Mon AlloCiné
    Sight & Sound et les Cahiers du Cinéma ont publié leurs tops 10 de l’année 2012
    3 déc. 2012 à 15:30
    facebook Tweet

    La saison des tops commence : les deux vénérables revues de cinéma ont élu leurs dix films favoris de l’année écoulée. Côté français, la liste a été publiée la semaine dernière, et c’est "Holy Motors" qui décroche la timbale. Côté britannique, "The Master" (sortie en janvier 2013 chez nous) domine les débats. Une mise en regard pas inutile…

    Deux pays, deux agendas de sortie sensiblement différents, deux écoles et deux institutions, mais tout de même trois titres en commun : Holy Motors, Tabou et Cosmopolis, et deux n°1 qui récompensent au passage des performances d'acteurs exceptionnelles. Privilège rare, Abel Ferrara a pour sa part le bonheur d’apparaître deux fois... dans le classement des Cahiers du Cinéma (avec notamment Go Go Tales, film de 2007 sorti seulement cette année chez nous), tandis que nos malins amis britanniques réussissent à caser… onze titres dans leur top 10, à la faveur des ex-aequo. Ci-dessous les classements parus dans les deux magazines :


    Cahiers du Cinéma
    1. Holy Motors, de Leos Carax
    2. Cosmopolis, de David Cronenberg
    3. Twixt, de Francis Ford Coppola
    4. 4h44 Dernier jour sur terre, d'Abel Ferrara
    4. In Another Country, de Hong Sang-soo
    4. Take Shelter, de Jeff Nichols
    7. Go Go Tales, d'Abel Ferrara
    8. Tabou, de Miguel Gomes
    8. Faust, d'Alexandr Sokurov
    10. Keep the Lights On, d'Ira Sachs

    Sight & Sound
    1. The Master, de Paul Thomas Anderson
    2. Tabou, de Miguel Gomes
    3. Amour, de Michael Haneke
    4. Holy Motors, de Leos Carax
    5. Les Bêtes du sud sauvage, de Benh Zeitlin
    = Berberian Sound Studio, de Peter Strickland
    7. Moonrise Kingdom, de Wes Anderson
    8. Au-delà des collines, de Cristian Mungiu
    = Cosmopolis, de David Cronenberg
    = Il était une fois en Anatolie, de Nuri Bilge Ceylan
    = Ceci n’est pas un film, de Jafar Panahi et Mojtaba Mirtahmasb

     

     

    La bande-annonce de The Master (sortie en janvier prochain) :

     


    AG via The Playlist

    facebook Tweet
    Commentaires
    • Toto662
      @deadpool59 : Pitoyable ? Je suis certain que tu n'as même pas eu le courage de terminer une seule de leurs critiques... Qui sont, qu'on le veuille ou non, des modèles d'argumentation. Donc peut être que tu n'est pas d'accord avec leur choix, mais en aucun cas tu ne peux les mépriser ainsi. Un simple coup d'oeil sur ton profil suffit à le confirmer que jamais tu n'auras le regard critique ni la plume d'un Stéphane Delorme ou d'un Vincent Malausa. Par ailleurs, les films cités par les Cahiers sont de très beaux films. Plus encore : ENFIN des tentatives de sortir de l'après-postmodernité. Rien que pour ça, Twixt, Holy Motors, Tabou méritent tous les honneurs, en tant que films salutaires. Je ne parle même pas de Cosmopolis, un des grands de cette année, figuration ultime du capitalisme et de sa distance (représentée d'ailleurs comme une proximité "monstre") avec l'être et le corps humain. Au risque de me faire traiter de bobo, voici mon classement personnel, accompagné de courts commentaires : 1. Twixt,de F.F Coppola. Une évidence complète. Raconter un rêve avec désinvolture, puis se faire rattraper par l’interprétation de celui-ci, ça nous donne un film aux envies de cinéma fichtrement jeunes, transpercé d’une lamentation, celle d’un vieillard tracassé la perte inexorable de la beauté, et déchiré par la mort de son fils. 2. Holy Motors, de Leos Carax. Parce que l’art, c’est comme la vie : on le perpétue pour la beauté du geste. Avec une frénésie de renaissance comme on en voit trop peu. 3. Cosmopolis, de David Cronenberg. Un film d’une intensité époustouflante, évoquant la greffe absurde du capitalisme sur l’être humain. LA figuration ultime du capitalisme-monde. 4. Take Shelter, de Jeff Nichols. La confiance anachronique (on ne fait plus ça de nos jours…) que Nichols accorde à son personnage donne au film toute sa beauté et son anxiété (ainsi que sa dimension critique), jusqu’à un finale époustouflant. 5. Wrong, de Quentin Dupieux. L’importance de ce film est négligeable, mais la manière pleine d’humilité avec laquelle Dupieux remet en question certaines logiques (celles du quotidien) et confronte deux visions de la vie est remarquable. Et ça fait du bien, de temps en temps, de voir un cinéma fauché qui fait attention à sa photographie. 6. Cheval de Guerre, de Steven Spielberg/Tabou, de Miguel Gomes.Rejouer le cinéma classique avec une fougue bienvenue, rejouer le cinéma moderne au dépends d’une postmodernité envahissante, Spielberg et Gomes sont des joueurs, et c’est là que se situe l’importance de ces deux très beaux films. 8. Moonrise Kingdom, de Wes Anderson. Plutôt que de chambouler son petit monde bien organisé, Anderson le retranspose dans une île onirique, et filme alors une histoire d’amour entre deux enfants quelque peu névrosés. 9. Skyfall, de Sam Mendès. Oui, cela peut étonner. Néanmoins, la manière dont Mendès démolit le cinéma postmoderne en mettant les pieds droit dedans a quelque chose d’incroyablement réjouissant. Jouant à fond les manettes sur les symboles et codes de la mythologie Bond, il enchaine les visions anachroniques, les paradoxes temporels, les « sacrilèges » (l’hétérosexualité légendaire de James Bond en prend un coup…), jusqu’à arriver à une apothéose dans un lieu en dehors de tout temporalité. Étonnant. 10. Bellflower, d’Evan Goldell : peut être pas un « grand » (entendre « important pour le cinéma ») film, mais sans nul doute un vent de liberté esthétique assez rare. La photographie abrasive (qui se sature au fur et à mesure que le film avance) ainsi que le montage qui se laisse gagner progressivement par la folie suivent, calquent et filtrent les états d’âmes du héros. Un cinéaste très prometteur.
    • charlie-ford
      Ouais, il faut arreter avec ces qualificatifs "bobo" et "élitiste". J'ai lu plusieurs numéros des cahiers et ils savent aussi reconnaitre la qualité du cinéma populaire, à grand spectacle ou familial. Maintenant mon propre classement serait différent et surtout "Cosmopolis" et "Holy Motors" n'y figuraient pas. Mais bon, on a souvent tendance à traiter l'autre de bobo quand ces choix ne nous plaisent pas. DeadPool59, DavidAa ou Franco Santoro: si vous me citez votre classement 2012 ou la liste de vos films préférés, je suis certain que je pourrai trouver le moyen de vous accuser de boboïtude ou d'élitisme pour au minimum (peut-être plus même) un film cité. C'est toujours l'autre le bobo...
    • DeadPool59
      Au moins on en rigole de ces classements pitoyables! On sent le côté élitiste!
    • linkinbat
      J'ai vraiment hâte de voir "The Master" de P.T. Anderson... Hâte de revoir Joaquin Phoenix en forme après son bad trip de looser "I'm still here". Holy motors est bluffant et mérite le top du classement. Bref je trouve ce classement assez réaliste même si je n'ai pas tout vu. Par contre, quand on parle de film pour bobos, j'aimerai qu'on m'explique??? On parle de cinéma ici, vous savez, "le 7ème Art"??? J'aimerai bien voir les classements de ces gens qui critiquent: Spiderman, Avengers, Thor, Expendables 2,... Le seul film de Superhéro qui mérite une place dans ce classement ce serait The Dark Knight Rises!
    • Guillaume182
      J'aimerais bien voir le classement de tous ceux qui traitent les cahiers de bobo, ça pourrait être drôle. Bon je ne les défends pas et puis les cahiers sont devenus les spécialistes lorsqu'il s'agit de démonter un film. De plus, je trouve ces classements puériles et gamin. Je reconnais que ce classement est tout de même largement meilleur à ce que toutes les autres critique à Neuneu pourront publiés. Cinemateaser, premiere et surtout cinélive.
    • NOcountry-0211
      Holy motors, Amour, The Master, Les bêtes du sud sauvages, Moonrise Kingdom films bobos et chiants??????????? Tu les as vu au moins DavidAa???
    • critiqueattack
      J'ai parfois l'impression que la presse spécialisée, pour ce donner un genre, une sorte de crédibilité, se force à choisir des films , des films certes au sens profond, poussant le spectateur à devenir acteur, s'interroger, se remettre en question, etc...mais d'un ennui insupportable et d'une qualité tellement à chi**, qui pousserait le spectateur au suicide (pas tous les films de la liste, hein^^).
    • Visionnary
      "le classement des bobos ..." j'avais rarement entendu une phrase aussi idiote !! C'est juste du bon cinéma
    • Franco Santoro
      le film Amour a se tirer une balle dans la tête
    • Franco Santoro
      le calassement des bobos hahahahahaha
    • sunshine1
      PITOYABLE COMME CLASSEMENT .............
    • Ned Rifle
      Deux beaux tops !
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Une belle équipe Bande-annonce VF
    Cats Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    Bayala Teaser VF
    Lillian Bande-annonce VO
    Institut Benjamenta Bande-annonce VO
    Rendez-vous Chez Les Malawas Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Toutes les actus Ciné
    Dernières news cinéma
    Meilleurs films à l'affiche
    Hors Normes
    4,5
    De Eric Toledano, Olivier Nakache
    Avec Vincent Cassel, Reda Kateb, Hélène Vincent
    Bande-annonce
    Joker
    4,5
    De Todd Phillips
    Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz
    Bande-annonce
    Le Mans 66
    4,4
    De James Mangold
    Avec Matt Damon, Christian Bale, Caitriona Balfe
    Bande-annonce
    Donne-moi des ailes
    Donne-moi des ailes
    4,4
    De Nicolas Vanier
    Avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vazquez
    Bande-annonce
    Camille
    Camille
    4,3
    De Boris Lojkine
    Avec Nina Meurisse, Fiacre Bindala, Bruno Todeschini
    Bande-annonce
    Fahim
    Fahim
    4,3
    De Pierre-François Martin-Laval
    Avec Assad Ahmed, Gérard Depardieu, Isabelle Nanty
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top