Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
The Leftovers
Critiques spectateurs
Critiques presse
note moyenne
4,3
2825 notes dont 291 critiques
42% (122 critiques)
28% (82 critiques)
8% (23 critiques)
9% (27 critiques)
7% (20 critiques)
6% (17 critiques)
Votre avis sur The Leftovers ?
C3line
C3line

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 25 critiques

A propos de   The Leftovers - saison 1
5,0
Publiée le 17/01/2015
Comment expliquer l'absence totale de "The Leftovers" dans tous les palmarès, tous les bilans de fin d'année ? Snobée de façon incompréhensible, la série est pourtant ce que la télévision américaine nous a offert de plus beau, de plus fort, de plus troublant, de plus authentique depuis longtemps. Avec une intensité et une puissance émotionnelle rappelant Six Feet Under, "The Leftovers" s'est attachée à retranscrire la douleur, la gravité, le spleen d'êtres incapables de faire le deuil d'une vie passée.
Beubz95220
Beubz95220

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 17 critiques

A propos de   The Leftovers - saison 2
5,0
Publiée le 25/12/2015
Que dire sur cette saison 2 ? Commençons par le commencement une saison 1 troublante,parfois frustrante avec des personnages émouvants, humains, porté par des acteurs extraordinaires qui pourraient faire pâlir beaucoup des plus "grands" acteurs mondiaux... Ajoutons à cela une bande son merveilleuse (je pense que rajouter 15 superlatifs ne suffirait pas...)... Cependant l'incompréhension pourrait gagner le pas car très dur de s'y retrouver (ce qui vous amène bien souvent à passer à l'épisode suivant...). Puis la saison 2 arrive et là on change totalement d'univers, le message de la saison 2 s'éclaircit, on peut facilement y voir une métaphore de l'amour retrouvé, du besoin pathologique et vital du foyer ainsi que de l'amour qui a tant été rejeté, on y trouve l'espoir dans le désespoir, l'amour dans la haine, la compréhension dans la désapprobation . Et on en ressors pas indemne, c'est à la fois une énorme claque et une énorme leçon de vie, tout en restant captivant et intriguant. Pour moi la meilleure série de l'année alors que la qualité d'un certains nombre de séries est déjà relativement élevée (citons les Sense 8, M.Robot, GOT, TWD, True Detective, Narcos....même si les comparaisons restent impossibles tant Leftovers est à part)... Si la saison 3 est de la même facture j'attend avec impatience mes 500 minutes de bonheur.
Hedredo
Hedredo

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 88 critiques

5,0
Publiée le 26/08/2014
Après avoir assez de recul sur la série, The Leftovers est un pur chef d'oeuvre sensoriel. Laissez-vous immerger par la série, son environnement, son histoire puis plongez dans les stimuli sensoriels des personnages de la série. La réalisation est extrêmement talentueuse. Pour toutes les personnes hypersensibles aux stimuli sensoriel, je conseille particulièrement cette série. Les acteurs jouent très bien également et on s'en émerveille dans l'épisode 9 (ou 10?). Si vous avez apprécié des œuvres comme Gravity ou True Detective pour les sensations ressenties, vous serez hypnotisé par cette série.
Tribute.
Tribute.

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 5 critiques

5,0
Publiée le 03/10/2014
La révélation de l'année. Cette série est un pur chef d'oeuvre ! A la fin du pilote, j'étais un peu septique, mais je me suis accrochée car le scénario de base m'attirait. J'ai fini la saison il y a quelques jours et c'est souvent que je repense à The Leftovers. Les deux premiers épisodes étaient longs mais nécessaire pour comprendre et installer l'ambiance "dark" de cette série. C'est vrai qu'au début on ne comprend rien, mais plus on avance dans la saison, plus on oublie un peu la complexité du scénario et on se concentre sur les personnages tourmentés et perdus qui sont merveilleusement bien joués. La bande son qui accompagne est sublime et on finit souvent un épisode bouleversé voire avec la larme à l'oeil. Cette série est très dure psychologiquement et les personnages sont vraiment très bien travaillés ce qui fait que forcément on ne décroche pas. Je place cette série en première place de mon top 10 devant Breaking Bad et Game of Thrones, loin devant même... PS: Je respecte l'avis des autres mais ceux qui critiquent en ayant même pas fait l'effort de finir l'épisode 1, vous ne savez pas de quoi vous parlez.
Allocritik
Allocritik

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 32 critiques

4,0
Publiée le 13/10/2014
Après le succès à peine surprise de True Detective, HBO poursuit sur sa lancée avec la programmation de The Leftovers, série dramatique à forte teneur psychologique centrée sur la mystérieuse disparition de millions de personnes autour du globe, ainsi que sur les efforts de ceux qui sont restés pour reconstruire leur vie en dépit de l'absence de réponse face à ce phénomène inédit. Inspirée du roman éponyme de Tom Perrotta, également créateur de la série aux côtés de Damon Lindelof (collaborateur de Abrams, avec lequel il a notamment élaboré la série Lost), The Leftovers s’accommode notamment de quelques noms prestigieux, dont celui du réalisateur Peter Berg, de l'acteur Justin Theroux et de l'actrice Liv Tyler. L'œuvre de Lindelof et Perrotta est avant tout un objet curieux, quoi qu'on en dise. Dans la lignée de Lost et autres 4400, HBO mise sur l'aura mystérieuse de son nouveau projet pour aguicher les spectateurs : disparitions inexpliquées, phénomènes mystificateurs, personnages atypiques, tout est réuni pour délivrer un de ces spectacles dont raffole une audience blasée par des intrigues trop terre-à-terre. Néanmoins, et à la différence des séries mentionnées ci-dessus, The Leftovers fait le choix d'une pudeur extrême, à la fois dans sa mise en scène et dans son intrigue. En lieu et place des gros effets d'annonce et des rebondissements tous azimuts, on y substitue une histoire qui avance à pas feutrés, via notamment une mise en scène soignée, souvent propice à distiller une ambiance inqualifiable, à l'instar de la scène d'ouverture du pilote et de nombreuses scènes mettant à profit de longues séquences d'exposition, ainsi que la musique spirituelle de Max Richter. La logique de progression est en phase avec le thème principal de l'intrigue : la religion, clé de voûte des différentes péripéties, bien que mentionnée surtout dans le sous-texte et assimilée de façon récurrente aux digressions psychologiques des personnages et aux événements surnaturels qui s'abattent sur la petite ville de Mapleton. A vrai dire, il est difficile de déceler dans cette première saison la cause de toutes les étrangetés qui sévissent au travers des épisodes : les pistes fourmillent mais aucune d'entre elles ne permet de statuer sur le pourquoi du comment de cet imbroglio mystico-fantastique. Peu prolixe sur les causes, The Leftovers travaille davantage la caractérisation de ses personnages, n'hésitant pas à consacrer un épisode entier sur un protagoniste en particulier ou à s'adonner à un récit-choral permettant de récupérer les pièces du puzzle, mais sans jamais le compléter. On le comprend aisément, cette série est atypique et joue bien plus sur des signes, des ressentis et des ressorts psychologiques que sur des grosses ficelles scénaristiques qui s'attachent et se détachent au gré des saisons. Si ce premier acte réserve son lot de révélations, on sent tout de même cette retenue permanente dans le déroulement de l'intrigue : The Leftovers est destinée à s'inscrire dans le long-terme, pari risqué à l'ère de l'immédiateté télévisuelle, mais force est de reconnaître que la série a tout pour le relever haut la main, grâce à des personnages profonds (accolés à des acteurs très justes), un travail d'écriture hallucinant d'habileté et une réalisation quasi-cinématographique. C'est sur toutes ces différences notoires que le dernier-né d'HBO peut creuser l'écart et s'offrir une audience de choix. Le prochain défi à relever pour Perrotta et Lindelof sera celui de la longévité, en prolongeant leur jeu de pistes sans pour autant rester trop avare en explications afin de ne pas lasser une audience impatiente. Il est bien difficile de rendre un jugement sur ce curieux nouvel objet télévisuel, tellement il est riche en contenu mais également toujours dans sa période de gestation. Cependant, c'est bel et bien la curiosité qui l'emporte sur la frustration : The Leftovers promet beaucoup et a le mérite de proposer un contenu original et qualitativement sans faille. Affaire à suivre, c'est indéniable. spoiler: N'hésitez pas à suivre les actualités d'Allocritik sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter (liens sur le Blog) !
lhomme-grenouille
lhomme-grenouille

Suivre son activité 951 abonnés Lire ses 3 064 critiques

A propos de   The Leftovers - saison 1
5,0
Publiée le 09/01/2016
« Par le scénariste de Lost ». Pour moi, il n’en fallait pas plus pour me refroidir. « Lost », c’est vrai je n’ai pas vraiment suivi rigoureusement (d’ailleurs je me suis bien gardé d’un faire une critique), mais bon, jamais je n’ai vraiment eu envie de m’y risquer tant ce que j’en avais vu me rebutait. Personnages creux, mysticisme à deux balles, intrigue qui n’avance pas… et pourtant c’était là une série encensée comme l’une des plus grandes séries de tous les temps. Alors bon, quand j’ai constaté que ces « Leftovers » avaient été aussi encensés, et cela presque unanimement, forcément je me suis méfié, surtout que le sujet avait beau être très intrigant, il se révèlait aussi remarquablement casse-gueule. Du coup, je ne le cache pas, mais j’ai vraiment suivi le premier épisode un peu crispé. Les cris d’orfraies au moment du drame, les commémorations mielleuses, les personnages beaux gosses de série pour ados, et presque à certains moments des soupçons de magie ?... Ouille, méfiance… Seulement voilà. Au milieu de tout cela, la série commence aussi à nous dessiner très rapidement de délicates fissures ; des fissures de l'American Way of Life ; des fissures d'une certaine vision idyllique de la vie ; les fissures d'une croyance en un paradis dans lequel, finalement, jamais personne n'a vécu... Et pour le coup, la série révèle assez rapidement son habilité à manipuler ces faux-semblants, pour nous manipuler nous. Pour moi, la conquête fut progressive, mais elle fut réelle. Surtout, elle fut profonde. L'air de rien, « Leftovers » part d'un postulat, certes diablement original, mais finalement tout ce qu'il y a de plus simple : la disparition et le sentiment qu'elle engendre. Encore une fois, cette série démontre que le talent des plus grandes oeuvres n'est pas de prendre un sujet original mais de savoir le traiter avec originalité. Et c'est là toute la force de cette série que de parvenir, épisode après épisode, à nous faire parcourir tous ces aspects de la disparition qu'on ne s'était imaginé : la disparition de l'autre, la disparition de la naïveté, la disparition de l'envie, la disparition de l'espoir... En cela, l'efficacité de cette série repose sur sa remarquable forme. La réalisation est somptueuse, l'habillage musical de Max Richter est tout simplement l'un des plus beaux que j'ai entendu ces derniers temps dans une série, mais surtout les amis Lindelhof et Perrotta maitrisent à merveille l'art de la mise en intrigue et du mystère. C'est toujours pile ce qu'il faut, sur la lame du rasoir en ce qui concerne le rapport au fantastique, mais c'est justement grâce à cette manière de faire que la série fonctionne et rend son propos intelligible et sensible. Alors certes, il m'a fallu un certain nombre d'épisodes pour que mes craintes s'effacent, pour que je prenne conscience que je suis entre de bonnes mains, mais le résultat au final a été là. Cette première saison de « Leftovers » m'a marqué, profondément, et je suis désormais totalement dépendant à la future saison 2 à venir. Parce que, l'air de rien, il y a encore de belles pistes que la série nous maintient sous le coude et, rien qu'avec ça, je me dis qu'il y a fort à parier que le meilleur nous attend encore...
Scorcm83
Scorcm83

Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 499 critiques

A propos de   The Leftovers - saison 3
4,0
Publiée le 24/06/2017
Saison 3 : Chaque saison de *The Leftovers* aura donc eu sa propre identité et aura cherché à se démarquer de la précédente. La grande transition s'est effectuée entre la saison 1 et 2. Lorsque Damon Lindeloff est allé au bout de l'adaptation du bouquin et a décidé de partir sur quelque chose de complètement original et a effectué un coup de génie. Le ménage dans la casting de la saison 1 à la saison 2 s'est révélé conséquent, mais pour la saison 3 c'est encore pire, seulement 5% du casting original a été conservé et tout ce beau monde a décidé de poser ses valises en Australie pour une ultime saison. Il sera donc question de l'éventuel "pouvoir divin" de Kevin Garvey, du deuil éternel de Nora vis à vis de ses enfants, de l'obsession de l'apocalypse pour Kevin Garvey Senior, de la remise en question de la foi et de la peur de la mort pour Matt, etc... Chaque épisode est centré sur un personnage, comme à l’accoutumée, ce qui a entraîné selon moi des baisses de rythme dans la saison, là où un épisode entier sur Laurie m'a ennuyé, j'aurai voulu en avoir plus sa la relation Nora / Kevin. Néanmoins, certains épisodes sont de petites pépites, comme l'épisode 4 centré sur l'arrivé de Kevin et Nora en Australie ou l'épisode 5 centré sur celle de Matt. Globalement, l'intrigue principale n'est pas aussi passionnante que celle de la saison 2 où pas mal de mystères étaient à résoudre. Ici, le thème de la saison semble être la croyance et l'on se retrouve avec quelque chose d'encore plus philosophique et psychologique. De fait, j'ai passé quasiment la totalité de la saison à attendre l'explication de la fin de l'épisode 1 parce que ce que les épisodes proposaient n'était pas aussi captivant que la future conclusion. Je dirai donc que cette troisième saison n'est pas aussi intense et prenante que la seconde mais reste néanmoins très bonne et propose un épisode final magnifique qui conclue de main de maître cette série si singulière. Concrètement, je recommande cette série à n'importe qui, bien qu'elle ne soit pas très accessible, elle reste impressionnante en terme de scénario, de profondeur et d'interprétation.
Xavier B
Xavier B

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 165 critiques

A propos de   The Leftovers - saison 1
3,0
Publiée le 14/09/2014
Mais pourquoi les blancs fument? Pourquoi ils ne parlent pas? Qui est le type au fusil? D'où viennent les chiens (sans doute de là où sont partis les gens, mais bon c'est où?) ? Who the fuck is Dwayne? Pourquoi il engrosse des asiatiques? Je ne sais toujours pas... J'ai juste appris en 8 épisodes un fait certain: (ATTENTION GROS SPOILER) spoiler: Le sheriff est somnambule. Après c'est bien réalisé... l'épisode sur Nora Durst était bien foutu avec la question n°121... mais bon c'est comme dans LOST avec ses jolis flashbacks et ses 121 épisodes: On est happé mais on ne sais même plus pourquoi.
Aphykitt
Aphykitt

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 61 critiques

A propos de   The Leftovers - saison 1
5,0
Publiée le 10/01/2016
Cette série est une très belle surprise pour moi. j'en avais vaguement entendu parlé mais je ne m'y été jamais vraiment intéressé. En la commençant j'ai accroché de plus en plus au fur et à mesure des épisodes. Mais je pense que celui qui m'a le plus bouleversé est l'épisode 9. La série est en soi un petit bijoux mais cet épisode est un chef d'oeuvre. Une réalisation magnifique accompagné par une super musique, qui est d'ailleurs toujours au top dans les autres épisodes. On est suspendu tout le temps de l'épisode, en haleine car on sait qu'ils vont disparaître à un moment donné de l'épisode mais on ne sait pas quand. L'émotion est vraiment forte tout le long de l'épisode je trouve. Grace aux flash-back, cet épisode nous permet de comprendre pourquoi les personnages sont comme ils sont aujourd'hui mais c'est fait avec tellement d'intelligence! Globalement cette série est une des série les mieux réalisée qui existe. Que ce soit dans les dialogues, la musique, les plans, elle est vraiment bien faite. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi elle n'est pas plus suivie que ça. Franchement je trouve qu'on en parle pas assez, elle reste un peu au milieu de toutes les autres daubes commerciales des autres chaines américaines. C'est assez dommage.
Human n°3567368
Human n°3567368

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 7 critiques

5,0
Publiée le 12/12/2015
La tranformation de Walter White, les fulgurances de The Walking Dead, la vraisemblance de Homeland, la dualité de Vic Mackey... Tant de bonnes séries et leurs nombreuses qualités. J'en oublie... Mais la virtuosité de The Leftovers, incomparable, invraisemblable, indésirable, inqualifiable... Une série hors normes, des sensations dérangeantes, une interprétation troublante. Regardez The Leftovers, ressentez The Leftovers, vivez The Leftovers, c'est une expérience unique. Entre grâce et malêtre, entre justesse et fiction, cette série - ce rite - vous changera.
ffred
ffred

Suivre son activité 312 abonnés Lire ses 3 034 critiques

A propos de   The Leftovers - saison 3
5,0
Publiée le 28/06/2017
C'est le coeur gros qu'on quitte les personnages de cette série formidable qui gardera son mystère jusqu'au bout. Aussi réussie sur la forme que sur le fond, parfaiitement mise en scène et impeccablement interprétée. Mystérieuse, intriguante, poignante, l'une des meilleures de ces dernières années...
floflo2204
floflo2204

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 319 critiques

5,0
Publiée le 09/06/2017
Rarement la télévision américaine nous aura offerte des séries aussi poétiques que The Leftovers. En mélangeant religion, poésie et drame avec une beauté indiscutable, Damon Lindelof et Tom Perrota nous ont introduit dans un univers particulier qui regorge de qualités en tout genre. The Leftovers a cette capacité de nous faire voyager, on est emmené avec grâce et subtilité à travers toute une histoire qui au demeurant peut sembler basique mais qui tourne rapidement à la réflexion métaphysique remplie de poésie. 2% de la population mondiale disparaissent sans prévenir, voilà le point d'accroche de la série. Alors on peut s'interroger sur la possibilité de nous tenir en haleine sur un thème aussi simple en espérant avoir une réponse par rapport à la disparition soudaine de ces personnes. Néanmoins, on se rend vite à l'évidence que les scénaristes ne nous apporteront aucunes réponses concrètes alors on se laisse porter par le voyage des protagonistes. Cette série traite sans détour du deuil, de la secte, de la religion ou encore de la psychologie. Par cet habile mélange de genres, les écrivains nous accompagnent au cours de trois saisons semblables quant aux réflexions qui les ponctuent mais qui savent se différencier dans leur approche des choses. Les protagonistes de cette série sont tous interprétés à merveille par des acteurs talentueux qui dominent de la tête et des épaules tout le développement proposé. Que ce soit Justin Theroux, remarquable, Carrie Coon, incroyable de justesse, Christopher Eccleston, transperçant, Amy Brenneman, excellente, Ann Dowd, géniale ou encore Liv Tyler, effrayante. Tous les acteurs et actrices présents dans cette série savent apporter quelque chose de nouveau, de poétique et de surprenant à la série. Là où la dimension religieuse et poétique est réellement la plus forte reste surement lorsque les morceaux composés par Max Richter nous prennent et ne nous lâchent plus jusqu'à la fin de l'épisode. Chaque partition est composée avec soin et nous permet de voyager au plus près de cet univers particulier. Alors on se laisse transporter par la poésie qui anime cette histoire. Les décors ne sont pas en reste, chaque fond utilisé est magnifique et sait nous emmener toujours plus loin dans une histoire si belle et émouvante. La réalisation sublime proposée pendant les trois saisons de la série pourraient suffire à conquérir n'importe quel spectateur assidu de séries télévisées. La caméra est maniée avec brio tout en sachant se poser par moment ou bien se rendre plus mobile lorsque cela s'avère nécessaire. La photographie qui l'accompagne est à couper le souffle. Une photo généralement suivie d'une musique tantôt religieuse tantôt composée par Richter, il n'en faut pas beaucoup plus pour faire rentrer le spectateur dans les pérégrinations psychologiques des personnages. Alors voilà, HBO a décidé de mettre fin à The Leftovers après trois saisons que l'on pourrait toutes qualifier de chef-d'oeuvre mais une chose est sûre, cette série n'a pas fini de nous faire rêver.
Gouchou
Gouchou

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 301 critiques

4,0
Publiée le 13/01/2016
Avec The leftovers, HBO conforte sa place de numéro 1 lorsqu'il s'agit de produire des séries de grande qualité. The Leftovers est un show complètement atypique qui sort des éternels clichés. L'ambiance est lourde et constamment tendue, les acteurs sont remarquables, d'ailleurs beaucoup ont été remarqués dans d'autres séries produites par la chaîne. Enfin, l'histoire est juste géniale, la musique très recherchée, et la mise en scène est parfaite. La saison une, se déroule dans une petite ville des Etats-Unis du nom de Mapleton dans l'Etat de New York, la saison deux prend place dans une autre petite ville américaine celle de Jarden au Texas. Le pitch est très simple puisqu'il suffit de s'imaginer qu'un 14 octobre sans aucune explication 2% de la population disparaissent. Les hommes et les femmes qui n'ont pas disparu restent donc avec des questions sans réponse, des foyers sont brisés et les vies d'hommes et de femmes sont détruites. Le personnage principal de la série est Kevin Garvey le chef de la police de Mapleton, ce père de famille se retrouve seul alors que sa femme est partie rejoindre une sorte de secte qui se mure dans le silence et se tue à petit feu en fumant une quantité de cigarettes astronomique. Cette secte est bien décidée à empêcher les gens d'oublier les événements du 14 octobre en menant des actions qui perturbent toute la ville et font du mal à ceux qui ont perdu un être cher. The Leftovers nous amène donc à nous projeter dans un monde qu'il est franchement impossible d'imaginer. Les raisons pour lesquelles des personnes ont disparu n'étant connue de personne, de nombreuses sectes voient le jour et la question de la foi est également un thème central. Que ce soit dans la saison une ou deux, le spectateur observe à chaque fois des petites villes, ce qui permet de se focaliser sur un nombre restreint de personnes mais aussi de mieux se rendre compte de l'impact de ces disparitions sur la société et de rendre l'ambiance d'autant plus pesante. Il est très facile de devenir accro à cette série, car non seulement le sujet est fascinant mais aussi parce que l'intrigue est très bien ficelée. Le grand nombre de personnages permet une richesse de sujets à exploiter, les acteurs (Justin Theroux, Liv Tyler, Carrie Coon, rejoint dans la saison deux par Regina King et Kevin Carroll) sont exceptionnels. Enfin, à aucun moment le spectateur ne peut se formuler une idée sur ce qui s'est passé, bien sûr nous sommes amenés à faire des conjonctures et à chercher des raisons à ces enlèvements mais généralement on se retrouve dans le flou le plus absolu. Ce qui n'est pas sans rappeler une autre série tout aussi mystérieuse : Lost. Cette ressemblance est naturelle puisque le réalisateur de The Leftovers n'est autre que Damon Lindelof le réalisateur de Lost. Pour terminer un petit bémol sur la saison 2 qui a perdu en rythme pendant plusieurs épisodes qui sont beaucoup moins prenant. Il faut attendre les deux derniers épisodes pour que l'intrigue redevienne intense.
Nicolas F.
Nicolas F.

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 19 critiques

A propos de   The Leftovers - saison 2
4,0
Publiée le 22/12/2015
The Leftovers est probablement la série la plus mystique qu'il m'ait été donné de voir depuis bien longtemps. Et cette deuxième saison accélère encore le projet métaphysique de départ. Si le postulat originel est relativement simple - 2% de la population mondiale disparaît subitement -, celui-ci demeure un cadre d'une histoire dont les principaux protagonistes ne sont bel et bien pas ceux qui manquent, mais ceux qui restent... La question du deuil abordée lors de la première saison, de la multiplicité des réactions et des conséquences que celles-ci engendrent, laisse ici la place à d'autres thèmes qui relèvent encore l'intensité dramatique. Kevin Garvey et sa famille (recomposée) se retrouvent dans la ville de Jarden, rebaptisée "Miracle" parce qu'elle n'a subi aucune perte humaine lors de la célèbre journée du 14 octobre. Devenu un lieu de pèlerinage, Miracle propose une apparente sérénité. Or, sous ce calme couve des sentiments exacerbés qui semblent ne demander qu'à exploser, dès lors que le vernis de « ville sauve » s'écaille. Certaines figures annoncent ce chamboulement, dont celles que vont rencontrer les Garvey tout au long de leur aventure. spoiler: Nous suivons Kevin (Justin Theroux) dans un voyage initiatique qui l'entraîne au plus profond de lui-même, vers les limites de la folie, et de la vie. Un périple qui allie quête spirituelle, existentialiste et poétique, pour nous déposer au pas de sa porte, face à l'image d'un bonheur retrouvé. Une fin de saison qui peut potentiellement boucler la série – Damon Lindelof voulant sans doute éviter les turpitudes de Lost –, mais qui donne surtout au spectateur l'envie de poursuivre l'aventure... Après quelques indécisions et quelques manifestations de mécontentements des fans, HBO semble avoir pris la décision de se lancer pour une troisième [et vraisemblablement dernière] saison. On l'espère du même acabit !
formo11
formo11

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

A propos de   The Leftovers - saison 2
5,0
Publiée le 11/12/2015
Cette seconde saison de The Leftover est encore meilleure que la premiére. Pour ma part ça faisait longtemps qu'une série ne m'avait pas autant touché. On n'en sait pas forcément plus sur le pourquoi de ces disparitions, d'ailleurs si c'était explicable la série perdrait tout intérêt, c'est encore tous ces personnages, magistralement interprétés qui nous dévoilent leurs certitudes, croyances, leurs doutes, leur colére devant l'incompréhensible qui donnent corps a l'ensemble. J'ai vraiment eu la larme a l'oeil sur plusieurs épisodes tellement les personnages sont ... humains, et bien loin des clichés des séries US "main stream". Il faut aussi souligner une bande son exceptionnelle pour les amateurs de folk et de rock (merci les Pixies encore une fois pour "Where is my mind" déclinée a toutes les sauces mais avec bon gout.)
Back to Top