Notez des films
Mon AlloCiné
    Golden Door
    note moyenne
    2,3
    605 notes dont 167 critiques
    répartition des 167 critiques par note
    35 critiques
    31 critiques
    5 critiques
    34 critiques
    31 critiques
    31 critiques
    Votre avis sur Golden Door ?

    167 critiques spectateurs

    adicte
    adicte

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 700 critiques

    0,5
    Publiée le 2 novembre 2011
    Oh là là que c'est mauvais!!! Le film est interminable, mal filmé, sans fil conducteur, avec un rythme au ras de pâquerettes et des acteurs insipides, y compris Charlotte Gainsbourg. Sans queue ni tête, et surtout, sans aucun intérêt.
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 120 abonnés Lire ses 694 critiques

    2,5
    Publiée le 2 avril 2007
    "Nuovomondo" ("Golden Door") ou comment rendre atypique et personnel un film d'apparence première conventionnel. S'il ne restera certes pas dans les mémoires, la puissance de certaines de ses séquences et le travail passionnant entrepris autour de quelques thèmes traités trop souvent de manière superficielle forcent le respect et gardent ainsi maintenue une attention intense chez le spectateur durant une bonne partie de l'oeuvre. Crialese a choisi de jouer avec les schémas-types pour mieux les briser. Il découpe ainsi l'ensemble en trois actes distincts : la partie sicilienne, le voyage à travers l'Atlantique et l'arrivée aux Etats-Unis avant de tenter de brouiller les limites d'espace-temps, parfois avec brio, à d'autres moments non sans maladresse. Le début est franchement ennuyeux, n'apportant rien tant au niveau des personnages que sur le plan visuel. Cependant, on sent une recherche dans les cadrages et l'on espère le déclic le plus vite possible. Gagné, le réalisateur a pris ses marques et parvient à faire très nettement décoller son sujet au cours d'une traversée étonnante. Remplie de métaphores et cernant remarquablement son propos, cette partie se concentre essentiellement autour de Charlotte Gainsbourg, envoûtante et remarquable, jouant sur les mystères de son protagoniste, la présentant comme une forme de phantasme idéalisé totalement inacessible. La mise en scène supplée magnifiquement tout cela, se permettant plusieurs audaces sans nuire à la trajectoire de départ. L'épopée classique devient oeuvre d'auteur recherchée, réfléchie et aboutie de temps à autres. Si la conclusion nous laisse sur notre faim, la faute notamment à quelques répétitions inutiles, on ressort dans l'ensemble charmé, tentant de se remémorer les images de ces corps filmés au plus près, transmetteurs d'émotions et évitant le plus souvent toute forme de dialogue.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2239 abonnés Lire ses 5 684 critiques

    2,5
    Publiée le 22 août 2016
    Film d'une réelle beauté mais manquant d'ambition dans son traitement ; une telle histoire aurait pu faire l'objet d'un film poignant mais l'émotion manque dans Golden Door ; le début se laisse regarder par contre la traversée en bateau est sans doute la partie la moins réussie du film puis vient enfin l'arrivée en Amérique qui est la partie la plus intéressante. Golden Door manque de passion et d'instants réellement dramatiques.
    Idrizza
    Idrizza

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 76 critiques

    2,5
    Publiée le 13 juin 2010
    Le scénario et l'atmosphere sont réussis mais le film, trop mou, peine à captiver le spectateur. Dommage.
    Claude DL
    Claude DL

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 1 131 critiques

    1,0
    Publiée le 4 mars 2010
    Ce film, pourtant récompensé à Venise, ne m'a pas accroché. J'ai seulement noté une certaine virtuosité technique dans ce qui est montré, notamment les scènes dans le bateau. Autrement, c'est fort ennuyeux, et on se demande ce que Charlotte Gainsbourg fait là dedans en Anglaise mêlée à des émigrants siciliens. Vu le sujet, on pouvait s'attendre à nettement plus d'âme. Raté !
    tuco-ramirez
    tuco-ramirez

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 1 287 critiques

    1,0
    Publiée le 9 mars 2010
    Pas ininterressant ce film traitant de la migration de ces pauvres siciliens vers le nouveau monde, mais peu passionnant. Ce film est découpé en 3 parties: les préparatifs du départ, le voyage en bateau et l'arrivée à Ellis Island (l'ile où les migrants étaient testés puis autorisés ou non à entrer sur le territoire). Pour les 2 premières parties basées essentiellement sur l'aspect fictionnel et romanesque, la sauce ne prend pas du tout. Aucune compassion ou identification aux personnages n'est possible; on s'ennuie et on se demande aussi que vient faire cette bourgeoise (jouée par Charlotte Gainsbourg) dans cette histoire. Par contre, la dernière partie avec les sélections inhumaines de Ellis Island, une vraie foire aux bestiaux est bien documentée et montre l'aspect pathétique, detestable et pitoyable de ce type de sélection des migrants. Récompensé à Venise, je trouve le scénario de ce film très faible et souffrant d'un grand manque de rythme. Voir ce film pour les 45 dernières minutes et la minutieuse description de la quarantaine à Ellis Island (ile au large de New York, la porte d'entrée vers l'eldorado, la "golden door").
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 1 décembre 2011
    Une histoire qui méritait mieux que ça. Décousu et peu prenant, le film s’enlise avec des images se voulant symboliques mais dont la compréhension est presque impossible comme la rivière de lait. Une déception pour ma part.
    Tim-Fait-Son-Cinema
    Tim-Fait-Son-Cinema

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 783 critiques

    1,0
    Publiée le 5 mars 2013
    Une grosse déception, car à la fois trop lent et pas assez explicite. Dommage…
    Arthurlamouche
    Arthurlamouche

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 688 critiques

    1,0
    Publiée le 19 février 2008
    Bien que le message sur l'histoire des immigrants italiens soit présent, on s'ennuie ferme sur ce film : il est lent et long. Ca gâche tout.
    Cluny
    Cluny

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 593 critiques

    4,0
    Publiée le 14 octobre 2012
    Deux hommes grimpent une colline caillouteuse, une pierre entre les dents. Une vieille rebouteuse désenvoute une jeune fille, en lui retirant un serpent du ventre. Un curé donne aux futurs émigrants les habits des morts, afin de permettre à ceux-ci de voyager avec eux. Dès ces scènes d'exposition, le ton est donné : "Golden door" va naviguer entre réalisme et onirisme. Le Nouveau Monde a été présenté à ces paysans siciliens comme un Eden, où on se baigne dans des rivières de lait, où les arbres donnent des pièces, et où poussent des légumes dignes du rocher de "L'Etoile Mystérieuse". Ils acceptent cette perspective sans sourciller, car les superstitions et le surnaturel font partie de leur environnement. Emanuele Crialese choisit donc d'adopter le point de vue de ces personnages, et il insère ces visions dans le récit ; après tout, sont-elles moins réelles que cet Eldorado que Salvatore ne voit pas dans les brumes, et dont les rites lui semblent tout aussi étranges ? Le film est découpé en trois parties égales : l'adieu à la terre, la traversée et Ellis Island. Dans la première partie, on est proche de "Padre, padrone" dans une suite de scènes qui vont toujours d'un plan très rapproché à un plan large et qui parlent de la dureté de la vie sur cette terre aride. La seconde partie se déroule dans le huis clos du bateau, jamais vu dans son son ensemble comme dans "Titanic", mais compartimenté par les manches à air et les coursives. Quand le navire affronte une tempête, on n'en voit pas une vague, juste les corps jetés les uns contre les autres dans le bruit des craquements de la coque ; Crialese reprend le gag de "L'Emigrant" quand Charlot roule sur le corps de la grosse dame, mais le transforme en gigantesque radeau de la Méduse. La dernière partie est un autre enfermement, celui de la violence instututionnelle, celle de la jeune république américaine qui sélectionne ceux qui seront dignes d'apporter leur force de travail à la construction du pays. On pense à ce que disait Scorsese lors de la sortie de "Gangs of New York", au sujet de la violence consubstantielle à la naissance des Etats-Unis. Là, ce n'est plus celle du Far-West ou des oppositions entre Native et Irlandais ; il s'agit de la violence froide d'un état sûr de sa puissance, et qui s'arroge le droit sous couvert de procédures "civilisées" de séparer des familles ou de pousser des jeunes femmes à subir des mariages arrangés. Et quand un officier explique la politique de renvoi des plus faible au nom de la science, on ne sait pas si Lucy est sérieuse ou ironique quand elle s'exclame "Quelle vision moderne !" La musique est d'abord absente, la mise en scène étant aussi aride que la terre sicilienne, puis elle apparaît sous la forme de chansons de paysans avant de ponctuer la dernière partie. Et puis il y a des plans superbes, comme ce cercle des femmes dans les entrailles du navire en train de se peigner mutuellement, ou cette plongée extraordinaire sur deux foules se faisant face, celle sur le pont et celle sur le quai, que la perspective place sur un même plan, et qui se séparent lentement quand le bateau appareille. Film à la fois classique et audacieux, "Golden door" surprend constamment, inscrivant l'intrigue des manoeuvres de la jeune Anglaise au milieu de la description du destin de millions d'Européens. Porté par des acteurs excellents (Vincenzo Amato, au générique des trois films de Crialese, et Aurora Quattrochi qui joue sa mère), il bénéficie d'une superbe photographie qui se met au service d'une fresque lyrique qui n'est pas sans rappeler par moment le grand Federico. http://www.critiquesclunysiennes.com/
    kibruk
    kibruk

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 1 875 critiques

    4,5
    Publiée le 22 juillet 2010
    J'ai découvert ce film par hasard, et je ne m'attendais pas à un tel choc. Visuel tout d'abord. L'image est superbe et sa composition est surprenante et magnifique. Les plans toujours serrés laissent peu de place aux décors. On ne voit d'un bateau qu'un bout de pont, quelques couchettes d'une cale obscure. Ce sont les humains, corps souvent entassés ou enchevêtrés qui emplissent le cadre, et de ces groupes compacts se détachent les principaux personnages. Gros plans sur des regards étonnés, tristes ou tendres, peu de mots sortent de leurs bouches et pourtant tant de sentiments et d'émotions jaillissent à l'écran. Car l'émotion est le coeur du sujet, celle éprouvée par cette multitude de migrants naïfs emplis de rêves et d'espoirs fous. Et non seulement le réalisateur arrive à nous faire partager ces émotions, mais il arrive aussi à nous faire découvrir comment ces candidats au bonheur étaient traités à la descente du navire. Intéressant, magnifiquement interprété, ce beau tableau ne serait pas complet si la bande son n'avait pas été à la hauteur. Et surprise là aussi. Le navire gronde comme un monstre inquiétant, les paysans martèlent leurs tambours dans des rythmes envoûtants, et d'admirables chansons de Nina Simone accompagnent les premiers pas des migrants du début du siècle sur le sol américain. Magique !
    fortu
    fortu

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 27 critiques

    0,5
    Publiée le 11 janvier 2008
    Un Navet, (A voir pour savoir ce qu'est un navet) Je ne l'ai regardé jusqu'au bout uniquement parce que j'avais payé ma place ... mais j'aurais du ... Une perte de temps !
    DAVID MOREAU
    DAVID MOREAU

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 1 803 critiques

    1,5
    Publiée le 21 mars 2017
    RESPIRO L'AMERIQUE. Pour la terre promise, Emanuele Crialese embarque tous ces italiens vers le nouveau monde. Réaliste et interressant, ce long métrage manque de rythme.
    Philippe C
    Philippe C

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 705 critiques

    2,0
    Publiée le 4 mars 2010
    Le thème de l'Amérique, terre promise est traité de façon originale....... mais ennuyeuse. Poésie, réalisme, onirisme ne font pas un très bon ménage dans la durée
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2345 abonnés Lire ses 5 140 critiques

    4,0
    Publiée le 7 mars 2010
    Film étonnant sur l'immigartion sicilienne vers le Nouveau Monde ; pour une fois étonnant n'est peut-être pas sa plus grande qualité. Le film se découpe en trois parties, la préparation au départ en Sicile, le voyage en bateau et l'arrivée à Ellis Island. La reconstitution historique est impressionnante surtout Ellis Island ou la description des test sà l'arrivée est aussi réaliste que pitoyable, les êtres humains ne sont plus que des animaux (forte documentation historique). Le seul problème reste la matérialisation des fantasmes du père, symboles d'abondance et d'espérance dans le Nouveau Monde. L'idée aurait pu être bonne si elle n'était pas aussi caricaturale et simpliste ; vis à vis du réalisme du film le résultat s'avère bizarre. Dommage car on est pas loin du film d'exception. A voir.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top