Mon compte
    Mort de Raquel Welch, sex-symbol et actrice culte pour Claude Zidi et Richard Lester
    Vincent Garnier
    Vincent Garnier
    -Rédacteur en chef
    Cinéphile omnivore, Vincent « Michel » Garnier se nourrit depuis de longues années de tous les cinémas, sans distinction de genres ou de styles. Aux côtés de Yoann « Michel » Sardet, il supervise la Rédac d’AlloCiné et traque les Faux Raccords.

    La comédienne américaine Raquel Welch, connue pour sa plastique parfaite et ses rôles dans "Les Trois Mousquetaires", "L'Animal" ou encore "Un million d'années avant J.-C." est décédée. Elle avait 82 ans.

    Sa plastique parfaite en avait fait l'un des sex-symbols des années 60, son talent d'actrice avait attiré des cinéastes aussi talentueux que Claude Zidi, Richard Fleischer ou Richard Lester... Raquel Welch est décédée ce mercredi 15 février. Elle était âgée de 82 ans.

    Reine de beauté

    D'origine bolivienne, Raquel Welch - de son véritable nom Jo Raquel Tejada - prend très tôt des cours de danse et de comédie, et remporte plusieurs concours de beauté dans son adolescence. En 1959 elle épouse James Welch, dont elle gardera le nom après en avoir divorcé en 1964. Mannequin, elle se fait remarquer par le manager Patrick Curtis (auquel elle sera mariée de 1967 à 1972) qui la fait débuter en 1964 sur la chaîne ABC dans la série The Hollywood Palace, puis l'année suivante au cinéma dans L'Homme à tout faire avec Elvis Presley. Après deux autres petites apparitions, elle obtient un rôle plus conséquent dans A swingin' summer, avant d'être retenue pour le premier rôle féminin du film de science-fiction Le Voyage fantastique. Débutante au cinéma mais omniprésente dans les magazines où les photos ne manquent pas de révéler sa plastique parfaite, Raquel Welch devient le sex-symbol de toute une génération en apparaissant, habillée de peaux de bête, dans le film préhistorique Un million d'années avant J.-C. en 1967.

    On l'appelait Milady

    Les producteurs vont, dès lors, chercher à mettre en avant son physique, comme c'est le cas dans les longs métrages Fantasmes de Stanley Donen et Myra Breckinridge de Michael Sarne. Mais sa présence à l'écran sera tout de même plus judicieusement exploitée dans l'univers du western, comme dans Les Cent fusils ou encore Un Colt pour trois salopards qu'elle co-produit. En 1973, sa drôlerie dans Les Trois Mousquetaires lui vaut même de remporter le Golden Globe de la Meilleure Actrice de comédie. Un rôle qu'elle reprend l'année suivante dans On l'appelait Milady. En 1976 elle tourne sous la direction de Peter Yates dans la comédie Ambulances tous risques aux côtés de Bill Cosby et Harvey Keitel. L'année suivante c'est au Français Jean-Paul Belmondo que la belle américaine donne la réplique dans L'Animal de Claude Zidi. Christian Fechner, le producteur de cette comédie d'aventure, lui propose en 1981 un rôle dans la comédie de Patrice Leconte, Circulez y'a rien à voir!, mais pour des raisons d'agenda Raquel Welch doit refuser, laissant la place à Jane Birkin.

    Les années télé

    A la recherche de rôles plus dramatiques, Raquel Welch se tourne, à la fin des années 70, vers le petit écran, s'y consacrant depuis presque exclusivement. Elle apparaît ainsi dans divers téléfilms puis dans les séries télévisées Loïs et Clark, les nouvelles aventures de Superman, Central Park West, Spin City ou encore American Family. De 1980 à 1990 elle est mariée au metteur en scène André Weinfeld, qui réalise d'ailleurs la vidéo "Raquel: Body & Mind", dans laquelle la comédienne donne des cours de relaxation. Second rôle de luxe, elle apparaît en 1998 dans Folle d'elle de Jérôme Cornuau aux côtés d'Ophélie Winter et Jean-Marc Barr puis dans les comédies La Revanche d'une blonde et Tortilla soup (2001). Sa dernière apparition à l'écran date de 2011 dans la série Les Experts : Miami.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top