Notez des films
Mon AlloCiné
    La Porte du paradis
    note moyenne
    3,9
    1911 notes dont 154 critiques
    répartition des 154 critiques par note
    60 critiques
    48 critiques
    19 critiques
    16 critiques
    7 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur La Porte du paradis ?

    154 critiques spectateurs

    Ykarpathakis157
    Ykarpathakis157

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 5 582 critiques

    1,5
    Publiée le 7 mars 2021
    La ville est remplie de nombreux piétons méticuleusement habillés et les rues sont remplies de chevaux et de buggys. Mon ami se met à rire de façon incontrôlable Je lui demande pourquoi j'ai raté quelque chose et il se ressaisit et dit tu dois plaisanter il n'y a même pas beaucoup de monde à Casper dans le Wyoming maintenant. Cela peut facilement décrire ce qui a mal tourné. Le réalisateur essaie désespérément de nous convaincre que ce film est très important et nous demande de penser qu'il est un génie absolu. Les acteurs prennent de longues respirations entre les phrases comme s'ils allaient s'étouffer alors que chaque plan est rempli de fumée ou de poussière pour nous donner le sentiment que c'est de l'art. Les intentions de Camino étaient honorables car il croyait vraiment réaliser un chef-d'œuvre. J'aurais seulement souhaité qu'il essaie de faire un bon western plutôt qu'un chef-d'œuvre alors ce film aurait peut-être pu marcher...
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 2 396 critiques

    3,5
    Publiée le 29 septembre 2020
    Film fresque, véritable épopée de l'Histoire Américaine dans l'Ouest Sauvage. Je l'ai visionné pour la présence de la belle et jeune Isabelle Huppert. Le western était alors un genre depuis bien longtemps sur le déclin ; ce film est depuis lors un de ces "films maudits" sous-estimé selon moi.
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 774 abonnés Lire ses 3 387 critiques

    5,0
    Publiée le 22 août 2020
    Voilà donc le film maudit, celui qui précipita United Artists vers la faillite et empêcha Michael Cimino de tourner pendant des années. J'ai beaucoup aimé, tout est hors norme, la mise en scène (sublime), les paysages, la lumière, les acteurs. Et un scénario foisonnant, avec une étrange résonance sur l'accueil des migrants aujourd'hui. 3h39 vues d'une traite, certes il y a quelques longueurs, mais pas une minute d'ennui. Un western, mais surtout une fresque historique épique et grandiose, plus grand flop de l’histoire d'Hollywood, aujourd'hui culte. Magnifique.
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 191 abonnés Lire ses 1 875 critiques

    4,5
    Publiée le 12 août 2020
    Comme il l’indique au cours d’un entretien avec Michael Henry Wilson, Michael Cimino ne fait pas un cinéma d’idées mais un cinéma de personnages, accorde une place importante, sinon centrale, à ses acteurs. Heaven’s Gate en est la preuve, puisque c’est bien le personnage qui tient ensemble toutes les époques, tous les lieux, toutes les situations mis en scène par le film, un personnage souvent pris entre deux eaux, indécis quant à son engagement dans une relation, incertain, usé par la vie. Le cœur d’Ella bat pour deux hommes, sommet d’un triangle amoureux dont la base virile reste néanmoins plus trouble qu’il n’y paraît – la lettre écrite parmi les flammes et adressée non pas à Ella, qui ne sait probablement pas lire, mais à James Averill – ; la fonction qu’occupe ledit James, à savoir shérif de son village, ne l’empêche pas de ressentir une lassitude qui augmente à mesure que croît son désarroi sentimental, de tomber dans l’alcool, de fuir le conseil municipal ; Nathan D. Champion hésite entre servir l’Association en commettant des meurtres et défendre la cause de celle qu’il aime et pour qui il a tapissé les murs de sa demeure. Aussi Heaven’s Gate prend-il la forme d’un grand bal dans lequel toutes les confessions religieuses, toutes les origines ethniques, tous les sexes valsent ou dansent montés sur des patins au son du violon et des autres instruments. Car ce n’est pas un hasard si le long métrage adopte pour titre le nom de la salle de fêtes où se tiennent débats virulents et divertissements : le film est tout entier à son image, soit un mouvement parfois imperceptible mais constant, long crescendo dramatique au terme duquel les amants gisent sur le sol de leur foyer, le shérif prend le large sans ne jamais cesser de regarder derrière lui cette femme, Ella, à la sensualité douce et voluptueuse. L’Histoire américaine apparaît telle une toile de fond devant laquelle s’assemblent, s’affrontent et tombent des personnages que Cimino filme avec passion et dirige à la perfection. La photographie signée Vilmos Zsigmond change chaque plan en petit tableau que nous pourrions contempler pendant des heures, portée par la belle partition musicale de David Mansfield. Heaven’s Gate est une œuvre-somme, inclassable parce qu’elle embrasse et épuise de nombreux genres, de la romance la plus pure au film de guerre en passant par le western, la comédie – l’ouverture et ses élèves perturbateurs, fin d’un âge d’innocence –, le drame, le brûlot social etc. Un immense film, aussi dense et inépuisable que le talent de ses acteurs.
    Henrico
    Henrico

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 032 critiques

    2,5
    Publiée le 13 juillet 2020
    Pour traiter ce volet absolument passionnant de l’histoire de la conquête de l’ouest américain, Michael Cimino, dans ce film se livre à une opération qui relève en fin de compte plus du sabotage qu’autre chose. La responsabilité du désastre lui incombe t’elle ou la partage t’il avec les producteurs du film qui, semble t’il, ont sans scrupule, charcuté le montage? Difficile de savoir. Toujours est-il que le résultat est que la mise en scène est brouillonne ; de nombreuses scènes ont des longueurs complètement injustifiées, ne pouvant que susciter l’ennuie ; et d’autres scènes à l’inverse font l’objet d’ellipses qui ne font qu’entraver la compréhension normale du récit. Quand aux dialogues, ils semblent souvent amenés avec beaucoup de maladresse, comme qui dirait « parachutés ». Le magnifique trio que représentent Kristoferson, Walken et Huppert, ne sauve pas le naufrage.
    dagrey1
    dagrey1

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 655 critiques

    4,5
    Publiée le 30 juin 2020
    Nous sommes à la fin du XIXème siècle, la situation est critique dans le Wyoming où l'association des éleveurs reçoit carte blanche du gouvernement américain pour éliminer "125 voleurs de bétails/anarchistes supposés" dans une population immigrée originaire d'Europe de l'Est. La confrontation tournera au bain de sang et brisera le destin de bien des protagonistes de cette histoire. La porte du Paradis (Heaven's gate) est un western dramatique américain de Michael Cimino de 1980. Avant les "coupes" imposées par le studio, le film tourné par Michel Cimino durait 5 h 30 (!). Ce film de plus de 3h30 dans sa version longue est très librement adapté de la guerre du comté de Johnson qui opposa des propriétaires terriens (qui se considéraient comme natifs) aux familles immigrées d'Europe de l'Est, récemment implantées dans le Wyoming (A la suite de l'Homestead Act). Une page peu glorieuse de l'Histoire des Etats Unis Hyper réaliste quant à la violence et à la puissance du pouvoir et de l'argent, La porte du Paradis incarne le western désenchanté par excellence. L'oeuvre décrit l'entreprise d"éradication d'une population par un escadron de la mort au nom de l'intérêt de quelques uns. Si la première partie du film est un peu lente en dépit d'une réalisation qui magnifie les paysages, la seconde s'accélère et sombre dans la violence. Pour ces raisons et son réalisme contrarié, j'ai beaucoup apprécié ce western terriblement désenchanté et au déterminisme tragique mais ce ne fut pas le cas de tout le monde. Le pire naufrage de l'histoire du cinéma et un film maudit Auréolé par le succès de Voyage au bout de l'Enfer, Cimino s'est vu offrir un "pont d'or" par United Artists avec un budget illimité (44 millions de dollars après les "dépassements") pour tourner son western iconoclaste . Le film fut éreinté par la critique américaine et fut retiré de l'affiche au bout d'une semaine. On doit au film au moins partiellement la faillite de la maison de production United Artists. Michael Cimino s'est retrouvé "tricard" à Hollywood.pour des années. Il a du patienter 6 ans avant qu'on ne lui finance un autre film. Les sociétés de protection des animaux ont également dénoncé des mauvais traitements en série subis par les chevaux, poules et coqs sur le tournage. Les mauvais résultats au Box office ont aussi mis en berne le genre du western pour quelques années. Malheureusement, cet échec fit beaucoup de tort au courant Nouvel Hollywood et orienta le cinéma Hollywoodien des années 80 vers l'action et le divertissement, mettant un terme aux productions cinématographiques réfléchies et pessimistes des années 70. Le casting La porte du Paradis est tout sauf un film manichéen. Ses protagonistes sont traversés par des conflits intérieurs et des choix cornéliens à résoudre, notamment Ella (Isabelle Huppert), James Averill (Kris Kristofferson) et Nate Champion (Christopher Walken), prisonniers d'un triangle amoureux. On peut également citer John Hurt dans le rôle d'un éleveur, prisonnier de sa classe qui se noie dans l'alcool. La porte du Paradis est un un film sombre qui rappelle d'autres films originaux de cette époque comme le western mémoriel, Le soldat bleu.
    hephep
    hephep

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 114 critiques

    4,0
    Publiée le 17 juin 2020
    Les étasuniens n'ont pas aimé la vérité. Tous les hommes, étasuniens ou pas, ont toujours eu du mal avec la vérité quand celle-ci ne leur plait pas. J'ai découvert et vu ce film 40 ans après sa sortie. Je n'en avais jamais entendu parlé. En le voyant, on comprend mieux la faillite du studio de cinéma. Malheureusement cela reste un film à voir sur grand écran. Ce que je n'ai pas.
    James Hld
    James Hld

    Suivre son activité Lire ses 78 critiques

    5,0
    Publiée le 28 avril 2020
    Un chef d'œuvre absolu. Je ne comprends pas pourquoi il n'a pas marché lors de sa sortie. Ce western est une petite merveille. A voir la version longue V.O.S.T.F.R
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3304 abonnés Lire ses 7 267 critiques

    4,0
    Publiée le 13 avril 2020
    Un peu moins sublime lors du second visionnage (notamment dû à sa durée), "La Porte du paradis" n'en reste pas moins un film important et extrêmement engagé dans sa volonté de montrer une partie très sombre de l'Histoire des États-Unis. Quelques scènes sont extraordinaires, l'interprétation exceptionnelle et on n'oubliera pas la merveilleuse musique de David Mansfield, tout comme la mise en scène, admirable.
    Cyril G
    Cyril G

    Suivre son activité Lire ses 20 critiques

    3,5
    Publiée le 5 avril 2020
    grande fresque historique sur fond des sublimes paysages du wyoming. Mais au final la version longue manque un peu de rythme et est vraiment très longue..
    gerald_w-a
    gerald_w-a

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 239 critiques

    3,5
    Publiée le 29 février 2020
    Je peux apprécier les films très longs où il ne se passe pas grand-chose, comme le sublime Arbre aux sabots. Mais là, cest trop. Le scénario est bien ténu, ça ne justifie pas de nous imposer 2h20.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 767 abonnés Lire ses 3 837 critiques

    3,0
    Publiée le 31 décembre 2019
    Parmi les postulats de la critique, il en est d'absurdes comme celui de dire que si un film est maudit, c'est qu'il est bon ! Ben non ! Et puis, d'abord pourquoi faire long quand on peut faire plus court ? Comme si la longueur devait être signe de qualité ? Surtout quand pour faire long, on étire les scènes au maximum, on s'encombre de plans inutiles, voir de scènes inutiles (les combats de coqs, ils servent à quoi ?) Et puis quand on se veut "réaliste" on ne se plante pas dès le début : On voit ça souvent au cinéma, un orateur nous fait un discours en le ponctuant d'humour, sauf que son humour ne nous touche pas, en revanche dans le film ça fait rire tout le monde comme des bossus ! C'est du réalisme, ça ? Et la scène de la valse, cinématographiquement parfaite, époustouflante, mais où personne ne se bouscule, personne ne danse à contretemps, comme s'ils sortaient tous de l'école de danse, c'est du réalisme ? Parlons de la distribution : Kris Kristofferson fait le boulot mais sans plus. Quant à Isabelle Huppert, trainée dans la boue par quelques pisse-vinaigres, elle est tout simplement fabuleuse et illumine ce film qui en avait bien besoin, avec son charme, sa fantaisie, son nature et son talent. Walken est bon malgré le rôle peu à sa mesure, et John Hurt ne sert à rien. L'histoire en elle-même n'est guère rendue passionnante parce que pas très bien raconté (un comble pour un film de plus de trois heures). Alors c'est vrai qu'il y a des scènes hallucinantes, des beaux paysages mais sinon…. Et puis on peut se pose des questions sur les intentions du réal. Je ne crois pas aux films à messages, mais on peut montrer des choses que les gens ne connaissent pas forcément, comme cet épisode peu glorieux de la "Guerre de Johnson". Par ailleurs j'estime qu'un réal a parfaitement le droit de ne pas respecter l'histoire, mais justement dans ce cas le non-respect de l'histoire entre en contradiction ave le but pédagogique. Comprenne qui pourra ! Bref faisons la part des choses, c'est pas mal mais il y a vraiment pas de quoi s'affoler !
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 19 août 2019
    Avec un scénario aussi maigre et répétitif, cette durée XXL et cette débauche de moyens relèvent clairement de la démonstration de force. Heureusement, le perfectionnisme de Cimino accouche de quelques plans sublimes et d’une vraie virtuosité de mise en scène, mais côté narration, c’est le calme plat. 1h30 pour exposer les enjeux, une heure de plus pour présenter un triangle amoureux sans grand intérêt (à part le charisme des acteurs), puis l’action promise commence enfin et on a droit à 30 minutes de coups de feu et de poussière. Il faut peut-être un adepte du western pour apprécier ce que Cimino fait du genre, mais en tout cas ça m’a laissé froid.
    Philea A.
    Philea A.

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    4,0
    Publiée le 15 juin 2019
    Magnifique ! LE western à voir absolument Des acteurs excellents, Isabelle Hupert ! Pour passer un bon moment, certes un peu long, 3h30 mais c'est à peine le temps d'un opéra..
    Francis M
    Francis M

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 15 mai 2019
    Vu et revu c'est pour ma part un chef d'oeuvre un film qui marque tant par ses acteurs sa musique la mise en scène son histoire et le metteur en scène tant décrié au début mais qui reste un classique du cinéma us
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top