Notez des films
Mon AlloCiné
    Rocco et ses frères
    note moyenne
    4,1
    1182 notes dont 77 critiques
    répartition des 77 critiques par note
    32 critiques
    27 critiques
    6 critiques
    4 critiques
    5 critiques
    3 critiques
    Votre avis sur Rocco et ses frères ?

    77 critiques spectateurs

    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    5,0
    Publiée le 8 mai 2011
    Visconti élève ce qui aurait pu n’être qu’un drame social jusqu’à la tragédie. Mais sans négliger pour autant l’aspect documentaire. On reste surpris par ce qui est révélé du fossé entre le nord et le sud de l’Italie. L’immigration des méridionaux dans les centres industriels du Nord fait penser à l’immigration maghrébine en région parisienne. La coproduction franco-italienne permet de voir une partie de la fine fleur des comédiens français : Delon, Girardot, Delair, Hanin… Delon interprète un personnage étonnant, sorte de boxeur christique, à l’opposé de ses personnages habituels, souvent froids, voir cyniques. Une scène visuellement belle est aussi très énigmatique : celle de la bagarre entre Simone et le personnage joué par Hanin dans la pénombre et devant un téléviseur allumé montrant des peinture de la Vierge… Visconti fait de l’émigration méridional vers le nord de l’Italie un élément de l’épopée national, au même titre que la Révolution dans « Le guépard ». Et c’est magnifique.
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 171 abonnés Lire ses 1 024 critiques

    5,0
    Publiée le 25 octobre 2006
    Pourquoi "Rocco e i suoi fratelli" est-il le meilleur film de Visconti ? Première réponse qui s'impose d'elle-même : C'est le film au carrefour entre l'approche néo-réaliste et l'approche dramatico-esthétique de Visconti. Imaginez les deux meilleurs Visconti ( "La Terra trema" et "Il Gattopardo" ) réunis en un film, celà donne "Rocco e i suoi fratelli". "Rocco..." est aussi un oeuvre titanesque parce qu'elle aborde avec humilité et générosité l'histoire d'une famille détruite par ce qui l'a dépasse : le conditionnement bestiale de la ville. Visconti reprendra le thème de la destruction familiale dans le moins bon "La Caduta degli dei". Ici l'esthétique du noir et blanc confère à l'oeuvre tout son drame. Le personnage de la mère, joué par Katina Praxinou, est l'exutoire de toute la peine de la famille. La famille des Prondi nous est présenté au début soudée. Elle finit bien plus dissoute. "Rocco e i suoi fratelli" est un excellent film car il arrive à nous surprendre. Visconti jauge l'optimisme ( incarné par Delon ) et le pessimisme ( incarné par Salvatori ) avec maestria. On s'éprend de haine et de pitié pour le personnage de Salvatori. Chacun des cinq frères donne à expérimenter. Face à chacun d'eux on ressent, sans les juger ( hormis peut-être les personnages de Delon et Salvatori ). En conclusion, "Rocco e i suoi fratelli" est le meilleur Visconti qui méle humour fin, tragèdie grâve, espoir et désespoir.
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 122 abonnés Lire ses 694 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    "Rocco e i suoi fratelli" fait partie de ces films adulés, qui ont leur place dans le panthéon de l'histoire du cinéma. Je l'ai découvert, un an après un autre film de Visconti : "il Gattopardo". Ce n'est plus du tout la même chose : l'un était une sorte d'opéra flamboyant, celui-ci se rapproche plus du néoréalisme. C'est une histoire d'immigrés en Italie, une famille composée de plusieurs frères qui vont s'aimer et se déchirer pour des femmes. Une particulièrement : Annie Girardot, dans le rôle de la putain au grand coeur, est la principale "responsable" de tous les rebondissements constituant un scénario remarquable de part sa richesse. Certains passages sont terribles, d'une noirceur absolue. Le désespoir fait son apparition petit à petit, dans une oeuvre bien plus pessimiste et violente qu'il n'y paraît. C'est parfois dur, mais c'est aussi émouvant. Je regrette simplement que Claudia Cardinale n'ait pas eu un rôle à sa mesure, même si il est vrai qu'elle était à ses débuts. En tout cas, cela ne m'empêche pas de penser qu'elle éclabousse littéralement l'écran de sa beauté et de sa classe. Mais parlons d'Alain Delon, qui tient le principal rôle masculin : c'est la bonne suprise. Il est étonamment sobre, juste, il trouve sans cesse le bon ton, les bons regards, la démarche parfaite. Il est excellent et écrase complètement Renato Salvatori, qui joue de manière presque théâtrale. Pour en revenir à Delon, il m'a par moments rappelé le Marlon Brando des années 50 et sa présence animale fascinante. Il y a tant à dire sur ce film, tant au niveau de l'interprétation, que de la réalisation, de la psychologie, des relations fraternelles, de la musique... qu'il m'est très difficile de résumer tout cela rapidement. Visconti a réalisé une grande fresque imposante, parfois splendide malgré une mise en exposition un peu longue... C'est une oeuvre majeure à découvrir rapidement, car son statut de "culte" voire "classique" est parfaitement justifié.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2507 abonnés Lire ses 5 173 critiques

    5,0
    Publiée le 11 juillet 2008
    La pefection d'un film en NB mené d'une main de maitre. La photographie est magnifique et l'originalité de l'histoire est bien retranscrite par le scénario. La solidarité familiale mis à mal par les aléas de la vie et de l'amour. Chef d'oeuvre !
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 689 critiques

    4,5
    Publiée le 13 mars 2012
    Excellent film avec une réflexion pertinente et une interprétation de grande classe.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1763 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    3,5
    Publiée le 7 juillet 2012
    Entre l'austérité du néo-réalisme italien de ses débuts et la flamboyance de ses mélodrames ultérieurs,Luchino Visconti synthétisait les deux tendances dans le superbe "Rocco et ses frères"(1960).Peinture amère d'une Italie en pleine reconstruction industrielle et sociale dans laquelle une famille sicilienne en exil à Milan ne reconnait plus.Les Parondi,composé d'une mère imposante et de ses 5 fils,sont une famille soudée,qui va se dégagréger lentement,à cause du déracinement,de la jalousie,de l'obsession de l'argent et du dénuement.Le cheminement de cette chronique réaliste est presque christique entre un frère aîné inconséquent et violent(Renato Salvatori,effrayant d'imprévisibilité)et le cadet candide et magnanime(Alain Delon,d'une pureté sans égale).C'est un peu l'opposition entre l'ange et le démon,tous les deux attirés par la même femme,une jeune prostituée sans illusions aucune et au franc parler(Annie Girardot,sensuelle et triste).La fraternité explose et toute la famille avec.La B.O de Nino Rota insiste sur cette mélancolie d'une Italie révolue.Certaines séquences sont époustouflantes de poésie brute,comme celle des révélations au café ou au sommet de la cathédrale de Milan.Sans parler du pardon final,malheureusement trop tardif,pour empêcher le drame.Le cinéma italien d'époque à son meilleur.
    Santu2b
    Santu2b

    Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 1 669 critiques

    4,0
    Publiée le 15 novembre 2013
    En 1957, Luchino Visconti adapte les "Nuits Blanches" de Dostoïevski. Réalisé en 1960, "Rocco et ses frères", cette fois-ci inspiré des "Frères Karamazov", marque la première collaboration du metteur en scène avec Alain Delon, propulsant ce dernier au sommet de la scène internationale, à peine un an après "Plein Soleil". Film assurément culte, ce dernier constitue sans conteste l'un des plus admirables fleurons du maître italien, entrant de plain-pied au sein des plus grandes tragédies familiales jamais portées au cinéma. A travers l'histoire de cette fratrie d'immigrés venus s'installer à Milan qui peu à peu vont finir par se déchirer, le cinéaste dévoile l'étendue de sa virtuosité. Outre un Delon magistral, il s'entoure d'une pléiade d'interprètes remarquables (Annie Girardot, Claudia Cardinale, Roger Hanin..) suppléant avec force la portée de sa peinture sociale. Pourvu de surcroit d'un scénario d'une riche complexité, celle-ci, d'une profondeur psychologique incroyable, regorge de scènes mémorable, tressant au final la cruelle ébauche d'une Italie brisée. Tandis que se dessine en filigranes, comme pour "Le Guépard", l'émergence d'un monde nouveau, rempli d'ombres et d'incertitudes. Une immense déchéance, bouleversante et inoubliable.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 335 abonnés Lire ses 1 448 critiques

    4,5
    Publiée le 22 février 2019
    Attention, cette critique dévoile des éléments essentiels de l'intrigue. Certains synopsis orientent naturellement une mise en scène; quand on lit celui de "Rocco et ses frères", on imagine plutôt un film naturaliste qui prendrait acte des souffrances de ses protagonistes. Tout en faisant le constat d'un malaise et d'une misère sociale éprouvés par cette famille du Sud qui arrive à Milan pour y rejoindre l’aîné Vincenzo – la scène qui suit l'ouverture à la gare, en donnant une saisissante impression d'un espace hyper compressé, dit tout de la haine entre gens du Sud et ceux du Nord –, Visconti déploie une mise en scène lyrique, même opératique par instants, pour raconter cette tragédie familiale et sentimentale. L'équilibre de la famille Parondi tient à l'amour qui unit tous ses membres, avec en tête une mère protectrice qui prend toujours la défense de ses fils et se refuse à les voir fâcher; parmi ses enfants, Rocco possède le même état d'esprit malgré les sentiments qu'il partage avec son frère Simone pour la belle Nadia. Tandis que Simone apprend que Rocco et Nadia se voient discrètement le soir, sa jalousie éclate lors d'une séquence littéralement déchirante dans laquelle il viole Nadia puis se bat longuement avec Rocco. Comment rétablir l'équilibre quand deux cœurs sont attirés par un troisième – fatal dénominateur commun ? Un geste pourtant, sublime et bouleversant, aurait pu changer l'issue : dans une scène sur le dôme de Milan où la succession de gros plans et une caméra qui finit par s’élever au-dessus des personnages confèrent une intensité dramatique phénoménale, Rocco annonce à Nadia qu'il la quitte. Mais n'aimant pas Simone, la jeune femme rend le sacrifice vain. Alors commence une véritable descente aux enfers pour Simone, qui arrête la boxe, se met à flamber son argent et s'obstine à entretenir Nadia tout en sachant qu'elle ne veut pas de lui. Dans une dernière partie inoubliable, le sort est scellé dans un montage alterné qui fait date dans l'histoire du cinéma : le combat victorieux de Rocco dévoile un des rares instants de bonheur du personnage tandis que, dans le même temps, Simone tue Nadia à coups de couteau. Debout contre un poteau, les bras écartés, sa mort est amorcée dans un mouvement de crucifixion; elle doit autant au désespoir de Simone qu'au choix du "saint" Rocco – c'est le mot employé par Ciro –, qui a cru faire le bonheur de son frère en quittant Nadia : erreur irrémédiable d'un homme qui s'est trompé à force de toujours vouloir faire le bien. Avec l'assassinat de Nadia et la division de la famille Parondi, la tragédie est accomplie mais la fin reste pourtant ouverte : entre un avenir à Milan dans une ville dynamique qui offre du travail et un retour aux sources, les frères Parondi feront leur choix.
    Damien S
    Damien S

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 241 critiques

    5,0
    Publiée le 6 août 2012
    Le film néo-réaliste italien qu'il faut voir. Une vitrine de ce qu'était l'Italie dans les années 50.
    Margaret Morel
    Margaret Morel

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 51 critiques

    5,0
    Publiée le 12 septembre 2011
    même si ce film dure longtemps on ne peut pas s ennuyer une seconde tellement l histoire est prenante du début à la fin. C est pour Alain son personnage le plus tendre qu il a incarné à ma connaissance. Et tous ces autres acteurs fabuleux ANNIE RENATO CLAUDIA. Un film magnifique
    halou
    halou

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 530 critiques

    5,0
    Publiée le 11 avril 2009
    Chef d'oeuvre cinématographique indiscutable.
    adicte
    adicte

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 700 critiques

    4,5
    Publiée le 29 septembre 2012
    Magnifique film de Visconti, sublime dans la forme et dramatique dans le fond. Une histoire de famille qui se déchire, une fratrie partagée, un véritable portrait social dans une Italie en reconstruction. Les acteurs livrent de très bonnes performances: ils sont beaux, passionnés et ils ont la classe. Des personnages bien étoffés, une photographie contrastée qui sert à merveille ce film admirable. Du très grand cinéma.
    Gérard Delteil
    Gérard Delteil

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 1 564 critiques

    5,0
    Publiée le 27 décembre 2016
    Un film magnifique, d'une rare intensité, qui n'a pas vieilli d'un poil. Le drame de cette famille de paysans pauvres qui a fui la misère du sud pour immigrer à Milan illustre toute l'histoire de l'Italie. Chaque personnage s'intégrera à sa façon dans la société milanaise, l'un deviendra ouvrier de l'automobile, l'autre délinquant minable, le troisième boxeur, seul moyen de s'en sortir. La fin nous montre que, selon la vision de Visconti de l'époque, alors proche du parti communiste, l'avenir est à la classe ouvrière qui se forme dans le développement industriel des trente glorieuses. Ce film, d'une incroyable dureté, avec ses scènes de viol et de meurtre quasiment insupportables, qui avaient été coupées lors de sa sortie, est servi par une photo superbe et une très belle bande son de Nino Rota. Un chef d'oeuvre inoubliable.
    keating
    keating

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 582 critiques

    4,0
    Publiée le 8 juillet 2008
    "Rocco et ses frères" avait sur le papier tout pour plaire : le Maître italien Luchino Visconti y dirige Alain Delon, Annie Girardot ou encore Claudia Cardinale, le tout sur une musique de Nino Rota ! Et pourtant je vous assure que le début fut des plus laborieux ! Difficile de s'intéresser à cette famille, aux différents caractères... la froideur de la mise en scène (ce qui n'était pas du tout une surprise pour moi) a bien failli me faire changer de chaine ! L'ambiance de film néo-réaliste n'est vraiment pas ma tasse de thé. Mais heureusement, au fur et à mesure que le film avançait il devenait de plus en plus prenant. Tout a été déclenché par une femme, qui vient briser l'unité entre frères. Alors le film prend son envol et laisse entrevoir sa grande qualité : un scénario d'exception. Tragédie familiale, digne des plus grandes tragédies théâtrales. Les relations et conflits entre personnages deviennet de plus en plus intenses. La mise en scène parvient alors à transcender l'intrigue, et met en évidence les performances exceptionelles des acteurs. Alain Delon était alors dans sa meilleure forme, reconnu mondialement. Renato Salvadori parvient lui aussi à aller chercher les émotions au plus profond de lui même. Annie Girardot m'a bluffée, moi qui ne la pensait capable que de jouer la comédie. Et puis arrive la fin et toutes les qualités du film atteignent leurs apogées. Le personnage de Rocco devient passionant à analyser : figure christique voulant pardonner avant tout, homme sacrifiant sa vie personelle pour l'unité familiale. Visconti démontre toute sa virtuosité dans cette fresque. Le film aurait à mon avis gagné à être plus court, mais il restera toujours aussi puissant. En matière de tragédie familiale, allons-y clairement, on a rien vu de mieux depuis la saga du Parrain !
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2448 abonnés Lire ses 5 732 critiques

    4,0
    Publiée le 27 septembre 2015
    Bien qu'ayant vu peu de Visconti il me semble que ce réalisateur offre une mise en scène plus belle dans ses films historiques mais revenant sur Rocco et ses frères film noir montrant une certaine réalité à travers le parcours plus ou moins réussi de Rocco et ses frères. Un film long dans sa durée mais n'étant jamais ennuyeux, c'est sobre et lyrique à la fois, l'histoire est simple et profonde à la fois quant à l'interprétation du film elle est superbe (en particuliers Delon et Girardot). Pas le genre de film que je regarderais plusieurs fois mais ce beau film mérite d'être vu au moins une fois dans la vie d'un amoureux du 7ème Art.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top