Notez des films
Mon AlloCiné
    True Detective
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    4,5
    11112 notes dont 494 critiques
    répartition des 494 critiques par note
    223 critiques
    184 critiques
    46 critiques
    26 critiques
    8 critiques
    7 critiques
    Votre avis sur True Detective ?
    Dex et le cinéma
    Dex et le cinéma

    Suivre son activité 557 abonnés Lire ses 172 critiques

    4,0
    Publiée le 29 août 2018
    Combler le vide laissé par le final grandiose de Breaking Bad a été pour moi un combat de tous les instants. Serait-il désormais possible d'envisager l'avenir de façon positive ? Nombreuses sont les séries qui tentent sans relâche de me persuader que le suspens, l'inspiration et la créativité ne sont pas morts avec le chef d’œuvre de Vince Gilligan... et subtilement, surprenamment, sans que l'on s'y attende, l'une d'elle y parvient, parfois. True Détective (Saison 1) est l'une de ces survivantes. Cette histoire policière offre une enquête prenante, à l'ambiance délicieusement poisseuse, gouteusement sombre, devenant haletante dès le sensationnel 3 ème épisode. Mais il est évident que ce scénario, aussi bien écrit soit-il, ne serait rien sans la sublime alchimie du duo principal. Portés par ses incroyables acteurs, les personnages de True Detective sont d'une profondeur qui touche au sublime. La réalisation tout bonnement excellente de Cary Fukunaga est également à souligner, particulièrement lorsqu'elle sublime les décors grandioses que la Louisiane a façonné. L'ambiance et les jeux de lumière dénotent d'ailleurs une parenté des plus plaisantes avec le travail du brillant Fincher. Un bémol est à noter cependant, un bémol de taille à mes yeux : la fin de la saison. Aucun spoiler ici bien sur, je ne suis pas un monstre. La conclusion de cette fantastique odyssée est a la fois, excellente, et profondément ratée. Je n'ai pas peur des mots. Excellente, car elle termine son intrigue avec une certaine justesse, nous proposant un suspens d'une intensité honorable. Ratée, car malgré tout, la fin de True Detective est... non seulement classique, mais surtout une véritable entourloupe de la part de l'auteur. La réponse à la question "qui-où-pourquoi", n'a tout d'abord rien de très originale, mais maintient également le spectateur dans un mystère opaque, irrésolu et finalement frustrant. Un peu comme si le message de l'auteur qui apparaissait en filigranes était le suivant : "j'ai amené du suspens, mais je savais pas trop comment résoudre tout ça alors... On va faire un truc philosophique." A mes yeux, conclure cette intrigue diablement haletante sur un note purement philosophique n'était certainement pas une bonne idée. Du moins pas sans autre chose à côté. Est-ce que cela remet en cause les qualités évidentes de la série ? Non bien sur, elle reste objectivement très bonne dans sa réalisation et dans la gestion de son suspens. Mais elle est également la preuve que Breaking Bad restera toujours à mes yeux un Graal intouchable. Ceci dit, True Detective nous annonce une chose palpitante : les séries ambitionnant de tutoyer les sommets sont loin d'avoir disparues.
    elbandito
    elbandito

    Suivre son activité 205 abonnés Lire ses 618 critiques

    4,0
    Publiée le 23 juillet 2015
    True Detective est une série pour le moins innovante, sur le fond mais surtout dans sa forme, car il s’agit davantage d’un film de huit heures, véritable thriller fiévreux à la limite du fantastique, qui explore la psychologie de ses personnages. L’histoire est portée par deux acteurs de cinéma renommés. La performance de Matthew McConaughey et Woody Harrelson est l’atout principal car le scénario est relativement classique. La frontière entre cinéma et télévision s’amenuise encore grâce à True Detective.
    THE-CHECKER
    THE-CHECKER

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 467 critiques

    5,0
    Publiée le 8 mars 2014
    Imaginez une série pourvue d'un traitement psychologique du niveau d'un Silence des agneaux, interprétée par une brochette d'acteurs littéralement envoutés par leurs personnages, à la narration au suspense haletant, alternant les moments de pure tension avec des scènes d'actions dignes d'un Michael Mann et s'offrant le luxe de brosser à la fois le portrait d'une Amérique schizophrène oscillant entre le meilleur et le pire et exposant la psyché de ses protagonistes avec une acuité jamais vu jusqu'à lors. Aucun effet de manche, aucune facilité scénaristique qui vaille n'entravent cette enquête à la noirceur sans précédents, à commencer par un duo de détectives à des années lumières de tous les stéréotypes vu et revu ça et là, accentuée par un facteur temps (quelle subtilité dans l'évolution visuelle!!) se révélant être au final au moins aussi crucial dans le propos que les problématiques inhérentes aux personnages. Tout ça et plus encore se trouve dans cette série absolument dingue, aux antipodes de tout ce qui a déjà pu se faire en la matière auparavant, relevant d'un cran voir de 20 étages le niveau pour tous les prétendants qui tenteraient de rivaliser avec ce qui se pose d'ores et déjà comme la meilleur série policière jamais réalisée sur le petit écran!
    Mathilde L
    Mathilde L

    Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 39 critiques

    5,0
    Publiée le 15 janvier 2014
    La crypte du Panthéon accueille, outre les tombeaux, un grand écran de télévision dont s'échappe la voix à faire trembler les murs d'André Malraux. Mais ce qui n'est, aujourd'hui, qu'un simple dispositif de retransmission des quelques cérémonies filmées, sera demain un extraordinaire lieu de mémoire : « Ci-gît Home Box Office, la chaîne qui libéra la série ». Pour sûr, les féministes s'élèveront contre cette inhumation ; France 2 invoquera la préférence nationale et Canal + autorisera vainement les sous-titres sur image brouillée. In fine, tous se rangeront à l'idée : il n'y a, au monde, meilleur candidat. Car HBO fait du quasi-cinéma : il reste dans True Detective, mais il ne reste plus que, l'irréductible différence de structure narrative. Différence presque surmontée par Shokuzai, minisérie remontée en diptyque pour la Mostra ; structure narrative qui, à elle seule, contient difficilement l'œuvre dans le petit écran auquel elle se veut, paradoxalement, adaptée. Si la télévision se définit encore, et le débat est ouvert, comme la « radio parlée » d'Orson Welles, reléguant l'image au second plan, alors "it's not TV [anymore], it's HBO". Ni pionnière, ni oasis de qualité dans un désert peuplé d'Experts : Las Vegas, la chaîne américaine confirme cependant sa capacité à faire mieux que parfait. Quelle merveilleuse surprise, d'ailleurs, de retrouver deux acteurs de The Wire dans le premier épisode de la série dont s'agit : Lester Freamon, le true detective ("real police", plus exactement), et Brother Mouzone, réunis de nouveau. À leurs côtés brillent les mines grises de Woody Harrelson et de Matthew McConaughey, l'homme du bayou ; leur performance ne décevra personne. Le duo qu'ils forment, enquêtant sur les meurtres d'un psychopathe dont la mise scène dégage une puissance symbolique nettement supérieure à celle de bon nombre de films, est dirigé par Cary Fukunaga, jeune réalisateur de cinéma. De la double narration assumée par les personnages principaux dans un flashforward, situé plus de quinze ans après les faits et susceptible de se révéler flashback à terme, aux superbes photographie et bande-son, sombres et lourdes, en passant par la musicalité des accent, diction, voix, True Detective fait planer mais ne laisse planer aucun doute sur son succès. Le générique, rien que le générique, rien que le générique... Aux grands producteurs, les spectateurs reconnaissants.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 19 janvier 2014
    Pour un premier épisode True Detective tape fort, très fort même. Tout est bon, acteurs, mise en scène, musiques. Matthew McConaughey et Woody Harrelson, nous délivrent des prestations hors-norme. Surtout Matthew McConaughey qui crève l'écran. L'histoire est sombre, l'ambiance oppressant, ça change des vielles séries policière comme les experts. On ne remarque même pas que c'est une série tellement c'est bien filmé et interprété, accompagné d'une excellente bande son. Enfin une histoire policière à la "Seven" La série promets de bons rebondissement avec je l'espère des épisodes aussi bons que celui là. Si vous ne connaissez pas la série , je vous la conseille fortement. ENJOY!
    jef F.
    jef F.

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 1 février 2014
    Un véritable choc cinéma, du vrai du pur qui ne doit rien aux productions à l'affiche. Une intrigue pesante, malsaine, lourde qui vous envahit et ne vous lâche pas. Le scénario très, très original avec ces deux flics aux tempéraments opposés mais réalistes qui racontent, images à l'appui, quelques années plus tard, une incroyable affaire de meurtre satanique déroutant au cours d'un interrogatoire réalisé et filmé par deux autres cops. Ici comme sur le terrain lors de l'enquête, les deux acteurs sont bluffants, imprégnés de leurs personnages, authentiques et.. de très grande classe. J'ai avalé les trois premiers épisodes de la série 1 et attend avec impatience la suite qui ne devrait pas me décevoir. En tout cas, cette série va être la référence absolue du polar noir, bien au dessus de tout ce qui a pu être produit et réalisé jusque là. Une bande son somptueuse, des paysages magnifiques. Tout y est. Chapeau !
    BlackHat
    BlackHat

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 11 critiques

    4,5
    Publiée le 14 janvier 2014
    Excellente série qui gagnera probablement quelques prix à coup sur, reste à savoir si le public accrochera. C'est en effet un gros pari fait par le réalisateur qui fait pour une série ce qui n'a jamais été fait que dans certains films, le pari d'une histoire posé et volontairement lente qui permet aux 2 excellent premier rôles d'exprimer leur talent, qui permet d'imposer une ambiance général assez "dark" ainsi que d'encré cette série dans le réalisme. Les séries ont pris les mauvaises habitudes, d’expédié tout, de ne laissé aucun temps mort (exemple: on tape 3 touches sur le PC et hop on trouve la plaque du coupable; on reçoit un appel, on dit pas bonjour, ni au revoir; etc...). Effectivement ces habitudes permettent de faire tenir l'épisode en 40min et apportent du dynamisme mais on en perd beaucoup en réalisme. La majeur partie du premier épisode est constitué du témoignage des 2 inspecteurs ayant enquêté sur un tueur en série en 1995. Le réalisateur fait vraiment tout pour qu'on se croit 20 ans plus tôt et ça se ressent vraiment avec une grande attention aux détails pour faire croire qu'on est même la manière de filmé et la qualité d'image est faites pour ça. Bref cet épisode est un chef d'oeuvre atypique mais qui ne plaira sans doute pas à tout le monde.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 348 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    4,0
    Publiée le 18 janvier 2015
    C'est entre 1995 que les inspecteurs Rust Cohle et Martin Hart se sont occupés d'une affaire de meurtre avec rituel d'une jeune femme et, alors qu'ils ont depuis quitté la police, ils sont contactés en 2012 par deux policiers suite à un meurtre similaire... Dès les premières minutes du premier épisode, "True Detective" aura su imposer et mettre en place une vraie atmosphère et un intérêt tout le long constant. Le réalisateur Cary Fukunaga nous transporte au coeur de la Louisiane suivre les deux inspecteurs entre leur enquête de 1995 et le présent de 2012. Deux personnages très vite intéressants par la façon dont ils sont approfondis et l'ambiguïté planant sur eux, notamment Cohle dont le passé et le rapport avec diverses substances restent plus ou moins flous. C'est à travers l'enquête qu'on les découvre peu à peu et la relation qu'ils auront, et la façon dont ils vont bosser ensemble. Mais c'est aussi à travers la galerie de personnages tournants autour d'eux que "True detective" brille, parfois peu approfondie mais toujours intéressante et jamais inutile, à l'image de la famille de Hart. Construit comme une anthologie avec un casting et une intrigue différente pour chaque saison, "True Detective" nous emmène dans au fin fond d'une Amérique perdue où les crimes les plus sordides ont lieu. On navigue entre noirceurs d'âmes, rituels, suspicion, illusion, affaire glauque ou encore corruption, le tout dans une Louisiane sublimée par la caméra Fukunaga. Alors, si la finalité et les deux derniers épisodes laissent légèrement sur la faim, se transformant en enquête banale et perdant en profondeur humaine, le scénario n'en reste pas moins un modèle du genre, surtout lorsqu'on découvre les personnages et l'intrigue à travers les deux époques. Sans fausses notes, ni lourdeurs, l'enquête ne se perd pas dans des sous-intrigues inutiles mais reste toujours au service des personnages et de l'atmosphère. Et quelle atmosphère ! "True detective" retranscrit à merveille la chaleur et la moiteur de cette Louisane à travers une ambiance tendue, lourde, sombre et glauque et met bien en avant la fragilité et complexité de ces deux humains. Le rythme est lent mais on est happé par cette atmosphère, les tableaux de cette Amérique paumé et les personnages. "True detective" contient intensité et tension lorsqu'il le faut et les moments forts ne manquent pas. Et puis la série repose aussi sur ses interprètes où le duo Harrelson/McConaughey fait des merveilles tandis que les seconds rôles assurent, notamment ceux féminins. Si la finalité laisse très légèrement sur la faim, "True Detective" aura su imposer une vraie atmosphère prenante dès ses premières secondes, misant surtout sur la profondeur des personnages et les liens entre eux et nous emmenant suivre des âmes torturées au fond d'une Amérique perdue.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 209 abonnés Lire ses 2 115 critiques

    4,0
    Publiée le 21 juillet 2014
    Les séries sont depuis une quinzaine d'années la nouvelle source de créativité du cinéma américain venant au secours du grand écran embourbé dans les reboots, préquelles ou adaptations de comic books. "True detective" conçue par Nic Pilozzatto propose astucieusement sur une durée de neuf heures une véritable synthèse du genre thriller à partir des recettes concoctées et popularisées par les Michael Mann ("le sixième sens", 1986), Jonathan Demme ("Le silence des agneaux",1990), Quentin Tarantino ("Pulp Fiction",1993) et autres David Fincher ("Seven",1995) et "Zodiac", 2007). L'intrigue glauque et plutôt filandreuse se déroule dans la Louisiane post-Katrina mélangeant abus sexuels sur fond de fanatisme religieux. Le duo de flics inscrit dans le schéma traditionnel du budy movie est porté par deux acteurs à leur meilleur. D'un côté le charismatique Matthew McConaughey, nouvelle coqueluche d'Hollywood récemment oscarisé qui apporte sa caution commerciale et de l'autre le très solide Woody Harrelson qui n'arrête pas d'effectuer son retour depuis ses débuts fracassants dans "Tueurs nés" d'Oliver Stone (1994). La mise en place des personnages qui s'étend sur un prologue assez plombant de deux épisodes nous fait un moment penser que la dithyrambe qui entoure la série est un peu surfaite tant les scènes semblent s'étirer pour entrer dans le format des neuf heures. Heureusement les choses s'arrangent ensuite grace à la progression de l'intrigue rendue malgré tout un peu confuse par des sauts temporels (l'enquête se poursuit sur quinze ans) pas toujours harmonieusement explicités. Mais le réalisateur Cary Joji Fukunaga s'en sort plutôt bien aux manettes pour apporter la dose de suspense utile aux moments paroxystiques. On se prend donc au jeu de ce mélange touffu entre enquête policière et tracas psychologiques du duo qui progressivement prennent le pas sur une intrigue devenue au final un peu secondaire. A ce jeu là, les deux acteurs s'en donnent à cœur joie cabotinant à qui mieux-mieux, notamment un McConaughey tombé depuis "Dallas Buyers Club" (Jean-Marc Vallée, 2013) dans la marmite du transformisme physique, marque des grands acteurs hollywoodiens depuis De Niro dans "Raging Bull" (Martin Scorsese, 1983). L'exercice de style est donc réussi même s'il n'est pas aussi original qu'annoncé. Les élucubrations philosophiques des deux flics tout au long de leurs échanges valent à elles seules le déplacement.
    Jelly D.
    Jelly D.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 10 février 2014
    J'ai mis du temps à saisir ce qui m'avait immédiatement fait accrocher à cette série. Parce qu'elle dégage quelque chose de pesant, de malsain, d’infiniment sombre et pourtant...Je sais que je ne manquerai aucun épisode. Je passerai l'éloge des deux acteurs qui sont absolument magnifiques dans leur rôle. Pas une seule fausse note, entre le "père la morale" qu'est Marty (alors qu'il est peut-être le pire des deux) et le drogué, dépressif et qui porte pourtant une philosophie tournée vers un univers positif. Le contraste entre les deux personnages est saisissant. Ils vivent dans deux mondes différents et sont obligés de les mêler pour résoudre cet enquête, fracturant leurs codes à chacun. Une tension s'installe au fur et à mesure des épisodes sans qu'on ne puisse en déterminer la source exact. Chaque épisode aborde une facette des deux personnages, une facette de l'enquête et surtout une facette du job qui les traîne tous les deux vers le fond, à sa manière. L'épisode un : spoiler: L'épisode un était très axé sur Cohle et son décalage alors que finalement, sa petite folie lui permet de garder les deux pieds sur terre, de voir les choses autrement. Son attitude suscite un certain effroi et pas mal d'incompréhension. Il est un "mauvais flic", n'utilisant pas les méthodes traditionnelles qui ne lui ressemblent pas. A l'opposé,Marty est présenté comme un bon flic avec une réputation impeccable. Il cultive beaucoup les apparences et on l'aperçoit d'abord comme un bon père de famille, un mari idéal. On effleure l'illusion qu'il va peut-être garder Cohle loin de sa folie grâce à ce côté concret, encré dans une vie qui est passée à côté de Cohle quand il a perdu sa fille. L'épisode deux : spoiler: Il est davantage centré sur le dessous des apparences. On découvre plus en profondeur le passé de Cohle, la manière dont il a géré son deuil, son divorce et sa dépression qui ne le lâche pas. Il a des hallucinations qui finalement sont teintées d'une vérité étonnante, comme si c'était un instinct profond qui parlait au milieu du marécage que doit être son cerveau. Cette série montre le bagage que ces personnes ramènent chez eux et dans ce second épisode, l'apparent monde rose de Marty vole en éclat. D'homme d'honneur, droit et parfait, il passe à un type pourri qui trompe sa femme en prétextant le faire pour relâcher la pression et ainsi faire vivre sa famille au mieux. Il voit sa tromperie presque comme un service rendu à sa famille et à tout son entourage. Il mène une vie secrète, celle qui est bouffée par le boulot, celle qu'il décharge avec sa maîtresse. On peut également voir que son angoisse est de ramener toutes ces horreurs qu'il voit chez lui et de parasiter ses filles avec. Mais il semble que ces gamines captent le lourd boulet qu'il se traîne au pied puisque sans qu'il leur en parle, elle sentent les choses et vivent avec au quotidien. Bref des personnages d'une profondeur bouleversante et d'un charisme absolument impressionnant. Plus que l'intrigue policière, c'est de savoir comment les deux hommes en sont arrivés à ce qu'ils sont en dans les années 2010. Comment cette affaire en 95 a pu les révolutionner à ce point ? Pourquoi surgit-elle à nouveau maintenant ? Pourquoi les entretiens qu'ils passent ressemblent fichtrement à des interrogatoires sous cape ? Bref, on se pose un tas de question, on est envoûté, englué dans l'ambiance pesante et pourtant très humaine. On découvre pas à pas et on s'enfonce irrémédiablement dans le passé de deux hommes complètement détruits, réunis sur une affaire qui ne les lâche pas, même des années après. Et tout ça sur fond de réalisation épurée, de plans fixes presque sereins sur Cohle et Marty de nos jours à des lenteurs sur le récit de 95 qui montre l'embourbement de l'affaire et des deux hommes sous fond d'une Louisiane qui "colle" et garde ses secrets. Fatalement, on accroche. Bref, une série à ne pas rater ! Un chef d'oeuvre pour moi, c'est déjà culte.
    jibaisriou
    jibaisriou

    Suivre son activité Lire ses 12 critiques

    3,5
    Publiée le 29 mars 2014
    Un sentiment un peu mitigé. Le début de la saison est vraiment enthousiasmant, avec des personnages forts, une atmosphère lourde, une enquête bien mené. Puis la deuxième partie (à partir de l'épisode 5) moins convaincante, notamment du point de vue de l'intrigue même qui devient plus confuse, avec quelques faux rythmes, quelques scènes où l'on perd la justesse des personnages, c'est dommage. Tout de même un bon moment!
    Will McAvoy
    Will McAvoy

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 12 mars 2014
    QUELLE CLAQUE ! Exit toutes ces séries policières qui se disent maîtres du genre, je pense aux Experts and co notamment... Ici, c'est sans aucune pitié, à l'image de la narration complètement terrifiante et qui dure tout au long de cette première saison, que True Detective renvoie ces séries policières dans le ridicule et la ringardise. En effet, tout est réuni pour rendre un véritable chef-d'oeuvre de la télévision ! Et cela commence bien évidemment par un générique tout aussi mystique qu'incroyable esthétiquement, nous avions Game of Thrones et Dexter, aujourd'hui, on peut ajouter aisément et sans le moindre doute True Detective en ce qui concerne le générique... Tout comme la BO, un son country sombre et stressant mais entraînant, collant à la perfection avec le rythme et le scénario de la série... Après, la deuxième chose qui nous claque à la tronche dès les premières images, c'est tout simplement le décor, associé à une réalisation maîtrisée d'une main de génie qu'est Cary Fukunaga. Dans une Louisiane aussi sombre que l'on peut la connaitre, le metteur en scène parvient à tout sublimer, il transcende chaque plan qui défile devant nos yeux, chaque détail a un objectif, il est pensé minutieusement, que ce soit dans la forme que dans l'intrigue policière... Mais venons-en à ce qui fait de cette série une pièce unique, une oeuvre d'art cinématographique et pas seulement télévisuelle : une performance, pour moi jamais égalée auparavant dans une série, celle du duo d'acteurs, Matthew McConaughey (Rust Cohle) et Woody Harrelson (Marty Hart). Whaou ! Que dire ? C'est LE rôle de leur vie ! Alors qu'il s'agit d'une série, et alors ? Si le premier a eu son Oscar récemment pour sa magnifique performance dans Dallas Buyers Club, c'est aussi grâce à sa performance hors du commun, sur huit épisodes de 55 minutes, dans True Detective. Il crève littéralement l'écran... Mais sans pour autant - et c'est là aussi ce qui fait la perfection de cette série - faire de l'ombre à son fameux coéquipier Woody Harrelson (Zombieland, Hunger Games plus récemment). Ces deux personnages nous font une véritable démonstration, en appuyant sur la folie, la psychologie, le stress, la peur et la haine. Les deux se répondent mutuellement, se détestent, s'aiment, les deux en même temps, c'est la clef de la réussite de True Detective. Alors pour le coup, énorme coup de chapeau au scénariste et créateur, Nic Pizzolatto : un génie est né tout simplement... Vivement la saison 2 !
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 172 abonnés Lire ses 344 critiques

    4,5
    Publiée le 11 mars 2014
    Le genre policier a reçu tellement de faveurs de la part des séries télé qu'on pourrait se demander "pourquoi s'attarder plus sur True Detective que sur une autre?". Mais il suffit d'en voir le premier épisode pour comprendre pourquoi elle marque la rétine plus que n'importe quelle autre. D'une part, son ambition n'est clairement pas de concurrencer ce qui l'a précédé. Et encore moins de s'en inspirer. Sa durée relativement courte (8 épisodes) ne tend qu'à une chose: raconter une histoire, de la manière la plus complète possible. Celle d'une enquête que les deux inspecteurs Rust Cohle et Martin Hart ont mené en 1995, en Louisianne, et qu'ils ont bien du mal à oublier. Nic Pizzolatto, scénariste de True Detective, a fait le choix de la rigueur et de la précision: les personnages ne se dévoilent que par petites touches, à l'instar de son intrigue. Son discours et ses rebondissements atteignent une porté philosophique et métaphysique rarement atteinte. Cette spécificité se cristallise en la personne de Cohle, inspecteur misanthrope se livrant fréquemment à de bien obscures réflexions sur l'humanité. Tandis que Hart semble plutôt se rapprocher de l'homme instinctif, berné par ses pulsions et ses certitudes. En tout cas, le script est l'une des principales forces (dévastatrices) de la série. C'est d'ailleurs ça qui a convaincu Matthew McConaughey et Woody Harrelson d'interpréter les deux coéquipiers. Et on comprend pourquoi: non seulement les deux acteurs Texans ont su déceler la puissance incroyable de cette histoire, mais il faut croire qu'ils ont aussi vu une opportunité inouïe d'y apporter la leur (déjà considérable). Harrelson est au sommet de son art dans le rôle de Hart, parfait rempart de virilité qui pourtant voit sa cuirasse craquelée par sa propre masculinité. Mais c'est bel et bien McConaughey qui hante toute la série. Sa présence presque fantomatique, sa voix et sa diction impassibles, son visage marqué; tout de la prestation de l'acteur tient du génie. Et que dire de la réalisation absolument mémorable de Cary Fukunaga, véritable démonstration de savoir-faire et de précision. On pense souvent à David Fincher en regardant True Detective. Ce qui relève de la performance. Et que dire de cette pépite de plan-séquence (en fin d'épisode 4) qui risque fort bien de rester inégalé pour un bon bout de temps sur le petit écran. Puis cette bande originale qui sied si parfaitement à l'univers délétère et implosif de Pizzolatto. Far From Any Road (qui accompagne le sublime générique), Young Men Dead, The Angry River,...ainsi que les créations très inspirées de T Bone Burnett. True Detective est un bijou du polar dont les éclats ne sont jamais plus étincelants que quand ils sont noirs.
    Thibox_
    Thibox_

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 261 critiques

    5,0
    Publiée le 4 mars 2014
    Dès le générique, on sent immédiatement que "True Detective" sera de qualité. En effet, cette série est maîtrisée de A à Z: Matthew McConaughey et Woody Harrelson sont parfaits, la photographie est sublime, la mise en scène est efficace, le scénario est brillant et les décors sont magnifiques. Sûrement LA série la plus prometteuse du moment, elle pourrait atteindre des sommets (l'incroyable plan séquence de l'épisode 4 nous le fait bien comprendre...bluffant).
    Kevin Malot
    Kevin Malot

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 36 critiques

    5,0
    Publiée le 18 février 2014
    C'est avec beaucoup de plaisir que j'écrit aujourd'hui cette critique sur la nouvelle série de la chaine HBO, chaine câblée américaine pour avoir sorti des série d'une qualité exceptionnel je pense notamment a Oz, Les Soprano, The Wire, Boardwalk Empire, Six Feet Under et plus récemment Game Of donc avec beaucoup d'attente que j'attendais True Detective, mais je ne m'attendais pas a ç série a réussi un exploit que jamais aucune série a fait a ce jour, elle a réussi a arriver au stade de chef d'oeuvre au bout de 5 épisode alors que sa première saison n'est même pas est excellent dans cette série, l'intrigue qui est mise en scène est absolument passionnante on est captiver par chaque épisode, les plan de caméra sont incroyable surtout celui de l'épisode 4 qui juste un plan séquence de folie, le duo d'acteur Matthew McConaughey et Woody Harrelson sont tout simplement impressionnant dans leur rôle, l'univers sombre de la série arrive a offrir un charme inimitable, après la fin de breaking bad un nouveau bijou de la télévision a fait son entrée et elle est sans conteste très réussi. True Detective est surement la meilleur série de l'année et peut être une des meilleur série tout court.
    Back to Top