronne de bar avec un ravissant accroche-coeur, et qui perdra son gigolo ai cours de l'enquête ! En effet, elle a 85 ans en 2016. Elle fait ici une excellente prestation ! willycopresto "Maigret et l'homme du banc " Saison 2 épisode 4 (1993) France 2 le 17.12.93 - D8 le 10.02.2016 (ou 10° épisode des 54) Ce n'est ni un épisode inintéressant, mais pas non plus un chef d'oeuvre. C'est l'histoire d'un type qui avait une double vie et qui s'est fait trucider. Et pas un grand blond avec une chaussure noire, mais un brun avec deux chaussures jaunes ! Comme celles que Maigret rêvait jadis de mettre mais dont madame Maigret avait horreur et avait cachées. A part ça on a toujours les vieilles voitures de collection qui semblent sortir de construction, et on les repère dans différents plans de l'intrigue ou ce sont toujours les mêmes. Lassant. Le réalisateur ne s'est pas foulé. Cet opus est l'occasion de retrouver une pépinière de talents au niveau des acteurs : ne parlons pas de l'épouse de Maigret, Anne Bollec, dont on ne sait pas grand chose et qui n'était guère convaincante. Comme l'arlésienne, on l'a très peu vue et on en a beaucoup parlé. En tout cas, aucun regret : elle ne collait pas à son personnage. On retrouve Fred Personne, un authentique ch'ti dont précisément le film du même nom fut un de ses derniers. Le comédien s'est éteint à 82 ans en 2014. On ne sait pas non plus beaucoup de choses sur Jean-Marie Juan dont on reconnaît souvent le visage, sans pouvoir mettre un nom dessus ! Ici, il joue un adjoint de Maigret flanqué d'une affreuse moustache noire à la Dupont Dupond.. Il a une filmographie importante et cet acteur talentueux était juge dans toute la série des "Tuteurs" Si l'on songe qu'il a débuté dans "les cinq dernières minutes", il ne doit plus être tout jeune aujourd'hui. Avec un tel casting, on peut être sûr de ne pas s'ennuyer une seconde ! Hélas, rediffusé sur D8, ce film est flanqué d'un horrible médaillon avec l'annonce du programme du soir qui tourne presque en boucle avec le sigle de la chaîne ! Vade rétro satanas ! Horripilant et vain ! willycopresto
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 348 critiques

    Critique de la saison 14
    4,0
    Publiée le 18 mars 2015
    Saison 14 épisode 1 : "Maigret et la demoiselle de compagnie" Si l'on fait fi de ces stupides saisons, c'est le 52° enregistrement des Maigret sur les 54 : la fin de la saga est proche. Simenon ne devait guère apprécier l'image d'une certaine pseudo élite sociale qui vit entre elle, qui se reproduit entre elle, qui dirige les autres... car il excelle à la fustiger au travers de son commissaire, comme dans cet excellent épisode (mais bien d'autres), un des meilleurs de la série ... En réalité, le riche de façade qu'on voit dans cet épisode a ruiné sa femme " bien née" et ce n'est autour de lui que dettes, et hypothèques : le rôle est superbement joué par Winterhalter qui excelle dans ces situations où il s'avère méprisant et méprisable. Il nous fait ici un grand numéro. Même remarque pour le juge qui entrave l'enquête de Maigret en toute partialité pour protéger la haute bourgeoisie à laquelle il a la prétention d'appartenir : un rôle magnifiquement interprêté par Thierry Fortineau qui décèdera jeune, 2 ans plus tard. Mais tout le casting est réussi et les comédiens sont superbement motivés autour d'un scénario réussi ! Que demander de plus ? Un épisode fort plaisant à revoir. willycopresto Saison 14 épisode 2 " Maigret et les sept petites croix" C'est l'avant-dernier épisode des "Maigret" mais il a encore toute sa voix. C'est loin des meilleurs de la série. Le commissaire va partir en vacances, mais comme à chaque fois, un meurtre va arriver à point nommé pour le sauver ! Ici un petit poucet s'amuse à fracturer les bornes d'appel policières comme s'il voulait indiquer un itinéraire à suivre aux forces de l'ordre... Et à chaque fois, le standardiste fait des petites croix sur son carnet (d'où le titre) On retrouve avec plaisir Marina Golovine que Maigret avait déjà croisée dans le Liberty bar, déjà cantonnée dans un rôle de prostituée. Une histoire bien plate à côté de celles qu'on a vues ! willycopresto Saison 14 épisode 3 : "L'Etoile du Nord" (2005)" Avec ce découpage stupide en saisons, il n'apparaît pas suffisamment que cet épisode est le 54° et dernier de la série et le chant du cygne de Bruno Cremer. Une complainte bien rauque puisque son cancer, dû semble-t-il à la tabagie (Maigret l'a-t-il tué avec sa pipe ?), fait que les dialogues ont dû être doublés, et qu'incontestablement l'épisode en pâtit, bien qu'on ait essayé de s'approcher sans grand succès de son timbre vocal. Le tempo souffre aussi d'un acteur fatigué et heureusement, l'insaisissable (et excellente) Lizzie Brocheré vient mettre une touche de dynamisme dans l'action en lui donnant une réplique putôt musclée. Le scénario se serait-il adapté aux possibilités physiques de Cremer ? Il y a aussi des invraisemblances ! Bref cet ultime épisode est sans panache, et sans feu d'artifice, hélas...Ce sera en 2005 le tout dernier film de Maigret qui s'est éteint en 2010 à l'âge de 80 ans. Si vous en avez l'occasion, regardez-le aussi dans le film "Noce blanche" : une merveille ! Monsieur Cremer, vous avez été un grand acteur, et je vous aurai préféré dans la deuxième partie d'une carrière bien remplie. willycopresto
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 348 critiques

    Critique de la saison 3
    4,0
    Publiée le 13 avril 2016
    "La patience de Maigret" (1994) Saison 3 épisode 1 rediff sur D 17 le 27.07.2015 Une histoire pour laquelle on ne se passionne guère et qui vaut surtout pour la superbe interprétation d'Agnès Soral. Ce n'est certainement pas l'épisode le plus captivant de la série et le scénario est un peu compliqué. Dommage. willycopresto "Maigret et le fantôme" (1993) Saison 3 épisode 2 : France 2 le 13.05.1994-rediff sur D8 le 25.05.2016 Il faut beaucoup d'imagination pour voir un fantôme dans cette histoire... Mais comme elle se déroule entièrement en Finlande, et que le titre a déjà été employé dans un autre épisode qui aurait dû s'appeler "Maigret en Hollande... Allez comprendre les bizarreries de la production. Il y a beaucoup de rythme dans cet opus fort réussi, le douzième de la série si on fait abstraction de ces stupides saisons. Crémer est dans une excellente forme, et il est, comme à l'habitude, entouré d'une kyrielle de bons acteurs dont Elisabeth Bourgine au regard si envoûtant. L'inspecteur Lognon, un collaborateur de Maigret, guère sociable et peu aimé même de ses collègues, est le fil rouge de cette aventure après avoir été retrouvé presque mort en pays étranger. Va-t-il s'en sortir et le coupable va-t-il être arrêté ? A voir sans réserves. willycopresto "Maigret et l'écluse n°1" (1994) Saison 3 épisode 3 : D8 le 12.04.2016 Encore une merveille du registre Simenon- Cremer ! Pourtant, le scénariste Christian Rullier, s'il a fait quelques adaptations de Maigret, n'a guère fait de scénarii et ses derniers écrits pour le cinéma sont lointains... Même remarque pour le réalisateur Olivier Schatzky dont c'est le deuxième film et qui le réussit admirablement :Simenon affectionnait les milieux de la batellerie ce qui permet ici encore de superbes images ! L'histoire est dense, variée et on est captivé du début à la fin. Et puis, il y a ce phénomène de Jean Yanne qui joue le rôle d'un bougon comme il les aimait. L'acteur réussissait à merveille dans le genre et semblait y trouver un plaisir malicieux, voire une jouissance non dissimulée ! Méchant sans avoir à se forcer ! Ici, il trouve un excellent répondant, certes éternel deuxième rôle, mais quels rôles : Georges Staquet, l'ex ch'ti monté à Paris et qui ne pouvait que réussir au cinéma (après la chanson) avec une "gueule qui s'y prêtait. Il est mort en 2011 à 79 ans. C'est aussi un des premiers rôles d'Eric Berger (Monsieur Jean, le fils de Jean Yanne dans le film) qui deviendra plus connu ultérieurement dans le rôle de l'insupportable "Tanguy". Les Maigret constituaient souvent un vivier de jeunes futurs talents !Mais ce satisfectit n'est pas limitatif, et il faut absolument voir cet épisode ! willycopresto "Cécile est morte" (1994) Saison 3 épisode 4: D8 le 28.03.2016. Ce n'est pas l'épisode que je préfère, bien qu'on en soit au 14° épisode et que l'équipe devrait être rodée ! Pourtant, les scénaristes sont connus , Cremer est en forme... mais il en est comme des mayonnaises parfois : ça ne prend pas et on est loin d'être captivé ! Cet opus vaut surtout parce que Claude Piéplu y participe et qu'il nous permet de le revoir (ou de le découvrir) L'acteur est décédé à 83 ans en 2006 et sa carrière tant au théâtre qu'aux petit et grand écran, est longue ! Sa voix est inimitable et inimitée à ce jour : les plus anciens se souviennent de lui comme narrateur de l'histoire des "Shadoks" dessin animé : un nouveau style très controversé à l'époque mais dont les multiples séquences novatrices mériteraient bien d'être rediffusées à ce jour, tant elles étaient en avance sur leur époque ! willycopresto "Maigret se trompe" (1994) Saison 3 épisode 5 : D8 le 31.03.2016 Une histoire bien enlevée, plaisante à regarder et qui fustige à nouveau, comme l'aimait Simenon, les milieux aisés comme ici ceux d'un patron de la médecine dont toutes les infirmières tombent amoureuses. Lui, professeur, traverse cette vie sans sembler y trouver grand intérêt, s'étonnant de voir Maigret avoir de la considération pour le mot "aimer'. Moulevrier, directeur de casting, s'est surpassé : quelle superbe distribution ! Et quelle ambiance ce dut être sur le plateau ! Chaque comédien, du plus petit au plus grand rôle, semble prendre un réel plaisir à jouer, et ce n'est pas Bernadette Lafont qui rompra cette unisson harmonieux. Elle n'a qu'à laisser faire son talent, inné. Un regret cependant, la fin quelque peu alambiquée de cet opus. willycopresto
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 348 critiques

    Critique de la saison 9
    4,0
    Publiée le 30 janvier 2016
    "Maigret voit double" (1999) Saison 9 épisode 1 rediffusion le 27.04.2015 sur D17 - 32° épisode. Un hommage est rendu dans ce 32° épisode à Dominique Roulet qui qui été scénariste ou coscénariste de cette série dans 8 épisodes de 1994 à 1999. Il est mort à 50 ans en 2000, date de sortie de cet opus. Cet épisode est excellent ! Du suspense, des rebondissements au point que le commissaire doit appeler son neveu en renfort pour une tache agréable, assurer la protection de la jolie et séduisante fille de la victime : un rôle magnifiquement joué par Eléonore Gosset qui n'a plus tourné et s'est fait discrète, malgré un talent certain, depuis 2008. Même si le casting n'est pas important, il est efficace et on a plaisir à voir Julien Cafaro qu'on redécouvrira dans la série de TF1 "Camping Paradis". Je ne vous en dis pas plus sur le synopsis ce qui serait enlever le goût de la découverte ! Bonne enquête. willycopresto "Maigret chez les riches" (1999) Saison 9 épisode 2 rediff. sur D8 le 27.01.2016 Un des meilleurs épisodes de la série : deux énigmes à résoudre, dans un milieu très fermé et pas très coopératif ! Climat d'angoisse assuré et pas une ride dans cette intrigue issue d'une nouvelle de Simenon : "Maigret hésite" ! Tout est réussi ! Une réalisation de Denys Granier-Deferre qui a hérité des gênes de son père : lui aussi, à réalisé des "Maigret" avec succès. Ajoutons une distribution hors pair avec des acteurs de talent. On hésite à en citer un seul tant l"équipe est soudée pour nous faire participer à cette histoire mais mentionnons toutefois Michel Duchaussoy en homme riche mais pas vraiment heureux ! Et pour une fois, les femmes ne servent pas d'alibi et elles ne sont pas là pour faire tapisserie : excellentes prestations de Caroline Silhol et Cécile Bois. A ne pas rater ! willycopresto
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 348 critiques

    Critique de la saison 7
    4,0
    Publiée le 20 mars 2016
    "Maigret et l'inspecteur Cadavre" (1997) D8 le 18.03.2016 C'est quand même attristant qu'il faille regarder une série aussi ancienne pour prendre du plaisir à retrouver un polar qui se tienne à la télé, face à un Mongeville ou autres nanars bons pour le pilon ! Car l'intrigue est captivante, le casting toujours aussi bien réussi, et Bruno Crémer en pleine forme ! Et on retrouve le "dada" de Simenon qui envoie son commissaire en Belgique pour y fustiger les gens de "la haute" On en redemanderait ! Le royalisme est-il bien mort ? Cet épisode est le seul de la saison 7. Ne pas passer à côté ! willycopresto
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 348 critiques

    Critique de la saison 10
    4,0
    Publiée le 24 mars 2016
    Saison 10 épisode 1 : Maigret et la croqueuse de diamants C'est incontestablement "L'épisode" de Michaël Lonsdalle tant sa présence à l'écran est remarquable et juste dans le ton : il joue le rôle d'un colonel fortuné en retraite qui remonte les canaux à bord de son yacht pour calmer son ennui et sa nostalgie du temps de l'armée des Indes. En buvant et en faisant la fête avec des désoeuvrés embarqués au fil des escales . On sait que Simenon aime bien le milieu marinier et ici toutes les embarcations sont bloquées à une écluse par Maigret, le temps de faire la lumière sur un double meurtre bien compliqué à élucider. Un très bon épisode qui bénéficie de recettes éprouvées : un scénario bien construit, un décor de circonstance et un casting excellent. Quand on pense que chaque épisode renouvelle presque tous ses acteurs, on ne peut que féliciter le directeur de casting de la justesse de ses choix ! willycopresto Saison 10 épisode 2 : Mon ami Maigret (rediffusé le 11.05.2015 sur D17) Encore une incursion dans le monde maritime puisqu'on est ici sur l'île de Porquerolles. Bizarrerie du scénario, Maigret est flanqué outre son neveu, d'un inspecteur Pike de Scotland Yard qui fait plutôt tapisserie et n'ajoute rien à l'histoire sauf flatter l'orgueil du commissaire et s'étonner de ses méthodes... Mais on est bien loin d'être captivé par cette histoire, à peine crédible : bref, ce n'est pas un des meilleurs crus de la série mais on est toutefois heureux et surpris d'y découvrir "Jo" alias Sara Martins qui fera son chemin au cinéma. willycopresto Saison 10 épisode 3 : Maigret et la fenêtre ouverte (rediff le 18.05.2015 sur D17) Une énigme particulièrement bien montée et faite pour égarer les limiers en herbe que nous devenons en regardant ce film ! C'est Pierre Granier Deferre qui est à la réalisation, ce qui est déjà un gage de bon film, et une distribution triée sur le volet comme d'habitude dans cette série parfois déciuvreuse de talents. Avec notamment Jacques Boudet dans le rôle de Descharneaux, un peu méconnu malgré une longue carrière et qui a 76 ans en 2015, ne semble toujours pas avoir laissé le rideau tomber ! Bravo ! willycopresto
    Back to Top