Notez des films
Mon AlloCiné
    Oscars 2020 : Parasite Meilleur Film, Réalisateur et Scénario
    Par Maximilien Pierrette (@maxp26) — 10 févr. 2020 à 05:33
    FBwhatsapp facebook Tweet

    "Parasite" Meilleur Film et vainqueur historique. Joaquin Phoenix, Renée Zellweger, Brad Pitt et Laura Dern récompensés. Découvrez le palmarès de la 92ème cérémonie des Oscars.

    Les Bookmakers / The Jokers

    Tout semblait écrit… et Bong Joon-ho a fait dérailler l’Histoire pour se l’approprier. Alors que son duel à distance avec 1917 se déroulait comme prévu (Meilleur Scénario Original et Film Étranger pour lui contre Meilleure Photo, Meilleur Mixage Sonore et Meilleurs Effets Spéciaux pour son concurrent), Parasite a fait main-basse sur la statuette du Meilleur Réalisateur que l’on pensait promise à Sam Mendes et semé le doute dans l’esprit des téléspectateurs et invités, qui n’avaient jusqu’ici pas eu la moindre surprise à se mettre sous la dent. Avant de réussir ce qui semblait impossible : devenir le premier long métrage en langue étrangère à recevoir l’Oscar du Meilleur Film, point d’orgue d’un succès qui fera date. Pour le metteur en scène, qui s’est adjugé les quatre trophées remis à son bébé (sur six nominations), comme pour Hollywood et l’Académie, qui ont su aller au-delà du conservatisme dont ils font trop souvent preuve, à l’image du sacre de Green Book l’an passé.

    Sixième long métrage à remporter une Palme d’Or et un Oscar, Parasite n’avait pourtant rien du fameux "film à Oscars" académique. Mais, de la Croisette où son aventure a commencé, au Kodak Theater, en passant par les salles françaises où il est devenu, de très loin, le plus gros succès sud-coréen, il est parvenu à faire l’unanimité partout où il s’est aventuré sans souffrir des avis dithyrambiques qu’il a suscités, et à faire découvrir son cinéma outre-Atlantique. Plus encore qu’Old Boy au début des années 2000. Un mois après avoir adressé une petite pique au public américain, à qui il a conseillé de regarder plus de films avec des sous-titres s’ils voulaient découvrir des trésors du 7ème Art pendant les Golden Globes, Bong Joon-ho succède donc à Alfonso Cuaron dans la catégorie Meilleur Réalisateur, sacré pour Roma, et l’exploit paraît encore plus grand dans la mesure où celui-ci était en langue espagnole, très largement parlée aux États-Unis contrairement au coréen.

    De la même façon que ses personnages principaux s’invitent dans un univers où l’on ne les attendait pas, Parasite a donc triomphé lors de cette 92ème cérémonie des Oscars, et ainsi fait de 1917 le grand perdant relatif de la soirée. Après ses triomphes aux Golden Globes, Producers Guild of America Awards et autres BAFTAS, le film de Sam Mendes était le grand favori mais repart avec "seulement" trois statuettes donc celle de la Meilleure Photographie remise à la légende Roger Deakins. Pour le reste, il n’y a eu absolument aucune surprise : Joaquin Phoenix est bien devenu le second Joker oscarisé après Heath Ledger ; la résurrection de Judy Garland a valu à son interprète Renée Zellweger sa deuxième statuette après celle du Meilleur Second Rôle pour Retour à Cold Mountain ; Laura Dern s’est adjugée la seule récompense de Marriage Story ; et Brad Pitt a, enfin, été sacré en tant qu’acteur, après l’avoir été comme producteur de 12 Years a Slave.

    LES FRANÇAIS PRESQUE BREDOUILLES

    Et c’est grâce à Quentin Tarantino, qui avait déjà offert deux Oscars à Christoph Waltz. Le cinéaste repart cependant bredouille, à titre personnel, de cette édition, même si Once Upon a Time… in Hollywood a reporté le prix des Meilleurs Décors. Avec deux trophées au total, il fait aussi que Joker (Meilleur Acteur et Meilleure Musique Originale) et Le Mans 66 (Meilleur Montage et Montage Sonore), tandis que Les Filles du Docteur March et Scandale ont respectivement été sacrés dans les catégories Meilleurs Costumes et Meilleures Maquillages et Coiffures, et que Taika Waititi a reçu l’Oscar du Meilleur Scénario Adapté pour Jojo Rabbit, des mains de Natalie Portman, qu’il dirigera bientôt dans le prochain Thor.

    Si miracle il y a eu pour Bong Joon-ho (premier cinéaste a remporter les Oscars du Meilleur Film, Réalisateur et Scénario depuis les frères Coen en 2008 avec No Country for Old Men), il en a été autrement pour les Français en lice : Les Misérables a, comme à Cannes, subi la loi de Parasite ; Nefta Football Club et Mémorable ont fait chou blanc dans leurs catégories respectives (Meilleur Court Métrage et Meilleur Court Métrage d’Animation) ; la main coupée de J'ai perdu mon corps a cédé devant les jouets de Toy Story 4 ; et Alexandre Desplat devra patienter avant de remporter son troisième trophée, battu par Hildur Gudnadottir et sa bande-originale de Joker. Mais un "cocorico" a toutefois retenti lorsque 1917 a remporté l’Oscar des Meilleurs Effets Spéciaux, remis à un trio dans lequel se trouve le frenchie Guillaume Rocheron, nommé et primé pour la seconde fois après L’Odyssée de Pi.

    Une fois n’est pas coutume, les Oscars ont su nous surprendre alors que les années précédentes nous avaient habitués à ce que la cérémonie ne soit que le point final d’un palmarès qui s’était surtout dessiné avant, grâce aux Golden Globes et prix remis par les syndicats. Historique à plus d’un titre, le sacre de Bong Joon-ho a ainsi permis de relever le goût d’une édition qui manquait jusqu’ici de sel, à l’exception des intermèdes musicaux et du live d’Eminem, avec ses discours majoritairement policés de lauréats attendus, qui ne rendaient pas vraiment grâce à la qualité de la sélection, particulièrement élevée tant bon nombre d'entre eux auraient pu empocher la mise sans un Parasite en face. Reste maintenant à savoir s’il s’agit là d’un épiphénomène ou d’une vraie ouverture de l’Académie. Rendez-vous l’an prochain pour le savoir… et dès Cannes pour faire connaissance avec quelques candidats ?

    MEILLEUR FILM : Parasite

    Étaient également nommés :

    1917

    Le Mans 66

    The Irishman

    Jojo Rabbit

    Joker

    Les Filles du Docteur March

    Marriage Story

    Once Upon a Time in Hollywood

    Parasite
    Parasite
    Sortie le 5 juin 2019 | 2h 12min
    De Bong Joon Ho
    Avec Song Kang-Ho, Woo-sik Choi, Park So-Dam, Chang Hyae Jin, Sun-kyun Lee
    Presse
    4,8
    Spectateurs
    4,5
    Noter ce film

    MEILLEUR ACTEUR : Joaquin Phoenix (Joker)

    Étaient également nommés :

    Antonio Banderas (Douleur et Gloire)

    Leonardo DiCaprio (Once Upon a Time… in Hollywood)

    Adam Driver (Marriage Story)

    Jonathan Pryce (Les Deux papes)

    MEILLEURE ACTRICE : Renée Zellweger (Judy)

    Étaient également nommées :

    Cynthia Erivo (Harriet)

    Scarlett Johansson (Marriage Story)

    Saoirse Ronan (Les Filles du Docteur March)

    Charlize Theron (Scandale)

    Renée Zellweger, Oscar de la Meilleure Actrice pour "Judy" :

    Judy Bande-annonce VOSTFR
    MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND RÔLE : Brad Pitt (Once Upon a Time… in Hollywood)

    Étaient également nommés :

    Tom Hanks (Un ami extraordinaire)

    Anthony Hopkins (Les Deux papes)

    Al Pacino (The Irishman)

    Joe Pesci (The Irishman)

    MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND RÔLE : Laura Dern (Marriage Story)

    Étaient également nommées :

    Kathy Bates (Le Cas Richard Jewell)

    Scarlett Johansson (Jojo Rabbit)

    Florence Pugh (Les Filles du Docteur March)

    Margot Robbie (Scandale)

    "Marriage Story", Oscar de la Meilleure Actrice dans un Second Rôle pour Laura Dern :

    MEILLEUR RÉALISATEUR : Bong Joon-ho (Parasite)

    Étaient également nommés :

    Martin Scorsese (The Irishman)

    Todd Phillips (Joker)

    Sam Mendes (1917)

    Quentin Tarantino (Once Upon a Time in Hollywood)

    MEILLEUR FILM D'ANIMATION : Toy Story 4 (Josh Cooley)

    Étaient également nommés :

    Dragons 3 : Le monde caché (Dean DeBlois)

    J'ai perdu mon corps (Jérémy Clapin)

    Klaus (Sergio Pablos)

    Monsieur Link (Chris Butler)

    "Toy Story 4", Oscar du Meilleur Film d'Animation :

    MEILLEUR SCÉNARIO ADAPTÉ : Jojo Rabbit (Taika Waititi)

    Étaient également nommés :

    The Irishman (Steven Zaillian)

    Joker (Todd Phillips & Scott Silver)

    La Voie de la justice (Destin Daniel CrettonAndrew Lanham)

    Les Filles du Docteur March (Greta Gerwig)

    Les Deux papes (Anthony McCarten)

    MEILLEUR SCÉNARIO ORIGINAL : Parasite (Bong Joon-ho & Jin Won Han)

    Étaient également nommés :

    A couteaux tirés (Rian Johnson)

    Marriage Story (Noah Baumbach)

    1917 (Sam Mendes & Krysty Wilson-Cairns)

    Once Upon a Time… in Hollywood (Quentin Tarantino)

    "Jojo Rabbit", Oscar du Meilleur Scénario Adapté :

    MEILLEURE PHOTOGRAPHIE : 1917 (Roger Deakins)

    Étaient également nommés :

    The Irishman (Rodrigo Prieto)

    Joker (Lawrence Sher)

    The Lighthouse (Jarin Blaschke)

    Once Upon a Time… in Hollywood (Robert Richardson)

    MEILLEUR FILM ÉTRANGER : Parasite (Bong Joon-ho - Corée du Sud)

    Étaient également nommés :

    La Communion (Jan Komasa - Pologne)

    Honeyland (Tamara KotevskaLjubo Stefanov - Macédoine)

    Les Misérables (Ladj Ly - France)

    Douleur et Gloire (Pedro Almodovar - Espagne)

    Après la Palme d'Or, 4 Oscars pour "Parasite" :

    MEILLEUR MONTAGE : Le Mans 66 (Michael McCusker & Andrew Buckland)

    Étaient également nommés :

    The Irishman (Thelma Schoonmaker)

    Jojo Rabbit (Tom Eagles)

    Joker (Jeff Groth)

    Parasite (Jin-mo Yang)

    MEILLEURE MUSIQUE : Hildur Guðnadóttir (Joker)

    Étaient également nommés :

    Alexandre Desplat (Les Filles du Docteur March)

    Randy Newman (Marriage Story)

    Thomas Newman (1917)

    John Williams (Star Wars: L'Ascension de Skywalker)

    MEILLEURE CHANSON : "I'm Gonna Love Me Again" (Rocketman)

    Étaient également nommés :

    "I'm Standing With You" (Breakthrough)

    "Stand Up" (Harriet)

    "Into the Unknown" (La Reine des Neiges II)

    "I Can't Let You Throw Yourself Away" (Toy Story 4)

    MEILLEURS DÉCORS : Once Upon a Time… in Hollywood

    Étaient également nommés :

    1917

    Jojo Rabbit

    Parasite

    The Irishman

    MEILLEURS COSTUMES : Les Filles du Docteur March

    Étaient également nommés :

    Jojo Rabbit

    Joker

    Once Upon a Time… in Hollywood

    The Irishman

    MEILLEURS MAQUILLAGES ET COIFFURES : Scandale

    Étaient également nommés :

    1917

    Joker

    Judy

    Maléfique 2

    "Scandale", Oscar des Meilleurs Maquillages et Coiffures :

    MEILLEUR MONTAGE SONORE : Le Mans 66

    Étaient également nommés :

    1917

    Joker

    Once Upon a Time… in Hollywood

    Star Wars - Episode IX

    MEILLEUR MIXAGE SONORE : 1917

    Étaient également nommés :

    Ad Astra

    Joker

    Le Mans 66

    Once Upon a Time… in Hollywood

    MEILLEURS EFFETS SPÉCIAUX : 1917

    Étaient également nommés :

    Avengers Endgame

    Le Roi Lion

    Star Wars - Episode IX

    The Irishman

    "Le Mans 66", Oscar du Meilleur Montage et Meilleur Montage Son :

    MEILLEUR DOCUMENTAIRE : American Factory

    Étaient également nommés :

    Honeyland

    Pour Sama

    The Cave

    The Edge of Democracy

    MEILLEUR COURT MÉTRAGE DOCUMENTAIRE : Learning to Skateboard in a Warzone (If You're a Girl)

    Étaient également nommés :

    In the Absence

    Life Overtakes Me

    St. Louis Superman

    Walk Run Cha-Cha

    MEILLEUR COURT MÉTRAGE D'ANIMATION : Hair Love

    Étaient également nommés :

    Fille

    Kitbull

    Mémorable

    Sister

    "Hair Love", l'Oscar 2020 du Meilleur Court Métrage d'Animation :

    MEILLEUR COURT MÉTRAGE : The Neighbors' Window

    Étaient également nommés :

    Brotherhood

    Nefta Football Club

    Saria

    Une sœur

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • demencia
      AHHH!! les récompenses cinématographiques ! meilleur film , meilleur acteur, meilleur réalisateur ....meilleur machin , meilleur truc....Oscar , palme d'or...Le meilleur film , c'est celui qui nous touche ,qu'on aime personnellement ,peu importe qui l'a réalisé , qui joue ;.....etc....etc....
    • scrat28
      Pour TDK c'est une ambiance générale. Pour une piste en particulier qui a le même genre de feeling que celle que tu m'as envoyée, Watch The World Burn de Hans Zimmer & James Newton Howard est un bon exemple.Pour GoT saison 8, par exemple la piste Farewell de Ramin Djawadi :-)
    • DeAdZ
      Il y a moyen que tu m'envoies des liens parce que je te le dis honnêtement mais que ce soit la saison 8 de GoT ou The Dark Knight, je ne vois vraiment pas la comparaison que tu fais, pour moi il n'y a aucun rapport.PS : Je n’emploierais pas le terme de malaise pour cette musique mais plus fataliste comme si Arthur tente de s'émanciper du chaos, de Joker à l'intérieur de lui en dansant par dessus ce chaos.
    • scrat28
      Et maintenant que j'y pense, cette musique ressemble diablement à certains des morceaux de Ramin Djawadi pour la 8ème saison de Game of Thrones.
    • scrat28
      Je connais bien la BO :-p Effectivement ce sont de longues notes, graves au violoncelle qui s'étirent. Ici on a un savant mélange de tristesse et de malaise, très réussi dans cette scène. Une très bonne BO mais qui s'inscrit dans l'approche amorcée par The Dark Knight, je maintiens mon point de vue. Je ne dis pas que c'est un copier-coller, loin de là, mais il n'y a pas de réelle nouveauté dans l'approche.
    • Naughty Dog
      The Artist n'était pas nominé en meilleur film étranger car c'était une co-prod Weinstein !
    • Naughty Dog
      c'est une co-prod (comme le Cinquième Element on va dire)le film n'a jamais été nominé dans la catégorie du meilleur film étranger, et on sait depuis tout le lobbying quia été fait par Weinstein pour rafler les prix
    • Naughty Dog
      The Artist était une production américaine non ? (Weinstein)
    • M3TT3WS F4RR4LL
      Vu le palmarès très WOKE, revendicatif, on va peut etre tenir notre premier oscar du meilleur Film pour Matrix 4 vu le genre de la/le réalisatrice.
    • PSEUDO
      Super palmarès, globalement.Ouf 1917 oscarisé quand même.Justifié pour Parasite que j'adore.Hallucinant pour Pitt qui ne fait rien de spécial dans ce film.Content pour Jojo Rabbit, très chouette film.C'est bien pour Joaquim et toute sa carrière mais Adam Driver le mérite plus cet Oscar cette année, de mon point de vue.Pas surprenant pour The Irishman, très bon mais très chiant; dommage par contre pour ses acteurs et encore plus pour ceux de The Lighthouse qui n'étaient même pas nommés.Je n'ai pas encore vu Le Mans 66 donc je ne me prononcerai pas.Enchanté pour American Factory, mérité.
    • PSEUDO
      Tu entends mal apparemment car moi j'entends partout le premier film Sud-Coréen.
    • Aurélien F.
      attendez mais non j'entends partout que Parasite est le premier film étranger à gagner l'oscar du meilleur film... et The Artist alors ?
    • scrat28
      Alors effectivement tu as totalement raison, le système ne fonctionne pas. Certains (beaucoup) de ces votants ne regardent pas du tout tous les films de l'année, et s'intéressent uniquement aux quelques gros films de la fin de l'année. C'est pour ça que dans les nominations, on retrouve plus ou moins tous les mêmes films dans toutes les catégories (réalisateur, acteurs, montage, son, musique, photographie... c'est du délire quand on y pense). Et puis même une fois que les nominations sont publiées et qu'il n'y a plus que 5 concurrents par catégorie, ils ne regardent pas tous les films et peuvent tout à fait voter sans en avoir vu un seul.J'ai lu il y a quelques années l'interview de Robbin Williams, qui disait qu'il n'avait RIEN vu de toute l'année, et que comme il devait bientôt voter, il commençait à jeter un oeil aux quelques DVD promo qu'il avait reçus à la maison. Il y a quelques jours, des membres de l'académie ont été interviewés quant à leurs intentions de vote, et certains disaient clairement ne pas avoir vu certains films ou voter plus ou moins au hasard.Sans compter que pour avoir une victoire, c'est une véritable campagne promotionnelle qui dure des mois. Soirées événement, séances de projection privées, tour de presse de l'équipe du film, envoi de films en DVD aux votants, etc. Certains films ne peuvent tout simplement pas se le payer, et pour y arriver il faut une grosse dose de lobbying.Et puis il y a l'aspect copains et concours de popularité. Les votants et les nominés se connaissent, s'apprécient ou se détestent. Certains sont plus populaires que d'autres, certains ont leurs fervents défenseurs. Par exemple, pratiquement chaque année dans la catégorie meilleure musique on va retrouver Thomas Newman et Alexandre Desplat, peu importe la qualité de leur BO ou du film associé. Si John Williams a fait quelque chose cette année-là, il sera nominé aussi. Si Hans Zimmer a fait un film bien reçu par la critique, il sera nominé aussi. Ils ont juste tellement de popularité, il y aura toujours 20% de gens de l'académie pour les nominer.En résumé cette compétition n'est pas du tout à prendre au sérieux. Tout comme beaucoup d'autres malheureusement...
    • andiran23
      Demande à Google, la plupart des sources s'accordent sur le fait que c'est bien une production française ;)
    • andiran23
      Les Oscars n'aiment pas les films d'horreur, tout simplement. C'est très, très rare qu'un film d'horreur soit ne serait-ce que pré-nommé
    • andiran23
      Une tonne de votants avouent ne pas voir tous les films. Y'a beaucoup plus de gens qui ont vu Toy story 4 que Klaus, et puis au vu de l'écart énorme nominations/récompenses pour les films Netflix, il semble y avoir une forme de boycott de la part des votants, donc Klaus n'avait aucune chance. Malgré ça, c'est quand même très bien qu'il ait été nommé, c'est déjà une excellente nouvelle en soi !
    • Ju B
      Exact sur toute la ligne ! Raison d'ailleurs pour laquelle il a gagné ces récompenses !
    • Cyphre14
      Le problème c'est que quand on ne comprend certaines notions un peu basiques, on passe à côté et on parle de critique sans idée. C'est d'autant plus drôle dans ton cas que Frédéric Lordon, philosophe d'inspiration marxiste et structuraliste, a probablement détesté ce film qui met grossièrement en avant un héroïsme hollywoodien spectaculaire pour évoquer une guerre qui n'avait rien d'héroïque. Pour ta culture personnelle et pour que tu comprennes mieux ce dont je parle, je te renvoie à Daney (puisque manifestement tu es friand de citations) : http://www.carrepluriel.com...Et au commentaire que j'ai fait du film :J'ai eu beaucoup de mal à trouver un quelconque intérêt à 1917 et à ne pas m'y ennuyer.C'est un film d'action - et non un film de guerre car un film de guerre aurait eu quelque chose à dire ou à montrer sur la Première Guerre Mondiale, sur l'année 1917 qui donne le titre (qui aurait pu s'appeler 1915, 1916 ou 1918) - qui emprunte ses codes au jeu vidéo de façon assez plate. Ainsi, le héros traverse des décors différents qui sont autant de niveaux, croise un certain nombre de personnages qui sont là pour le renseigner sur sa mission et notamment lui donner des indications sur le chemin à emprunter et les obstacles à éviter qu'on retrouvera assez exactement (la première scène est exemplaire de ce point de vue : le lieutenant lui décrit très précisément le champ de bataille avec le cheval, le soldat pris dans les barbelés etc...) et n'existent pas autrement. Et quand le film ménage des moments de pause, c'est de la façon la plus caricaturale qui soit avec l'inévitable rencontre avec une civile apeurée et, évidemment, un bébé, pour tenter d'humaniser le récit. Et comme dans un jeu vidéo, la dimension humaine des personnages est sommaire et le héros, invincible, se relève toujours. Cette dernière caractéristique apparaît d'ailleurs particulièrement grotesque pour un film qui voudrait montrer que la mort guette à chaque coin de rue et qu'elle peut emporter les soldats à tout moment. Or notre héros se fait tirer dessus plusieurs fois à bout portant ou presque, se prend une explosion dans la gueule, traverse un champ de bataille pendant un assaut à la perpendiculaire, se fait emporter dans un cours d'eau puis dans une cascade...bref. Certes le film est immersif, comme on le lit partout, mais ce choix du plan-séquence m'apparaît en réalité sans intérêt et même lassant à la longue. Le plan-séquence est habituellement utilisé pour prendre une scène dans sa durée, dans sa continuité, pour casser le rythme du montage et permettre au spectateur de s'installer dans la scène et de voir mieux ou plus. Là j'ai l'impression que c'est le contraire qui se passe car comme le plan-séquence est la règle dans ce film, on est rivé au héros et on découvre en même temps que lui le chemin qu'il arpente sans jamais s'arrêter, en étant tout le temps en mouvement. C'est sans doute une belle performance technique mais je trouve que ça n'apporte rien d'un point de vue dramaturgique, que ça ne permet pas d'isoler une scène dans sa continuité pour créer une tension ou autre. D'ailleurs le film va tambour battant et je trouve regrettable qu'il ne cherche pas à plus incarner ses personnages, prendre la mesure de ses décors, là c'est vraiment aller d'un point A à un point B. Je reconnais que, grâce à Deakins, on a le droit à de belles images et quelques moments sont prenants (la traversée du village en feu la nuit) mais je ne comprends pas comment le film peut recueillir autant de suffrages.
    • Naughty Dog
      matte JudyZellweger livre une sacrée performance (c'est simple on ne la reconnait plus) et chante elle-même (c'est impressionnant)
    • Naughty Dog
      The Artist n'était pasunfilmétranger,mais une production Weinstein
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Papi-Sitter Bande-annonce VF
    En avant Bande-annonce VF
    De Gaulle Bande-annonce VF
    Sous les étoiles de Paris Bande-annonce VF
    Robert the Bruce Bande-annonce (2) VO
    La Bonne épouse Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    César 2020 : le palmarès complet !
    NEWS - Festivals
    samedi 29 février 2020
    César 2020 : revivez le discours de Florence Foresti
    NEWS - Festivals
    vendredi 28 février 2020
    César 2020 : revivez le discours de Florence Foresti
    En avant de Pixar : elfes, licornes et magie dans la nouvelle bande-annonce
    NEWS - Vu sur le web
    jeudi 10 octobre 2019
    En avant de Pixar : elfes, licornes et magie dans la nouvelle bande-annonce
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    1917
    1917
    4,4
    De Sam Mendes
    Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong
    Bande-annonce
    La Voie de la justice
    La Voie de la justice
    4,4
    De Destin Daniel Cretton
    Avec Michael B. Jordan, Jamie Foxx, Brie Larson
    Bande-annonce
    Les Enfants du temps
    Les Enfants du temps
    4,3
    De Makoto Shinkai
    Bande-annonce
    Sherlock Junior
    4,2
    De Buster Keaton
    Avec Buster Keaton, Kathryn McGaire, Joe Keaton
    Le Cas Richard Jewell
    Le Cas Richard Jewell
    4,2
    De Clint Eastwood
    Avec Paul Walter Hauser, Sam Rockwell, Kathy Bates
    Bande-annonce
    The Gentlemen
    4,2
    De Guy Ritchie
    Avec Matthew McConaughey, Hugh Grant, Charlie Hunnam
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top