Mon AlloCiné
    Laurence Anyways
    note moyenne
    4,2
    2731 notes dont 300 critiques
    24% (72 critiques)
    41% (124 critiques)
    17% (52 critiques)
    8% (24 critiques)
    3% (9 critiques)
    6% (19 critiques)
    Votre avis sur Laurence Anyways ?

    300 critiques spectateurs

    Robin P
    Robin P

    Suivre son activité Lire ses 15 critiques

    4,0
    Publiée le 11 août 2019
    C'est fort, c'est très très fort ! Dolan est unique, grandiose, incroyable, beau, j'adore son cinéma, il va devenir culte dans les prochaines années. Il avait 23 ans quand il a fait ce chef-d'oeuvre, 23 ans !!!!
    Dan S.
    Dan S.

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 137 critiques

    3,0
    Publiée le 30 mars 2019
    Comment expliquer ce que nous ressentons sur ce film? Déjà, une profonde attirance pour un regard, la puissance scénique de Laurence qui implacablement nous submerge. Après, c’est un va et vient qui nous perd sans jamais nous laisser car nous voulons savoir. Savoir on nous emmène t-on. Savoir ce qu’on cherche à nous dire.
    Manon P.
    Manon P.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,5
    Publiée le 14 août 2019
    Laurence Anyways n’est pas tellement centré sur la question de la transexualité, mais plutôt sur celle du couple, et c’est extrêmement bien vu.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 917 abonnés Lire ses 2 630 critiques

    1,0
    Publiée le 6 janvier 2019
    Bon je crois que je n'en peux plus de Xavier Dolan, j'aime en général un film sur deux, mais là je commence à en détester plus que j'en apprécie. En fait je conseillerais à Dolan d'arrêter le cinéma et de ne faire que des clips car c'est la seule chose que j'ai aimée dans le film : les clips. Dolan met de la musique à fond, pousse le kitch a son paroxysme et franchement ça marche, c'est même beau. Mais le reste, c'est d'un ennui... Je veux dire que ça dure quasiment trois heures et en vrai une heure vingt pour raconter ça, ça aurait été pas mal du tout. Et pourtant le sujet m'intéressait, comment vivre une histoire d'amour lorsqu'on décide de devenir une femme. Le partenaire reste ? part ? reste amoureux ? Comment il le vit ? Mais là j'ai juste vu un film où ça gueule, avec des gens incapables de parler... franchement c'est du cinéma d'hystérique je déteste ça. Et puis je sais pas, mais Poupaud qui fait des clins d’œil, j'y crois pas, à aucun moment. Je me demande vraiment ce que c'est censé vouloir dire. J'ai juste l'impression qu'il a un tic. Et puis le discours pompeux sur Proust et Céline au début, ça apporte quoi ? C'est confus et c'est juste une manière gratuite de les tacler... Vraiment je n'en vois pas l'intérêt... Et je ne parle pas de tout le discours sur la norme et les marginaux qui ouvre le film, ça me désespère tant c'est stupide. Le mec s'interroge sur les droits et l'utilité des gens qui se disent normaux... (alors oui je comprends bien l'inversion pour provoquer), mais c'est tellement vide. Disons que ça me rappelle une interview de Vincent Cassel où on l'interroge sur la une des cahiers du cinéma où il y a marqué le vide politique du cinéma français avec une photo de lui en couverture pour le film un moment d'égarement et où il répond : le vide politique de la critique française... Inverser une phrase n'en fait pas tout à coup un truc pertinent. Vraiment c'était le calvaire ce film, alors qu'en vrai l'histoire d'amour aurait pu être très belle, j'aime notamment la lettre que Fred écrit pour dire à Laurence de la retrouver, c'est simple, c'est écrit en lettres flashy sur l'écran, ça pète... J'ai trouvé ça grandiose... et puis retour à l'ennui absolu... Disons que le film a l'intelligence de raconter une histoire ordinaire mais vécue par un transsexuel, sauf que vu qu'elle est ordinaire je l'ai déjà vue plein de fois cette histoire du couple qui se perd et se retrouve... chez Pialat, Bergman... et ça me semblait plus pertinent, plus juste... moins pompeux et plus vivant... Bref, Dolan, non merci.
    Francois L.
    Francois L.

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 17 août 2018
    Il y a des films qui vous tamponne le nerf optique et ripaille les tympans. Laurence Anyways en fait partie. On suit les atermoiements de Laurence et Fred à contrôler une passion qui les détruit autant qu’elle leur donne vie, puis les anéantis, ensuite les ressuscitent et ainsi de suite. L’opposition entre les héro(ïne)s, alimente une vraie énergie romanesque, et cristallise nos (re)sentiments : L’indifférence légitime à l’égard de Laurence (brillamment interprété par Melvil Poulpeau, bluffant d’égocentrisme, dans son genre) et l’empathie pour le courage de Fred (jouée par une Suzanne Clément d’une force incroyable), nous faisant continuellement expérimenter de nouvelles émotions. Constitué comme une série de tableaux anachroniques, le film n’en finit pas de se sublimer. Certains morceaux qu’on pensait avoir trop entendu (Fade to Gray - Visage, The Chauffeur - Duran Duran), par la force des images qu'y superpose magistralement Dolan, prennent un sens nouveau. On se délecte des créations synesthésiques du chef d'orchestre… du pur génie! Alors d’accord, parfois l’arôme eau de rose et quelques facéties formelles écœurent un peu, pour autant la virtuosité et le souffle de vie de l’oeuvre prend le dessus. A la façon du marc de café, le film laisse une signature indélébile sur l’émail de notre imaginaire amoureux. Une impression étrange de déjà éprouvé mais jamais visionné, autant de réminiscences propre à chacun, mais étrangement universelles. La preuve d’un talent non-commun, chez Dolan, pour saisir et imager ce qui fait le sel d’une passion véritable. Forcé donc, de souligner la maestria de Dolan, certainement son meilleur film avec Mommy, probablement le plus riche.
    Romaric44
    Romaric44

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 4 critiques

    3,5
    Publiée le 8 août 2018
    Film très fort! Les acteurs sont irréprochables notamment les deux personnages principaux mais aussi Nathalie Baye dans un rôle atypique qui lui va très bien. Xavier Dolan prouve encore une fois que ces films sont uniques et qu'il sait tellement bien filmer les émotions. Le scénario est original mais il faut avouer qu'il s’essouffle tout de même vers la fin du film.
    NarnoNarno
    NarnoNarno

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 94 critiques

    4,0
    Publiée le 27 juillet 2018
    “Laurence Anyways“ ne déroge pas à la règle du surdoué X.Dolan quant à sa maîtrise aléatoire tout en finesse bourrine et en puissance de velours. On aime fortement “Laurence Anyways“ comme on déteste certains passages ennuyeux, une certaine arrogance du réalisateur et la longueur démesurée de son film. Mais on reste béat par tant de rage plus ou moins contenue qui explose par une certaine démesure ou par une certaine poésie. Il y a beaucoup de grâce dans le coup de poing que X.Dolan nous afflige. Peut-être aussi, encore plus ici, une sagesse de traitement, qui colle parfaitement à la peau de M.Poupaud: en rendant son personnage sincère dans sa démarche, il évite au film une débauche malsaine que le transgenre aurait pu transparaître. Il n’est jamais question de sexe, ni trop d’apparence, juste un changement de mode de vie vécu/subi par le personnage principal et ses proches. S.Clément est particulièrement touchante en portant tous les stigmates de ce films (et de son réalisateur), fougueuse, passionnée et meurtrie, collant parfaitement à l’amour torturé aux apparences impossibles cher à X.Dolan. Fidèle à ses écarts extrêmes et à ses films aux accents passionnément détestables, X.Dolan perce encore notre coeur en tournant le couteau dans le bon sens de la grâce.
    Januzaz
    Januzaz

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 22 juillet 2018
    Original de par sa thématique frileuse que bien des cinéastes n’osent s’aventurer par peur de mal le traiter, Laurence Anyways oscille entre le très bon et le trop caricatural, parfois. Une brillante écriture et mise en scène de la condition d’un être qui ne s’est jamais senti exister sous son sexe premier, et qui respire ses premiers instants une fois la métamorphose débutée. Une esthétique kitsch et bohème, mais au service d’une narration ou le cadrage intime et rapprochée après des personnages fonctionnent à merveille. Mention spéciale au jeu de Melvin Poupaud, excellentissime dans son rôle, juste et sobre. Suzanne Clément l’accompagne avec une émotion fascinante. Xavier Nolan pêche parfois dans des défauts d’écriture, jeune expérience et fougue oblige. On assiste parfois à des longueurs qui cassent la dynamique du récit (2h47 c’est long), et des dialogues parfois « too much » et un peu trop théâtrales. Mais le fantasque assumé de Laurence Anyways ne pose réellement pas un problème tant le film est une réussite et un film incontournable d’une société à l’aube de changements identitaires majeures. Une référence loin d’être un chef d’oeuvre à mon sens mais une référence du genre à observer avec attention.
    babidi
    babidi

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,5
    Publiée le 23 mars 2018
    une petit perle de ce jeune réalisateur de talent une vision difference sur un theme assez délicat des dialogues percutant et un recul très bien maitrises des acteurs plus qu impressionnant dans un film qui vaut plus que le detour a voir
    Plouc C.
    Plouc C.

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 6 mars 2018
    Des acteurs talentueux, une histoire poignante, des costume magnifique, voici omment résumer ce film a aller voir immédiatement.
    Floriane D.
    Floriane D.

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 28 janvier 2018
    De prime abord, un amour inconditionnel des 80's ; format cathodique non sans évoquer la grande époque du Polaroid, déco et accessoires vintage, une vraie machine à remonter le temps nous plonge dans un contexte valorisant le courage de ses personnages aspirant à rester, être, devenir eux-mêmes, pour mieux le relativiser ensuite. Un film autour du genre plus que de genre, à l'esthétique soignée, aux paradoxes reflétant la complexité d'un sujet qui bien que justement effleuré pour éviter la stigmatisation, n'en évite pour autant pas certains poncifs, sans aller vraiment au fond des incohérences et en dégager l'essence, préférant questionner comment la révélation de l'un entraîne celle de l'autre, comment l'anticipation du regard de l'autre sur soi peut orienter sa réaction et révéler sa propre problématique, ce qu'elle dit de ce soi mouvant... Une histoire où un homme qui se sent femme s'efforce parfois de garder malgré tout juste assez de masculin pour ne pas la perdre, par loyauté envers son histoire personnelle et familiale, parce qu'il le retrouve et l'aime en elle, aussi. Il amène ainsi "sa" femme à reconsidérer sa propre féminité en accompagnement son prétendu changement. L'idée transpire déjà du synopsis : la manière dont la femme, témoin de la révélation du féminin de "son" miroir masculin, lui permet d'évoluer une féminité assumée non plus à la manière d'un homme mais d'un être composé en parts variables des deux polarités. La supposée impossibilité de l'amour est doublement réfutée, le dénouement additionnel, qui enfonçe le clou comme on persiste et signe, dont le caractère presque injustifié constitue en soi une justification de sa propre existence. Malgré tout, l'amour reste, tenace, latent, immanent. Mais même véritable, il ne fait pas la relation qui fluctue au gré des limites que chacun s'impose par peur, fierté, incompréhension, possessivité, manque de recul... Terrible constat de l'œuvre de Dolan d'où émane aussi et surtout un vrai plaisir pictural richement référencé et une réflexion sur les transactions en jeu, ici sur le thème de la révélation, plus que du changement car le sentiment de féminité préexistait à la décision d'assumer publiquement son expression, qui provoque le rejet ostensiblement attendu et bouscule ses relations, mais conduit avec le temps à son épanouissement d'être libre de s'être choisi, entraînant à des degrés divers les siens dans son sillage, mais aussi aux dépens d'autrui, par dépit de n'avoir su vivre de manière plus intime et légère sa relation à lui/elle même dans le cadre de leur relation de couple. Dolan livre donc une œuvre sensible, intelligente et nuancée, propice à l'ouverture d'une réflexion et au dialogue quand les thèmes abordés interdisent de facto une analyse arrêtée.
    Hugo S
    Hugo S

    Suivre son activité 2 abonnés

    4,0
    Publiée le 10 septembre 2017
    Xavier Dolan ma épatait que ce soit dans sa réalisation avec les couleurs, les voix, les musiques, le graphisme : toutes ses émotions. Le sujet du film n'est pas simple, je le reconnais. Un homme qui ce travestie, prisonnier dans ce corps dont le coeur bat pour une femme. Mais pour toutes les raisons citées plus haut, j'ai trouvé le thème un peu trop social et cela a influencé mon avis. Un film fort en émotions et puissant en qualité. Et de bons choix, de l'argentique et du 4/3. C'est pour toutes ses raisons que j'ai aimé "Laurence Anyways" !
    jiejie
    jiejie

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 2 novembre 2017
    Ce film est juste magnifique. On ne voit pas le temps passer malgré les (presque) 3h de film, les personnages sont attachants, on croit vraiment à leur histoire. Suzanne Clément est juste dingue, La réalisation est géniale. pour moi le meilleur Dolan avec Mommy.
    Dé D.
    Dé D.

    Suivre son activité 2 abonnés

    3,5
    Publiée le 27 août 2017
    un joli film à voir, intéressant de part le sujet traité, un homme qui devient peu à peu une femme, les difficultés dans sa relation avec sa "femme", etc...de très bons acteurs! petit clin d'oeil à Antonioni dans la scène où les vêtements colorés volent, tombent du ciel
    André Van Peteghem
    André Van Peteghem

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    3,0
    Publiée le 16 août 2017
    Xavier Dolan, 23 ans, petit génie à mèche du 7ème art, décide pour son troisième film de balancer tout ce qu'il a dans les tripes. Son oeuvre se nomme LAURENCE ANYWAYS. Un barnum cinématographique renversant de 2H40, capable à la fois de profondément emmerder le spectateur autant que de le foudroyer d'émotions. LAURENCE ANYWAYS ressemble au film d'un réalisateur à qui il ne resterait que quelques mois à vivre. Xavier Dolan est en pleine forme, mais il y a un tel sentiment d'urgence dans LAURENCE ANYWAYS, que ce long métrage pourrait être un film testamentaire. Urgence dans les dialogues, urgence dans le propos, urgence dans le fait d'aborder les thèmes qui hantent ce jeune artiste. Par une mise en scène virtuose, Dolan nous embarque dans son trip auteuriste et egotiste avec une facilité déconcertante. En réalité, il ne nous laisse pas le choix, le spectateur est saisit d'emblée par la puissance émotionnelle de ce magma cinématographique. Les nombreuses influences du gamin (Wong Kar Wai, Truffaut...) sont parfaitement digérées et pour la première fois de sa carrière, Dolan n'imite personne. LAURENCE ANYWAYS est à l'image de son auteur: moderne, brillant, fascinant, agaçant et ridicule. Le meilleur réside dans le style, dans le maelstrom des émotions que le réal nous jette à la gueule et dans l'esthétique puissamment évocatrice de certaines séquences. LAURENCE ANYWAYS retombe parfois comme un soufflé au détour de scènes "made in nouvelle vague", scènes dans lesquelles les héros parlent de philosophie en n'oubliant pas de se croire très intelligent. Ces baisses de régimes sont à mettre au compte du jeune âge du cinéaste. Ivre de sa jeunesse et de son talent, ce dernier pense souvent avoir tout compris à la vie. Mais chose heureuse, ce petit côté prétentieux très agaçant donne de la vitalité au film. Dolan est libre, il ose tout, et c'est grâce à cette insolente jeunesse que le film est globalement plus que réussit. Le point négatif de LAURENCE ANYWAYS est sa longue durée. Par sa fougue, ce long métrage assomme très vite le spectateur. Au bout de deux heures, ce dernier est lessivé, épuisé mentalement par les fulgurances et les ruptures de ton. Il reste alors quarante minutes, difficiles, brillantes malgré tout, et lorsque le générique de fin apparaît, on est quand même heureux que tout ceci se termine.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top