Notez des films
Mon AlloCiné
    Demain nous appartient : "Lou est prête à tout pour sauver Nina" selon Rani Bheemuck
    Par Jérémie Dunand (@JejeSeries) — 2 sept. 2020 à 17:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Après avoir tiré sur Chemsa, Lou est déterminée à tout tenter pour sauver sa fille dans "Demain nous appartient". Son interprète, Rani Bheemuck, est revenue pour nous sur cette intrigue coup de poing, sur ses conséquences, et sur l'évolution de Lou.

    Fabien Malot/Telsete/TF1

    Les fans de Demain nous appartient vibrent depuis maintenant plusieurs semaines au rythme d'une intrigue estivale à suspense extrêmement mouvementée, centrée sur le passé de Chemsa et les agissements du frère de cette dernière pour l'empêcher de témoigner lors de son procès. Un passé qui est remonté à la surface de manière violente et est venu menacer tous les proches de Karim. À commencer par Nina, sa fille, kidnappée par l'un des hommes d'Amine Benkieff. Confronté à un réel dilemme, Karim a évidemment refusé de tuer Chemsa et a tout fait pour retrouver Nina avec l'aide de Sara. Mais face au manque de pistes, Lou, plongée dans une profonde dépression, a fini par prendre les choses en main et a tiré sur Chemsa. Un geste qui va la plonger dans une spirale de culpabilité si l'on en croit Rani Bheemuck, l'interprète de l'avocate Lou Clément, qui a répondu à nos questions sur cette intrigue choc et est revenue pour nous sur la belle évolution de son personnage depuis le lancement de la série en juillet 2017 sur TF1...

    AlloCiné : Quelle a été votre réaction en apprenant ce que les scénaristes de Demain nous appartient vous réservaient pour cette arche d’été ?

    Rani Bheemuck : J'étais très heureuse de voir que ça allait être sportif (rires). Même si je n'ai pas été tellement mêlée aux courses-poursuites, mais j'ai quand même eu une petite cascade à réaliser et une scène avec une arme aussi. Et puis, au-delà de ce registre davantage orienté action, j'étais très heureuse que ce soit une arche extrêmement dramatique car dans la trajectoire de mon personnage c'est un moment très important, très fort, qui va révéler plusieurs facettes de Lou. Avec sa fragilité. Et on va pouvoir creuser dans sa vulnérabilité et dans son rapport surtout à sa fille. C'est une belle évolution dans son rôle de mère. Donc je ne pouvais qu'être ravie. J'ai la sensation que les auteurs m'ont vraiment gâtée. Et puis j'ai souvent été surprise à la lecture, car finalement je ne sais jamais trop à quoi m'attendre avec Lou. J'ai souvent droit à de belles surprises avec elle.

    Est-ce que vous étiez au courant de cette intrigue depuis l’arrivée de Chemsa dans la série en fin d’année dernière ou est-ce que vous avez su tardivement ce qui allait arriver à Lou cet été ?

    Non, quand Chemsa est arrivée je n'avais aucune idée de la direction que cette histoire allait prendre. Je pense que c'est venu plus tard, au gré des diffusions et des idées des auteurs. Mais je sais qu'ils avaient très envie de faire quelque chose autour de Chemsa, de sa position de témoin protégé, et de développer un peu plus la famille recomposée de Lou avec Victor et de mettre ça en avant. Et évidemment aussi le lien entre Lou et sa fille, Nina. Je pense que là ils ont réussi à trouver tous les bons ingrédients. Car il y a à la fois une tension dramatique très importante sur la famille de Lou et sur les Brunet. Et en même temps sur Karim, puisque tout l'aspect professionnel du personnage se retrouve mêlé à sa vie personnelle. C'est très fort.

    Et cette intrigue vous donne aussi l'occasion de tourner davantage avec Samy Gharbi, avec qui vous n’avez finalement pas tant de scènes que ça en temps normal malgré le lien qui unit vos personnages...

    C'est vrai, pas tant que ça. Les rares scènes qu'on a ensemble sont essentiellement liées à Nina et à sa garde. Et ce sont souvent des scènes conflictuelles. On adore se mettre sur la gueule avec Samy (rires), ça nous amuse beaucoup. Mais là on s'est régalé, vraiment. Et puis on est très proches dans la vie, très complices, donc c'est toujours un bonheur de tourner avec lui. Et de s'intéresser davantage à cette relation de parents séparés. Car ils étaient parvenus à renouer une relation de confiance, et puis finalement avec les choix faits par Karim récemment, Lou va avoir du mal à lui refaire confiance par la suite. Il y a quelque chose qui s'est brisé, je pense, dans tout ça.

    Fabien Malot/Telsete/TF1

    Vous avez eu de nombreuses scènes très fortes depuis le début de cette intrigue. Est-ce qu’il y en a une que vous retenez particulièrement ?

    Oui, la scène où Lou reçoit la mèche de cheveux de Nina. Je me suis dit "Là, on fait appel à quelque chose de physique". En plus, à la base, on m'avait parlé d'un petit doigt. C'était l'idée de départ. Et finalement les auteurs ont changé d'idée, et je pense qu'ils ont bien fait car c'était très violent. Et ils donc remplacé le petit doigt par la mèche de cheveux, qui reste néanmoins quelque chose de très fort. Car Nina est une enfant. Quand Lou reçoit ça, c'est la pire chose qui puisse lui arriver. Tout de suite elle se dit "Oh la la, ça y est, ils s'en sont pris à elle, à son corps". On touche à la chair de Lou en fait. C'est très violent. Et puis dans le jeu, en tant que comédienne, j'ai pris beaucoup de plaisir à aller puiser là-dedans, même si je conçois que c'est étrange de dire qu'on ressent du plaisir à jouer une telle scène. Mais c'était vraiment quelque chose de vertigineux.

    Et puis il y a eu aussi la scène du pull, j'essayais de me remémorer des sensations, l'odeur de sa petite fille, je trouve que c'était une très belle scène aussi. Et évidemment, comment ne pas parler de la séquence durant laquelle Lou tire sur Chemsa ! Là c'était le pompon (rires). Lou n'est pas dans son état normal, elle est dans une espèce d'état second, et c'était génial à jouer. Je n'avais jamais tourné ce genre de scènes et c'était très intéressant car je découvrais comment tenir une arme à feu et tirer avec. Il y avait de vrais effets autour de ça, et j'avais un vrai Beretta, avec une cible, et un impact réel. Chemsa s'est vraiment pris une balle et ils ont beaucoup joué sur ça au montage. Car en fait, sur le tournage, Donia Eden a vraiment été surprise par l'impact. Et sa réaction est vraiment géniale. Et moi j'étais très surprise aussi, car une arme c'est lourd à tenir et il y a ce recul, cette sensation au moment de tirer, qui est quelque chose de très impressionnant. Et puis j'adore ce genre de scènes. Je suis très films d'action. Je me verrais totalement dans un film ou une série où je dois courir après des gens et manier des armes. Les rôles sportifs, ça me plaît vraiment.

    Une série comme Demain nous appartient, qui mêle soap, comédie, et intrigues policières, permet justement aux comédiens d'explorer de nombreux registres. Vous voyez ça comme une vraie chance ?

    Complètement. C'est un immense privilège que nous offre cette série. On a aussi la possibilité, à travers ça, de monter de nombreuses facettes de nos personnages. On peut avoir une arche où on va se montrer très fort. Jusqu'à présent c'était un peu le cas de Lou, qui était montrée comme une femme forte, avec un fort caractère. Et là je trouvais très intéressant, d'un point de vue dramaturgique, de la faire évoluer dans ce sens-là. Les masques tombent en fait quand on s'attaque à la chair de sa chair. À ce qu'elle a de plus précieux.

    Lorsque vous tournez une séquence comme celle durant laquelle Lou tire sur Chemsa pour sauver Nina, est-ce que dans votre tête vous essayez de comprendre son geste ?

    Totalement. Je trouve ça tout à fait légitime en fait. C'est la lionne qui parle. On touche à l'instinct maternel dans un moment comme celui-ci. Lou se décide à agir parce qu'elle sent que la situation n'évolue pas. Voire qu'elle se dégrade même, puisqu'elle a découvert juste avant la photo reçue par Karim sur laquelle on peut voir une arme braquée sur Nina. Et c'est l'élément déclencheur qui fait que Lou se remet les idées en place et décide de foncer. On sait que dans le cas des alertes enlèvement les premiers jours sont cruciaux. Or, à ce moment-là, Nina a disparu depuis plus d'une semaine. Donc je me mets à la place de Lou et je me dis que si j'étais mère j'aurais sûrement fait ça depuis longtemps. Quand la production m'a dit que Lou allait aller jusqu'à tirer sur Chemsa, j'ai trouvé ça tellement puissant. C'est violent évidemment, mais c'est aussi un beau geste. La situation est si complexe qu'au bout d'un moment, avec son hospitalisation et tout, c'est tout à fait justifié d'en arriver là, je pense. Et si je me fie aux retours que j'ai eu sur les réseaux sociaux, j'ai l'impression que c'est un geste auquel beaucoup de mères se sont identifiées. Elles étaient heureuses de voir Lou agir comme ça pour sauver Nina.

    Capture d'écran/TF1

    Dans l’épisode de Demain nous appartient diffusé hier soir sur TF1, Lou tente le tout pour le tout en allant voir Amine en prison afin de le convaincre de relâcher Nina. Ça ne porte pas vraiment ses fruits. Que pouvez-vous teaser sur la suite ?

    Lou est prête à tout pour sauver sa fille. Elle était complètement désespérée, elle s'est laissée mourir, elle a été admise en urgence à l'hôpital. Et puis finalement sa fille est vivante, elle en a eu la preuve avec la photo. Donc désormais elle est déterminée à agir, c'est sa ligne de conduite. Avec les dernières forces qu'il lui reste, elle décide donc d'aller voir Amine Benkieff en prison, mais ça ne porte pas ses fruits, c'est vrai. Il ne souhaite rien entendre. Et suite à ça, Lou va être rongée par la culpabilité. À cause de son geste envers Chemsa. Elle va avoir de lourds remords. Et dans cette histoire les parents sont sûrement les plus traumatisés. Donc c'est certain qu'il y aura des conséquences lourdes à toute cette histoire. Ce qui est arrivé à Lou et Karim est extrêmement traumatisant. Et les conséquences sur la cellule familiale seront importantes. Et sur chaque personnage, dont évidemment Karim et Chemsa.

    Et on se doute que cela va également impacter la relation de Lou avec Victor ?

    Oui, Lou est traumatisée. Et quand il y a des traumatismes on met des barrières de sécurité pour se protéger. Donc elle va mettre en place plusieurs barrières, mais je ne peux pas vous en dire plus.

    Au départ Lou était un personnage assez froid, montré comme calculateur dans son métier. Et elle a beaucoup évolué au contact notamment de Victor, de Timothée, et de Soraya, pour finalement révéler une facette plus humaine. Est-ce que vous êtes heureuse de cette évolution et est-ce que vous avez encore d'autres attentes concernant Lou ?

    Je suis très heureuse de ce que les auteurs m'ont réservé depuis le début et de tout le travail des équipes de TF1 et de la production. C'est un vrai travail d'équipe, et ils assurent grave. Quand on voit à quel point les auteurs arrivent à se renouveler et à nous surprendre, je me dis "Wow, on est vraiment bien entouré". Et je suis ravie de l'évolution de Lou car c'est vrai qu'à la base elle était plutôt identifiée comme un antagoniste. Et là, enfin, on arrive à lui donner la possibilité de montrer une facette plus fragile et j'en suis très heureuse.

    Après, c'est vrai que j'adorerais qu'on puisse développer davantage le lien très fort qu'elle a tissé avec Soraya. On les voit enfin travailler au cabinet toutes les deux. Il y a un lien de sororité qui s'est installé et qui va au-delà du lien hiérarchique. Et puis l'intrigue principale de Demain nous appartient c'est souvent une intrigue policière donc, quand on sait que la justice est forcément liée de près au travail de la police, je me dis que ce serait chouette de voir la justice agir davantage et de voir Lou être plus impliquée dans cet univers policier. J'aimerais aussi beaucoup que le cabinet évolue, peut-être avec de nouvelles recrues. Et pourquoi pas que Lou ait des relations amicales. Car pour l'instant elle n'a pas d'amis (rires). Au départ elle était amie avec Gwen mais elle est partie. Et puis je pense que la fonction d'avocate de Lou a fini par prendre le dessus dans la série.

    On pourrait imaginer une amitié Lou-Victoire par exemple...

    Oui, complètement. On adorerait avec Solène Hébert car dans la vie on est très amies. Du coup on l'a déjà envisagé à plusieurs reprises depuis trois ans. Mais ce n'est pas évident car Victoire évolue surtout à l'hôpital, et elle est plus jeune. Elle a la petite trentaine alors que Lou a 35 ans. Mais j'adorerais, vraiment. Et je ne désespère pas. Je sais que les auteurs ont de très bonnes idées à chaque fois. Mais en tout cas je suis très heureuse de l'évolution de la vie familiale de Lou. C'est une famille atypique, très originale. Entre Timothée et Brunet qui a les dents longues. Lou Clément qui a aussi les dents longues quand il s'agit des affaires. Et la petite Nina qui est super. C'est une belle famille.

    Capture d'écran/TF1

    Au départ, sur le papier, le couple Lou-Victor c’était un peu l’association des deux "méchants". Et finalement on a l'impression que c'est un couple qui plaît beaucoup aux téléspectateurs, de plus en plus même...

    C'est vrai qu'il y a un engouement pour ce couple car c'est un couple plein d'aspérités, qui surprend. Déjà physiquement. Et puis il y a une différence d'âge entre les deux. Et ce sont aussi deux personnages qui sont carriéristes, qui sont prêts à tout pour obtenir ce qu'ils veulent. Victor y parvient d'ailleurs souvent par des moyens pas très légaux, c'est son côté un peu mafieux. C'est notre mafieux de Sète (rires). Ce n'est pas un couple lambda, ce n'est pas évident de s'identifier à eux. Aussi parce qu'ils représentent une famille aisée, avec de gros moyens, qui ont fait fortune chacun de leur côté. Mais ils sont très unis malgré les épreuves et je pense que c'est ça qui plaît. Victor a trompé Lou, ils ont dû faire face à la mort de Lola, il y a eu vraiment pas mal d'épreuves dans leur relation. Et dans l'adversité ils arrivent à rester très soudés. Et ce qui est bien dans cette intrigue c'est qu'on arrive à voir une facette plus sensible de Victor par rapport à Nina, dans son rôle de beau-père. C'est, là encore, une très belle évolution.

    En parallèle de Demain nous appartient, avez-vous d'autres projets à venir dont vous pouvez nous parler ?

    Oui. Là en ce moment c'est plus calme en terme de tournage sur Demain nous appartient, je reprends à la mi-septembre. Mais j'attaque demain à Paris le tournage d'un épisode de la saison 3 de Balthazar. Et j'ai un super court métrage qui arrive, réalisé par un jeune cinéaste qui sort de l'école Kourtrajmé, qui a été montée par le collectif du même nom qu'on ne présente plus. Pour révéler des talents, les acompagner dans l'écriture, la réalisation. Et là c'est le lauréat, Daouda, qui est un jeune réalisateur qui avait déjà fait deux courts auparavant, et qui réalise donc son troisième court métrage avec Ladj Ly en tant que parrain. Je suis ravie de participer à ce genre de projet car c'est une autre famille, une autre aventure encore que Demain nous appartient. Et un autre registre.

    Et est-ce que vous avez des nouvelles de la diffusion sur France 3 de l'unitaire Meurtres à Cayenne, que vous avez tourné l'an dernier avec Anne Caillon ?

    C'est un vrai mystère. On aurait pu l'appeler Mystère à Cayenne ce film (rires). Malheureusement le COVID n'a pas arrangé les choses puisqu'initialement il devait être diffusé en mars sur France 3. Au premier trimestre en tout cas. Et avec le COVID ils ont laissé la place à l'information et tout a été décalé. Pour l'instant je n'ai pas de nouvelles concernant la diffusion mais ça va forcément venir ! En tout cas c'était une super expérience, avec Anne Caillon effectivement, on s'est régalé. On n'a pas eu beaucoup de scènes ensemble mais c'était très chouette de se retrouver là-bas.

    Propos recueillis par téléphone le 1er septembre 2020.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top