Mon AlloCiné
    Le Parrain
    note moyenne
    4,5
    39529 notes dont 1263 critiques
    73% (925 critiques)
    16% (207 critiques)
    5% (57 critiques)
    3% (42 critiques)
    1% (17 critiques)
    1% (15 critiques)
    Votre avis sur Le Parrain ?

    1263 critiques spectateurs

    Guimzy
    Guimzy

    Suivre son activité 138 abonnés Lire ses 319 critiques

    5,0
    Publiée le 26 mai 2015
    C'est à se demander si ça vaut vraiment le coup de lui donner une note. Que dire devant un tel film. Le scénario est magnifiquement bien construit, les acteurs sont exceptionnels (Marlon Brando et Al Pacino ou deux des grandes figues de l'histoire du cinéma), la bande-son est juste inoubliable, la mise en scène est unique.. Il est vrai que si certains s'attendaient à voir un bon film de mafieux avec des coups de feu à droit à gauche et des morts, ils ont pu être déçus. Mais ce n'est absolument pas dans ce sens-là qu'il faut regarder le film. Le Parrain montre les liens familiaux et amicaux qui construisent une véritable famille où chacun peut faire confiance à ses amis, ses proches. Il montre la fidélité et la loyauté que peuvent avoir les mafieux entre eux, mais aussi la dangerosité à s'intégrer dans la pègre. La première scène du film, celle du mariage, montre clairement que les mafieux ne sont pas uniquement des hommes dépourvus d'humanité et de conscience, et c'est qu'on voit parfois dans les films d'actions de nos jours. Le grand Marlon Brando, qui est le patron de la pègre, fait son travail correctement, en évitant au maximum les bains de sang, réfléchit, et garde un calme et une indifférence impressionnante. On comprend très vite que ce qui compte pour lui avant tout, c'est sa famille, et qu'il serait près à faire n'importe pour éviter que celle-ci soit en danger. Le film montre aussi la dangerosité à être attiré par quelqu'un, avoir des sentiments. Car c'est un énorme avantage ensuite pour les ennemis des Corleone. Bref, ce chef d'oeuvre prouve que même s'il n'y a pas mal de paroles, à aucun moment on ne s'ennuie et on au fur et à mesure du film, on finit par être acteur de celui-ci et de participer aux crimes organisés, aux guerres de gangs, aux réunions de familles. Cinéaste de la famille par excellence, Francis Ford Coppola livre avec Le Parrain une oeuvre titanesque qui n’a rien perdu de sa puissance. Oeuvre à la noirceur insondable, d’une richesse presque étourdissante, portée par un casting aussi ample qu’éblouissant, le Parrain n’a rien perdu de son pouvoir de fascination quarante ans plus tard. Véritable opéra pétri de références bibliques, portrait poignant d’un père perdant peu à peu son fils prodige, illustration d’une inévitable perte d’humanité, Le Parrain mérite encore aujourd’hui des lectures et réflexions, celles qui accompagnent heureusement ces quelques véritables chefs d’oeuvres du 7ème art.
    Marceau G.
    Marceau G.

    Suivre son activité 288 abonnés Lire ses 176 critiques

    5,0
    Publiée le 15 novembre 2013
    Tout simplement l'un des plus grand film qui soit !!! Tout dans "The Godfather" est grandiose: l'interprétation de Marlon Brando, celles des seconds rôles comme Al Pacino, James Caan ou Robert Duvall mais aussi le scénario superbement écrit par Mario Puzzo et Coppola et bien sur la mise en scène parfaite de ce dernier qui instaure un climat remarquable et jamais vu. On ne s'ennuie jamais et les moments de réflexion sont parfaitement ponctués par rapport aux scènes d'actions. Cela fait beaucoup de "Parfait" mais c'est le meilleur adjectif qui pourrait caractérisé "Le Parrain"...Franchement l'un de mes films préféré si ce n'est mon film préféré.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1516 abonnés Lire ses 8 672 critiques

    5,0
    Publiée le 7 octobre 2014
    Immense chef d'oeuvre du cinèma amèricain dont le rècit à pour cadre la mafia! Aussi bien comme producteur que comme rèalisateur, Francis Ford Coppola est celui qui a le plus contribuè au renouvellement du cinèma US! il suffit de voir comment, tout en respectant les lois du genre, notamment l'intensitè dramatique, Coppola hausse sa peinture de "The Godfather" aux dimensions d'une fresque socio-historique (surtout dans la seconde partie, rare exemple d'une suite supèrieure à l'oeuvre initiale). Une mètaphore de l'Amèrique avec un rèalisateur qui met en question les bases mêmes de la sociètè amèricaine! Les acteurs sont puants de talent! De Marlon Brando à Al Pacino, en passant par James Caan ou John Cazale, c'est une famille Corleone pleine de bruit et de fureur! Composant avec son habituelle mèticulositè le fascinant portrait d'un vieillard, Brando obtint l'Oscar du meilleur acteur qu'il refusa, d'ailleurs, en signe de protestation contre l'attitude adoptèe par le cinèma et la tèlèvision, face au peuple indien, dans le cas de Wounded Knee, dans le Dakota du Sud! Musique magnifique de Nino Rota, partition ayant eu une part qu'on peut qualifier de dècisive dans la rèussite du film! D'ailleurs au moment de la sortie, on a comptè dans la France plus de trente versions, dans tous les formats (45 tours, 33 tours) et à tous les prix, de la musique de "The Godfather". Les musiciens, auteur de ces rèussites, s'arrachent à prix d'or! Puissant et inoubliable moment de cinèma qui battit tous les records de recettes en rapportant beaucoup de millions de dollars...
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 340 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    5,0
    Publiée le 18 mai 2016
    Et si The Godfather était la synthèse parfaite entre le film d'auteur et la grosse production ? Avec cette oeuvre de commande adaptée du roman de Mario Puzo, l'enfant du Nouvel Hollywood, tout juste sortie de l'écurie Corman, fait rentrer le film de gangsters dans une nouvelle ère, tout en rendant hommage aux films du genre des années 1930. Il donne une dimension baroque à son oeuvre, faisant du Parrain un film-opéra aussi majestueux que grandiose. Dès les premières secondes, un long plan-séquence, sous une lumière obscure, où l'on découvre Marlon Brando de dos avant que la caméra n'arrive sur son visage, Coppola donne le ton. Il nous immerge au coeur de la vie de la famille Corleone, d'abord via le mariage de la fille, puis peu à peu dans les rouages de leur système où l'on découvre les méthodes, les autres clans et l'importance de la famille. Construit autour du patriarche, ce premier opus de la saga met en avant sa déclinaison, parallèlement à l'ascension du fils tout juste revenu de l'armée. Ce qui frappe une fois la vision du Parrain terminée, c'est sa richesse d'écriture et toutes les thématiques qu'il aborde, tout en prenant le temps de développer et d'approfondir les personnages et les relations qu'ils auront entre eux. Abordant d'abord les coulisses de la pègre, c'est peu à peu le rêve américain que Coppola met en avant à travers l'immigration et l'implantation de ceux-ci sur ce territoire, gardant toutes leurs traditions et grimpant, d'une manière ou d'une autre les échelles sociales. Une immigration toujours d'actualité, à l'image du turc et l'arrivée de la drogue dans les affaires, point de départ de la "chute" de Brando, lui qui n'a jamais voulu mêler ses affaires à cela. C'est aussi la vision d'un monde violent, d'une famille où chaque membre est en danger permanent dès qu'il sort et où finalement, la violence est le seul moyen de se faire entendre. Tout en abordant toutes ses thématiques avec intelligence et toujours en fond de l'histoire, le futur metteur en scène d'Apocalypse Now montre tout son talent pour mettre en place les personnages et enjeux. La construction du récit est remarquable, il met en avant la chute d'un parrain qui ne peut plus suivre l'évolution rapide de ce monde, et la montée du fils de celui-ci. Il nous immerge totalement dans cette famille, sachant bien mettre en avant les personnalités de chacun, ceux qui vont être en retrait comme Fredo ou ceux qui n'ont pas l'intelligence et/ou le sang-froid pour prendre les affaires en main. Il donne de l'importance à tous, qu'il soit plus ou moins important et met superbement en avant toute la complexité et la profondeur d'eux, ou des enjeux. Le travail sur les personnages se trouve aussi dans la perception que va en avoir le spectateur. Ici, il n'y a guère de "bons", la majorité représente des criminels et/ou des corrompus ou pourris jusqu'à la moelle et Coppola arrive à nous attacher aux protagonistes, à les rendre sympathiques, notamment Brando alors qu'ils sont ignobles. Il le fait notamment en mettant en avant le sens de l'honneur et de la famille, au détriment de leurs actes criminels, et les justifiants par les barbaries des autres clans. D'ailleurs aucun des personnages ne laisse réellement indifférent, chacun arrivant à créer un sentiment, de sympathie, dégout ou détestation et tous bénéficient d'excellentes interprétations. Difficile d'évoquer Le Parrain, sans parler de la direction d'acteur de Coppola, si Brando est "possédé" en patriarche, évitant totalement la caricature et usant d'un jeu d'une rare subtilité, Al Pacino est lui aussi remarquable, tout en justesse jusqu'à en faire froid dans le dos. De James Caan à Robert Duvall en passant par la belle Diane Keaton, tous les autres acteurs se font oublier derrière leur personnage et permettent d'accentuer l'immersion et le côté réaliste de l'oeuvre. Jusqu'au final et cette dernière image où le regard de Diane Keaton fait froid dans le dos, Coppola montre toute sa maestra et son génie. Chaque plan est parfaitement millimétré et frôle la perfection, son travail sur la lumière (avec l'aide de l'excellent Gordon Willis) est remarquable tandis qu'il orchestre son récit d'une main de maitre. Le montage participe pleinement à la réussite du film, Coppola jouant avec facilité entre les différents lieux, tandis que plusieurs scènes restent des modèles du genre, à l'image du baptême. Il met en place une atmosphère de plus en plus fascinante, prenante et baroque, le film prend une ampleur immense où chaque seconde est riche et chargée de sensation. Sublimant une bande-originale adéquate, il nous immerge totalement au coeur de la pègre grâce à une reconstitution et une photographie remarquable. Si aujourd'hui Le Parrain reste à ce point ancré dans les mémoires, c'est tout simplement qu'il n'a jamais été dépassé. Coppola signe l'ultime oeuvre sur la mafia, réunissant plusieurs thématiques et nous immergeant totalement au coeur de la famille Corleone, pour un résultat aussi somptueux que grandiose.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1127 abonnés Lire ses 2 462 critiques

    5,0
    Publiée le 3 janvier 2014
    Devenu une grande référence quasi indiscutable de nos jours, ce « Parrain » dispose effectivement de qualités assez évidentes face auxquelles il est bien difficile de ne pas s’émouvoir. Je pense que ce qui fait indéniablement la force de ce film, c’est la dimension épique que le grand maitre Coppola parvient à donner à sa fresque de mafieux. L’ambigüité des valeurs, le rapport aux racines et à l’autodétermination, le tout plongé dans ce monde de la pègre. Il n’y a pas à dire : ça fascine. Sur ce plan, Coppola est au sommet de son art et, je le concède, pour moi aussi ce « Parrain » est quand même un sacré monument.
    Davidhem
    Davidhem

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 322 critiques

    5,0
    Publiée le 30 novembre 2007
    Deux ans après avoir scénarisé le célèbre film de guerre nommé Patton, Francis Ford Coppola décide de se lancer dans l'adaptation d'un livre traitant de la mafia italienne qu'il intitulera Le Parrain. Le réalisateur rassemble une belle brochette d'acteurs confirmés comme Marlon Brando ainsi que des acteurs inconnus du grand public qui deviendront des figures de cinéma comme Al Pacino et James Caan. Le film relate l'histoire d'un clan d'origine sicilienne nommé Corleone qui contrôle les bars et les jeux de la ville et qui vivent tranquillement dans des propriétés luxueuses. Le réalisateur affiche clairement sa volonté de prouver au spectateur que ces hommes apparemment respectables ne reculent devant rien pour obtenir un service ou l'exécuter. Coppola ne s'enferme pas pour autant dans le cercle vicieux de délivrer successivement uniquement des meurtres ou des règlements de compte sanglants par ailleurs très nombreux mais signifie aussi l'importance que ces hommes accordent à leur famille qui relève du sacré. Le réalisateur a eu la chance d'adapter et de réaliser ce film dans les années 70, époque où l'on ne craignait plus de montrer une extrême violence ou des parties de jambes en l'air. Le scénario est remarquablement bien ficelé, riche, dense et probablement le meilleur que Coppola a pondu. Les décors qui entourent le film sont somptueux, pas une seule image, pas un seul plan ne déroge à la règle. Al Pacino trouve ici son premier grand rôle deux ans après le très controversé Panique à Needle Park où le réalisateur avait remarqué sa prestation. Marlon Brando trouve ici un rôle majeur dans sa flamboyante filmographie et délivre une composition ahurissante dans le rôle du Parrain à la dérive et au calme impressionnant. Voici le premier vrai grand film sur la mafia, un monument dans l'histoire du septième art qui permit à Al Pacino d'être propulsé au rang de star qui enchaînera les longs-métrages et que Coppola retrouvera pour la suite de cette saga colossale! Génial!
    Roy Batty
    Roy Batty

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 90 critiques

    5,0
    Publiée le 12 septembre 2014
    "Le Parrain" bénéficie d'une réalisation très soignée et méticuleuse, d'un scénario très solide, de scènes cultes comme s'il en pleuvait et d'acteurs à ce point excellents qu'il est quasiment impossible d'en préférer un à un autre. Marlon Brando trouve en Don Vito Corleone un de ses tous meilleurs rôles. Il faut dire qu'il s'est investi corps et âme dans ce projet. Al Pacino est l'acteur « fil rouge » de la trilogie. Le rôle de Michael Corleone va lui apporter une reconnaissance internationale. Il est parfait dans le rôle de ce fils un peu effacé au début, mais qui va petit à petit prendre une toute autre dimension. Robert Duvall et James Caan sont eux aussi formidables. Et que dire de l'inoubliable musique de Nino Rota ? On peut donc dire sans hésiter que "Le Parrain" de Francis Ford Coppola est un chef-d'oeuvre absolu du cinéma.
    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 782 abonnés Lire ses 581 critiques

    5,0
    Publiée le 20 août 2013
    Francis Ford Coppola signait en 1972 un véritable chef-d'oeuvre du cinéma, démontrant toute l'étendue de son talent. Doté d'un casting époustouflant, Brando et Pacino réunis dans un seul et même film, rien que ça, d'un scénario passionnant et d'une durée honorable, ce Parrain est entré dans la légende cinématographique comme étant un authentique et novateur chef d'oeuvre.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 227 abonnés Lire ses 1 031 critiques

    5,0
    Publiée le 4 février 2013
    On ne voit pas passer les presque trois heures que durent ce film d'une réalisation parfaite dans tous les domaines. L'interprétation est remarquable, Brando étant extraordinaire, et Pacino (son premier vrai rôle) déjà très bon. Si l'on devait chipoter on pourrait critiquer quelques petites longueurs et une certaine imprécision dans certains éléments de l'intrigue. Mais qu'importe, ce film n'est pas seulement le chef d’œuvre de Francis Ford Coppola, c'est l'un des sommets du 7ème art !
    maximemaxf
    maximemaxf

    Suivre son activité 279 abonnés Lire ses 160 critiques

    5,0
    Publiée le 25 février 2014
    Cela faisait un moment maintenant qu'on m'avait fortement conseillé de commencer la trilogie du Parrain, et comme le premier film est considéré comme l'un des meilleurs films de tout les temps, il méritait que je le vois et je comprends pourquoi il a tant d'éloge : ce film a plus de 40 ans, mais il n'a pas prit une seule ride pendant tout ce temps, cette adaptation du livre de Mario Puzo est un chef d'oeuvre à part entière. L'histoire est très sombre, mais Coppola a crée un univers hors norme, racontant l'histoire de la famille Corleone qui maintient sa suprématie in extremis dans la pègre Ney-Yorkaise. Al Pacino, ici, tiens le rôle de sa vie en tant qu'acteur dans le rôle de Michael Corleone, l'un des fils du parrain Don Vito Corleone interprété à la perfection par Marlon Brandon qui est juste formidable et inimitable dans son rôle du grand parrain de la famille Corleone. James Caan, Robet Duvall et les autres acteurs contribuent tous à faire de ce film un bijou du septième art avec des scènes d'anthologie et mémorable, des scènes de violence vraiment inouï ou encore la fin du film qui m'a ouvert "l'appétit" pour voir la suite de cette trilogie aussi mythique que magistrale. Je ne peux que lui mettre 5 et dire : "Bravo Monsieur Coppola"
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    5,0
    Publiée le 15 novembre 2011
    Le film qui propulsa Coppola au sommet et sans aucun doute son chef-d’œuvre avec "Apocalypse Now", "Le Parrain" est une épopée funèbre relatant à la fois la chute de Don Corleone et l’ascension de son fils Michael à la tête de la famille le tout éparpillé de mariage, de naissances et surtout de meurtres. La mise en scène est superbe sublimée par la musique de Nino Rota qui crée ainsi une partition de légende. Dans un de ses rôles les plus connus, Marlon Brando entre dans le mythe hollywoodien et Al Pacino entre dans la cour des grands avec son jeu d'une rare intensité. Mythique.
    Chuck Carrey
    Chuck Carrey

    Suivre son activité 199 abonnés Lire ses 334 critiques

    3,5
    Publiée le 23 mai 2015
    "Le Parrain" est un film de gangsters culte et le premier opus de la trilogie homonyme , l'une des œuvres les plus importantes de Francis Ford Coppola. Le cinéaste américain n'était alors pas encore connu. Il avait déjà sorti quelques films et venait de produire "THX 1138", le premier long-métrage de son ami George Lucas, qui fut un échec. Cela l'endetta et il accepta de réaliser l'adaptation du roman éponyme de Mario Puzo pour la Paramount. Bien lui en a pris car son film rencontra un immense succès, remporta 3 Oscars (dont celui du meilleur film) et le propulsa parmi les grands noms du Nouvel Hollywood. "Le Parrain" est une grande œuvre, autant pas sa durée (presque trois heures) que son importance cinématographique. Et c'est dans l'ensemble un bon film. On suit l'ascension de Michael Corleone, joué par Al Pacino, au sein de sa famille de mafieux. Malgré de nombreuses longueurs et baisses de rythme au fil du récit, l'histoire reste assez intéressante et plaisante à suivre. La réalisation y est très classique mais les acteurs sont très bons en revanche. Marlon Brando, qui gagna l'Oscar du meilleur acteur (qu'il refusa), y est certes imposant dans son rôle mais sa manière de parler, sans articuler, est parfois assez agaçante. La bande originale, composée par Nino Rota, est quant à elle de qualité. "Le Parrain" est donc un film culte qui a bien vieillis et que chaque cinéphile devrait avoir vu, mais qui souffre de longueurs et de baisse de rythme.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 20 mai 2013
    un chef d'oeuvre signé Coppola, le parrain est un film magnifique autan avec son scénario, sa mise en scène et son ambiance qu'avec le film lui même il montre bien l'histoire de la mafias italienne en Amérique avec une histoire palpitante de règlement de acteurs sont super (surtout avec la v.o) et le réalisateur l'est tout autant .Magnifique film, a voire.
    Der Metzgermeister
    Der Metzgermeister

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 143 critiques

    4,5
    Publiée le 8 mars 2014
    Certes le quotidien de mafieux peut être ennuyeux à regarder ( Sans pour cela que je n'aime pas les Affranchis ) Mais là c'est différent. Dès la scène d'introduction, avec cette musique lancinante, on s'attend déjà à quelque chose de bien plus particulier que tout ce qu'on avait déjà vu. En me repassant maintes fois cette scène, j'ai réaliser l'énorme implication et application de Marlon Brando pour son personnage de Vito Corleone, alias Le Parrain. La gestuelle, son calme, sa sérénité, le font vraiment ressortir du décor. Avec ses airs de vieux bouledogue, il dégage malgré cela un charisme surprenant pour un homme qui se contente de caresser un chat sur un fauteuil. Passons, ce grand personnage, et arrêtons nous sur celui d'Al Pacino. Lorsqu'on l'aperçoit dans son habit de militaire au mariage de la fille du Don, on ne se doute pas une seconde que c'est lui qui vas seconder son père dans les affaires, avec les charges, les responsabilités et les dangers que cela implique d'être le Parrain et en plus quand on s'appelle Corleone. Je trouve passionnant le fait de filmer les rencontres entre les trafiquants ,les bookmakers, les assassins, car cela permet d'acquérir une certaine fausse expérience du monde criminel. Bref, ce film est excellent.
    ServalReturns
    ServalReturns

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 200 critiques

    5,0
    Publiée le 8 août 2012
    Considéré comme le premier blockbuster de l'histoire, LE PARRAIN reste encore aujourd'hui l'un des meilleurs films de gangsters jamais réalisé. Francis Ford Coppola adaptait avec talent le roman de Mario Puzo (mais pas dans son intégralité, certaines scènes n'apparaissant que dans le deuxième film), épaulé par Nino Rota à la musique (le love thème du film est inégalable) mais aussi par un casting très prestigieux : Marlon Brando impérial (récompensé par un Oscar mérité) et Al Pacino très convaincant (son jeu s'améliorant d'épisode en épisode). Un must et une référence.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top