Mon AlloCiné
    Le Jardin des Finzi-Contini
    note moyenne
    3,9
    414 notes dont 57 critiques
    répartition des 57 critiques par note
    15 critiques
    22 critiques
    12 critiques
    4 critiques
    4 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Le Jardin des Finzi-Contini ?

    57 critiques spectateurs

    Kiwi98
    Kiwi98

    Suivre son activité 212 abonnés Lire ses 238 critiques

    4,5
    Publiée le 10 septembre 2014
    Puissant, inoubliable, indémodable, le classique assez méconnu de Vittorio De Sica "Le Jardins des Finzi Contini" peut se qualifier de cette manière.
    Le film décrit plusieurs personnages, deux familles juives entre autre sous le temps de Mussolini quand le parti fasciste est au pouvoir. La chute tragique est imminente est pourtant elle est repoussée jusqu'au bout du film le temps de faire vivre leur derniers instants de liberté à Giorgio et Micol dans l'immense jardin des Finzi Contini ou ils donnent des parties de tennis pour les juifs du quartier qui n'ont plus accès à ce genre de privilège en publique.
    Dès les premières minutes le charme opère avec ces plans paysagiste d'une incroyable beauté, d'ailleurs le film lui même est paysagiste en mettant en valeur ses magnifiques décors des fleurs du jardin aux rues urbaines. Une fulgurance visuelle à laquelle s'ajoute cette sublime histoire dramatique à la fois naïve et incroyablement réaliste et intimiste avec un ton monotone et singulier. La magnifique Dominique Sanda est envoutante tout comme son partenaire Lino Capolicchio, les deux jeunes explosent un talent comique incroyable et chacun de leur face à face est d'une puissance inouï sachant que ce sera peut être le dernier avec des dialogues reversants.
    Oscar du meilleur film étranger et Ours d'Or à Berlin, le film ne méritait pas moins, du très beau cinéma.
    Davidhem
    Davidhem

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 336 critiques

    5,0
    Publiée le 19 février 2012
    Puissant, indémodable, intemporel, le film de Vittorio De Sica est une merveille cinématographique. Le réalisateur tourna ce film pour rappeler aux Italiens ce que représentait le parti fasciste de Mussolini. Il décrit ainsi plusieurs personnages, deux familles juives, l'une très riche et insouciante, l'autre très pauvre et consciente du danger qui les menace. Le film raconte une romance compliquée entre un homme pauvre et une femme riche, lui sait qu'il est amoureux d'elle, il désire partager son amour qu'il éprouve depuis des décennies. Il lui court après, il l'aime, il ne veut entendre parler d'aucune autre femme, c'est un grand romantique. La femme interprétée par Dominique Sanda, se montre très hautaine envers lui, le fait patienter, le repousse, l'attire, elle ne sait pas vraiment si elle veut s'engager avec lui. C'est donc une relation qui tourne à la perversion car l'attitude de la jeune femme pousse cet homme à flirter vers la dépression et la dérive. Jalousie, amour, violence, haine, nostalgie et dégoût sont les ingrédients de ce film très porté sur la psychologie de tous ses personnages chaque fois parfaitement analysée. Face à eux, un même ennemi, le parti fasciste qui veut montrer à l'égard de l'Allemagne d'Hitler qui est son alliée politique que l'Italie pratiquera la même politique antisémite. C'est donc au fur et à mesure que le film avance, la descente aux enfers pour les deux familles. Ainsi, on apprend que les étudiants juifs ne bénéficient plus le droit d'étudier à l'université, que tous les juifs italiens sont mis sur une liste, que même les juifs qui avaient soutenu le parti fasciste qui leur avait promis une politique de conservation des biens et du travail continu bien payé sont à leur tour mis dans la liste noire. Le réalisateur donne une leçon de vie, il veut prouver que les opportunistes sont toujours un jour ou l'autre punis et méprisés. Il montre également le dédain des familles riches envers les familles pauvres, il montre que l'amitié est tangente, qu'un amour peut la briser quand le désespoir et le malheur la reconstruisent. Film riche en profondeur sur tous les sujets, brillant, engagé, il permet de montrer l'humanité sous son plus mauvais jour avant et pendant l'antisémitisme. Au final, Vittorio De Sica signe un chef-d'oeuvre monumental!
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2002 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    4,0
    Publiée le 3 avril 2014
    Vittorio de Sica n'avait pas la maestria d'un Luchino Visconti quand il s'agissait de filmer des riches dans des salons luxueux ou dans la banalité de leur quotidien, il était bien supérieur quand il filmait les gens des classes populaires dans leur environnement, mais il a su capter l'esprit d'une des époques les plus terribles de toute l'Histoire de l'Italie, quand la putain d'Hitler Mussolini s'est mis à faire appliquer des lois anti-juives, et il était imbattable quand il fallait capter une émotion sur un visage à un moment précis, je pense surtout à celui, sublime, de Dominique Sanda...
    Et puis le symbolisme du jardin est subtilement utilisée, fausse protection contre les réalités du monde, faux Jardin d'Eden ; ceux qui y restent sont irrémédiablement condamnés, ceux qui le fréquentent peu ou l'évitent ont une chance de s'en sortir...
    De plus, le réalisateur n'essaye jamais de toucher gratuitement la corde sensible chez le spectateur. Les persécutions contre les juifs ne sont suggérées que peu à peu et par petites touches et l'issue inévitablement tragique est retardée au maximum et filmer avec une grande sobriété.
    "Le Jardin des Finzi-Contini" est un drame terrible qui sait lier l'intimisme à la Grande Histoire...
    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 196 abonnés Lire ses 1 745 critiques

    4,0
    Publiée le 19 mars 2013
    A travers le prisme de la famille Finzi Contini, De Sica aborde la montée du fascisme. Si la tache de fond est l'instant d'un pays qui chavire dans ses heures sombres. De Sica évoque la vie d'une jeunesse doré qui se croit épargné par le basculement de son pays qui va pourtant les rattrapés. Cet instant est pour eux un changement crucial puisque c'est le passage à la vie adulte,et dans ce jardin dans lequel ils se réfugiaient coupé du monde extérieur les enjeux ne sont plus les mêmes. De Sica monte habillement toutes ces histoires pour n'en faire qu’une seule.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3555 abonnés Lire ses 7 267 critiques

    5,0
    Publiée le 28 août 2009
    Vittorio De Sica était un géant, et il le prouve une nouvelle fois avec ce "Jardin des Finzi Contini" du plus bel effet. Relatant en effet aussi bien la montée du fascisme qu'une histoire d'amour difficile, De Sica réussit à trouver un équilibre parfait entre cet aspect historique et le drame amoureux, l'un et l'autre se complétant en définitive admirablement. Il est de plus rare de voir un film traiter autant de sujets avec toujours la même délicatesse et talent (l'amitié, l'amour, la famille, la guerre...) sans jamais qu'une seule goutte de pathos n'apparaisse ici ou là. Mais le film sait également poser des questions essentielles, et ce notamment en nous offrant quelques scènes littéralement déchirantes... Bref, en deux mots : sublime et bouleversant : un grand film.
    SebD31
    SebD31

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 553 critiques

    5,0
    Publiée le 13 septembre 2008
    Un chef-d'oeuvre bouleversant. Les acteurs sont épatants et la mise en scène de De Sica merveilleuse. Un bel et triste hommage aux familles juives qui vécurent sous l'ère mussolinienne. Inoubliable !
    Rooky77
    Rooky77

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 78 critiques

    5,0
    Publiée le 18 janvier 2009
    (...) un beau et grand moment de cinéma (...)
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 490 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,0
    Publiée le 3 juin 2015
    1938 : L'État italien fasciste, devient peu à peu antisémite et les mesures anti-juives se multiplient. Dans l'immense jardin des Finzi-Contini, grande famille aristocrate, on ne se soucie guère de cette menace et plusieurs parties de tennis y sont organisées. Et c'est dans ce milieu-là que l'on suit Giorgio, venant d'une famille plus modeste et qui est amoureux de Micol, la fille des Finzi-Contini mais qui elle, mène une vie personnelle et sentimentale compliquée...

    C'est au cœur de cette aristocratie vivant dans le luxe et l'insouciance, et ne se rendant pas compte de la menace qui l'entoure et tout simplement de la situation politique mondiale, que **Vittorio De Sica** nous immerge. Pourtant, plus les années passent, plus l'antisémitisme est présent et devient même impossible à ignorer. C'est toute cette atmosphère d'angoisse sourde que **De Sica** retranscrit, mais c'est aussi la façon dont le fascisme s'est imprégnée au cœur des familles et des mœurs qu'il montre et finalement une horreur qui devient banalité.

    C'est dans ce contexte-là que **De Sica** met peu à peu en place d'intéressants personnages et des relations souvent ambiguës qu'ils vont entretenir. Entre adolescence et amour impossible, il dresse une chronique délicate, cruelle et juste et donne un ton plutôt mélancolique à son oeuvre. Entre autres, il aborde aussi la famille, la religion et l'amitié entre les divers personnages, il les met en scène au quotidien entre partie de tennis et moment plus intimes, ignorant ce qu'il se passe et se croyant protégé dans ce jardin qui va devenir leur tombeau.

    Sobrement réalisé, il braque souvent sa caméra au plus près des protagonistes, permettant de mieux nous immerger à leurs côtés et captant à merveille leurs sentiments. Ce qui frappe aussi d'emblée, c'est la qualité visuelle du film où il sublime ce magnifique et lumineux jardin, ainsi que les intérieurs, tout aussi admirable et luxueux. Devant la caméra, il dirige les jeunes acteurs avec brio, où chacun se fond dans son personnage pour mieux en faire ressortir la richesse, les symboles ou les sentiments, notamment l'inoubliable **Dominique Sanda**.

    Tout en captant le contexte de l'époque, **Vittorio De Sica** livre un film juste et touchant et dresse une chronique tendre, cruelle et mélancolique de cette jeunesse insouciante au cœur d'une Italie fasciste.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 344 abonnés Lire ses 2 526 critiques

    4,0
    Publiée le 18 novembre 2007
    Ce film n'existe pas encore aujourd'hui en DVD,j'attendrai sa sortie avec impatience car il mérite plusieurs visions.Impossible du lui mettre 4* car il est trop inégal.Il y a 3 histoires, celle de l'aristocratie et de la bourgeoisie juive implantées et intégrées en Italie depuis très longtemps,celle de l'arrivée du fascisme puis du nazisme dans les années 35-45 et l'histoire d'amour entre les 2 personnages principaux.
    Le metteur en scéne,homme combien humain, à superbement rendu cet amour particulierement rare dans le cinema,c'est inoubliable...Toutes les scènes ou le couple apparait sont parfaites.La difference entre l'aristocratie et la bourgeoisie juive est assez reussie mais la partie politique que Vittorio De Sica tenait à montrer est ratée.Il n'a pas ce talent (cf:les Damnés de Visconti)c'est dommage car ce film aurait pu être un chef d'oeuvre avec toutefois un meilleur rendu du jardin qui voit de multiples plans inutiles s'envoler dans les airs .Mais tel qu'il est,il faut le voir.
    La_Mort_Dans_L_Oeil
    La_Mort_Dans_L_Oeil

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 248 critiques

    5,0
    Publiée le 7 mai 2010
    Quel bonheur de resortir ce film maintenant en plein été ! Je sors de la salle à l'instant. Je n'avais pas vu ce film depuis 10 ou même 15 ans, et quand il y a quelques semaines j'ai vu l'affiche dans la rue de l'école de médecine à Paris annonçant qu'on le rejouait au cinéma, comme Giorgio, je n'ai pas pu m'empêcher de sauter le haut mur du jardin. Il fait partie de ces films très particuliers et rares qu'il faut voir absolument. Poignant.
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 158 abonnés Lire ses 1 216 critiques

    1,0
    Publiée le 17 septembre 2007
    N’en déplaise à Georges Brassens qui assure que le temps ne fait rien à l’affaire, Le Jardin des Finzi Contini a bien subit la patine du temps : langueur, bavardage, gros plans démodé. A voir, pour sa culture cinéphilique uniquement.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 315 abonnés Lire ses 3 756 critiques

    3,0
    Publiée le 22 mai 2020
    Quelques plans évanescents sur les amours de jeunesse donnent ton d’un romantisme désuet charmant.
    Ce jardin à l’abri du monde, les voix qui n’élèvent jamais le ton, le piano kitsch assumé et le jeune adolescent souriant qui connaît ses premières émotions.
    Tout concourt à un film démodé qui ressemblerait à une tapisserie posée depuis 50 ans dans une pièce mais qui s’accorde si bien avec les meubles que personne n’ose la remplacer sauf le danger extérieur à ce monde fermé qui va tout détruire.
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 116 abonnés Lire ses 2 976 critiques

    4,5
    Publiée le 7 octobre 2020
    Un mélodrame historique bouleversant, à la mise en scène sublime et à l'atmosphère oppressante d'une époque où grandit le fascisme et l'antisémitisme. Ours d'Or à Berlin.
    Claude DL
    Claude DL

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 1 190 critiques

    4,0
    Publiée le 1 avril 2020
    Ce film est bâti avec une grande finesse autour de l'amour contrarié, car non réciproque, pour son amie d'enfance d'un jeune ado juif de Ferrara au milieu de la montée de l'antisémitisme dans l'Italie fasciste de 1938 à 1943. Tout se passe dans le jardin et la propriété luxueuse d'une riche famille juive, accueillant des jeunes venant se distraire en se s'adonnant au tennis et à la bicyclette. Tous sont inconscients du danger grandissant et on vit avec eux leur bonheur qui sera stoppé net. Dominique Sanda, jouant le rôle de la jeune fille dont le père est le riche propriétaire, est magnifique du haut de ses 22 ans à l'époque, et son amoureux transi, Lino Capoliccio, lui donne une réplique très réaliste. Un beau film qui a peu vieilli.
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 1778 abonnés Lire ses 4 730 critiques

    4,0
    Publiée le 19 janvier 2012
    Vittorio De Sica démontre le drame de la montée du fascisme d'une manière lente et efficace. Tour à tour plus on avance et plus il nous emmène à la vérité quasi inéluctable et non échappatoire. Celle aussi d'un homme qui aime une femme pour y vivre une idylle qui restera une impasse.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top