Mon Allociné
Two Lovers
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,6 5524 notes dont 867 critiques
31% 269 critiques 29% 249 critiques 9% 74 critiques 12% 100 critiques 10% 86 critiques 10% 89 critiques

867 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
Louis G.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 101 critiques

4,0Très bien • Publiée le 17/05/2016

Joaquin Phoenix toujours aussi bon, tout comme le reste du casting. Un film plus personnel que ce qu'on pouvait attendre. https://www.facebook.com/UnDernierEspoirLeFilm

SociN

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 189 critiques

2,0Pas terrible • Publiée le 13/04/2016

Un film lent (trop) avec des situations téléphonées, au scénario assez prévisible et aux dialogues minables (au moins dans la VF ; espérons que la VO est mieux). Les acteurs (J. Phoenix en tête) sont trop vieux pour le rôle et les scènes sonnent creux ! Reste une bonne réalisation et un univers cohérent.

dudule1789

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 42 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 27/03/2016

Beau film captivant,émouvant et bien interprété. Une réserve toutefois dans le scénario,comment deux jeunes femmes belles,sensibles et attirantes ont elles pu se laisser séduire par ce raté social lâche,suicidaire,sans aucune fiabilité,et en plus un peu prétentieux sur les bords...Mystére si j'ai l'occasion de rencontrer MR Dostoîevski je lui demanderais si c'est comme ça dans sa nouvelle.

Will Carlier

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 203 critiques

3,5Bien • Publiée le 16/03/2016

James Gray realise un bon film avec 'Two Lovers', car si le film n'est pas adepte de defauts, il a le merite d'etre soigne au niveau de sa realisation,de ses couleurs... Ses acteurs sont excellents, la musique aussi. Le scenario est plutot classique mais en ressort plutot bien. En bref, "Two Lovers" est un beau film d'amour sans cliches et au final,avouons-le, efficace..

Shephard69

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 414 critiques

4,0Très bien • Publiée le 21/02/2016

Certainement le film de James Gray dont l'histoire m'a le moins touché sur le moment mais qui avec le recul m'a beaucoup fait réfléchir et marquer. Encore une mise en scène brillante de la part de ce réalisateur avec notamment quelques plans superbes. Joaquin Phoenix toujours aussi bon dans son registre habituel même si son jeu ici me paraît moins dérangé, plus intérieur, Isabella Rossellini est impressionnante de présence et j'aime bien Moni Moshonov dans le rôle du père. Un beau récit qui, sous de faux airs de banalité, s'avère être un petit bijou.

Drasco

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 47 critiques

2,5Moyen • Publiée le 20/01/2016

Un film banal sur une histoire d'amour entre un choix cornélien, entre la passion et la raison. Certes Joaquin Phoenix joue (surjoue?) bien et se montre crédible dans son rôle d'adulescent trentenaire et bipolaire, qui vit toujours chez ses parents. Certes Gwyneth Paltrow est belle et touchante en femme amoureuse d'un homme marié, et qui a besoin d'être rassurée. Mais ça ne fait pas tout, les dialogues sont pauvres et dignes de banales séries télévisées. Les émotions ne sont pas au rendez-vous, et malgré les critiques positives, ce film est largement sur-côté.

brunodinah

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 841 critiques

2,0Pas terrible • Publiée le 09/01/2016

Pour son quatrième long-métrage, James Gray s'éloigne de l'univers du gangstérisme, garde une troisième fois Joaquin Phoenix et s'illustre lumineusement dans cette romance noire et à fleur de peau en nous plongeant toujours aussi bien dans les arcanes de New York. "Two lovers", c'est l'histoire d'un trentenaire rongé par la raison (épouser la fille du racheteur de l'entreprise familiale) et son instinct (partir et fonder un foyer avec une voisine de pallier)... . Les personnages sont aussi bien esquissés que dans "The yards". Et justement, le scénario, bien que limpide, reste à hauteur de nos yeux sans prendre la consistance de ce deuxième volet sur la Famille. Mauvais point Gray. Il y a aussi la part de la musique qui ici ne vole pas haut. Elle ne nous ébranle pas, reste sur son piédestal sans jamais gagner en intensité. Vraiment dommage pour l'équipe Kilar-Sano qui avait mitonné du très bon sur "La nuit nous appartient". Pour se rattraper, maître Gray nous impose Joaquin Phoenix dans le rôle du trentenaire habitant encore chez ses parents. Encore une fois, c'est une partition plus que parfaite et Joaquin fait le liant entre les deux femmes qu'il aime de manière si élégante et charnelle qu'il rend la noirceur de Gray au diapason. Surprenant, élégant, classe, énigmatique, Phoenix écrase ses partenaires pour capter l'essence que le peintre new-yorkais décrit, son histoire (la sienne et celle de Phoenix, énigmatiques toutes les deux). Au diapason, Joaquin explore toutes les facettes de son talent et prouve, de par un charisme évident, qu'il apparaît ici comme une gueule du cinéma contemporain. Avec "Two lovers", Gray termine le travail entamé avec Joaquin depuis "The yards". En cela, je peux dire que l'acteur de "8MM" est l'équivalent de Roth sur "Little Odessa" de par ses trois collaborations complètes avec le metteur en scène. Ici, je comparerai volontiers le Commodus de "Gladiator" avec Stamp de "Théorème" ou avec Delon de "La piscine". Rien que ça !! A ses côtés, on retrouve Gwyneth Paltrow (en 1999, elle est auréolé de l'Oscar de la meilleure actrice pour "Shakespeare in love", 3 ans après "Seven") dans le rôle de la voisine blessée par la vie. Comme à l'accoutumée, elle nous sert une composition qui sonne énormément juste. Et l'on ne peut qu'adorer (!), surtout avec le duo qu'elle forme avec l'immense Phoenix. Avec aussi la très belle Vinessa Shaw (c'est elle qui charme Tom Cruise dans "Eyes wide shut" !), campant la fille à papa, qui tente de se faire une place dans ce trio (Phoenix-Paltrow-Shaw). Je ne nommerai qu'un autre membre du casting : Isabella Rossellini ("Blue velvet", "Nos funérailles", "Poulet aux prunes"...). La fille de Roberto et d'Ingrid Bergman, qui joue la mère de Joaquin Phoenix dans le film, reste d'une onctueuse délicatesse dans toutes les apparitions qu'elle réalise. Elle incarne ainsi le second couteau par excellence de "Two lovers". Classe !, Isabella. Pour parler esthétique, c'est toujours du très bon : l'équipe de "La nuit nous a appartient" est au complet (Clancy, Baca-Asay, Axelrad). L'atmosphère rendue (des lumières, du montage...) en est d'autant plus poisseuse. Douglas Aibel, directeur de casting, revient faire un tour dans l'univers sombre de Gray depuis leur rencontre sur "Little Odessa". Quant à la mise en scène, on oscille entre polar (par le travail radiographique du peintre Gray) et drame humain (pour une interprétation réaliste de Joaquin Phoenix). On assiste finalement à une romance à laquelle James Gray appose sa patte. Et son talent : la classe européenne. Car on retrouve de la candeur (à la française : Delon). Du mystère (à la Hitchcock). De la fragilité (à la Pasolini). De la paranoïa (à la Fritz Lang). Du voyeurisme (à la Brian De Palma). Le tout, mélangé à la sauce Gray. Du grand art par un peintre hors norme : maître James Gray. Pourquoi j'ai moyennement aimé "Two lovers" ? Par ce rythme lent et languissant au possible. Et l'inactivité de Gray à nous faire franchement décoller de notre fauteuil. Oui, j'en ressors déçu, et ce malgré l'excellente qualité esthétique et technique du métrage. D'où ma note : 1 étoile sur 4. Spectateurs, n'en abusez... Pa(l)tro(w) ! PS : c'est grâce à "Two lovers", film sélectionné dans la liste des vingt trois à Cannes en 2008 (et qui ne reçu, pour changer, aucune récompense) que l'artiste Gray se fit connaître du public. La presse avait seulement pointé son nez en présence de "Little Odessa" en 1995. Piètre dédommagement !

Mad Gump 10

Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 718 critiques

4,0Très bien • Publiée le 26/09/2015

En regardant l'affiche et le synopsis, on pourrait s'attendre à une banale comédie romantique... C'était sans compter sur le fait que le réalisateur est James Gray. Il impose d'ailleurs sa patte dans ce film, sa thématique préférée : les dilemmes moraux d'un personnage, et sa vision pessimiste de la vie. On a ici un film plutôt plaisant à suivre, le suspens résidant dans le fait qu'on ne sait pas quel sera le choix de Léonard (il ne le sait d'ailleurs pas lui-même) jusqu'à la fin qui est très osée (enfin je retrouve ce cran qu'avait le réalisateur de Little Odessa et que je n'ai pas vu dans La nuit nous appartient). Les acteurs sont bons, surtout le duo Joaquim Phoenix/Gwyneth Paltrow (Vanessa Shaw est assez en retrait), pour lesquels on a pas de mal à se prendre d'affection. La preuve qu'une romance ne doit pas forcément être mièvre à en crever (n'est-ce pas Stéphanie Meyers), en clair un très bon film.

Eselce

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 2 618 critiques

1,5Mauvais • Publiée le 14/09/2015

Je n'ai pas accroché à l'ambiance très sombre et mélancolique du film. Le personnage principal m'a paru être une loque hypocrite. Les personnages ne sont pas très malins et l'histoire très moyenne. Les trois personnages sont baladés les uns par les autres. Ce n'est vraiment pas agréable à regarder. Pas ennuyeux, mais à la limite de la déprime.

Nyns

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 415 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 14/09/2015

C'est bien simple, je n'ai jamais eu d'expérience cinématographique identique à celle que m'a procuré Two Lovers il y a quelques années, et depuis, je ne me lasse pas de le revoir. Grâce aux deux bonhommes que sont James Gray, qui signe ici le meilleur film de sa carrière et nous rappelle que l'on peut difficilement faire mieux que lui en matière de magnificence de scénarios simples, et Joaquin Phoenix, qui parvient à un tel niveau de jeu que ça en devient désarmant, ce film a atteint le grade incontesté de Chef-d’œuvre, nous rappelant que le cinéma moderne n'a pas dit son dernier mot. A partir d'une idée basique : choisir entre le cœur et la raison, l'ami James précédemment cité réinvente totalement le genre romantique en utilisant le drame de façon judicieuse et troublante d'honnêteté. Voilà, c'est brut, touchant et carrément hypnotique. Dur dur de regarder un navet après ça, c'est du très haut niveau. La vie sentimentale d'un gars ordinaire raconté par un grand maitre du film noir ça donne ça. A voir absolument!

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse