Mon Allociné
La Chasse - Cruising
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,7 659 notes dont 124 critiques
13% 16 critiques 34% 42 critiques 19% 24 critiques 23% 28 critiques 8% 10 critiques 3% 4 critiques

124 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
sapiens

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 678 critiques

2,5Moyen • Publiée le 19/09/2016

"Cruising" reprend la canevas de "Serpico" de Sidney Lumet (1973), toujours avec Al Pacino en sous-marin dans une enquête dans les bas fonds d'une ville maussade. Cette fois Friedkin place l'action dans le monde SM de la communauté gay et commet la première erreur du film en carricaturant à outrance le milieu homosexuel. Nous sommes en 1980 et un mystérieux virus commence à faire parler de lui. La communauté gay qui milite pour ses droits n'est toujours pas acceptée du grand public. Pas étonnant que celle-ci ai farouchement combattu ce film qui la réduit à une bande de déséquilibrés sexuels costumés en blousons et casquettes de cuir dans des clubs sordides ! Cela n'en fait pas pour autant un mauvais film. Après tout le cinéma aime se focaliser sur les extrêmes pour raconter ses histoires. Le vrai problème réside dans l'enquête d'Al Pacino, qui ne semble même pas exister. A part sortir dans des clubs et traîner dans des parcs, ce dernier ne semble pas faire grand chose de ses journée... D'aileurs son personnage au contraire de Serpico ne montre pas la rage de coincer sa proie. On se demande même quelles sont ses motivations au final ? Friedkin tente de rattraper son film en lui donnant une fin alambiquée des plus confuse, histoire que son film ne ressemble pas un banal polar. Mais ça arrive bien trop tard...

Blondeau F.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 15 critiques

4,5Excellent • Publiée le 06/09/2016

L'ambiance du film est parfaitement maîtrisée, l'esthétique est très osée (ce cuir, cette fumée, cette sueur...), les personnages étranges et dérangeants. La tension et l'atmosphère en font vraiment un très bon film.

Uncertainregard

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 088 critiques

2,5Moyen • Publiée le 10/02/2016

Bon polar de Friedkin qui se montre toujours aussi cru voir choquant dans le traitement de ses histoires. C'est une enquête assez sordide mené par Al Pacino en infiltration dans le milieu homosexuel sado-masochiste. Je ne crois pas l'avoir déjà vu se trémousser sur une piste de danse en tenue des "Village people" (le seul moment où vous sourirez un tant soit peu). Sinon c'est glauque à souhait dans les bas-fonds obscures de ces quartiers peu fréquentables où cette communauté s'adonne aux pires pratiques sexuelles. Scénario classique mais intelligent qui nous pousse à aller jusqu'au bout bien qu'il y ait une certaine ambiguité sur le véritable auteur de ces assassinats et la résolution de cette enquête...

pierrre s.

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 1 525 critiques

4,0Très bien • Publiée le 02/09/2015

La Chasse, est un excellent polar, qui réussi à aborder un sujet peu fréquent à l'époque. Al Pacino est magistral, et le plan final marque le spectateur.

Yannickcinéphile

Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 3 049 critiques

4,0Très bien • Publiée le 07/07/2015

Un film très solide que La Chasse de Friedkin. Un peu caricatural certes, peut-être un peu lancinant dans sa partie centrale, mais qui ne manque pas d’atouts pour être un divertissement violent sur un sujet rare au cinéma. Niveau casting il faut être franc l’essentiel du film repose sur les épaules d’Al Pacino. Ce dernier est pratiquement omniprésent à l’écran. Il est très efficace, même si ce n’est pas sa meilleure prestation, et il se glisse tout de même avec une conviction totale dans la peau de son personnage, pas forcément des plus faciles à endosser. A l’aise, il est entouré de seconds rôles de qualité, mais qui n’ont pas beaucoup à faire. Karen Allen par exemple se contentent d’apparitions, Paul Sorvino est bon mais lui aussi peu présent. Le casting pour les personnages homosexuels étant honorables mais davantage fadasse malgré tout avec des rôles plus convenus. Le scénario est globalement très solide. Pour ma part un certain regret sur une partie centrale qui tend à perdre en puissance par rapport à l’excellent début et au final très réussi, et quelques éléments pas expliqués sur les motivations du tueur (notamment sur la phrase qu’il dit à ses victimes). Pour le reste l’histoire se déroule néanmoins dans un milieu original, la violence, le poisseux du film lui confère une personnalité attrayante pour qui aime ce genre, l’enquête a de l’intérêt et le film se conclue de façon tout à fait mémorable. En tout cas j’ai accroché sans difficulté particulière. Visuellement Friedkin sort l’artillerie lourde. La mise en scène est impeccable, avec beaucoup de recherches audacieuses en termes de plans, de cadrages, et une solidité à toute épreuve qui m’a ravi. Le premier meurtre est mémorable par exemple. L’ambiance est très travaillée, avec une photographie et des décors qui pourront rappeler certains films de Ferrara. Glauque, interlope, et en même temps dopé aux néons et aux couleurs criardes, le film distille une esthétique fort plaisante, tout comme la bande son, très en adéquation avec le film. Un métrage qui, je le précise quand même au cas où, est violent, graphique, et il vaudra donc mieux être informé à ce sujet avant de se lancer dans le visionnage. Néanmoins La Chasse est un métrage intéressant que j’ai bien aimé. Reste que le film souffre d’une baisse de rythme dans sa partie centrale, qu’il y a quelques zones d’ombres inexpliquées, un casting un poil sous-exploité, et peut-être une image un peu caricatural du milieu gay. Après on était dans les années 80, donc bon, c’était une autre époque aussi. 4, en particulier pour l’excellence visuelle.

chrischambers86

Suivre son activité 1036 abonnés Lire ses 9 857 critiques

4,0Très bien • Publiée le 13/06/2015

Ce n'est pas la première fois que William Friedkin signe un film controversè avec une interdiction aux moins de 17 ans lors de sa sortie aux U.S.A! Pour le meilleur, cela donne "Cruising" dans lequel un flic enquête dans le milieu « underground » new-yorkais sur des meurtres d'homosexuels! Mal compris par la critique, le film est vaguement basè sur le roman du même nom, celui d'un tueur en sèrie ciblant les homosexuels, en particulier ceux qui sont associès avec le cuir sur scène! Maître du rythme jusqu'à ses infimes fractions, le rèalisateur de "To Live and Die in L.A." filme avec cruditè l'èvolution psychologique de Al Pacino et installe le malaise dans la partie ouest de Greenwich Village! Et si vous vous sentez le besoin de dire que "Cruising" n'a rien d'exceptionnel, je vous prierais de sortir au plus vite! C'en serait trop pour mes chastes oreilles car ce film de Friedkin est bel et bien une rèussite exemplaire qui s'affirme haut la main comme l'un des meilleurs de son auteur! Pas la peine de tirer sur l'ambulance : la sincèritè du rèal est èvidemment totale et la descente aux enfers de Pacino mèrite au moins d'être saluèe! Ne serait-ce que pour la scène hallucinante de la danse avec une accèlèration progressive de l'acteur! Le rèsultat, devenu essentiel avec les annèes, est une oeuvre perturbante dans tous les sens du terme, portèe par une photo aux teintes bleues fasbinderiennes qui vous collera longtemps à la peau...

ffred

Suivre son activité 214 abonnés Lire ses 2 562 critiques

4,0Très bien • Publiée le 02/01/2015

Je n'avais plus revu ce film depuis les années 80 (où j'avais réussi à entrer dans la salle du MK2 Beaubourg sans avoir l'âge requis, interdit aux moins de 16 ans). Il n'a pas spécialement bien vieilli mais cela reste du Friedkin pur jus, tendu et efficace. Le metteur en scène s'est toujours défendu d'avoir fait un film homophobe comme le criait la communauté gay de l'époque. Personnellement, je ne trouve pas qu'il le soit, mais les temps ont changé. On trouve la description d'un milieu spécifique dont l’ambiance est plutôt bien rendue, le tout restant cependant relativement soft. Un motif qui a aussi définitivement brouillé le réalisateur et son acteur principal. Al Pacino, en plein ascension après Le parrain et Un après-midi de chien, prenait des risques avec ce film controversé. Il est parfait dans le rôle, nous faisant idéalement ressentir le malaise du personnage, ses doutes, ses questions et les failles que l'enquête révèle en lui. Cruising, malgré tout, reste un excellent film noir, maintenant devenu culte. La vie d'un film peut être parfois surprenante...Pour ne pas être classé X et satisfaire ses producteurs, Friedkin a dû couper 40 minutes de scènes jugées pornographiques. Ce sont ces scènes là que James Franco et Travis Mathews (réalisateur du très mauvais I want your love, j'aurai du me méfier) ont essayé de récréer. Essayer seulement, car Interior.Leather.Bar est un grand n'importe quoi. Déjà, on s'attend à voir un peu plus de la reconstitution des 40 fameuses minutes sacrifiées au montage. Sur les une heure que dure le film on en voit à peine dix minutes. Deux ou trois zizis en érection et c'est à peu près tout. Ce qu'on voit surtout ce sont les visages ébahis des réalisateurs devant « l'art » qu'ils sont entrain de créer. Tout sonne faux. A commencer par le jeu du très mauvais acteur principal Val Lauren (ami de Franco), censé interprété le personnage de Pacino. Il passe son temps à se lamenter d'être là et à dire à qui veut l'entendre qu'il ne comprend pas, tout comme nous pour le coup, la démarche de Franco. Dans le même temps, les figurants ne se préoccupent, eux, que de savoir s'ils vont voir Franco nu ! Ce n'est que bavardages pompeux et insignifiants (à part la remarque sur la place du sexe gay dans le cinéma d'aujourd'hui par rapport aux hétéros), sur l'art, la condition d'artiste, la liberté d'expression, etc, etc, blablabla...autour des préparatifs du tournage : casting, maquillage, mise en place des décors... Strictement aucun intérêt. De plus, on ne sait jamais vraiment si c'est un film de fiction ou un documentaire, la jaquette du DVD annonce « Drame, érotique ». S'il voulait absolument voir ces fameuses scènes, pourquoi James Franco ne les a-t-il pas tout simplement demander à Friedkin (qui ne désespère pas, apparemment, de sortir un jour un « directors' cut ») et tenter d'en faire quelques choses d'autres que cet infâme moyen-métrage finalement très politiquement correct devant lequel Cruising fait figure de film subversif. Plus mauvais que raté. http://lecinedefred2.over-blog.fr/2015/01/cruising-interior-leather-bar.html

Raw Moon Show

Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 801 critiques

2,5Moyen • Publiée le 09/12/2014

Fredkin & Pacino qui tâtent du thriller dans les milieux gay au débuts des années 80, ça promettait birgrement ! Et ben pas grand chose au final. Côté intrigue, c'est plan-plan au possible. Un flic consciencieux voire obsédé commence à confondre sens du devoir et pulsions les moins avouables alors qu'il est aux basques d'un tueur en série. C'est surtout très daté côté anthropologie des boîtes homos de cette période charnière (au charme suranné) où le cuir était roi ! Juste avant l'émergence sur la scène internationale du virus tue-l'amour qui va soudain faire baisser la température dans ces temples masculins du plaisir charnel. En dehors du témoignage d'une certaines époque et de certains moeurs, rien de passionnant à signaler, même pas le scénario, même pas la mise en scène de Friedkin, même pas l'interprétation de Pacino. Moyen moyen tout ça..

garf25

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 134 critiques

3,5Bien • Publiée le 05/09/2014

Le scénario manque d'originalité et de mordant ce qui donne lieu à un film répétitif, presque barbant par moments. En revanche, l'atmosphère du milieu SM new-yorkais, bien travaillée, passant par la musique, les effets sonores, les lieux, décors et lumières, est prenante. Cruising montre une opposition radicale entre la nuit, violente, sauvage comme la jungle de Central Park et de Morningside, terrain de groupes en marges, stigmatisés et exposés aux dangers ; et le jour, lumineux et confiné comme le loft du couple Al Pacino/Karen Allen, terrain des gens normaux (qui vivent dans la norme, dans la majorité), qui travaillent et gagnent de l'argent. Mais la frontière entre les deux mondes est plus poreuse qu'il n'y paraît...

cocolapinfr

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 625 critiques

4,0Très bien • Publiée le 02/09/2014

Ambiance glauque dans ce polar placé dans une zone gay-sm de New York. Film efficace servi avec une intrigue lente et une violence dégoulinante revelant un Al Pacino subjuguant.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse