Mon compte
    Sound of Metal
    note moyenne
    4,1
    1794 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Sound of Metal ?

    109 critiques spectateurs

    5
    20 critiques
    4
    56 critiques
    3
    27 critiques
    2
    4 critiques
    1
    2 critiques
    0
    0 critique
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 1 127 abonnés Lire ses 3 777 critiques

    4,0
    Publiée le 17 juin 2021
    Je ne savais pas du tout de quoi ça parlait. Mais que des bons échos, et six nominations (dont film et scénario) aux Oscars pour deux statuettes (son et montage, mérités). Si le film est mis en scène avec soin et une certaine élégance, le récit est somme toute assez classique. Il suit le parcours obligé de la descente aux enfers avant la résilience et le retour à la vie. L'ambiance est particulière, le son joue un rôle très important pour nous mettre dans la tête du personnage et (essayer de) nous faire ressentir ses pensées. Très réussi de ce côté là. L'ensemble vaut également et surtout pour la performance habitée de Riz Ahmed (nommé aux Oscars) qui tient tout le film sur ses épaules. Il est parfait de bout en bout. Avec aussi Paul Raci excellent (nommé second rôle), Olivia Cooke (Ready player one, Bates Motel...) et même Mathieu Amalric qui joue son père français (par ailleurs les scènes sensées se dérouler à Paris n'y on pas du tout été tournées...). Au final, un film touchant et émouvant qui nous harponne pour ne plus nous lâcher de la première à la dernière minute.
    Cineseba
    Cineseba

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 611 critiques

    5,0
    Publiée le 25 mai 2021
    Que dire du film « Sound of Metal » ? Qu’est-ce qu’il est profondément sublime et touchant ! Whaou ! Oh, j’ai adoré !! Dans ce film, Ruben est un jeune batteur de heavy metal, il enchaine avec sa petite amie Lou, des concerts aux Etats Unis. Il dégage beaucoup d’énergie pour jouer à fond dans la batterie. Un soir, il est gêné par des accouphènes, et un médecin lui annonce qu’il sera bientôt sourd. La scène où Ruben se rend compte qu’il n’entendra plus des sons, des bruits, de la musique, est déchirante ! Riz Ahmed qui joue le rôle de Ruben, est stupéfiant dans ses jeux d’acteur. Son regard est tellement intense … expressif qu’on ressent bien ses angoisses, ses désespoirs. Ce qui est etonnant, c’est qu’il suffit de voir les mouvements de ses yeux et les mimiques de son visage pour comprendre ce qu’il pense ou ce qu’il ressent ! Il est incroyable, cet acteur très observateur, perdu et étouffé dans un monde du silence. Ses gestes sont tellement intuitifs et spontanément bruts face à la perte des repères auditifs ! Whaou ! Il finit par se dire qu’il devra aller dans un foyer de désintoxication spécialisé pour les personnes sourdes, il commence alors son chemin pour apprendre à accepter la perte de l’audition et la nouvelle vie …

    « Sound of Metal » est un très beau film sur l’acceptation du handicap auditif, le rapport de la société limitative face à un handicap (« tu ne peux pas jouer de la musique car tu n’entends pas ! Tu ne peux pas ! »), la découverte de la communauté sourde, très soudée, la construction de l’identité d’une personne devenue sourde face aux personnes signantes, la perception des sourds sur l’implant cochléaire (ils refusent l’idée de réparation pour entendre), les désillusions face à l’apport de l’implant cochléaire (bruits, voix déformée). Ce qui est intéressant dans le film « Sound of Metal », c’est que le réalisateur Darius Marder a su montrer et dire avec beaucoup de subtilité que la communauté et la culture sourdes, la langue des signes française méritent d’être respectées et reconnues pour dire qu’on ne vienne pas interpeller leur chemin pour les réparer …

    Ce beau film» « Sound of Metal » est aussi une sensibilisation sur le vécu et la culture des personnes sourdes et leurs perceptions visuelles ... En effet, j’ai énormément apprécié le choix du réalisateur d’enlever les bruits ou les sons pour obliger les spectateurs entendants à imaginer le ressenti du batteur qui perd à ce moment là, l’audition, qui n’entend plus sa voix, qui ne comprend plus sa petite amie ! Bravo pour les sous-titres qui nous informent s’il y a du bruit ou pas, si les voix sont nettes ou déformées ! On apprendra que le film « Sound of Metal » est inspiré par la grand-mère du réalisateur Daruis Marder, qui a perdu l’audition après avoir pris antibiotiques et qui s’est d’ailleurs battue par la suite pour que les films soient sous titrés pour les sourds et malentendants. C’est pourquoi Darius Marder a souhaité favorisé l’accessibilité du film à TOUS les publics. Les dialogues sont donc sous-titrés et accompagnés des descriptions sonores.

    Et puis, « Ah enfin ! » Sachant que le film que j’ai vu est en VOST ET NON VFST, on a pu lire les sous-titres même si les personnages parlent en français ! Ah il est temps ( car dans tous les films en VOST, les sous-titres disparaissent quand il y a des dialogues en français ! Ça m’énerve, ca frustre à chaque fois ! ...

    Il y a de belles scènes touchantes qui montrent le déclic d’un jeune homme batteur grâce à l’enfant sourd qui tape sur le toboggan. Pour moi, c’est la plus belle image du film. La complicité de Ruben avec les enfants sourds est vibrante d’émotions ! évolution ... Enfin, le réalisateur a fait de très bons choix du scénario, il a su rester neutre, c’est-à-dire, ne pas tomber dans le militantisme extrême des sourds, ni dans le pathos pour amplifier l’image d’un jeune homme devenu sourd comme un malheureux, un désespéré ! Les émotions sont parfaitement dosés, bien palpables ...

    La dernière partie du film où on voit la déception d’un batteur face aux bruits, aux voix déformées, où il se rend compte qu’il n’entendra plus jamais comme avant, est éprouvante. Une désillusion totale pour Ruben qui espérait retrouver l’audition, et non celle manipulée et amplifiée par un bout de machine. Justement, la collègue de mon travail, qui est-elle même audioprothésiste, déplore l’attitude de beaucoup de médecins ORL qui considèrent les implants cochléaires comme une solution miracle pour entendre ! « Les personnes sourdes deviennent entendantes, comme tout le monde », ce qui est faux ! On a toujours dit : « même implanté, il restera toujours sourd ». C’est intéressant, ce film assez percutant !

    Moi qui n’aime pas trop la fin brutale, la fin du film est intéressante, elle est neutre ... On ne sait pas si ce jeune batteur continuera ou pas à utiliser de ses implants cochléaires ! C’est parfait comme fin tant le choix de se mettre un implant cochléaire est personnel ! Chacun a le droit de vouloir entendre ou pas, de retrouver l’audition ou pas ! Comparé au film « The Rider », ce film est beaucoup plus délicat ... Bravo pour la neutralité par rapport à l’implantation ! J’ai adoré... je compte bien évidemment le revoir !
    Redzing
    Redzing

    Suivre son activité 639 abonnés Lire ses 3 921 critiques

    4,0
    Publiée le 28 mars 2021
    Ruben est batteur dans un duo de métal avec sa petite amie, et sa vie de nomade musical lui sied parfaitement. Jusqu'au jour où son audition se dégrade subitement. Ruben va découvrir le monde de la surdité... Ceux qui recherchent dans "Sound of Metal" une plongée dans l'univers du métal, ou une success story sur comment un musicien gère sa surdité, seront déçus. Car le film de Darius Marder délaisse tout cela, pour se centrer avant tout sur son protagoniste : comment va-t-il accepter sa maladie, et va-t-il la percevoir comme un handicap à surmonter, ou l'accès à un monde différent de tout ce qu'il connait. Sans compter de vieux démons qu'il va devoir refouler. Riz Ahmed est excellent dans ce rôle (son meilleur jusqu'à présent ?), jouant tout en retenue cet homme bon et posé, mais marqué par la vie, et qui prend de plein fouet son nouvel univers. Sa prestation est particulièrement touchante et sincère, permettant de développer une réelle empathie à son égard, et de s'immerger rapidement dans l'intrigue. On repère aussi un étonnant Paul Raci, en mentor aussi grave que bienveillant. Mais la mise en scène n'est pas en reste. Outre les jolies images, et les choix judicieux d'objectifs spoiler: (courtes focales pour se centrer sur Ruben quand il découvre avec appréhension la communauté de sourd-muets, longues focales pour montrer son intégration progressive dans celle-ci...)
    , c'est le montage sonore qui frappe ici. Avec d'une part les jeux sur les sons naturels ou artificiels, d'autres part les transitions et les différences entre la manière dont Ruben perçoit le monde, et celle dont les autres l'entendent. Intelligent et soigné, "Sound of Metal" est donc un beau drame, qui aurait amplement mérité une sortie en salles hors coronavirus !
    Ufuk K
    Ufuk K

    Suivre son activité 352 abonnés Lire ses 1 215 critiques

    4,0
    Publiée le 21 juin 2021
    " Sound of Metal" qui a obtenu 6 nominations aux oscars dont 2 victoires est un drame musical poignant . En effet le réalisateur nous retrace le parcours de Ruben musicien qui devient sourd du jour au lendemain, le film doit beaucoup au génial Riz Ahmed et Paul Raci très juste dans leurs rôles , de plus le réalisateur nous offre une expérience sonore saisissante nous plongeant dans l'esprit d'une personne sourde dans un récit qui prend au cœur .
    William Dardeau
    William Dardeau

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 176 critiques

    1,5
    Publiée le 29 juin 2021
    Parfois j’ai l’impression de ne pas avoir vu le même film que les critiques ou même les contributeurs de ce site. Pour moi Sound of metal n’a rien à voir avec le film décrit par ces derniers. En fait le réalisateur n’est intéressé que par la prise en charge des personnes atteintes de surdité dans une structure plutôt originale (limite secte, à dire vrai). Ce n’est pas inintéressant certes, mais pas passionnant non plus ; on est plus dans le documentaire instructif et bienveillant ! L’ennui est que Darius Marder n’a absolument pas pris la peine de construire autour de cela un scénario cohérent : il se contente de nous présenter un batteur de métal (excellent Riz Ahmed) devenu sourd, expédié illicio dans ladite structure. L’ œuvre est ainsi beaucoup trop décousue, pour s’achever en France lors d’une petite fête totalement improbable. On comprend le message : on peut parfaitement vivre avec sa surdité, et même « mieux vaut être sourd que d’entendre certaines choses » Mais comme le film semble réaliser dans la précipitation (un peu comme un film d’école), on n’adhère pas forcément, et surtout on finit par s’ennuyer ferme.
    brunetol
    brunetol

    Suivre son activité 140 abonnés Lire ses 176 critiques

    4,0
    Publiée le 6 février 2021
    Superbe film, porté par Riz Ahmed, sur un sujet rarement abordé. La qualité de la bande-son est époustouflante, grâce à des effets sonores parfaitement maîtrisés, le réalisateur nous met dans la tête de Ruben. Malgré une fin un peu téléphonée et l'apparition d'un Amalric prévisible, le film garde d'un bout à l'autre une grâce entêtante. Un premier film très prometteur.
    CinÉmotion
    CinÉmotion

    Suivre son activité 120 abonnés Lire ses 220 critiques

    4,0
    Publiée le 27 juin 2021
    Premier film de Darius Marder réussi avec brio. Riz Ahmed est très bon et très juste dans son rôle tout au long du film, jamais dans le surjeu ou la surréaction dans les scènes fortes. D'autant plus admirable qu'il a lui-même appris à jouer de la batterie pendant de nombreux mois et le langage des signes pour son rôle. Tout le casting est bon, on a même une apparition de notre frenchy Mathieu Amalric qui assure le travail et qui n'est pas pour nous déplaire !
    En plus du scénario bien développé, le parcours émotionnel de Ruben est vraiment bien traité, que ce soit dans l'écriture ou la mise en scène.
    Et c'est bien là la grosse force du film, et ce pour quoi il a été récompensé aux Oscars. Le son, le mixage son et le montage son. Incroyable expérience sonore qui nous est proposé ici, et qui prend vraiment une dimension très spéciale et spécifique lorsqu'il est vu en salle de cinéma avec les vibrations sonores et des basses qui nous permet une immersion totale dans ce que vit le personnage devenu sourd. Hyper bien maîtrisé.
    La fin faussement ouverte, spoiler: car on comprend bien symboliquement qu'il entre dans une phase d'acceptation de sa surdité totale, malgré la tentative d'utiliser l'appareil auditif,
    est bien vu, même si personnellement j'aurai préféré un retour spoiler: au centre de communauté des sourds, afin de boucler positivement la relation avec eux, qui c'est mal terminé.
    Mais dans ce cas, on aurait clairement eu une fin explicite, ce qui aurait sans doute pas été aussi fort. Le dernier looong plan sur le visage de Ruben était quand même incroyable d'intensité.
    Un film très bon donc, par son traitement sonore et sa thématique !
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 2 037 abonnés Lire ses 4 176 critiques

    3,5
    Publiée le 31 décembre 2020
    Perdre l'ouïe c'est ne plus s'entendre avec le monde entier. Et entrer dans le monde du silence, enfin pas tout à fait, comme le montre Sound of Metal, dont le traitement du son est l'une des principales qualités. Le premier long-métrage de Darius Marder capte la sourde angoisse d'un musicien qui va devoir gérer son "handicap" avec une rage initiale qui va se transformer selon un schéma bien connu, comme les traditionnelles étapes d'un deuil, du déni jusqu'à la reconstruction. Un peu trop égocentré, Sounf of Metal, suit un cheminement classique où le passage par une institution de jeunes sourds aurait dû constituer la partie la plus forte du film. Elle l'est mais peut-être pas suffisamment, dans le sens où l'accent est toujours mis sur l'attitude et les réactions du héros, en délaissant quelque peu ses compagnons du silence. Autre bémol : la fin du film, ouverte et insatisfaisante, mais n'est-ce pas le cas de 80% des métrages contemporains ? Hormis ces reproches, Sound of Metal fonctionne parfaitement, sans le traitement mélodramatique qui était à craindre, et ne touchera pas que les âmes sensibles. Ruben, son personnage principal, est décrit avec une profondeur et un complexité intenses qui compensent le moindre intérêt apporté aux autres protagonistes. Il est surtout incarné par un Riz Ahmed extrêmement investi (au point d'avoir appris la langue des signes) et dont les nombreux gros plans soulignent la richesse de son jeu. Un film qui donne autant à entendre qu'à voir, c'est tout le mérite de Sound of Metal.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 815 abonnés Lire ses 3 723 critiques

    5,0
    Publiée le 17 juin 2021
    Présenté à Toronto et récompensé pour son montage et le son aux Oscars et aux Bafta, “Sound of Metal” montre comment un batteur professionnel perd brutalement l’ouïe. Le passionné de métal qui vivait une vie heureuse en marge de la société avec sa compagne, sombre peu à peu dans la dépression et va devoir prendre une décision qui bouleversera son avenir. Porté à merveille par Riz Ahmed, totalement impliqué dans son plus beau rôle, le film nous trouble au plus au point. Le réalisateur et son équipe technique parviennent à instiller une atmosphère grave et sans pathos sur la rapide descente dans la surdité du protagoniste. Le film se vit aussi bien qu’il s’écoute. Le résultat est profondément immersif.
    D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    elriad
    elriad

    Suivre son activité 293 abonnés Lire ses 1 650 critiques

    4,5
    Publiée le 21 avril 2021
    Plus dramatique que musical, l'histoire touchante et pudique d'un batteur dans un groupe de métal ne peut laisser indifférent. Porté par Riz Ahmed (nominé à juste titre comme meilleur acteur aux Oscars 2021), parfait dans le rôle de ce musicien touché brutalement par une surdité remettant toute sa vie en question, ainsi que la relation fusionnelle qu'il avait avec la chanteuse,
    il devra apprivoiser le monde du silence.
    Sans pathos, transcendé par une bande son habilement réalisée entre bruits et silence, faisant entrer au plus près le spectateur dans un isolement anxiogène, le film suit sa route vers une renaissance pleine d'espoir.
    Le film est également nominé comme meilleur film aux prochaines Oscars.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 3 641 abonnés Lire ses 5 638 critiques

    3,0
    Publiée le 25 mars 2021
    La déception vient surtout du fait que la musique soit finalement un simple paramètre dramaturgique, sans que ce soit essentiel pour la suite, voir même accessoire. En effet, qu'il soit musicien n'enrichit en rien l'évolution de Ruben, on ne ressent pas que le musique est vitale pour lui. Le centre où se rend Ruben laisse perplexe, les conditions pour être admis paraissent particulièrement strictes, à tel point qu'on pense à du communautarisme digne d'une secte. Les sourds doivent ainsi vivre en autarcie, sans relation avec le monde des "entendants". Bizarre... Néanmoins, l'évolution de Ruben reste intéressante, riche et compréhensible, avec un côté ludique non négligeable. Sur l'acceptation du handicap, les conséquences de l'handicap sur les proches, l'histoire sonne juste, touche du doigt de façon subtile et judicieuse le passage vers le monde du silence. En prime un casting parfait, avec surtout Riz Ahmed qui passe encore un cap avec ce qui est à ce jour sa meilleure performance.
    Site : Selenie
    Alice025
    Alice025

    Suivre son activité 1 220 abonnés Lire ses 1 203 critiques

    4,5
    Publiée le 7 septembre 2020
    Premier coup de cœur de la compétition de Deauville, « Sound of metal » retrace l'histoire d'un musicien batteur qui va peu à peu devenir sourd. Le réalisateur fait en sorte que l'on se mette à la place de Ruben, en nous faisant entendre les acouphènes, les bourdonnements, le silence qui s'installe peu à peu. C'est angoissant, oppressant et on ne peut que ressentir de la compassion, et avoir mal au cœur pour lui et pour sa compagne, pour sa vie de musicien qui s'effondre.
    Bien sûr, il est aussi question d'adaptation à une nouvelle vie par l'apprentissage d'un nouveau langage et par le soutien d'une communauté. Riz Ahmed nous offre une très belle interprétation qui ne nous laisse pas indifférent. Déchirant et plein d'espoir à la fois.

    http://cinephile-critique.over-blog.com
    L'AlsacienParisien
    L'AlsacienParisien

    Suivre son activité 552 abonnés Lire ses 1 402 critiques

    3,5
    Publiée le 23 juin 2021
    "Sound of Metal" se présente comme une expérience sensorielle puissante. Un coup du destin douloureux qui oblige à reconsidérer entièrement sa raison d'être. Ruben, un jeune batteur d'un groupe de métal est soudainement atteint de surdité. Est-ce passager ou pour la vie ? Ce dernier, traversant les Etats-Unis avec sa petite amie dans leur van, ne peut se résoudre à perdre définitivement l'ouïe et va tout faire pour réunir la somme nécessaire pour se faire opérer et obtenir un appareil auditif afin de continuer à vivre comme il l'a toujours fait. Entre lutte, déni, adaptation et acceptation, on suit le cheminement chaotique d'un musicien confronté à son pire cauchemar. La première réalisation de Darius Marder s'ouvre de façon magistrale, entre les bruits cacophoniques de la batterie et, d'un coup, le son dissonant et aiguë qui semble être un acouphène, gênant Ruben en pleine performance scénique. Ce film traite avant tout de traumatisme et de résilience, de défi de vie et de réappropriation de soi. Il met aussi en lumière une communauté d'oubliés, à savoir des sourds en réinsertion. Tout ça servi dans un beau mélange de sons, entre musique déchainée et perceptions plus subtiles. C'est d'ailleurs par ce biais que le réalisateur parvient à nous faire partager le ressenti de son personnage principal. On est dès le début dans sa peau, ce qui anime en nous beaucoup d'émotions contradictoires, de réflexions sur notre propre existence. La panique, l'agitation et le désarroi du personnage nous sont directement perceptibles. On entend ce qu'il entend, ou, au contraire, ce qu'il n'entend pas ou plus. Le film n'a pas volé son Oscar du meilleur son car le travail est à tout point de vue remarquable. La réalisation est fluide, organique et instinctive et ne sombre jamais dans le pathos ni dans les facilités de servir un personnage "modèle", acceptant trop facilement son handicap. Riz Ahmed, dans ce rôle d'ancien toxico, délivre une performance bluffante qui saisit par son intensité, sa rage et sa sensibilité. Il a effleuré l'Oscar de peu... J'ai été un peu moins séduit et emporté par la dernière partie "parisienne" où Mathieu Amalric s'empare d'un second rôle assez creux et anecdotique. Bizarrement, même si l'univers sonore continue d'être approfondi, ça m'a sorti du film et de la quête de renouveau de Ruben. Mais une chose est certaine, "Sound of Metal" laisse une trace, pousse à reconsidérer notre chance et la prouesse de Riz Ahmed vaut à elle seule le détour.
    David S.
    David S.

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 408 critiques

    5,0
    Publiée le 16 juin 2021
    Woooow c’te claque ! « Sound of Metal » va mettre au diapason vos conduits auditifs et lacrymaux. Plus qu’un film, c’est une expérience sonore inouïe et inédite que vous allez vivre au cinéma. Apprêtez-vous à en prendre plein les oreilles avant d’en prendre plein les yeux. Riz Ahmed délivre une performance hallucinante. Un grand acteur pour un film énorme !

    Une fois qu’on a dit ça, rentrons dans le détail.
    « Sound of Metal » raconte le destin de Ruben, batteur de Punk Metal qui va connaître l’une des plus traumatisantes expériences de sa vie : perdre l’ouïe. Gênant pour un musicien. Entre souffrances, errances et désespoirs, Ruben va devoir réapprendre la vie autrement.
    On va donc suivre le parcours chaotique et erratique d’un homme dont la vie sera à jamais chamboulée.

    Heavy Metal ? Yeaaaaaaaaaaah !!!
    C’est assez rare les films qui traitent de la surdité surtout avec une approche aussi moderne, rock’n’roll, pas lénifiante. « Sound Of Metal » n’a pas peur de son sujet, l’étreint avec force et ne cherche pas à rendre ses personnages sympathiques. Ici, on est dans la VRAIE vie, celle qui fait mal, celle qui est sale, celle qui heurte et qui secoue. Abrupte, la caméra est souvent hypnotique, lancinante, tranchante. « Sound of Metal » est un film dérangeant dans le bon sens du terme. Il nous heurte pour mieux nous happer.
    Le réalisateur nous plonge dans la peau de Ruben nous faisant ressentir ses émotions et ses sensations au fur et à mesure que son ouïe s’estompe. Etouffant et angoissant, on vit son trauma, la cage de silence qui emprisonne Ruben nous emprisonne aussi.


    Beethoven, si tu nous entends…
    Ce film croule sous les points forts. Comme mentionné plus haut, il faut saluer l’extraordinaire travail de Riz Ahmed, complètement crédible dans son rôle et qui aurait amplement mérité un Oscar tellement il a peaufiné son personnage de Ruben. Il a bossé, bossé et encore bossé. Imaginez, il a carrément appris à jouer de la batterie ainsi que la langue des signes. Et ça se sent. Si le film est autant immersif, c’est que lui-même s’est totalement engagé et immergé dans le rôle. Son visage est le miroir de ses émotions contrastées, déchirées.
    Ce sentiment d’immersion est renforcé par le fait - chose rare - que le film a été tourné dans l’ordre chronologique ce qui permet à l’acteur de jouer par palier pour être au plus juste de son émotion dans sa descente aux enfers et sa tentative de rédemption. Une sorte de Beethoven moderne et alternatif en fait.
    Evidemment une prestation n’est réussie qu’à l’aune de ses partenaires, Olivia Cooke (« Ready Player One ») emballe le tout. Tout comme Riz Ahmed, elle habite son personnage et le transcende à chaque scène.

    Le réalisateur Darius Marder (scénariste de « The place beyond the pines ») frappe fort avec son premier long-métrage. Même si ce n’est pas sa première réalisation – il avait déjà réalisé le documentaire LOOT – la maîtrise est stupéfiante. C’est d’ailleurs une approche quasi-documentaire qui nous est proposée, renforçant la crédibilité du propos et louchant vers le cinéma-vérité cher à la Nouvelle Vague. Sentiment appuyé par un tournage dans l’ordre chronologique, le choix d’une pellicule à l’ancienne, qui donne ce grain si particulier, et un montage fabuleux. On dirait un film d’auteur français dans sa sobriété, conforté d’ailleurs par la présence de Matthieu Almaric

    Et je monte le son ! Et je descends le son…
    Comme vous l’avez compris, un soin très particulier a été accordé au niveau du son pour rendre l’immersion encore plus réelle, palpable. Normal, le son a été pensé en amont du tournage et est vraiment partie intégrante du film, c’est quasiment un personnage. Il faut saluer l’énorme boulot de Nicolas Becker, ingénieur du son, sans qui ce film n’aurait certainement pas eu la même puissance ni la même intensité. Il rend l’expérience auditive inouïe, perturbante et angoissante.

    « Sound of Metal » est un des chefs-d’œuvre de l’année. De ceux qui vous marquent de leur sceau à vie car on ne peut décemment pas sortir indemne d’une telle claque cinématographique ! Il n’a pas malheureusement pas obtenu l’oscar du meilleur film, le destin en a décidé autrement alors à nous d’en faire un succès sauvage dans les salles !
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 944 abonnés Lire ses 2 863 critiques

    3,0
    Publiée le 29 juin 2021
    Ruben (Riz Ahmed) est batteur. Lou (Olivia Cooke) est guitariste. Ruben et Lou forment, sur la scène et à la ville, un couple inséparable. Leur groupe de heavy metal Blackgammon se produit sur des scènes underground. Pour aller de l'une à l'autre, Ruben et Lou circulent en mobile home. 
    Ruben souffre de bourdonnements auditifs. Le spécialiste qu'il consulte rend son verdict : Ruben va perdre l'ouïe. La nouvelle le sidère. Il aimerait se faire poser un implant cochléaire. Mais son coût est prohibitif. Sur les conseils d'un ami, il rejoint une communauté de sourds en Virginie pour y apprendre la langue des signes et accepter sa condition. Mais son état et les sacrifices qu'il exige mettent à mal sa relation de couple.

    C'est Derek Cianfrance, le réalisateur de "Blue Valentine" et de "The Place Beyond the Pines" qui eut l'idée de tourner un documentaire mettant en scène le groupe Jucifer et racontant la perte d'audition de son bassiste. Transmis à son ami Darius Marder, le projet devint une fiction pour laquelle Dakota Johnson et Matthias Schoenaerts furent un temps castés. Olivia Cooke, la prometteuse interprète de "Katie Says Goodbye" et de "Ready Player One", et Riz Ahmed furent finalement retenus. Je ne connaissais pas le second qui crève l'écran - après s'être crevé les tympans. Nommé à l'Oscar du meilleur acteur, il échoua de peu face à Anthony Hopkins.

    "Sound of Metal" traite d'un sujet inédit : la perte de l'audition. Il le fait en apportant un soin jaloux au mixage sonore - qui a valu un Oscar à l'ingénieur du son Nicolas Becker - produisant un résultat particulièrement immersif. Avec Ruben, le spectateur entend des bruits inaudibles, mouillés, déformés. Avec lui, il participe à des assemblées de sourds, à la fois bruyantes des messages qui circulent en langue des signes et totalement silencieuses. Avec lui, enfin, il redécouvre une audition reconstruite grâce à la pose d'un implant (non ! il ne s'agit pas d'un spoiler ! L'affiche du film le montre).

    Jamais vue - et encore moins entendue - au cinéma, cette odyssée sensorielle est fascinante. Elle souffre hélas d'un scénario qui repose en grande partie sur l'histoire du couple fusionnel que forment Ruben et Lou. Mathieu Amalric y fait une étonnante apparition dans le rôle du père de Lou. Pas sûr que le film-documentaire n'ait pas été plus efficace s'il s'était focalisé sur la seule figure de Ruben et sur son lent cheminement vers l'acceptation de son état.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top