Mon AlloCiné
Blade Runner
note moyenne
4,2
20781 notes dont 1095 critiques
51% (554 critiques)
22% (237 critiques)
9% (104 critiques)
11% (120 critiques)
6% (62 critiques)
2% (18 critiques)
Votre avis sur Blade Runner ?

1095 critiques spectateurs

Christiane H.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 101 critiques

3,5Bien
Publiée le 14/11/2017

Des effets spéciaux de qualité, pas mal, un univers atypique, la musique qui est associé est sublime, ça correspond bien au style science fiction, les androïdes sont glaçants et font peurs, un côté visionnaire dans la conception de certaines technologies, la culture populaire est amusante dans le film, avec les références disséminés dans l'univers sombre et morose, j'apprécie le bouquin original de Philip. K Dick, une histoire triste pour une destinée tragique, un bel hommage posthume.

jrm15-bordeaux

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 89 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 12/11/2017

Premier point important, il faut reconnaître que l'oeuvre a très bien vieilli et les effets spéciaux tiennent encore la route aujourd'hui (en 2017). L'atmosphère du film est très intéressante, cependant, le rythme m'a pas mal déplu. Même si le film en lui même ne m'a pas transcendé, il jouit d'une véritable identité et d'un univers assez identifiable. Harrison Ford est très bon et nous soumet une interprétation que je trouve très convaincante. Elle se distingue très largement des interprétations qui concernent les réplicants. J'ai trouvé ces derniers trop stéréotypés. Spoiler: J'ai particulièrement apprécié qu'à la fin on ne tombe pas dans l'écueil : le gentil tue le méchant. Ce qui laisse davantage de corps à l'histoire et aux interprétations qu'on peut en faire.

Cinéphiles 44

Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 1 777 critiques

4,0Très bien
Publiée le 05/11/2017

Dans les années 80, Ridley Scott imaginait un 2019 surpeuplé avec une humanité partie coloniser l’espace avec des réplicants, des esclaves humanoïdes de tout genre, travailleurs, combattants, prostituées… pour assister les humains. Des Blade Runners, sortes de policiers, sont alors chargés de retirer les plus évolués qui se sont enfuient. Blade Runner est un film sombre d’anticipation où l’intrigue se situe dans un Los Angeles futuriste fatigué et souillé par le temps. L’esthétisme est alors contemplatif et rarissime pour l’époque de réalisation, les autres productions préférant créer un nouveau monde. Les architectures, les costumes, même les musiques, datent de tous les âges et donnent ce sentiment dévoré par l’entassement des hommes sur la nature. Adapté du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philippe K. Dick, Blade Runner dégage de nombreux thèmes comme l’acceptation de la différence où l’omniprésence du capitalisme. C’est d’ailleurs pour cela que de nombreuses publicités apparaissent à l’écran. Le projet sera considéré comme maudit par les multinationales du fait que la plupart des marques présentes auront fait faillites après le film. Une autre anecdote intéressante, pour la sortie du film, les producteurs ont imposé au cinéaste de tourner un happy end en nature. Scott, estimait que cette idée allait à l’encore de l’univers dystopique qu’il avait imaginé. C’est donc Stanley Kubrick qui offrit quelques chutes de son Shining à Ridley Scott pour lui éviter de reprendre le tournage. Ce qui n’apparaîtra bien entendu pas, dans sa version directors’cut qu’il souhaitait. C’est donc une chasse entre l’homme et le robot que traite Blade Runner et aujourd’hui, nous nous posons encore la question de l’identité réelle du Blade Runner qu’est Harrison Ford. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com

mazou31

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 775 critiques

4,0Très bien
Publiée le 02/11/2017

Revu 35 ans après et avant de découvrir Blade Runner 2049. Il n’a guère vieilli, ce qui est un tour de force ! Visuellement splendide, l’adaptation du roman de Philip K. Dirck est honorable. Les effets spéciaux sont époustouflants quand on les restitue aux années 80 et la musique de Vangélis très prégnante. Il va être intéressant de le rapprocher de sa suite !

Arthur de Bussy

Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 575 critiques

3,5Bien
Publiée le 31/10/2017

Il est aisé de comprendre pourquoi le succès ne fut pas au rendez-vous lors de la sortie en salles de « Blade Runner », en 1982. Film de science-fiction dystopique, noir, sale, mélancolique, poétique, contemplatif, ni véritable thriller, ni film d’action, il a dû désemparer bien des spectateurs avides de sensations fortes et d’esbroufe. Aujourd’hui, au vu de la postérité foisonnante de ce long métrage, on ne peut que le regarder avec attention. La première fois que je l’ai visionné, j’étais trop jeune et attendais de lui ce qu’il ne pouvait m’offrir. Maintenant que j’ai plus de recul, je comprends mieux pourquoi il a fait date dans l’histoire du cinéma de science fiction : son ambiance particulière, son esthétique décadente, ses décors luxuriants, tout cela fait de « Blade Runner » un film tant copié, à l’image d’un « Metropolis » de Fritz Lang. Ces deux films sont probablement les plus influents de l’histoire du cinéma dans leur catégorie. Pour revenir à « Blade Runner », il faut tout d’abord louer son esthétique époustouflante. Rarement un film aussi ambitieux sur la forme a fait preuve d’une telle cohérence dans la démesure, des costumes bigarrés, en passant par les publicités envahissantes (et prophétiques) ou les pluies diluviennes. Dans une sorte d'atmosphère nocturne et embrumée, digne des films noirs des années 40 et 50, les repères moraux semblent abolis. Comme un cauchemar éveillé, ce monde en perdition semble tellement réel qu’il confère à l’histoire et à ses personnages une présence conséquente. Les déambulations du héros deviennent alors comme une errance métaphysique dans un univers de faux semblants, où l’on peut finir par s’y perdre corps et âme. Venons-en à l’interprétation : Harrison Ford y est excellent, dans un rôle à contre-emploi, loin des Han Solo et autres Indiana Jones. Ici il joue une sorte de flic désabusé, perdu entre réel et irréel, totalement passif : il semble ne faire que prendre des coups. A la poursuite de Réplicants, ces androïdes ultra perfectionnés devenus dangereux et qu’il doit éliminer, bien qu’expert en la matière, apte mieux que quiconque à les débusquer et les différencier de vrais hommes et femmes, il semble à la longue ne plus savoir qui est réellement humain quand il se retrouve face à une androïde de dernière génération, troublante au possible (Sean Young). Les autres Réplicants sont d’ailleurs aussi « perturbants » , notamment celui interprété par Rutger Hauer : à la fois proprement inhumain et cruel, et doué de sentiments subtils. La version « Director’s Cut » de « Blade Runner » ajoute d’ailleurs au mystère autour du protagoniste principal : Deckard ne serait-il pas lui-même un Réplicant ? Tout est opaque, difficile à cerner dans ce monde apocalyptique : les frontières sont particulièrement floues entre humanité et artificialité. « Blade Runner » sonne d’ailleurs comme un avertissement terriblement d’actualité sur notre monde de demain : si nous n’y prenons garde, il risque de devenir une déchetterie à ciel ouvert, et pire encore, nous risquons de le livrer à l’intelligence artificielle pour asservir d’autant plus l’être humain, qui sera réduit à l’état d’erreur de la nature. Par bien des aspects, ce long métrage garde donc aujourd’hui toute sa pertinence. Et si son esthétique a un peu vieilli, je dirais qu’elle a gagné en patine, à l’image d’un « Metropolis » (encore), tellement « Blade Runner » paraît désormais intemporel. Dernière remarque : incroyable comme la carrière de Ridley Scott a pu atteindre des hauts… et des bas. Mais quels hauts ! « Blade Runner », « Gladiator » ou « Alien », excusez du peu. Pourtant je le classe plus dans la catégorie d’un Kubrick, pour le côté avant tout visuel de son oeuvre, qui ne peut donc pas prétendre aux sphères dans lesquelles s’étendent des géants tels que Kurosawa, Dreyer, Tarkovski, Bergman ou Murnau. Pour autant, Ridley Scott regagne peu à peu mon respect à mesure que je me penche plus en détail sur sa filmographie.

juliano3169

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 104 critiques

4,5Excellent
Publiée le 30/10/2017

Sous les lumières bleutées d'une nuit pluvieuse, l'âme artificielle s'élève et bouscule l'humanité. La vie est éphémère telles les larmes.

benitoberlon

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 44 critiques

4,5Excellent
Publiée le 29/10/2017

Ce qui me frappe aujourd’hui, c'est de me rendre compte que ce film n'a pas vieilli d'un iota ....Dire qu'il a 35 ans : Le scénario est béton, la musique de Vangelis est parfaite, la photo est très réussie. La réalisation et les acteurs sont excellents. Tout est réussi et l'ensemble n'a pas pris une ride :clairement l'un des meilleurs films de SF!

ferdinand75

Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 2 416 critiques

4,0Très bien
Publiée le 28/10/2017

Un film revu en 2017 qui reste un film excellent même si il a un tout petit peu veillit. Au delà de la magnifique esthétique tellement originale de ce New York japonisant aux avenues remplies de lumirèe aux néons et d'écrans géants , aux ombres qui démbulent , à cette ambiance de fin du mondre d'où les humains ont fuis pour des colonies lointaines, le thème de fonds est intéressant et reste d'actualité. Qu'adviendra -t- il de ces robots de plus en plus intelligent. Vont-ils découvirr l'angoisse de la mort ? Vont -ils accepter d'être détruit? Qu'est-ce que la vie. Le film savait poser ces questions avec beaucoup d'émotion. Le très bon jeu des acteurs et la qualité de la bande son en ont donc fait un film mythique et culte.

shindu77

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 910 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 27/10/2017

Film considéré comme culte. Globalement, le film est bien mais pas non plus extraordinaire. Le vrai gros soucis et sans doute dans la mise en scène qui rend par moment le film très figé, sans aucune émotion ou presque et donc cela rend le film non ils n’ont surtout pas le moment pour Harrison Ford est très juste dans son rôle est le casting globalement est bon lui aussi.

Critique d'Emy Lee

Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 907 critiques

2,5Moyen
Publiée le 25/10/2017

Après avoir vu la bande annonce du second opus, que j'avais très envie de découvrir, il me fallait découvrir le film de Ridley Scott avant tout. J'ai été pas mal déçus, ayant eu des difficultés à le visionner mes attentes ont peut-être été trop grandes. Les conditions de visionnages ont certainement jouées également et je n'exclue pas de le revoir. J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire et à la comprendre, cherchant à tout prix la bête noir dans tout cela, voulant absolument trouver un grand méchant. Puis à un moment ça été le trou noir, comme si je m'étais endormie et je n'ai plus rien compris. Même si l'histoire ne m'a pas captivée, je reconnais que la réalisation de Ridley Scott est superbe, les décors toutefois posent question, car étant dans un film futuriste on retrouve un peu trop d'objets initiales des années 80. Le casting est plutôt bon, Harrison Ford se démarque très largement malgré de très bonnes prestations de ses collègues Sean Young, Daryl Hannah ou encore William Sanderson. La bande original est également sympathique même si je ne l'écouterais pas à longueur de journée. Je n'arrive pas à dépasser ma déception face à l'histoire qui m'a empêché d'apprécié pleinement le film.

clairoumn

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 11 critiques

2,5Moyen
Publiée le 24/10/2017

Vu en 2017 : 1 ; On sent le film culte pour certain. Un peu long 2 ; Mouais --------------------------

jonsi

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 11 critiques

2,5Moyen
Publiée le 24/10/2017

Bienvenue dans le monde merveilleux de Ridley Scott... Sombre, froid, sans espoir. Ne chercher pas la moindre étincelle, ce serait peine perdue. Blade Runner est devenu culte avec le temps, mais seulement parce qu’il à été retravaillé afin de lui conférer plus de sens. Malheureusement, ça ne prend pas. Ce film est faussement complexe. C’est un tableau où on y a rajouté plusieurs couches, car à la base il n’y a rien sous la croûte. On a beau être dans les années 80, ça n’excuse en rien les décors en papier mâché et les effets spéciaux ratés, ni la bande son assourdissante. Librement inspiré du roman de Philip K.Dick, le scénario est mal ficelé, le jeu des acteurs est soit exagéré, soit creux et la réalisation est loin de nous offrir l’univers développé dans l’histoire originale. Bref, on est loin du chef d’œuvre.

Walter Mouse

Suivre son activité 349 abonnés Lire ses 387 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 24/10/2017

Monument révolutionnaire de la science-fiction dont les interprétations s'élargissent au fur et à mesure du temps, il n'y a plus à débattre sur la marque indélébile qu'a laissé Blade Runner en terme d'esthétique et de construction graphique mais l'épaisseur de son écriture ne peut trouver de conclusion, ayant préféré avec bon sens la suggestion à l'explicitation. L'éveil de l'humanité cimentant le récit se métaphorise à travers la mise en scène de Ridley Scott qui sépare ses deux formes de vie en deux chemins. D'un côté les hommes, enfermés dans un espace urbain pétillant d'activité et paradoxalement mortifère, avançant en ligne droite, désapprenant du passé et n'envisageant pas le futur; De l'autre côté les Réplicants, seuls êtres du film cherchant un accomplissement émotionnel et une meilleure destinée. Rick Deckard est le pont entre ces deux mondes, flic désabusé dont les sentiments refont surface à chaque rencontre avec les androïdes, l'amour et l'emportement envers Rachel, la pitié et l'empathie envers ses cibles, le tout aboutissant à une explosion émotive lors d'un jeu du prédateur et de la proie haletant où le policier revient à sa condition de vassal à cause, ou devrait-on dire grâce, à Roy Batty, profitant de ses dernières minutes de longévité en enchaînant les contresens (le baiser ensuivi de l'assassinant de son géniteur, la traque de son chasseur blessé accompagné d'une automutilation) pour connaître la vie puis la transmettre. La renaissance est finalement autant rattachée à Deckard qu'au robot à condition de considérer que le premier cité est bien humain, ce qui étend largement les traductions quant à cet acte final. Film noir futuriste et prophétique, on ne présente plus Blade Runner mais on le redécouvre sans cesse sous un nouvel oeil.

Emmanuel D.

Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 565 critiques

3,5Bien
Publiée le 21/10/2017

En plein essor des films de science-fiction au début des années 1980, Blade Runner est un grand classique du genre dans une Los Angeles futuriste où la quasi-totalité de la faune a disparu et où des androïdes appelés réplicants remplacent de plus en plus d’humains, certains étant esclaves et d’autres se faisant traquer pour rébellion par les blade runners, portant leur nom de la dangerosité de leur statut « sur la lame du rasoir ». Le casting est notamment porté par Ridley Scott à la réalisation (qui avait déjà bien marqué avec Alien le huitième passager trois ans plus tôt), Harrison Ford (Star Wars, Apocalypse Now, Indiana Jones) et Sean Young (Dune, Ace Ventura). Très sérieux et au déroulement proche d’un policier saupoudré d’action, le film arbore une esthétique urbaine très marquée, avec un climat sombre et pluvieux, notamment lors du combat final qui s’étend sur plusieurs minutes avec des effets de lumière saisissants pour mieux faire ressentir la peur de la domination artificielle, Rutger Hauer atteignant un charisme magistral dont le jeu rappelle celui de Christopher Walken. Entre affrontements de qualité et musiques vacillant entre tristesse et mystère, le scénario appelle à une réflexion sur la condition humaine à travers la limite de vie à quatre ans des réplicants pour éviter qu’ils ne s’humanisent, ou encore à la réelle nature de Deckard compte tenu de sa manière d’agir. Un film culte !

Steven O.

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 329 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 20/10/2017

J'aurais tellement aimé mettre une note plus élevée à ce film. Je l'avais déjà vu quand je devais avoir une dizaine d'années mais rien de bien marquant en était sorti. Du coup j'ai voulu réessayer devant les critiques dithyrambiques de ce film devenu culte. Le début me scotche littéralement. Une histoire passionnante des images superbes qui n'ont pas vieillies un harrison Ford au top bref cela s'annonce parfait. De plus l'histoire de retrouver ses 6 repliquants fugitifs ne verse pas dans l'originalité mais au moins ça annonce de l'action. Mais malheureusement pour moi le film perd clairement en consistance au fur et à mesure. On s'ennuie ferme les dialogues sont trop peu nombreux et peu profonds il manque cruellement d'action. Je ne demande pas à ce que tout saute de partout loin de là mais si on ne veut pas s'ennuyer il faut quand même une histoire avec des rebondissements des dialogues profonds ou savoureux mais la rien du tout. La lenteur est trop présente trop pesante. Dommage car le film a clairement des qualités et chose rare n'a quasiment pas vieilli depuis 1982 preuve de sa novation pour l'époque

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top