Notez des films
Mon AlloCiné
    Hunters sur Amazon Prime : que vaut la série sanglante sur des chasseurs de nazis ?
    Par Mégane Choquet — 21 févr. 2020 à 08:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Après The Boys, Amazon Prime Video dégaine une nouvelle série violente et dure sur des chasseurs de nazis. Mais que vaut ce thriller produit par Jordan Peele avec Al Pacino ?

    Christopher Saunders / Amazon Studios
    DE QUOI ÇA PARLE ?

    En 1977 à New York, une bande de chasseurs de nazis découvrent que des centaines de hauts dignitaires du régime déchu vivent incognito parmi eux et complotent pour instaurer un IVe Reich aux États-Unis. L’équipe hétéroclite de Hunters se lance alors dans une sanglante quête visant à faire traduire ces criminels en justice et à contrecarrer leur projet de génocide.

    Disponible en intégralité sur Amazon Prime Video depuis le 21 février. 5 épisodes vus sur 10.

    ÇA RESSEMBLE À QUOI ?
    Hunters - saison 1 Bande-annonce VF

     

    C'EST AVEC QUI ?

    Le casting d'Hunters fait rêver avec Al Pacino, très investi dans son rôle de chasseur de nazis d'élite, sage mais sans pitié. À ses côtés, on retrouve Logan Lerman (Le Monde de Charlie), Tiffany Boone (The Chi), Josh Radnor (How I Met Your Mother), Jerrika Hinton (Grey's Anatomy), Lena Olin (Remember Me) et Carol Kane (Unbreakable Kimmy Schmidt). Louis Ozawa Changchien, Greg Austin, Kate MulvanyDylan Baker et Saul Rubinek complètent un casting déjà bien fourni et très diversifié. La troupe de chasseurs de nazis et l'organisation d'ennemis fanatiques d'Hitler sont chapeautées par le showrunner David Weil. Cerise sur le gâteau, Hunters est une série produite par Jordan Peele (Get Out, Us).

    ÇA VAUT LE COUP D’ŒIL ?

    Les précédentes productions sérielles de Jordan Peele (Weird City, La Quatrième Dimension) nous ont habitués à un savant mélange des genres avec un traitement sérieux du fond et une liberté créatrice totale sur la forme. C'est un plaisir de constater que la recette est la même pour Hunters. Le showrunner David Weil s'est inspiré des récits de sa grand-mère, survivante de l'Holocauste, pour la série qu'il considère comme une "lettre d'amour" pour elle. Il réussit un tour de force en traitant brillamment du nazisme à travers la revanche de la communauté juive sur les horreurs subies dans une ambiance quasi tarantinesque.

    Si la série n'atteint pas totalement le plaisir jouissif d'un Inglorious Basterds, Hunters passionne avec un récit bien construit, digne d'un thriller d'espionnage, et un éventail de personnages hauts en couleur. Menée par Al Pacino, qui fait le job, cette bande de personnages loufoques comprend un acteur mégalo, une nonne cynique ou encore un vieux couple ingénieux. Le contexte temporel aide à créer une ambiance burlesque où un humour décomplexé et une violence sanglante s'entrechoquent avec force. Si le premier épisode est un peu longuet (1h30), il permet néanmoins de bien présenter ses personnages et de poser les bases d'un jeu du chat et de la souris passionnant à suivre.

    Christopher Saunders / Amazon Studios

    On est vite embarqué dans cette folle traque aux nazis avec le héros Jonah, qui perd sa grand-mère Ruth, rescapée des camps de concentration et tuée par un ancien SS. À travers le parcours du jeune homme, tiraillé entre ses convictions et sa soif de vengeance, le spectateur est amené à une vraie réflexion sur le bien et le mal, avec deux camps aussi fous l'un que l'autre. En rejoignant cette bande de "jewper-heroes" ("juifs super-héros") comme ils aiment s'appeler, Jonah se lance dans un rite initiatique dangereux mais enrichissant sur les enjeux politiques et sociaux qu'il est amené à comprendre. De leurs côtés, les nazis cachés aux États-Unis se rassemblent dans l'espoir de revenir sur le devant de la scène pour former un IVème Reich. S'ils sont souvent dépeints de manière caricaturale au début, ils se révèlent plus intéressants au fur et à mesure des épisodes.

    Le récit peut parfois être lourd à digérer mais il reste très profond et émouvant, notamment à travers les flashbacks dans les camps de concentration. Pour contrebalancer la dureté de l'intrigue, la mise en scène stylisée vient apporter une touche humoristique et burlesque bien sentie. À commencer par le sublime générique où des figurines à l'effigie de nos héros et de leurs ennemis, prêts à se lancer dans la bataille, s'avancent sur un échiquier. La série offre d'autres moments d'anthologie, aussi drôles que sublimes : une scène de danse sur "Stayin' Alive" ou encore une séquence léchée de présentation des personnages digne d'un film des seventies. Après The Boys sorti en 2019, Amazon Prime Video tient peut-être sa pépite sérielle de 2020 avec Hunters. Pop, violent, décalé, poignant et brillamment écrit, ce thriller addictif produit par Jordan Peele est une réussite.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • BLboug B
      Il y a quelque chose qui me gêne dans cette série. Peut-être son côté grand-guignolesque.
    • Last Action Zero
      Et moi donc... Une déception distrayante. Et même par moment amusante, avec quelques moment forts et brillants( surtout du coté antagoniste du casting )... Mais une grosse déception tout de même... Le pire, c'est que c'est exactement le genre de délire bis dont je rêvais. Je suis pile poil le bon client... Le problème, est que c'est écrit sans aucun style, avec des semelles de plomb de scaphandrier. L’ensemble semble péniblement produit et dirigé, par du yes man pas le moins du monde impliqué, qui compte juste les heures, et les zéros sur les fiches de paie...Ce show est à la série B de caractère des années 70, ce que sont les productions de The Asylum aux films Z des années 70/80, avec de l'incompétence et de la maladresse en bonus... Une produit sans âme, ni une once d'authenticité... Une bouffonnerie méprisante et médiocre... Juste un produit opportuniste et maladroitement post moderne, qui donne l'impression d'insulter un genre, autant que le public qui l'apprécie, et qu'il prend visiblement, pour des abrutis sans gout ni culture cinématographique... La ridicule interprétation de la scène de mort par Al Pacino, résume à elle seule, la bassesse de l’ensemble... Pitoyablement je-m’en-foutiste...Une série qui coche les cases d'une check list, pondu par un programme de learning machine au rabais, éduqué pour remplacer un vrai scénariste érudit, compétant et passionné par l'entreprise... Bref... Je ne suis vraiment pas sur, de me lancer dans une saison 2...
    • AbsoluteRH
      Bah écoute, pour l'instant je ne suis pas déçu de mon côté. Navré que ça n'ai pas marché pour toi.
    • cedlaballll
      Non du tout 🙄 explique moi ^^
    • Last Action Zero
      Hélas... Je pensais comme toi...
    • Last Action Zero
      Aurais tu déjà entendu parler de Dead Snow, par hasard ? ^^
    • James Ford
      Tout a fait.
    • Naughty Dog
      bein sans doute, après ça c'est surtout le boulot des showrunners
    • Duane M
      Un récit édifiant raconté sur deux temporalités, une contemporaine à des chasseurs de nazis à New York a la fin des années 70, sorte de série B Tarantinesque plus cartoonesque lorsqu'il s'agit de présenter les personnages et en particulier les antagonistes. C'est déjà bien à côté de la plaque.Une seconde temporalité en forme de flashback dans les camps de concentration lors de la seconde guerre mondiale. La tout devient carrément gênant tant la série pervertie une histoire qui n'en a déjà pas besoin, elle en devient presque révisionniste surtout que le côté grand guignolesque ne nous est pas épargné (la fameuse partie d'échec de l'épisode pilote). Je ne savais pas que l'on pouvait se permettre de produire encore ce genre d'ânerie. C'est vraiment limite, limite a gerber.
    • cedlaballll
      Mais pourquoi il y aurait un intérêt si il y a des zombies 🤔
    • James Ford
      Je pensait qu'il avait pris une part plus important ^^.Ensuite, vu qu'il était aussi acteur, peut étre qu'il a pitcher des idée. Vu qu'il était sur les lieux...Et qu'il en est producteur, c'est pas impossible (au contraire). Enfin bon, dans tout les cas, assez décu de la saison (même si pas mauvais non plus).
    • Naughty Dog
      dans La Quatrième Dimension, il a juste scénarisé le second épisode :)
    • James Ford
      Excellent 1er épisode...A voir le reste !
    • James Ford
      Jordan Peele ne fait que la produire (alors que dans la Quatrième Dimension, il était producteur et scénariste). Et ouép, décu aussi de la version donner (je préfère l'ancienne, ou au Dela du réel celle de 90's ^^).
    • James Ford
      Impatient.Les proposition d'Amazon commence a étre supérieur que Netflix (en qualité, plus qu'en quantité ^^).
    • Laurent L
      Si il n'y a pas de zombies je ne vois pas l’intérêt .
    • AbsoluteRH
      Je lis Amazon original, je signe direct. Et au vu du synopsis, je ne pense pas être déçu.
    • Supernaz
      Les précédentes productions sérielles de Jordan Peele (Weird City, La Quatrième Dimension) nous ont habitués à un savant mélange des genres avec un traitement sérieux du fond et une liberté créatrice totale sur la forme. C'est un plaisir de constater que la recette est la même pour Hunters.Ces deux séries n'ont vraiment pas marqué les esprits, il n'y a qu'à voir les notes de votre site. Donc si Hunters est aussi bien, ça n'augure rien de bon.
    Voir les commentaires
    Back to Top