Mon compte
    Lost Highway
    Note moyenne
    3,9
    8884 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Lost Highway ?

    398 critiques spectateurs

    5
    150 critiques
    4
    99 critiques
    3
    51 critiques
    2
    37 critiques
    1
    38 critiques
    0
    23 critiques
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    3 138 abonnés 3 170 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 9 janvier 2015
    Je sais qu’on parle à tort et à travers de David Lynch et qu’on le présente tantôt comme un génie, tantôt comme un imposteur… A mon sens, chacun est libre d’en penser ce qu’il en veut, à condition qu’on ait pris le temps de s’ouvrir à la logique. Lynch est un manipulateur de l’esprit : il ne nous raconte rien, il nous fait ressentir quelque-chose. Je dirais même plus qu’il nous confronte à une expérience. Or, pour moi, de tous les films du maître, « Lost Highway » est celui qui incarne le mieux cette démarche. Je trouve ça intrigant, subjuguant, mais surtout diaboliquement maîtrisé. Pour moi, rien n’est gratuit ni illogique dans ce film. Il faut juste comprendre que nous, spectateur, faisons partie de l’intrigue : nous sommes le sujet à duper. Je dirais même plus, nous sommes les individus dont il faut libérer les sens. Pour moi ça marche totalement. Difficile d’en dire davantage sans écrire un roman. Je ne peux que vous renvoyer à mon blog si vous voulez en savoir davantage. En attendant, je conclurais simplement en disant qu’il s’agit là sûrement d’un de mes films préférés…
    LeCochon
    LeCochon

    33 abonnés 25 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 22 août 2014
    David Lynch à son sommet. Expérience sensorielle inoubliable, Lost Highway perd le spectateur et ce dernier aime ça, baladé qu'il est, entre des rêves hallucinés (et hallucinants) et des scènes surréalistes portées par la musique toujours si belle d'Angelo Badalamenti. La moiteur sexuelle entre en écho avec certains passages macabres où l'on reconnait la mise en scène de Lynch, novatrice et inspirée. Plus complexe encore que son futur Mulholland Drive, qui sera plus orienté grand public, Lost Highway est une bombe, à découvrir et redécouvrir.
    septembergirl
    septembergirl

    563 abonnés 1 069 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 21 juillet 2012
    Un thriller fantastique, mystérieux, incompréhensible, désordonné...bref, un film dans le plus pur style lynchien ! La mise en scène est vraiment réussie avec une atmosphère tendue qui maintient tout notre intérêt. Cependant, dans l'ensemble, le film n'offre rien d'exceptionnel, et David Lynch, comme dans bon nombre de ces réalisations, nous laisse nous faire notre propre interprétation de l'histoire. Une petite déception donc pour ce film, pourtant porté aux nues, qui, malgré tout, a ouvert la voie à une oeuvre plus aboutie : "Mulholland Drive".
    Shelby77
    Shelby77

    139 abonnés 1 532 critiques Suivre son activité

    1,5
    Publiée le 10 octobre 2016
    Critique de "Lost Highway".
    Pour moi ce film est une horreur, le début de l'histoire laisse présager quelque chose de grand mais à la fin on est tout déçu et on l'air tout bête, parce que ça part dans un gros truc de délire psychologique je sais pas quoi. Le film est beaucoup trop lent et au niveau dialogue c'est pas du régal non plus. Lynch réussit quand même à donner un aspect horrifique à ses films , plans bloqués sur une pièce sombre, avec musique créant angoisse et suspens. Il le fait ici mais derrière tout ça il y a quoi ? Rien, c'est mou, c'est lent et ennuyeux. 1,5/5
    Julien D
    Julien D

    1 099 abonnés 3 461 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 26 janvier 2014
    De par sa nature expérimentale, Lost Highway ne peut que diviser le public qui y verra, selon ses gouts, un brouillon de Mullholland Drive, le chef d’œuvre définitif de David Lynch ou un énième étalage d’absurdités cinématographiques de la part du réalisateur. Mais le jusqu’au-boutisme du processus créatif si particulier de Lynch en vient même à diviser les amateurs du film quand à le sens de son scénario. Toute cette histoire est censée nous faire le lien entre les personnages apparaissant sous les traits de Bill Pullman et de Balthazar Getty, avec –à priori- comme unique point commun le double-rôle (la blonde et la brune, une dualité qu’apprécie tant Lynch) tenu par une Patricia Arquette plus sensuelle que jamais. Mais la construction terriblement labyrinthique de l’intrigue, nous faisant croiser des personnages secondaires finalement bien plus captivants que les principaux, a pour unique but de nous perdre, sans pour autant, comme ce fut le cas dans Twin Peaks, nous plonger dans des univers visuels explicitement fantasmatiques. La beauté plastique éblouissante de la mise en scène, la bande-originale envoutante et cette impossibilité qu’ont les pauvres spectateurs désorientés de discerner aussi bien les limites de la réalité diégétique que la moindre logique chronologique rend le visionnage de ce film tout simplement captivant et hypnotique, quel que soit le sentiment qu’il puisse laisser à posteriori.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    361 abonnés 1 080 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 15 mars 2014
    "Lost Highway" se dresse au milieu des années 90 comme un des tournants dans la thématique du cinéma de David Lynch, la dualité (déjà quelque peu présente dans "Twin Peaks") et l'adultère, qui seront également présents dans ses deux prochains et derniers films. L'histoire, Fred (Bill Pullman) se retrouve inculpé du meurtre de sa femme (Patricia Arquette). En prison il est en proie a de violents maux de tête et a une schizophrénie qui l'emmènera dans les méandres de son esprit jusqu'à s'inventer une nouvelle identité. Mais sa culpabilité va vite le rattraper. Ce film est avant tout noir et oppressant, le contraste de la personnalité de Fred est amorcé par sa rencontre avec l'homme mystérieux à la fête, qui est en fait une métaphore de sa conscience psychotique et de sa dualité, lui disant qu'il l'a invité dans sa maison alors qu'il se trouve dans le même temps devant lui. On peut déjà associer cela à une fuite psychophysique que l'on retrouvera en prison lorsqu'il sera accusé de meurtre à la suite d'une ellipse, moment sans doute oublié volontairement par la conscience du personnage de Bill Pullman. Il se mue alors en jeune homme de 24 ans vivant confortablement avec une petite amie, une famille aimante et un travail, ce changement d'identité a pour but de s'évader temporairement de sa condition, mais sa culpabilité va vite le rattraper sous la forme de désirs doux puis macabres pour une sorte de double de sa femme. Il subit lui aussi cet oppression mais sous forme inverse, dans le sens où c'est l'homme qui a couché avec sa femme (et qu'il a également tué) qui va se retrouver en tant que maître charismatique de sa fabulation. Certains passages semblent également aborder le thème du masochisme, cela est sans doute lié. L'homme mystérieux revient pour lui rappeler qui il est vraiment, il va progressivement retrouver son enveloppe pour que le spectateur découvre ce moment coupé par l'ellipse et ainsi recoller les morceaux. Le film se termine par une course poursuite doublée d'une mutation (déjà vue en prison), qui peut encore être apparenté à la fuite psychophysique et est condamné a revivre sans fin (à l'image de la route) cette histoire. "Lost Highway" est un film abouti et très réussi, sans doute un des meilleurs de David Lynch, avec des thématiques ciblées qui deviendront ces dernières en terme de cinéma, ce qui accouchera de deux excellents films ("Mulholland Drive" et "Inland Empire"). L'interprétation est bonne (petit plus pour Robert Loggia), la réalisation atypique de Lynch est jouissive d'effroi et la bande son envoûtante et hypnotisante vient donner la touche finale à cette ambiance si particulière. Une expérience a vivre.
    Kloden
    Kloden

    113 abonnés 997 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 31 décembre 2015
    On pourrait reprocher à Lost Highway l'irréalité dans laquelle il s'enferme, par une intrigue construite comme un ruban de Möbius sur laquelle le temps et l'espace tels qu'ils sont d'ordinaire perçus n'ont absolument aucune prise. Ce serait un peu vite oublier que ce dédale mental cherche à raconter, plus qu'une simple histoire de crime passionnel, l'infinie irrésolution des sentiments qui engendrent de tels actes, la détresse impuissante de l'homme dans sa quête de possession de la femme. De Lost Highway, sentier interminable de la perdition, ne demeure plus qu'un tronçon d'autoroute à jamais répété et qui ne mène nulle part. Le pire, c'est que l'enfermement ne vient même pas d'un récit à jamais voué à se répéter par des processus ataviques, il vient de la cause bien plus profonde de ce que ce récit n'a ni début ni fin, et n'en aura jamais, poursuite de ce qui n'existe pas à travers des routes qu'on ne peut même pas parcourir. Et cette sensation d'une irréalité vide seulement peuplée de la cauchemardesque certitude de devoir ressentir (les personnages, impuissants, n'en sont pas moins passionnés, et le spectateur, que Lynch fait entrer dans le récit par le biais voyeur des enregistrements vidéo, met naturellement une ardeur inappropriée à démêler les nœuds du canevas), le réalisateur la transmet petit à petit à tout un imaginaire de cinéma (le sien comme le cinéma américain en général) qu'il dévide avec cruauté, le soumettant de façon implacable à la même irréalité, le privant de sens et le laissant aux seules mains des désirs charnels exacerbés qui tissent chacun de ses embranchements. S'il est une boucle ou une spirale, ce grand classique d'un maître du cinéma américain s'anime petit à petit sous la forme d'un serpent, d'un être plus vivant que tous ses personnages et que tous ses mécanismes, qui se repaît toujours plus des sensations avec lesquelles on tente en vain de l'éclairer et prend le pas sur tout, dans un spectacle macabre et insensément puissant.
    John M.
    John M.

    1 abonné 86 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 28 janvier 2013
    Peux pas dire que j'ai une analyse pour tous les éléments du film, ou même un semblant d'analyse pour le film dans son ensemble. Je retiens que ce film, tout comme Mulholland drive dont il est finalement très proche, me laisse un sentiment incroyable de plaisir un peu obscène, un peu interdit. Comme après un rêve invraisemblable dont on se rappelle des bribes. Impossible de mettre un sens sur les images et sur le fil tordu des pérégrinations oniriques. On se souvient du plaisir qu'on a eu avec ces femmes magnifiques et cruelles qui n'existent finalement que dans les rêves ou dans le cinéma de David Lynch.
    🎬 RENGER 📼
    🎬 RENGER 📼

    6 145 abonnés 7 225 critiques Suivre son activité

    1,0
    Publiée le 24 décembre 2009
    David Lynch ne déroge pas à la règle, réaliser comme lui seul sait le faire, une oeuvre complexe, limite expérimentale, difficilement compréhensible mais visuellement très travaillée.
    L’intrigue se dévoile peu à peu (et c’est le cas de le dire, tant on trouve le temps long), mise en scène de façon contemplative, peu de dialogue, de longs plans, des flashs lumineux aveuglants et une agréable B.O ponctuent cette œuvre délibérément dérangeante et assommante.
    Alain D.
    Alain D.

    490 abonnés 3 201 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 17 avril 2020
    Ce polar fantastique, coscénarisé et mis en scène par David Lynch, montre de grandes qualités : Une très belle photographie, une BO d'enfer et une sublime Patricia Arquette qui joue les doubles rôles de Renee, la femme de Fred, et d'Alice la vampe de Pete. David Lynch nous distille un bon nombre d'images chocs, montées de manière efficace. Il maitrise parfaitement le suspense de cette intrigue déroutante mêlant sexe et violence. Ce réalisateur hors normes nous livre un scenario tarabiscoté laissant trop de questions sans réponses. Le dédoublement de personnalité rend le film peu accessible.
    Shékiinä .
    Shékiinä .

    43 abonnés 678 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 21 septembre 2013
    Rêve, psychose, passion destructrice... le film s'inscrit dans la lignée de Mulholland Drive. Lost Highway, un autre chef-d'oeuvre de David Lynch. Il m'a une fois de plus emporté dans son ''monde'', je suis sous le charme. Une fois de plus les acteurs sont bien dirigés. Une fois de plus la bande originale est de choix. Une fois de plus il arrive à faire de scénarios simples en apparence sur le papier, à des scénarios qui s'avèrent bien plus tordu en trompant le spectateur avec de nouveaux éléments au fur et à mesure que le film avance. La réalité est donc la première partie, le rêve : la deuxième partie. Le personnage principal, Fred Madison, culpabilisant d'avoir assassiné la femme qu'il aime, s'invente une autre personnalité et imagine une autre version de l'histoire. Un personnage qui semble souffrir de troubles psychotiques (trouble tout court), thème de prédilection de David Lynch, en plus du rêve. On regrettera toutefois dans ce film un voyeurisme plus poussé que dans ses autres longs-métrages (mais bon il y a pire).
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 9 août 2015
    Cette critique n’est pas une analyse détaillée du film qui va vous aider à interpréter la complexité de la narration de Lost Highway, étant donné qu’elle a déjà été faite brillamment par un membre de Sens critique. (Lien en bas de la page). Cette critique va plutôt faire résulter mon ressenti après ma vision du film avec le moins de spoiler possible et les éléments qui caractérisent le cinéma de ce grand réalisateur.

    5 ans après avoir réalisé le préquel de la célèbre série Twin Peaks qui a marqué toute une génération, David Lynch revient avec un film encore plus obscur et plus lugubre que son prédécesseur. Lost Highway est une œuvre à part entière dans le cinéma, comme tous les films de David Lynch. Le réalisateur nous plonge dans un labyrinthe narratif où le spectateur est autant déboussolé que les personnages. Il va installer une ambiance singulière, funèbre et obscure aussi bien dans les dialogues que dans les décors ou la photographie. Les dialogues qui sont d’ailleurs la clé du film avec la musique.

    David Lynch nous transporte dans le voyage intérieur d’un homme à travers ses réalités apparentes sublimées par l’onirisme qui s’émane du film. Il réalise un voyage mental dans plusieurs réalités parallèles ou une seule et même réalité. Chaque élément du film peut être interprété différemment par chacun des spectateurs. La photographie est aussi mystérieuse que ses personnages, à la fois magnifique et ténébreuse. Les couleurs prédominantes étant le rouge et le noir ont une place à jouer dans le labyrinthe narratif qu’est Lost Highway. Notamment pour les intérieurs des maisons ainsi que ces décors aux alentours. Le rouge étant la couleur favorite du personnage de Bill Pullman au vu de la couleur de sa voiture, des fleurs et de ses rideaux qui font étrangement penser au rideau rouge de la série Twin Peaks. Ce n’est pas anodin si le film contient de nombreux détails de la série glissés dans le film, à commencer par les rideaux rouges se trouvant dans la chambre du personnage de Bill Pullman. Mais aussi le côté dissipé et rebelle du personnage de Pete qui concorde sur bien des aspects à celui de James dans la série. Plus particulièrement avec son blouson noir, sa moto et sa coupe ténébreuse. Les deux personnages éprouvant tous deux un désir insensé pour une femme fatale, nymphomane et blonde. (Bien que les personnages soient opposés). Le personnage de Patricia Arquette m’a envoûté, elle tient ici son meilleur rôle en incarnant une femme sulfureuse, énigmatique et terriblement séduisante.

    Le film est un condensé du cinéma de David lynch, on y retrouve le voyeurisme et l’érotisme d’un Blue Velvet, la bizarrerie d’un Eraserhead, l’aliénation d’un Sailor et Lula, l’onirisme et l’inter-monde d’un Twin peaks et enfin la complexité d'un Mulhollande Drive. Le film peut être plus apprécié et mieux compris si on connait déjà certaines œuvres du réalisateur. Notamment le film Twin Peaks qui se rapproche le plus avec Blue Velvet et Muholland Drive de Lost Highway.

    Au final David lynch nous dépeint l’un des films les plus obscurs de sa carrière avec (Inland Empire) mais surtout le plus abouti avec Muholland Drive. Un film culte où chaque plan, chaque musique et chaque parole procurent une perception distincte pour chacun des spectateurs le regardant avec attention. Arrivant à entremêler plusieurs thèmes à la fois tout en créant un mythe qui ne sera jamais élucidé totalement, Lynch réalise une œuvre intemporelle qui encore aujourd’hui, ébranle les spectateurs et moi-même.
    oranous
    oranous

    131 abonnés 1 097 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 12 juillet 2008
    L'ambiance du film est malsaine et glauque et pourtant ce film fascine. Il fascine d'une part par son coté incompréhensible, où le spectateur doit faire remuer ses méninges mais également par le travail qu'a réalisé David Lynch. Un travail de réalisation assez impressionnant. La première partie bien qu'assez sobre est malsaine a souhait. J'aime les deux facettes de Lynch et pour moi "Une Histoire Vraie" et "Mulholland Drive" sont ses meilleurs films bien qu'il m'en reste 4 encore a voir (Inland Empire, Twin Peaks, Dune et Elephant Man).
    Un film purement fantastique proche du rêve ou plutôt du cauchemar dans lequel j'ai du mal a comprendre l'aspect schizophrénique du personnage car un schizophrène ne change pas d'apparence.
    Du Lynch comme on l'aime tous simplement génial.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 28 juillet 2010
    C'est pas vraiment un mauvais film, il y a pas mal de scènes intéressantes, intrigantes et qui ont un brin de sens qui me donnent envie de persévérer dans ma recherche d'une éventuelle logique au film. C'est juste pas non plus un bon film parce la logique, le sens, la raison du film on la trouve jamais.
    Danny Wilde
    Danny Wilde

    92 abonnés 502 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 26 juillet 2014
    Ce n'est généralement pas le genre de film vers lequel je me précipite, mais il faut avouer que c'est un film inclassable, obscur, mystérieux, malsain, bordélique mais hypnotique, où l'on pénètre dans un jeu de pistes où la folie n'est pas loin. Un film esthétiquement somptueux, à la mise en scène brillante comme seul sait en générer Lynch, qui laisse comme à son habitude le spectateur à son interprétation personnelle, assailli de doutes et de questions auxquelles il ne faut absolument pas chercher de réponses immédiates. L'essentiel étant de se laisser piéger par le plus torturé des réalisateurs modernes, et de se laisser prendre au jeu de ce film labyrinthique. Son scénario est inracontable mais offre une porte de sortie vers Mulholland Drive, film suivant de Lynch plus accessible.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top