Notez des films
Mon AlloCiné
    The Killer
    note moyenne
    3,8
    2211 notes dont 167 critiques
    répartition des 167 critiques par note
    71 critiques
    45 critiques
    19 critiques
    20 critiques
    6 critiques
    6 critiques
    Votre avis sur The Killer ?

    167 critiques spectateurs

    misternat974
    misternat974

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 10 mai 2020
    Première découverte du cinéma de Hong Kong, ce fut une belle claque. Le lyrisme à l'excès, les gunfights fous, l'amour platonique et les amitiés masculines fortes, tels sont les ingrédients d'un très bon film. J'ai passé un excellent moment; les scènes d'actions sont très bien chorégraphiées et surtout la chanson du film, Sally Yeh, est excellente. Je conseille aux cinéphages vierges du cinéma de Hong Kong, vous pourrez découvrir ce cinéma avec ce film. Personnellement quand j'ai vu le film, j'ai tout de suite senti quelques éléments que John Woo utilisera dans l'excellent film d'action américain "Volte / Face".
    Kotomo75
    Kotomo75

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 24 mars 2020
    Commençons tout d’abord par démystifier les origines de ce film. Effectivement, « The Killer » est bien inspiré d’un autre grand film Français (Et oui! ça existe!!) : Le SamouraÏ (1967) du grand Jean-Pierre Melville avec Alain Delon, François Périer et Cathie Rosier. Voilà, ça c’est fait! ^^! S’il y a bien une œuvre dans la filmographie à la carrière oscillante du réalisateur John Woo qu’il faudrait retenir des années 70 et 80 hormis : Le Syndicat du Crime 1 et 2 (1986 et 1987) et une balle dans la tête (1990), c’est bien « The Killer » ! Créateur du « Gun Fight », il marquera une génération complète de passionnés. spoiler: Jeff, un tueur à gage, blesse accidentellement lors d’une mission, une jeune chanteuse Jennie. Par sa faute, cette dernière se retrouvera aveugle. Pris de remords et en quête de rédemption, il va tout faire pour essayer de planifier une opération dans le but de soigner la cécité de Jennie… Mais ce sera sans compter sur les commanditaires et la police avec à sa tête, le très perspicace inspecteur Li (Promis, je ne ferai pas de jeux de mots) Véritable polar survolté Hongkongais de 1989, ce film propulsa la carrière de son réalisateur ainsi que de son acteur fétiche, Chow Yun-Fat vers le rang de star international. Fait notable, nous retrouvons tout de même le Maître Tsui Hark à la production ^^! (Il est partout le monsieur!) Chose que j’apprécie beaucoup dans le cinéma Asiatique en général, c’est l’absence souvent d’une vision manichéenne des personnages et des événements qu’on nous bassine à longueur de journée dans les œuvres de nos contrées occidentales. Il ne s’agit donc pas d’avoir des personnages ni tout blancs, ni tout noirs mais bien une question d’intérêts et de motivations. Un film violent, fascinant, onirique où la tension sera maintenu jusqu’à la scène finale en apothéose. Hong-Kong nous a quand même gratifié depuis de nombreuses années de très grands films, réalisateurs ainsi que de bons acteurs tels que Jackie Chan, Sammo Hung, Jet Li, Donnie Yen, Nicholas Tse, Leslie Cheung, Rosamund Kwan ou encore Tony Leung. Ce cinéma n’a donc rien à envier aux gros blockbusters Américains et continuera de nous faire rêver pour longtemps…
    Nicolas L.
    Nicolas L.

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 983 critiques

    3,5
    Publiée le 1 février 2019
    Grand classique du Gunfight, je n'avais jamais vu ce john Woo. L'action est ultra maîtrisée et les scènes de flingues sont soigneusement chorégraphiées. On peut tout de même reprocher au film une maladresse dans la façon de filmer les scènes dites romantiques (inutile d'ailleurs et surtout très mal foutu). Mais au vu de l'intrigue policière, des actions menées tambour battant et du charisme dingue de l'acteur ChowYun-Fat, on lui pardonne aisément ce bémol.
    raphaelK
    raphaelK

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 401 critiques

    4,5
    Publiée le 27 octobre 2017
    Que dire sur ce film, sinon qu'il s'agit DU chef d'oeuvre de John Woo, un John Woo au mieux de sa forme, le film est rythmé, les gunfights sont spectaculaires, ... Il n'est pas simplement qu'un film de gunfight, il dépasse largement cette trop petite catégorie pour lui. En effet, le scénario est un pur joyau, une vrai merveille, où s'entremêlent les thèmes chers à John Woo: code d'honneur, reconnaissance, amitié... Il est taillé sur mesure pour Chow Yun Fat, qui est magistral dans ce rôle de tueur. Bref, toute critique que je pourrai faire ne me satisfaire jamais. The Killer ne se critique pas, il se regarde et se vit ....
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 2 462 critiques

    4,0
    Publiée le 27 octobre 2017
    Sans doute l'un des meilleurs films d'action de tous les temps et une source d'inspiration pour de nombreux réalisateurs. En découvrant The Killer je me suis aperçu qu'il était en effet la référence du film d'action moderne, originalité en plus. Une violence omniprésente, des scènes d'action toujours plus impressionnantes et, John Woo oblige, une poésie très présente. Le tout porté par une superbe BO. Un grand film.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 416 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,5
    Publiée le 12 août 2017
    Suite au succès du Syndicat du crime, John Woo peut maintenant se lancer dans des projets personnels et qui lui tiennent à cœur, à commencer par The Killer en 1989 où il va s'attarder sur un tueur professionnel qui va se prendre d'affection pour une chanteuse qu'il a blessée. Le futur metteur en scène du génial Une Balle dans la Tête propose un mariage parfait entre action et émotion, faisant de The Killer un opéra sanglant et lyrique, où il aborde l'amour, l'amitié, les codes d'honneur ou encore la trahison sous le feu de gunfights et de sang qui coule. Il pose assez bien le contexte de l'oeuvre avant de peu à peu tisser de passionnants liens entre les protagonistes, que ce soit entre le tueur et la chanteuse, puis un flic qui va s'intéresser de près aux affaires de celui-ci. L'écriture est de qualité, assez solide, mais The Killer doit sa grande réussite à la mise en scène de John Woo, totalement jouissive et sachant à la fois créer une certaine dimension sensible et émouvante, tout en proposant une violence chorégraphique baignant dans du sang. L'équilibre est parfait entre les différents tons, créant aussi une bonne alchimie avec les thématiques abordées alors que l'oeuvre est aussi placée sous le signe d'une tragédie shakespearienne, où les possibles excès font finalement corps avec le récit, on prend son pied et c'est ça l'important. John Woo arrive aussi à nous faire ressentir l'odeur de mort planant sur les personnages et enjeux, le destin funeste que certains attendent alors que l'amour et l'amitié arrivent à se créer et à vivre au milieu de cet univers. Sa réalisation est brillante, la violence devient chorégraphique où sont mêlés d'immersifs ralentis à l'image de quelques gunfights parfois combinés à des éléments oniriques, comme en témoigne les colombes. Les comédiens sont parfaits et plusieurs séquences inoubliables, à l'image de Chow Yun-Fat éclaboussé de sang dans son costume immaculé, avec une musique et un ralenti adéquats. John Woo continue de s'émanciper dans le cinéma avec The Killer, synthèse parfaite entre violence, envolées lyriques, innovations techniques ou encore opéra sanglant, avec quelques grands moments de cinéma et une immersion totale dans l'univers impitoyable du crime organisée.
    Shephard69
    Shephard69

    Suivre son activité 112 abonnés Lire ses 1 966 critiques

    3,5
    Publiée le 7 février 2017
    Avec son thème central coutumier de la dualité entre le bien et le mal, son scénario aux enjeux dramatiques superbement complexes sous de faux airs simplistes et ses scènes d'action impeccablement chorégraphiées, démesurées, démentielles, probablement le film le plus significatif du style de John Woo. Un thriller, assez violent dans l'ensemble, rythmé et nerveux qui a certes pris un coup de vieux mais qui reste magistral et magnétique, Chow Yun-Fat et Danny Lee sont tous deux excellents. Une référence en la matière.
    Broyax
    Broyax

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 608 critiques

    4,0
    Publiée le 8 janvier 2017
    L'un des films les plus contrastés de John Woo, pour ne pas dire "bizarres". C'est un mélange de plusieurs influences mais un résultat unique au visionnage : on en ressort éberlué, amusé, estomaqué et sidéré. Rien que ça ! On a évidemment un Chow Yun Fat impérial (comme toujours), la définition même du charisme très habilement exploité par John Woo qui sait filmer sa star comme personne. Il en fait, ils en font tous les deux, un tueur gentil le charisme sur la main, qui ne tue que les méchants et sauve la veuve et l'orphelin ! Pour épauler Chow, l'excellent Danny Lee incarne le flic tenace aux basques du tueur, le charisme sur la main lui aussi et le baume au coeur. Et ne vous moquez pas de son costard à rayures verticales, il était clown avant. Mais revenons à notre killer qui joue de l'harmonica comme dans un vieux western de Sergio Leone, le poncho remplacé par le costard de chez machintruc (premier au défilé de mode, Alain Delon dans les cordes) avec dans les poses (car Monsieur Killeur est un poseur -avant chaque tempête) des airs de truand taciturne de l'ère Jean-Pierre Melville. On rajoute à ça des colombes et de la religiosité très chrétienne avec en toile de fond une quête de rédemption pour le tueur entraîné malgré lui dans un tourbillon de fureur et de violence... et comme toujours chez John Woo, l'amitié et l'honneur tiennent une place centrale : l'amitié indéfectible plus forte que tout, l'honneur du yakuza (ou plutôt de la triade...) intraitable, l'honneur du justicier. Ce n'est pas tout, il faut secouer tout cela avec du violon et de la guimauve pour exacerber des sentiments déjà exagérés, excessifs et sans nuance. Comme de coutume chez John Woo encore une fois, c'est de l'archi-classique... qui peut étonner de prime abord. D'ailleurs on en rigole encore avec le temps. Enfin, last but not least, afin d'ajouter une crédibilité ou une sorte de réalisme brutal à ces atermoiements, on plonge nos héros dans l'ultra-violence. Sanglant, The Killer aligne les macabés avec une régularité de métronome furieux comme dans un jeu vidéo salement déjanté. Chow vide un chargeur sur chaque vilain et défouraille à toute berzingue, une violence complètement dingue servie par une réalisation réglée au millimètre qui alterne ralentis, plans soigneusement choisis et montage méticuleux. Excessif dans tous les compartiments, y compris celui de la confondante naïveté (jusqu'à la fin qui confine au ridicule !), The Killer n'en reste pas moins hypnotique de par son élégance naturelle et sa classe stupéfiante. Et en plus, il n'a pas pris une ride.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 764 abonnés Lire ses 4 025 critiques

    3,5
    Publiée le 10 novembre 2016
    The Killer est souvent considéré comme un des meilleurs John Woo, en tout cas un de ceux qui l’on fait connaître en Occident. Pas faux, d’une certaine façon c’est mérité, d’un autre côté, ce film possède aussi pas mal de tocs du réalisateur, assez énervant. Le casting est inégal d’abord. Si Chow Yun-Fat est ici difficilement critiquable, face à un Danny Lee un peu plus cabotin mais solide lui aussi, en revanche Sally Yeh et quelques seconds rôles surjouent de façon assez agaçante. C’est décidément récurrent du cinéma asiatique, mais toutes les scènes ou l’actrice doit se montrer expressive elle en fait des méga-tonnes, et en plus c’est dommage c’est souvent des moments importants pour le film. Heureusement, Yun-Fat est rigoureux, et beaucoup plus sobre, et si son personnage n’est pas toujours d’une écriture très claire, c’est un héros intéressant qui ne manque pas d’un relief certain. Le scénario part d’une idée intelligente, qui permet non seulement de donner de l’épaisseur au héros, mais aussi de nourrir une quête qui traverse tout le métrage et donne un fil conducteur à un métrage qui en a réellement besoin ! En effet, si l’on enlève le fil conducteur, on se retrouve, comme souvent chez John Woo, face à une succession de morceaux de bravoure, certes, mais dont le déroulé similaire et l’imbrication chaotique déçoivent un peu. Bon, rien de terrible ici, mais c’est vrai que Woo a toujours tendance à sortir de ses scènes par des fusillades, et au fond c’est un peu redondant même si c’est bien fait, et cela donne une narration, un récit saccadé. Néanmoins le rythme est là, l’action, le sérieux, c’est du bon film d’action plus intelligent dès que l’on gratte la surface. Visuellement John Woo maitrise ses scènes d’action, c’est un fait, avec des effets de style précis (mais pas abusifs), des moments de bravoure certains, et The Killer est aussi séduisant par son ambiance qui frôle l’onirisme. La photographie est élégante, les décors bien choisis, et la bande son est réellement un atout charme de ce film qui distille, quand on cherche un peu, une mélancolie délicate. Néanmoins, je dois reconnaitre que le manque de variété dans l’action est un petit souci de The Killer. Beaucoup de fusillades certes, mais en alternance avec des effets pyrotechniques, des courses poursuites, des combats au corps à corps, le métrage aurait gagné en diversité et aurait sûrement un peu moins paru redondant. Franchement, si vous aimez le cinéma d’action, The Killer reste une valeur sûre, et je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, surtout que l’hommage que Woo disait vouloir rendre à Melville ou Scorsese est clairement perceptible dans le soin formel et l’ambiance. Mais il y a des ratés que j’ai eu l’occasion de souligner, et du coup The Killer n’est pas au summum du genre.
    cocolapinfr
    cocolapinfr

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 632 critiques

    3,5
    Publiée le 4 septembre 2015
    Mélange action humour émotion, avec quand même pas mal de grotesque. The Killer est un film ou les gunfights ridicules s'enchainent a 1 contre 50 avec des feux d'artifices et des acteurs qui font des saltos apres avoir pris une balle dans la tete. Mais The Killer marque cependant grâce à son style unique et sa musique poignante. Attention, les voix francaises sont immondes, a voir en VO.
    LeCinephileduGrenier
    LeCinephileduGrenier

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 48 critiques

    2,5
    Publiée le 27 juillet 2015
    Le film est surcôté, il mêle irréalisme et surplus de scènes ralenties et d'actions. Dommage, car le style est présent, mais il est malheureusement sous-exploité. Seul la fin est honorable, et la réalisation artistique aussi, le reste c est du carton
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 7 août 2015
    Avec The Killer, John Woo rend hommage très fortement au Samouraï de Melville (le personnage principal dont le nom occidental est Jeff, son ami qui porte un pardessus au début, la chanteuse et pianiste...) mais ce film est loin d'être un vulgaire copier-coller, on retrouve les éléments qui font la touche Woo : de l'action excessive mais jouissive et suffisamment bien dosée pour ne pas être énervante, des références bibliques, et c'est très bon. En plus de ça on a une dose de poésie, des acteurs excellents, des personnages bien écrits et assez attachants, une belle musique, une fin incroyable... Du tout bon, un film d'action électrique mais profond.
    François G.
    François G.

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 388 critiques

    5,0
    Publiée le 9 juillet 2015
    Une œuvre stylisée et magnifiquement mise en scène par John Woo. Grâce à sa réalisation sublime et sa très belle musique, il fait bien plus que de réaliser une succession de fusillades et courses-poursuites. Il réalise un chef d'œuvre absolu du cinéma d'action porté par des acteurs extrêmement convaincants. Chow Yun-Fat ("Pirates des Caraïbes 3"), incarne cet antihéros avec une profonde aisance et nous livre sa meilleure performance. Il en est de même pour Danny Lee. Le scénario est certes peu original mais aborde des thèmes puissants et nous livre des scènes emblématiques, cultes et tragiques. La grande violence, présente tout le long du déroulement, est brutale, sanglante et efficace. Emouvant, profond et ultra-jouissif, "The Killer" est un grand film !
    Kloden
    Kloden

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 997 critiques

    2,5
    Publiée le 11 mai 2015
    Globalement déçu par The Killer, mon premier John Woo période hong-kongaise. Jusque là, je n'avais vu du réalisateur spécialiste de l'action à haute dose - en plus des Trois Royaumes, projet quelque peu à part car moins personnel, voulant mettre en valeur un héritage historico-culturel - que quelques uns de ses projets hollywoodiens (Windtalkers et Mission : Impossible II) qu'on décrit souvent comme des décalques désincarnés de ce qu'il avait su créer dans les années 1980-1990. Pourtant, je trouve que The Killer peine à venir chercher l'âme dont j'avais pu constater qu'elle manque également aux projets américains de Woo. C'est dommage, parce que son ouverture, iconique à souhait, posait en quelques minutes un univers qui avait tout pour imposer immédiatement une aura mythique et un regard clairement identifiable. Pourtant, Woo perd petit à petit l'équilibre qui donnait cet embryon d'emprise à son récit, en noyant sa poésie et sa dramaturgie dans un too much autant visuel que narratif. L'irréalisme des scènes d'action, sur le papier, est par exemple très intéressant, puisqu'il amène une emphase qui aurait pu s'avérer inspirante si on l'avait sentie portée par une assise lyrique et dramatique convaincante. Mais sur ces deux aspects, The Killer échoue. La poésie n'est qu'intermittente, pauvre et trop clichée (les colombes, les bougies...). Pour ce qui est de la force du récit, elle aussi est amenuisée par un certaine tendance au bordélisme et à la simplification, qui vire presque à la mièvrerie par instants. Résultat, ces chorégraphies s'approchent dangereusement de l'exubérance, s'éloignant de la beauté dans le même mouvement. C'est dommage, quand on constate la classe infinie de certains mouvements de caméra et la présence de Chow Yun-Fat. Tout est affaire de dosage, et The Killer me parait trop grossier pour atteindre sa cible avec précision. De beaux moments, noyés dans un ensemble trop mal maîtrisé.
    Avetik
    Avetik

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 37 critiques

    5,0
    Publiée le 24 mars 2015
    Bordel j'ai adoré ce film,quel chef-d’œuvre titanesque ! L'un des meilleurs films d'actions que j'ai vu,ce film est même mieux que "à toute épreuve" qui est déjà excellent.Le meilleur film de Woo,les scènes d'actions sont gigantesques,les personnages charismatiques et l'histoire passionnante. Même si ca peut paraitre nanardesque à quelques moments,le film est tellement émouvant et bien réalisé qu'on oublie vite cela et puis le film a quand meme 25 ans et quand on voit les scenes d'actions de fou que Woo nous livre on s'en fout un peu des petits détails. En somme un énorme film d'action remplie d'émotions, avec des excellents acteurs, un très bon scénario et une magnifique B.O ! Ça c'est ce que j'appelle un vrai film d'action 5/5
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top