Mon compte
    La Cité des enfants perdus
    Note moyenne
    3,8
    11897 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur La Cité des enfants perdus ?

    220 critiques spectateurs

    5
    74 critiques
    4
    67 critiques
    3
    28 critiques
    2
    31 critiques
    1
    8 critiques
    0
    12 critiques
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    Michael78420
    Michael78420

    44 abonnés 1 328 critiques Suivre son activité

    1,0
    Publiée le 17 mai 2024
    On se croirait dans un film de Tim Burton... mais en plus étrange. Je ne pensais pas que c'était possible ! Sauf que, autant j'apprécie les films du metteur en scène américain, autant là j'ai passé un mauvais moment. Les effets spéciaux sont remarquables mais la noirceur du propos (qui peut avoir l'idée de voler des rêves d'enfants ?!), les enfants qui pleurent, les personnages malaisants, l'image sombre, m'ont dérangé du début à la fin. J'ai même eu de la peine à comprendre certaines répliques, par défaut d'articulation des acteurs. Et ce gamin qui rote face caméra, quel est le message ?! Un point la réalisation et l'originalité, mais je n'aurai jamais envie de le revoir. À réserver à un public d'amateurs du genre.
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    612 abonnés 2 801 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 22 mars 2024
    La poésie brocanteuse de La Cité des enfants perdus, qui cultive la bizarrerie d’un lieu, la déformation des angles, l’hétéroclite des objets, le décalage des costumes – en particulier le phénomène de foire habillé d’un pull en laine qui se défait tel le fil d’Ariane dans un labyrinthe industriel – ne laisse pas assez d’espace au spectateur pour y projeter sa propre sensibilité. Un effet de saturation esthétique croît à mesure que s’enchaînent les péripéties, et cela nuit à son immersion : il ressemble ainsi à l’antagoniste qui vole les rêves des autres par incapacité à rêver lui-même. Dit autrement, l’imaginaire de Jeunet et Caro n’ouvre pas assez de zones de flottement qui seraient autant de prises pour le public, et dans lesquelles engouffrer ses désirs, ses peurs et ses espoirs ; il diffèrent en cela de Querelle (Rainer Werner Fassbinder, 1982), drame portuaire qui se saisissait de l’attente comme d’un temps d’exploration identitaire à mi-chemin entre rêve et réalité. Le film souffre de longueurs, réhaussé par les premières et dernières vingt minutes remarquablement mises en scène, qui trouvent un dynamisme adéquat et une confusion des tonalités des plus singulières. Quelques scènes restent en mémoire, à l’instar d’un chant de Noël déclamé par un Père Noël psychopathe à une horde de bambins terrifiés. Une curiosité absurde qui vaut davantage pour le superbe livre de plans composé que pour la capacité des images à signifier et à assurer la marche du récit. Sans oublier la très belle partition musicale d’Angela Badalamenti.
    inspecteur morvandieu
    inspecteur morvandieu

    18 abonnés 1 815 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 18 mars 2024
    "La cité des enfants perdus" est une sorte de conte cauchemardesque (par opposition au conte merveilleux), non pas qu'il soit effrayant ou macabre, mais dans le sens où des enfants sont menacés -par des adultes aux mines patibulaires- dans un univers baroque, glauque et poisseux, un univers dépourvu de tendresse.
    Le méchant est ici un créateur de clones et un kidnappeur d'enfants à qui il veut voler leurs songes. Pour autant, cette idée poétique n'est pas précisément développée et ne donne pas le ton du film, lequel séduit surtout par son formalisme fantastique et insolite fait de décors et de lumières complètement artificiels.
    Le théatre de l'action est un port plein de recoins et de caches, dont le sous-sol abrite une cité marine futuriste (pour l'époque d'un Jules Verne) qui n'est pas sans rappeler le décor des aventures du capitaine Nemo. La réalisation -technique, artistique- est absolument remarquable, qui confère à l'histoire son étrangeté et sa personnalité. Très visuel, le film associe à l'extravagance des personnages celle des lieux et des objets.
    En revanche, l'action menée par les différents protagonistes s'en trouve affectée à mon sens. L'image et la photographie, les partis-pris artistiques, pour séduisants qu'ils sont, ne sauraient remplacer une idée directrice, que j'ai vainement cherchée ici. A cause de quoi, je n'ai pas réussi à m'immerger complètement dans le monde et l'esthétique singuliers de Caro et Jeunet.
    CH1218
    CH1218

    170 abonnés 2 800 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 30 septembre 2023
    On en prend plein les yeux, une vraie claque visuelle. Les décors, les costumes la photographie et les effets spéciaux servent admirablement ce conte fantasmagorique. J’affirme d’ailleurs avoir davantage apprécié « La Cité des Enfants Perdus » pour sa technicité que pour son scénario, bien que celui-ci soit original et empreint d’une certaine poésie. Outre son esthétisme, le son et la musique ont également une place de choix dans ce film signé Caro et Jeunet. Et puis Dominique Pinon en multiples exemplaires, ça l'fait bien...
    Vador Mir
    Vador Mir

    236 abonnés 723 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 15 août 2023
    Un véritable chef d'œuvre visuel. La musique d'Angelo Badalamenti, lumière, acting.. c'est le meillleur film de Caro et Jeunet. De la poésie.
    SB88
    SB88

    16 abonnés 1 065 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 10 août 2023
    Il y a beaucoup d'idées, une qualité d'image irréprochable et travaillée mais je n'ai pas accroché à cet univers et à la façon dont est exploité le sujet. Peut-être le revoir un jour mais c'est trop trituré et torturé pour moi
    3/5
    Philippe C
    Philippe C

    84 abonnés 1 028 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 7 août 2023
    Le film vaut surtout par son ambiance fantastique et steampunk originale aux décors et à la mise en scène soignée. Je n'ai cependant pas trouvé la narration lumineuse, la nature des relations entre les différents sous-groupes tardant à être explicitée. Les voix de certains personnages (le géant, Miette, le savant sans rêve) étant exagérément déformées ou hachées rendent certains dialogues incompréhensibles.
    C'est un peu dommage car le film regorge de trouvailles, de poésie, de peur
    Chaîne 42
    Chaîne 42

    109 abonnés 2 935 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 5 août 2023
    Film intéressant, ce qu'il a contre lui est que c'est davantage un film d'horreur au moins dans les apparences qu'un film de S.F. Tout y est glauque et les dialogues sont souvent peu compréhensibles, l'idée est sans doute que l'on préserve l'essentiel et pour cela il y a une vrai esthétique au milieu de beaucoup d'imaginaire mais l'ensemble des idées et presque tous les personnages tournent autour d'un morbide démonstratif.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    972 abonnés 4 905 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 5 août 2023
    Le film est un décor avant tout. Visuellement très réussi.
    Après c'est au niveau des personnages que ça se gâte.
    Une sorte de défilé de personnages laids à la Fellini qui rend pénible toute cette histoire. Rajoutez en plus les gros plans et les mimiques de certains franchement grotesques , cela rend l'ensemble assez indigeste. Bref le côté poétique est effacé
    Fabien Sorrant
    Fabien Sorrant

    25 abonnés 1 035 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 5 août 2023
    Un très bon film fantastique de Jean-Pierre Jeunet avec Dominique Pinon , Ron Perlman avec beaucoup de fantaisie.
    OpenMind
    OpenMind

    1 abonné 33 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 8 juin 2023
    N'étant pas sorti indem de l'univers de Jean-Pierre Jeunet dans Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, j'ai souhaité me plonger à nouveau dans l'une de ses histoires.

    Réalisé également par Marc Caro, La Cité des Enfants Perdus nous engage dans un style steampunk bien original et on ne peut plus créatif. Les plans décalés, les couleurs, les personnages sont à l'image de l'ambiance générale. De même pour l'intrigue, qui démarre dans une magnifique et poignante scène dans laquelle Krank doit simplement récolter l'une de ses larmes.

    Néanmoins, le film peut paraitre par moment un peu lourd, au vus du nombres d'informations et d'éléments à suivre...

    L'aventure est parfois à mon gout un peu brouillon, mais est contre balancé par l'énorme créativité de ses deux réalisateurs.
    Shawn777
    Shawn777

    498 abonnés 3 371 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 17 mai 2023
    Après "Delicatessen", Jean-Pierre Jeunet fait une nouvelle fois équipe avec Marc Caro en 1995 pour ce projet tout aussi particulier que le précédent ! Particulier dans le sens où la vision artistique des deux réalisateurs est une nouvelle fois très marquée ! Nous sommes en effet plongé dans un univers dystopique, verdâtre à l'ambiance froide et urbaine et au style steampunk dans lequel des enfants se font enlever par un vieux fou qui veut voler leur rêve. Et une petite fille et un gros dur vont s’allier pour sauver le petit frère de ce dernier. Bon déjà, comme dans le précédent film des deux réalisateurs, il est assez difficile de rentrer dans l'univers tant ce dernier est particulier. De plus, nous avons de très nombreux personnages et on a l'impression que l'histoire part dans tous les sens, notamment afin d'exploiter au maximum cet univers. Ça démarre donc sur les chapeaux de roue mais le film a ensuite, bien malheureusement, un ventre mou qui lasse le spectateur. Ça devient en effet tout d'un coup assez lent, ça manque de rythme et puis surtout, rien n'est jamais très clair ! En effet, le film est un espèce de fouillis de situations loufoques et glauques, de personnages farfelus et étranges, c'est bourré d'idées mais ce sont des idées qui semblent ne jamais être clairement organisées. Et c'est bien dommage car, encore une fois, le film est esthétiquement magnifique ! Et c'est d'ailleurs ce qui le sauve. En effet, la seule raison pour laquelle je n'ai pas sombré dans le sommeil au bout d'un heure de film est pour ses magnifiques décors, ses très beaux costumes et puis surtout cette mise en scène ultra-perchée (notamment tous ces grand angles dérangeants) qui correspond tout à fait à l'ambiance et à l'univers. En fait, pour résumer très grossièrement l'esthétique du film, c'est un peu comme si "Waterworld" rencontrait "Dark City", le tout avec le filtre Jeunet/Caro par-dessus. "La Cité des enfants perdus" vaut donc absolument le coup d’œil, encore une fois, pour ses décors, son ambiance etc. mais propose un scénario trop fouillis pour en être vraiment captivant.
    Y Leca
    Y Leca

    22 abonnés 928 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 2 novembre 2022
    6 ans avant Amelie Poulain mais déjà sa photographie (rouge, vert, jaune) et une collection de tronches pas possibles dans un conte pour adultes...Original mais aussi lassant avec son overdose de vert et de gros plans sur visages grimaçants. Trop d'originalité nuit.
    LE PASSIONNÉ
    LE PASSIONNÉ

    10 abonnés 173 critiques Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 4 août 2023
    Comment peux on qualifier ce film complètement débile de chef d'oeuvre En lui attribuant toutes les qualités ou possible.? C'est une torture, un ennui abyssal à se tordre les entrailles.
    kingbee49
    kingbee49

    31 abonnés 591 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 5 août 2022
    "La cité des enfants perdus" est un énorme magasin de jouets ou Caro et Jeunet s'en donne à coeur joie pendant presque deux heures. Bénéficiant de plus de moyens que sur Delicatessen, ils concoctent une sorte de délire baroque ou ils malaxent idéalement Jules Verne, les contes pour enfants et leur propres folies visuelles. Même si au bout de 20 minutes, on fini par oublier complétement le scénario, on sait qu'on est dans un truc immersif, avec une idée par plan, de l'humour noir, un défilé de gueules pas possibles... Et rien que le taf sur la lumière, les décors ou les effets spéciaux force le respect. Et puis, ça et là, on se demande si certaines trouvailles n'ont pas inspirés les américains (la séquence des rêves avec l'appareillage sur la tête renvoyant à...Matrix). Donc voila, on peut pinailler sur le côté outrancier de certains moments ou l'aspect "autiste" du personnage de Ron Perlman, on voit bien qu'on est face à une des grandes réussites formelles du cinéma fantastique français, qui, sorti l'année des cent ans du cinéma, peut aussi se voir comme un hommage détourné à Méliès.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top