Mon AlloCiné
    Stranger Things
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    4,6
    16210 notes dont 685 critiques
    51% (349 critiques)
    31% (215 critiques)
    8% (57 critiques)
    5% (32 critiques)
    2% (14 critiques)
    3% (18 critiques)
    Votre avis sur Stranger Things ?
    Quentin E. V.
    Quentin E. V.

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 83 critiques

    4,5
    Publiée le 24 juillet 2016
    Stranger things est tout bonnement exceptionnelle, la série reprend les codes des excellentes séries et films des années 80 façon Spielberg ou Carpenter avec une petite touche à la Stephen King. La reconstitution de l'époque que ce soit les habits, accessoires, coiffures ou même la caméra es juste démentiel. La musique, car il faut en parler, est incroyable, au début je pensais à du M83 ou à du Kavinsky, que nenni ! Une bande originale faite sur mesure par de nombreux groupes et DJ. L'intrigue et l'histoire sont facilement cernées par le spectateur et on se paie même le luxe d'espérer une saison 2. Cette série n'est pas juste excellente, elle est juste exceptionnelle !
    Julien H.
    Julien H.

    Suivre son activité 5 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 18 juillet 2016
    La meilleure série depuis longtemps, chaque épisode est somptueux (musiques au synthé, reconstitution des années 80, hommage au cinéma de spielberg carpenter) EXCELLENT!!
    Puce6386
    Puce6386

    Suivre son activité 405 abonnés Lire ses 908 critiques

    4,5
    Publiée le 14 octobre 2016
    Une série fantastique originale qui nous entraine dans la petite ville d’Hawkins, théâtre de phénomènes surnaturels, au côté d’une bande d’enfants. La réalisation nous séduit dès les premières minutes grâce, tout d’abord, à une intrigue riche et complète, qui mélange intelligemment les genres : aventure, drame, thriller, romance, horreur… "Stranger Things" nous présente également une ambiance singulière, rétro et nostalgique, en multipliant les références à la culture pop des années 1980 et les clins d'oeil aux films de l’époque : "Les Goonies", "Stand by Me", "E.T. l’extra-terrestre", "Alien", "The Thing", ou encore "Shining". Enfin, la bande-son électronique finit d'ancrer la série dans un univers délicieusement vintage. Une oeuvre de qualité, old school, mystérieuse et effrayante !
    CDRIX C.
    CDRIX C.

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 12 critiques

    5,0
    Publiée le 26 août 2016
    Si, pour vous, E.T L'extraterrestre, The Thing, Rencontres du 3e type, Les Goonies, Dark Crystal, L'histoire Sans Fin ou Cocoon sont des films de référence et que votre âme de cinéphile a été galvanisé en découvrant The Faculty, Super 8 ou Le Labyrinthe de Pan, ne ratez surtout pas Stranger Things ! Reconstitution soignée, lumières spectrales, mise en scène calibrée, décors surnaturels, musiques envoûtantes, direction d'acteurs parfaite, c'est LA série hommage au cinéma fantastique des années 80 par excellence. Multipliant les références méticuleusement parsemées, cette série se paie le luxe de brillamment nous effrayer et d'étrangement nous faire sourire. Délicieusement féerique et pourtant si monstrueusement dérangeante, on reste scotché, épaté. La réalisation magnétique et le merveilleux du scénario nous transportent. Et surtout, une miraculeuse jeune actrice (mi Natalie Portman version Léon mi version V pour Vendetta), Millie Bobby Brown, qu'on ne peut pas quitter des yeux.
    playbine
    playbine

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 10 critiques

    5,0
    Publiée le 16 juillet 2016
    Excellente série, Dès le premiers épisode, on est complètement dedans et on enchaîne les épisode a la suite les un des autres. Sa colle vraiment a l'univers des année 80, l'intrigue est prenante, et les personnage sont attachant.(surtout 11 et les 3 copain). L'une des meilleur série Netflix si ce n'est la meilleur. Hate pour la saison 2, l’attente va être longue.
    Alexis F
    Alexis F

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 15 juillet 2016
    Absolument génial l'intrigue de cette série et le jeu des acteurs est très bon ! Je ne m'attendais pas à être aussi agréablement surpris.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 226 abonnés Lire ses 291 critiques

    3,0
    Publiée le 28 octobre 2017
    Saison 1 : De très bonnes choses dans cette série, principalement la touche 80s dans son esthétisme, sa reconstitution minutieuse ou ses références, j’ai beaucoup aimé le pilot dans ce sens, disons qu’ensuite ça retombe un peu dans le rang pour allonger l’intrigue, certains personnages ne m’ont pas intéressé, comme la soeur de Mike, dommage de ne pas s’attarder encore plus sur la bande de gosses par exemple, histoire d’appuyer l’attachement. Idem pour les flash-backs incessants de Eleven, un épisode aurait peut être suffit, après l’ambiance est satisfaisante pour préserver un mystère et maintenir une certaine tension dramatique, ce qui donne un contenu plutôt plaisant et donc très rarement ennuyeux, accouchant d’ailleurs d’un excellent final season où on est vraiment très proche d’un niveau cinéma de divertissement typiquement rétro. Concernant ces fameuses références allant de "E.T." à "Alien" en passant par "The Thing" ou encore "Les Goonies" (avec aussi une pincée plus contemporaine comme "Silent Hill" ou "Under the Skin") je suis un tantinet partagé, d’un sens les créateurs s’en servent pour donner un corps légitime à l’ambition de la série mais d’un autre on pourrait reprocher des clins d’oeil sur-appuyés, pour ne pas dire criards, visant à officier du pur fan service; quoi qu’il en soit je pense qu’ils sont totalement assumé pour titiller notre nostalgie, et ça marche à de nombreux moments, donc je penche pour le positif. Par contre la toute dernière scène m’a laissé perplexe, un peu facile je trouve, il y avait sans doute mieux à faire … Saison 2 : Saison moins divertissante que la première avec une ligne directrice qui peine beaucoup je trouve, arrivé à la fin on se dit "mwouai ok", quid de l'aventure promise ? En se remémorant les quelques passages clé ça pue un peu le vide non ? Ou du moins la facilité. On se tape des cliffhangers qui se désamorcent à chaque épisode donc le tout dernier annonçant une possible 3ème salve laisse de marbre. Les nouveaux personnages n'apportent pas énormément (Max et son frère), le nouveau développement de Eleven n'a d'intérêt que dans une ou deux scènes (d'ailleurs à la fin c'est très safe, un peu de prise de risque bon dieu), le reste s'efforce de tenir la barre à travers leur écriture moins complice, plus dans les petits détails comme les enjeux sentimentaux en pagaille (qui ne se règlent pas vraiment d'ailleurs, si ce n'est qu'on ne s'en foute pas). En fait le seul truc qui me fascine dans cette S2 c'est le monde des ombres, le côté miroir négatif, les créatures lovecraftiennes, même si c'est par moment parasité de manière reloue à Aliens, énième référence 80s disséminée, déjà que les critiques n'ont pas manqué (assez à raison) de pointer du doigt les clins d'oeil surapuyés de la série il est difficile ici de s'en défaire, ça vire même parfois au gimmick pur et simple. Après globalement je ne me suis pas ennuyé mais plutôt agacé, c'est très casual, ça ne fait ni rire ni peur, un peu comme It, on nous conforte jusque dans les clichés les plus niais, donc bof.
    caravanp42
    caravanp42

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 28 juillet 2016
    J'ai longtemps hésité à poster des critiques sur Allociné mais cette série m'y pousse inévitablement. Voici l'histoire d'une bande de pré-ados recherchant leur ami disparu, de la mère de ce dernier au bord de la démence, du shérif enquêtant sur le même mystère, du frère du disparu, d'une créature monstrueuse spoiler: issue d'un inquiétant laboratoire gouvernemental secret , d'une jeune fille au passé trouble possédant d'immenses pouvoirs, et j'en passe. Autant de personnages sont autant d'arcs narratifs qui pourraient faire craindre une impression de trop plein mais qui se complètent harmonieusement, grâce à un montage très soigné, pour se rejoindre en fin de saison. La série a d'abord fait parler d'elle en tant qu'hommage aux œuvres 80's, de Spielberg à Carpenter en passant par Dante ou encore les livres de Stephen King. Et en effet les fétichistes de l'époque prendront un malin plaisir à débusquer les 512 (environ, c'est pas une science exacte) clins d'œil par épisode. Cela ne la rend pas hermétique aux autres spectateurs pour autant; étant né à la fin des années 90 je n'ai pas vécu cette décennie, bien que mon enfance ait été bercée par les classiques de l'époque (E.T, Les Goonies,...), et pourtant, si j'y trouve parfaitement mon compte, c'est parce que cette série a l'intelligence d'axer ses références autour de sa narration au lieu d'axer sa narration autour de ses références comme d'autres l'ont fait (J.J Abrams si tu m'entends...). Ici, l'histoire, simple, solide bien que classique, est le nerf de l'œuvre. Mieux : les Duffer corrigent les erreurs commises sur leur précédente série, Wayward Pines. Il leur avait été unanimement reproché de privilégier un scénario complexe aux rebondissements incessants qui desservaient des personnages, réduits à de simples artifices scénaristiques. Si leur talent de narrateurs n'était alors pas contestable, on avait du mal à s'attacher à leur série. Or, l'attachement est au cœur de Stranger Things. Si le scénario laisse assez peu de temps mort, ce sont les personnages qui sont au cœur de l'histoire, tous plus intéressants les uns que les autres. Plusieurs critiques ont fustigé le manque d'originalité de ces personnages mais c'est tout le principe ! Cette série pourrait être un manuel d'utilisation à bon escient du cliché : les créateurs nous plongent dans un univers connu, créent des personnages identifiables en 3 secondes et se servent de leur talent d'écriture pour les rendre crédibles, leur but n'est pas de déjouer nos attentes, c'est de les renforcer, de ce fait le cliché n'est pas parodié, il est...transcendé ! Enfin, les acteurs sont excellents. On peut d'abord se féliciter de voir des acteurs "à gueule" : pas un physique lisse ou interchangeable, la distribution est loin des standards de beauté outre-atlantique, elle privilégie le charisme des interprètes et ça lui donne un charme fou. David Harbour fait un shérif investi et sensible en toute sobriété, Matthew Modine est un scientifique fou glaçant, Natalia Dyer et Charlie Heaton sont des teenagers assez charismatiques. Un petit bémol pour Winona Ryder qui a tendance a en faire un peu trop dans les premiers épisodes dans le registre de la mère dépassée à la limite de la démence mais on ne peut pas nier une prestation habitée. Mais les perles de ce casting ce sont les enfants. Gaten Matarazzo, Finn Wolfhard et Caleb McLaughlin sont excellents mais surtout il y a Millie Bobby Brown. Dans le rôle d'Eleven cette jeune fille de 12 ans vole la série et compose avec une justesse et une intensité rarement vues de la part d'une si jeune actrice surtout dans un rôle si peu loquace et pourtant central; elle nous fait pleurer d'un frémissement de mâchoire, rire d'un haussement de sourcils et sa prestation atteint très largement les révélations de Natalie Portman dans Léon ou Kirsten Dunst dans Entretien avec un vampire, pour ne citer qu'elles. Bien sûr la série a quelques défauts. On peut par exemple citer un scénario parfois prévisible ou un antagoniste principal sous-exploité (ce qui, je l'espère, sera rectifié dans une deuxième saison). Mais si cette série mérite 5 étoiles pour moi, c'est parce qu'au delà d'une très bonne exécution formelle, elle a été réalisée jouée, créée, avec une tendresse et un amour qui se transmet immédiatement au public. Ce n'est peut-être pas une série parfaite en tout point mais c'est une série dont on tombe littéralement amoureux. Et c'est cent fois mieux. PS : la B.O est superbe spoiler: (aux premières notes de Heroes, sortez les mouchoirs).
    Extravadaz
    Extravadaz

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 33 critiques

    5,0
    Publiée le 17 juillet 2016
    Dire que j'attendais cette série avec impatience est un doux euphémisme, en effet juste après avoir vu la première bande annonce j'étais déjà au top de la hype. Ayant grandi dans les années 80 j'y ai vu tout ce qui représentait mon enfance au cinéma et à la télévision. Disponible depuis vendredi matin j'ai commencé le premier épisode devant mon petit déjeuner, et soudain le monde s'est arrêté autour de moi et je suis rentré en plein dans cette série made in Netflix. Dans la petite ville d'Hawkins, tout parait bien tranquille jusqu'à ce que le petit Will Byers soit porté disparu. Sa maman totalement désemparée se noie dans son chagrin mais reste persuadé qu'il est encore vivant. Ses trois amis vont remuer la ville pour le retrouver, bientôt rejoints par une mystérieuse petite fille sans nom, dont le seul tatouage "11" est gravé sur son bras. Aidés par le chef de la police locale, tout ce petit monde va découvrir que le gouvernement leur cache des choses "monstrueuses" qui dépassent le cadre naturel. Dès le premier épisode on rentre dans le ton, des affiches des films Les dents de la mer, de The Thing et les gamins qui jouent à un vrai jeu de rôle en plateau dont une partie peut durer dix heures, se baladent à vélo et utilisent des talkies-walkies pour se parler, le tout saupoudré par un générique très court mais à la musique pleine de synthé des années 80. On sent bien que les créateurs de la série, les frangins Duffer ont été inspirés. Évidement hors de question pour moi de vous spoiler quoique ce soit de spécifique sur l'histoire mais le scénario est très bien écrit, il tient vraiment en haleine pendant les 8 épisodes d'environ 45 minutes chacun. Dès le départ cette série a été écrite comme un one-shot c'est à dire en une seule saison, les frangins ont même dit en interview que c'était un peu comme un film de huit heures à regarder en plusieurs fois. Il y a donc une conclusion à l'histoire principale (la disparition de Will) mais la fin est vraiment très ouverte et pose d'autres questions. Maintenant reste à savoir si une seconde saison verra le jour ou pas, certains acteurs l'ont confirmé mais officiellement rien de la part de Netflix ou des frangins Duffer donc wait and see. Dans le rôle de la maman de Will on retrouve une vieille connaissance en la personne de Winona Ryder, célèbre à la fin des années 80 dans les films tels que Beetlejuice ou Edward aux mains d'argent de Tim Burton ou encore dans le Dracula de Coppola. On la voyait très peu depuis le début des années 2000 et revient ici dans un rôle majeur. Bon il faut le dire tout de suite elle pleure les trois quart du temps, j'ai lu que beaucoup de gens n'avait pas supporté son rôle mais personnellement je la trouve en phase. Je m'imagine moi, papa, perdre mon fils, je crois que je péterai aussi un câble. Elle est persuadé que son fils est là, quelque part, toujours vivant et va tenter de communiquer avec lui. David Harbour joue Hopper, le chef de la police. Solitaire et toujours en retard au boulot, il en a marre de résoudre des affaires d'animaux, mais là il va avoir du pain sur la planche. Il cache un secret qui va nous être révélé au fur et à mesure. Sa personnalité va beaucoup évoluer, il deviendra très déterminé et téméraire. Millie Bobby Brown incarne la petite fille mystérieuse, au crane rasé, qui se fait appeler Eleven par les enfants puisque le tatouage du chiffre 11 apparaît sur son bras. C'est la véritable révélation de cette série, elle parle très peu mais son visage capte les caméras en permanence. Ses pouvoirs vont être d'une aide précieuse dans cette aventure. Bien évidement on saura d'ou elle vient avec quelques flashbacks distillés au fur et à mesure des épisodes. Finn Wolhard joue Mike, Caleb McLaughin joue Lucas et Gaten Matarazzo joue Dustin, les trois amis de Will, qui vont tout faire pour retrouver leur ami disparu. Le premier est l'intrépide du groupe, le second le plus posé et le troisième celui qui a beaucoup d'idées. On les voit tout le temps et c'est tant mieux, ils portent la série, très convaincants. Les seconds rôles sont aussi bons, du frère de Will à la sœur de Mike et à l'excellent Matthew Modine qui joue le docteur Brenner, caché dans son laboratoire secret. Les créateurs de la série, les frères Matt et Ross Duffer se chargent aussi de réaliser les épisodes 1-2 et 5-6-7-8 et d'écrire l'histoire ainsi que la production, on peut dire que c'est leur bébé, ils sont au four et au moulin. Leur mise en scène est bonne, rien d'extraordinaire mais pas de fautes non plus, les plans sont toujours judicieusement choisis et mettent en valeur les acteurs et les décors. Les deux autres épisodes (3-4) sont réalisés par le producteur Shawn Levy, bien connus pour avoir mis en scène les films La nuit au musée et Real Steel (film de robot sympa avec Hugh Jackman). On ne voit pas vraiment la différence avec les frangins Duffer du reste. Que dire de la partition musicale qui est tout simplement exceptionnelle, digne des années 80 elle fait renaître les sons au synthé mélangé avec des sonorités plus modernes. Rien que la musique du générique met directement dans le ton. Bravo donc à Kyle Dixon et à Michael Stein, inconnus avant cette série. Vous connaissez sans doute cette mode horrible qu'est le binge-drinking c'est à dire de boire de l'alcool sans s'arrêter (l'abus d'alcool est bien sûr dangereux pour la santé) et bien nous les geek nous avons nommé le binge-watching soit regarder une série entière sous quelques jours, pire ici car je n'ai pas pu m'arrêter de regarder ces épisodes et du coup j'ai tout vu dans la même journée. Evidemment merci à Netflix pour avoir bousculé ces habitudes puisque normalement les épisodes sont au nombre de un, deux, voir trois par semaine, une saison complète s'étalant donc sur plusieurs mois. Ici hop loché en une journée, de toute manière je ne pouvais pas faire autrement tellement j'ai été happé par la qualité de cette série. Au final vous l'aurez compris j'ai juste littéralement adoré, je suis en train de me demander en écrivant ces lignes quels en sont les défauts...et bien il n'y en a pas des masses. Les acteurs au top, surtout les enfants, la mise en scène classique mais efficace, une superbe musique, une histoire captivante qui démarre par un thriller et qui vire au fantastique pour finir dans une ambiance à la Silent Hill (le jeu vidéo d'horreur célèbre) et un superbe cliff final dans la dernière minute qui relance l’intérêt d'une saison 2. Du reste cette fameuse saison 2 je suis dubitatif, si elle est confirmée je la regarderai évidement mais je pense que ça doit rester du one-shot même si quelques questions ne sont pas résolues. Donc un énorme GG (terme geek signifiant "Good Game" soit "bien joué" pour les néophytes) aux frangins Duffer de m'avoir fait remonté le temps et me faire revivre mon enfance avec ce subtil mélange de E.T, les Goonies ou encore Super 8 (plus présent lui).
    Rom196
    Rom196

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 22 juillet 2019
    Que dire de cette série ... Elle exploite au maximum ma propre subjectivité. Elle a été, elle est et elle sera (fort probablement) mon coup de coeur, le mélange des genres, la naïveté de l'époque, les personnages bien identifiables et attachants à mon sens, la musique, les scènes marquantes à chaque saison, la peur, le rire, l'émotion, l'empathie pour les protagonistes font, pour moi, que cette série reste à part. A mon sens, elle est l'essence même du divertissement, quelque soit la saison, parfaitement imparfaite, le potentiel de l'univers de Stranger Things est, pour moi, énorme bien que partiellement exploité jusqu'à présent, à chaque saison une vraie révélation d'acteur : Millie Bobby Brown en saison 1, Noah Schnapp en saison 2 et Dacre Montgomery en saison 3. Les frères Duffer attachent beaucoup d'importance à l'évolution de ses personnages (peut-être un peu trop) mais pas assez à celle de l'univers, le ton devrait être très différent pour la saison 4. Ils arrivent, cependant, toujours à produire cette magie à travers chaque saison.
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 166 abonnés Lire ses 328 critiques

    4,0
    Publiée le 3 janvier 2017
    Pour l'imaginaire collectif, les années 80 furent un terreau créatif assez fructueux pour traverser les décennies suivantes. Et Spielberg, Lucas, Carpenter sont encore aujourd'hui considérés comme les grands démiurges de cette période. De nos jours, certains réalisateurs en vue sont fréquemment proposés en tant qu'héritiers: J.J Abrams, David Robert Mitchell (It Follows) ou encore Jeff Nichols (avec le récent Midnight Special). Mais s'il y a un média qui a su faire preuve d'audace ces dernières années, c'est bien à la télévision qu'on peut le trouver. Par conséquent, c'est là que les frères Duffer ont décidé de proposer leur nouvelle création, Stranger Things. Située en 1983 (tiens donc), dans une petite bourgade de L'Indiana, la série traite du mystère entourant la disparition d'un jeune garçon et des phénomènes surnaturels qui semblent y être liés. Ouvertement référentielle, la série parvient à capter la magie et l'horreur de ses modèles sans jamais sombrer dans le pastiche. Malgré les nombreux points communs qu'entretient la série avec l'imagerie Spielbergienne (les enfants débrouillards, la famille dysfonctionnelle, l'inconnu), l'intrigue est menée avec suffisamment de poésie et d'intelligence pour que s'en dégage un authentique sentiment de fraicheur. Les huit épisodes sont découpés en plusieurs points de vue qui finissent immanquablement par se rejoindre et l'une des principales forces de cette histoire réside dans son succès à maintenir l'attention quel que soit le bout par lequel on l'aborde. La réalisation touche au sublime, instillant suspense, rebondissements et fantastique avec une cohérence dingue. Aucun personnage n'est laissé de côté et chacun aura son importance à un moment ou à un autre. On en arrive à la deuxième grande force de Stranger Things: sa direction d'acteurs exemplaire. Qu'il s'agisse des enfants, auxquels on s'attache très vite (Millie Bobby Brown est une révélation), ou des adultes campés avec force par des comédiens en grande forme (Winona Ryder, David Harbour ou Matthew Modine), ils sont tous à la hauteur de l'évènement. Il faut aussi féliciter le grand travail sur la photographie et la bande originale démente (le thème est un vrai bijou). Le dernier épisode a beau paraitre légèrement bâclé, il est plus qu'évident qu'une deuxième saison va vite être lancée. Huit épisodes, c'est plus que suffisant pour réveiller l'enfant qui sommeille en nous, celui qui veut croire à l'incroyable, et l'adulte qui veut continuer...
    Shaigan
    Shaigan

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 79 critiques

    4,0
    Publiée le 23 août 2017
    Les années 80 sont à la mode. Le film Super 8 ou la série Halt and Catch Fire étaient déjà là pour le prouver, Stanger Things le confirme. Cette série est dans la pure tradition de films comme E.T., Les Goonies, DARYL, Ça, avec un soupçon d'Akira aussi. Comme elle ne s'éloigne jamais des codes et des représentations inventés par ces films, on pourrait lui reprocher légitimement de manquer de créativité et d'invention et n'être qu'un vulgaire copier-coller. Oui mais voilà, le truc c'est que c'est extrêmement bien fait, bien réalisé, bien écrit et bien joué. Du coup on oublie très vite ce reproche légitime pour se contenter d'en profiter à fond. L'histoire n'est peut-être pas très originale, mais force est de constater qu'elle est très prenante et qu'une fois commencée on ne peut plus s'arrêter avant d'en être arrivé au bout. Et qu'est-ce que ça fait du bien de retrouver cette ambiance d'aventure, de fantastique et d'innocence ! Stranger Things, c'est une délicieuse "madeleine de Proust" sortie du four, toute chaude, et à déguster sans modération.
    chris59.iphone
    chris59.iphone

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 29 juillet 2016
    Super série. 8 épisodes à ce faire avec modération. Car c'est trop peu 😂😂😂 Senario et acteurs très bon. Je me demande comment la saison 2 va être. Car la barre est haute
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 118 abonnés Lire ses 2 045 critiques

    3,0
    Publiée le 12 novembre 2017
    Une super ambiance eighties que j'affectionne particulièrement. Des inspirations variées E.T, Les Goonies, Poltergeist mais aussi Akira, Vendredi 13, Alien, Rambo, Silent Hill... La BO est juste fantastique mais pas du tout eighties, on y parle du fameux Noël 1983 dans le monde du jeu vidéo (crash du jeu vidéo), ils parlent de Lando Calrissian du Star Wars bref, une série pour les eightophiles certes, mais pas que. La réalisation est aux petits oignons, le suspense est là et on ne lâche pas jusqu'au bout. J'ajoute que Winona Rider est méconnaissable et excellente en mère déboussolée ! Déception sur la saison 2, trop axée fantastique selon moi, beaucoup moins "goonies". Je vais attendre la saison 3 avec beaucoup moins d'impatience et descendre la note globale de 4 après la saison 1 à 3 étoiles!
    Freakin' Geek
    Freakin' Geek

    Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 214 critiques

    5,0
    Publiée le 21 juillet 2016
    Stranger Things agira probablement comme une madeleine de Proust pour la génération qui a grandi devant E.T. et Les Goonies tant la série emprunte d’éléments aux productions Amblin. Que ce soit dans son histoire, sa réalisation, son interprétation et même sa bande originale, les Duffer Brothers opèrent un sans faute avec cette série parfaite jusque dans son épilogue qui appelle une suite. Stranger Things a tout pour devenir une des plus grandes séries Netflix aux cotés de House Of Cards et Orange Is The New Black. [lire la critique complète sur le site]
    Back to Top