Mon compte
    L'Oiseau au plumage de cristal
    note moyenne
    3,8
    408 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur L'Oiseau au plumage de cristal ?

    68 critiques spectateurs

    5
    11 critiques
    4
    29 critiques
    3
    23 critiques
    2
    3 critiques
    1
    1 critique
    0
    1 critique
    L'homme le plus classe du monde
    L'homme le plus classe du monde

    Suivre son activité 260 abonnés Lire ses 450 critiques

    4,0
    Publiée le 1 juin 2013
    Argento signe ici un très bon thriller à l'italienne. Entre les décors à la fois froids et étrange, la musique psyché de Morricone, et des scènes de meurtres très graphiques, on reconnait déjà le style du réalisateur qui donnera ses lettres de noblesses au giallo. Plus classique que Suspira, "l'oiseau au plumage de cristal" n'en est pas moins passionnant.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 1 340 abonnés Lire ses 4 critiques

    4,5
    Publiée le 21 janvier 2016
    Dario Argento a commencé à se faire connaître avec sa trilogie animalière, et il faut avouer que L’Oiseau au plumage de cristal est un de ses très bons films.
    Il doit beaucoup à son scénario, et principalement à son excellente narration. Le film avance vite, il n’y a aucun temps mort, aucune scène n’est en trop, et la construction saccadée séduit étonnement bien. En effet le métrage n’est pas vraiment fluide, et pourtant cela ne gêne en rien, c’est un véritable atout, qui supprime l’inutile, le bavard, et permet d’avoir un métrage épuré sur le fond. L’histoire aurait aussi pu être une banale série de meurtres, mais non, c’est beaucoup mieux construit que cela, avec de vrais rebondissements, de la variété, du suspens, et de beaux moments de tension. Personnellement j’ai tout à fait adhéré à l’intrigue, qui n’est toutefois pas la meilleure quand même de la trilogie animale d’Argento.
    Les acteurs surjouent un peu. C’est à la fois l’époque qui veut cela, et le cinéma d’Argento, et plus largement italien où la tendance était un peu au surjeu, et c’est ici surtout vrai de la copine du héros. Ce dernier est solidement campé par Tony Musante, vraiment très bon dans son rôle, c’est réellement une des excellentes surprises du métrage. Face à quelques seconds rôles trop cabotin, il remet les pendules à l’heure. Les personnages variés, excentriques, surprenants sont en tous les cas des points très positifs.
    Formellement le métrage bénéficie de la mise en scène virtuose de Dario Argento. Rien à redire, c’est sublime, digne des meilleurs de Palma. C’est recherché, c’est fouillé, c’est alambiqué pour notre plus grand plaisir. Tout est vraiment pensé et la mise en scène est magnifique, accompagné d’une photographie aux petits oignons, de décors toujours remarquables (les escaliers triangulaires…) et étonnants. On voit que chaque immeuble, chaque lieu a été choisi avec réflexion, ça n’a pas été laissé au hasard. Là-dessus il faut ajouter la bande son d’Ennio Morricone, qui aurait pu être un peu plus présente, ça n’aurait pas été de refus.
    Enfin, L’Oiseau au plumage de cristal est un métrage que je ne saurai que conseiller. C’est un des très bons Argento, visuellement très bien fichus, il pose vraiment un réalisateur plein d’intelligence et de maturité, doté d’un scénario brillant. Les petits bémols vont à quelques seconds rôles trop cabotin. 4.5
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 29 juillet 2018
    L’univers visuel est celui des années 70, donc moins clinquant que celui des années 80 et de Ténèbres par exemple. Du coup c’est un peu terne pour un giallo, même après restauration. Mais après une première partie un peu longue, on se laisse prendre par le plaisir de mise en scène qui caractérise le cinéma de Dario Argento (ou le peu que j’en connais), par les petites touches d’humour (volontaires et involontaires) qui apportent un 2d degré au film et lui donnent son charme. On retrouve la scène qui a inspiré le premier meurtre du Pulsions de De Palma et le thème des photographies et enregistrements qui ont aussi nourri son cinéma. Belle découverte.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 2 054 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 1 novembre 2017
    Premier film de Dario Argento, ce giallo livre déjà quelques caractéristiques du futur cinéma d'Argento. Alors certes dans des proportions parfois moindres au niveau de l'éclat des couleurs, de la musique lancinante et inquiétante omniprésente, mais tout de même, tout est là.

    Et donc ça se suit sans déplaisir, on a une histoire de tueur en série qui tue des jeunes femmes et d'un américain qui est témoin d'une tentative de meurtre. On le suit donc entrain d'enquêter plutôt que de laisser la police faire son travail.

    Alors malheureusement une grande partie de l'enquête est cousue de fil blanc, même si je dois dire que la toute fin reste assez surprenante, mais arrive un peu de nulle part étant donné que ce qui sert à nous révéler le pot aux roses Argento ne nous l'avait pas montré. Mais je suis bon joueur. Le film est moins angoissant que d'autres que j'ai pu voir de lui, peut-être car la musique y est moins forte, que l'atmosphère est moins oppressante, mais en pur film "policier" ça se tient assez pour tenir en haleine son spectateur pendant 1h30 sans qu'il ne décroche.

    Mais ce qui est fascinant c'est la mise en scène, on a un plan sur la fin où soudain la caméra s'élève dans les airs pour filmer le personnage en plongée, pui la ville et on a cette dérangeante impression, non seulement qu'on est observé, mais d'être une fourmi dans bocal et que quelque chose de plus grand nous dépasse et joue avec nous.

    Je crois cependant que ce que je préfère reste les meurtres et le soin méthodique qu'y accorde Argento. La lumière qui s'éteint, le personnage qui est dans le noir, le personnage qui se doute que quelque chose ne va pas, et puis il est bien vite trop tard. Et même lorsqu'il n'y a pas cette gradation morbide pour jouer avec la victime, comme lors du premier "meurtre" qui ouvre presque le film dont le héros est témoin, Argento joue avec le macabre, cette main tendue vers la caméra rappelle celle du personnage assassinée dans le film en 3D le crime était presque parfait. Et on la voit, cette victime, impuissant, se tortiller, gigoter de douleur, alors que le héros est comme nous spectateur séparé du crime par une vitre qui empêche de la sauver.

    Il y a une dimension ludique à tout ça qui est réjouissante et qui fait un bon film, même si comme dit ça n'est pas son meilleur film car ce qui peut est prévu est très prévisible et ce qui ne l'est pas, tombe réellement du ciel. Il reste que ça annonce déjà un peu Profondo Rosso, avec un personnage qui croit voir quelque chose qu'il ne voit pas réellement, ou qu'il voit mal...
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 845 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 26 décembre 2013
    Premier film du réalisateur Dario Argento (alors âgé de 27 ans) et déjà une référence incontournable du giallo, ces thrillers sanglants initiés au cinéma par Mario Bava, L’oiseau au plumage de cristal en a en fait lancé la mode en Italie puisque sa mise en scène sordide -essentiellement lors de ses scènes de meurtres filmés en gros plans- est rapidement devenue une caractéristique majeure de ce genre qui s’est développé dans les années 70. C’est aussi ses images de tueur dont on ne voit que les gants en cuir qui sont devenues indissociables des réalisations suivantes d’Argento, à commencer par les deux autres opus de ce qui sera appelé la trilogie animale (Le chat à neuf queues et de Quatre mouches de velours gris). Avec son enquête réaliste et pleine de rebondissements sur cette série de crimes mystérieux, le scénario est surement l’un des mieux écrits de la filmographie de l’auteur et, par là même, un des plus passionnants.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2 849 abonnés Lire ses 5 critiques

    3,5
    Publiée le 21 janvier 2015
    L'Oiseau au plumage de cristal est un giallo marquant dans son genre apportant beaucoup d'éléments qui feront la marque de fabrique d'un giallo, j'aime beaucoup ses thrillers italiens bien que souvent imparfaits m'ont rarement déçu, j'adore le suspense et avec L'Oiseau au plumage de cristal on est servi. L'histoire est bien ficelée malgré de nombreuses incohérences mais Argento signe ici un de ses meilleurs films avec une scène de meurtre particulièrement marquante. La musique de Morricone accompagne parfaitement l'ambiance du film. L'interprétation par contre comme souvent chez Argento n'est pas ce qui ce fait de meilleur mais pour peu que l'on aime ce type de cinéma on se laisse facilement emporter par L'Oiseau au plumage de cristal. Je vais peut-être choquer ou surprendre mais pour moi ce genre de thriller est bien meilleur qu'un Seven.
    pietro bucca
    pietro bucca

    Suivre son activité 28 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 16 janvier 2012
    Un tout bon Dario....Le bon "Giallo" par excelence....Scenario tres bien ficelé....On cherche,on s'interroge sur l'indice qu'on aurait laisser passer sans le voir....Du grand art....A voir.
    babar3
    babar3

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 532 critiques

    5,0
    Publiée le 5 octobre 2011
    Tres bon film de suspense, bien écrit, bien réaliser et bien interprété. Morricone réalise une musique envoutante.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1 956 abonnés Lire ses 4 critiques

    2,5
    Publiée le 30 juin 2012
    "L'oiseau au plumage de cristal"(1970)marqua l'apparition fulgurante de Dario Argento sur la scène du gallo,cette sorte de thriller italien baroque qui emprunte énormément à Hitchcock.On pense aussi au De Palma première période,même si ce film le précéda.A ma grande surprise,ce film est l'un des plus sobres de son auteur:très peu de meurtres sanglants,une tendance à rester dans un certain réalisme,et une enquête rondement menée par un journaliste qui s'improvise détective. Malgré cela,Argento impose sa patte unique,avec une mise en scène faite de plans subjectifs,de gros plans,d'arrêts sur image.Les homicides en eux-mêmes utilisent habilement le hors-champ.C'est aussi qu'on découvre le fétichisme du tueur en série,entre ses gants de cuir,son imperméable cire et ses couteaux soigneusement sélectionnés pour chaque victime.Evidemment,l'interprétation laisse à désirer,entre grandiloquence,incohérences et tentatives d'humour foireuses,mais on apprécie beaucoup la qualité esthétique de l'ensemble,ainsi que son final terrifiant en forme de pied de nez.L'Italie devient le berceau de la déviance flamboyante.
    Carne
    Carne

    Suivre son activité 55 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 21 février 2008
    Pour son premier film, Dario Argento faisait déjà preuve de tout l’immense talent qu’on lui connaît à travers un scénario fascinant présentant déjà toutes ses obsessions, une mise en scène remarquablement personnelle, une musique enivrante d’Ennio Morricone ainsi que quelques plans de caméra originaux d’une beauté totale.
    Dommage cependant que le final soit si peu surprenant et qu’il n’atteigne pas celui des Frissons De L’Angoisse par exemple mais pour un premier film, L’Oiseau Au Plumage De Cristal s’apparente sans mal à un coup de maître, mais aussi et surtout à la naissance d’un cinéaste légendaire.
    NomdeZeus
    NomdeZeus

    Suivre son activité 47 abonnés Lire sa critique

    3,5
    Publiée le 4 août 2013
    En 1970, le destin semblait sourire à Dario Argento. L’Oiseau Au Plumage De Cristal sortit en salle au moment même où un tueur en série terrorisait l’Italie, assurant au film un succès énorme. Sans cette coïncidence, la carrière de ce grand cinéaste n’aurait peut être pas décollé et nous serions passé à coté de quelques chef d’œuvres (et de pas mal de navets aussi…). Le film en lui-même est impressionnant de maitrise technique, surtout pour un coup d’essai. De la mise en scène baroque jusqu’à la superbe bande originale, tout est fait pour nous faire patauger dans une ambiance glauque. Nonobstant quelques incohérences scénaristiques, ce film reste pour moi un des sommets du giallo.
    Housecoat
    Housecoat

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 376 critiques

    3,5
    Publiée le 11 octobre 2017
    Premier film du cinéaste Italien Dario Argento et premier volet de sa "Trilogie Animale", L'Oiseau au plumage de cristal est aujourd'hui une référence du Giallo. Argento y pose immédiatement les bases de son cinéma: mise-en-scène lente, trompe-l’œil au sujet des indices, meurtres esthétisés, vue subjective et twist final. Argento déplace sa caméra avec fluidité pour rendre les décors presque vivants et même intrigants, on se perd avec l'enquête tant les indices peuvent indiquer une direction ou une autre. Le twist final très surprenant ne manque pas de nous piéger tant Argento a réussit à dissimuler et à cacher le sens de ce qu'on croyait voir. Mais cela reste sa première réalisation et il a des lacunes, comme les personnages réduits au minimum qui donnent l'impression que l'on regarde un épisode de série télé et l'enquête qui s'éternise inutilement. Reste un polar avec une esthétique soignée qui laisse déjà prévoir le cinéaste que Dario Argento allait devenir.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3 961 abonnés Lire ses 7 critiques

    3,0
    Publiée le 3 octobre 2010
    Sans doute l'un des meilleurs Argento. Le metteur en scène italien ne tombe quasiment jamais dans l'excès, mais nous offrant une atmosphère bien rendue, avec un scénario assez tortueux mais habile et finalement bien construit. Bref, on c'est avec un réel plaisir que l'on suit ce bon polar, doté de plusieurs bonnes idées et aux détails insolites souvent bien rendus. Dommage que l'interprétation manque de relief, même si Tony Musante tient son role honorablement. Plutot un bon film, donc.
    Sid Nitrik
    Sid Nitrik

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 416 critiques

    3,5
    Publiée le 17 avril 2014
    Premier volet de la « trilogie animalière », première trilogie lançant la carrière de Dario Argento, « L'oiseau au plumage de cristal » vient directement s'intégrer dans la plus pure tradition du giallo italien quelques années après les premières œuvres du pionnier Mario Bava. On y retrouve une ambiance glauque, des scènes sanglantes, des cadrages originaux (gros plans) et des musiques d'ambiance concoctées par l'inévitable Ennio Morricone. L'enquête que l'on suit est plutôt bien ficelée et le suspense est au rendez-vous. Une solide réalisation compense quelques anicroches scénaristiques et des personnages parfois inutilement farfelus (l'antiquaire maniéré, le peintre rustre qui bouffe des chats...). On ajoutera une très bonne prestation de Tony Musante (vu dans la série « OZ ») et on obtient un bon giallo qui ravira les connaisseurs du genre mais également les amateurs de thrillers plus « classiques ».
    Davidhem
    Davidhem

    Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 336 critiques

    5,0
    Publiée le 4 août 2007
    L'oiseau au plumage de cristal, premier film de Dario Argento et premier thriller horrifique constitue une des réussites majeures de sa future flamboyante filmographie et mérite d'être considérée comme l'une des références du genre. En effet, pour son premier essai à l'âge de trente ans, Dario Argento qui venait de co-signer avec Bernardo Bertolucci et Sergio Leone le scénario de il était une fois dans l'ouest réalise un film passionnant et maîtrisé de bout en bout dans lequel on prend plaisir à plonger sans vouloir en sortir. Le film relate l'histoire d'un écrivain témoin d'un meurtre et qui va aider la police à découvrir le mystérieux assassin. Le scénario est remarquablement bien ficelé, L'ambiance est angoissante, active et redoutablement efficace, les plans et les scènes s'enchaînent à un rythme effréné et obligent le spectateur à se concentrer sur l'écran à chaque instant car pas une seule seconde n'est inutile. Argento montre tous les éléments qu'utilise la police, on voit différents appareils servant à déterminer la taille de l'assassin grâce à des indices laissés sur le lieu du crime, à enregistrer les voix sur le téléphone, à permettre de distinguer plusieurs voix. Argento organise son film de façon très minutieuse et complète de telle sorte à ce qu'il ne figure aucun trou dans cette intrigue riche en pistes et en rebondissements. L'indice final est inattendu et on se rend compte dès ce final la passion d'Argento pour les animaux et celle de placer son personnage principal en situation délicate. Les acteurs inconnus pour la plupart jouent bien leur rôle dans cette histoire sombre et macabre. Un Argento majeur!
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top