Mon AlloCiné
    Coldwater
    note moyenne
    4,0
    1411 notes dont 136 critiques
    10% (14 critiques)
    38% (51 critiques)
    33% (45 critiques)
    15% (20 critiques)
    4% (6 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Coldwater ?

    136 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2348 abonnés Lire ses 637 critiques

    4,0
    "Coldwater" a le grand mérite d'être un film qui aborde un sujet méconnu, celui de l'existence de ces camps de redressement privés aux États Unis dans lesquels tout parent peut envoyer son enfant ! À voir les méthodes inqualifiables utilisées, on se pose assurément quelques questions sur le résultat obtenu et sur les conditions horribles qui broient littéralement ces adolescents... Mais au delà de cet aspect déjà fortement intéressant, c'est l'alliance de la construction du film et du jeu des acteurs qui en font sa réussite ! En effet, le jeune comédien P.J. Boudousqué est d'une présence terrible. Avec un seul regard, un seul pli de la bouche ou un moindre petit mouvement du visage, il transmet un tas de sentiments et d'émotion ! Peu de paroles certes, mais tout passe par ses expressions et certains le comparent déjà ou y voient même un deuxième Ryan Gosling, auquel on pense il est vrai, inévitablement ! Pour ce qui est du fonctionnement du film, ça marche très bien avec un passage présent/passé d'une grande utilité et fluidité et un lot de rebondissements très pertinents qui nous tiennent vraiment en haleine tout au long de sa durée en préservant ainsi une intrigue très efficace ! La progression observée dans l'attitude de Brad est très révélatrice de son personnage vengeur et rageur, mais aussi tout en calcul et réflexion, avec ce self-contrôle de lui même fascinant... Et ceci jusqu'à la fin étonnante et déconcertante ! Les seconds rôles sont pour beaucoup excellents et intenses, dans des situations souvent d'une violence aussi bien physique que mentale ! La cruauté à l'état pur au point de se dire comme le remarque un détenu martyrisé, que la prison en est même préférable ! Dans la même veine que d'autres réalisations "coups de poing" sur le thème de l'enfermement de l'homme avec toutes les répercutions possibles et inévitables, ce dernier opus est indéniablement très riche d'enseignement et d'une grande qualité. On en sort assez remué et inquiet au sujet de l'horreur et des dérapages sans nom que peut commettre l'homme sur l'homme ! "Coldwater" en est le reflet, un endroit effrayant au nom prédestiné ! Ce film de Vincent Grashaw vaut absolument qu'on s'y intéresse et pour de multiples raisons !
    Kiwi98
    Kiwi98

    Suivre son activité 197 abonnés Lire ses 91 critiques

    4,5
    Enfer pour mineur... une phrase qui en dit long sur ce que résume Coldwater, premier film de l'américain Vincent Grashaw âgé de seulement 33 ans. Il ne faut pas dire que le film exploite un sujet particulièrement original vu que la comparaison avec Dog Pound est quasiment impossible et pourtant ... Film indépendant déjà en boite depuis quelques années Coldwater retrace le parcours de Brad, jeune dealer sans vrai avenir envoyé dans une maison de redressement faisant penser à l'introduction de Full Metal Jacket, au programme surveillants psychopathes, enfants semi psychopathe et violence, trois facteurs qui vont changer la vie de notre protagoniste. Mais au final on pouvait craindre une sorte de déjà vu car il faut avouer que l'ont ne peut pas faire plusieurs histoires avec cette thématique sauf si l'ont recherche le grotesque évidement. Un récit donc classique mais qui va développer des intrigues assez originales. Commençant de manière intimiste on remarque immédiatement P.J Boudousqué, le fils caché de Ryan Gosling et que dire... l'acteur à la prestation remarquable électrise l'écran dès qu'il apparaît et dans n'importe quel contexte. Coldwater est avant tout une révélation, la révélation d'un très grand acteur, d'un immense acteur à la performance rageuse et qui réussi à devenir repousant malgré sa gueule d'ange attachante et pourtant le paris n'était pas gagné avec un personnage aussi complexe et aussi sobre que celui de Ryan Gosling dans Drive emporté par ses excès de violence mais il reste à savoir si cette inspiration est volontaire ou hasardeuse. Coldwater est aussi un film très personnel pour Vincent Grashaw qui a commencé son écriture à l'age de 15 ans et pour un premier film il n'y a rien à redire, à la limite on se demande si on ne regarde pas un film de Nicolas Winding Refn. Perfectionniste à souhait Vincent Grashaw est déjà plus que prometteur, sa mise en scène d'un réalisme et d'une splendeur presque inégale met en valeur le message du film sur la violence et la colère presque époustouflant et ce dont le film n'abuse jamais. Grashaw aurait pu exhiber son personnage principal mais il ne le fais pas tout en sortant des codes du genre à base de flashback est d'un final qui laisse pendu à l’accoudoir du siège. Bilan : Coldwater sera surtout retenu comme une révélation, celle notamment d'un cinéaste qui pourrai facilement nous offrir un lot de films cultes et un acteur que l'on verrai bien triompher dans le monde entier. Mais il faudra également retenir le sublime message de cette oeuvre regorgeant de rage et de colère.
    Flaw 70
    Flaw 70

    Suivre son activité 225 abonnés Lire ses 98 critiques

    3,5
    Coldwater, premier film de Vincent Grashaw, est un drame carcéral puissant mais basique qui arrive en retard par rapport à la concurrence et s'enlise dans des clichés et des erreurs de débutant. Pour son scénario le film plonge dans un manichéisme primaire et parfois rebutant, c'est généralement le principal problème de ce genre de film car il n'arrive jamais à nuancer leurs figures de l'autorité. Ici on ne déroge donc pas à la règle et on nous plonge dans un enfer pour mineurs ( comme l'indique si bien l'accroche française du film ) qui est brutal et désespéré. Rare seront les oreilles attentives et le film souligne assez bien se phénomène de livrer la jeunesse à elle-même, de ne plus la prendre au sérieux et surtout de la blâmer d'avance comme si c'était la seule responsable de son sort. Car ici le problème viendra de l'écoute et du manque d'attention, elle à beau crier sa rage et son désespoir cela tombera toujours dans l'oreille d'un sourd et seules les mesures radicales permettent d'obtenir satisfaction mais il est alors trop tard. C'est donc un propos fort que sert le film même si dans sa vision il a parfois trop tendance à victimiser sa jeunesse et son héros comme si ils n'étaient que de pauvres âmes victimes de la vie alors qu'ils ont néanmoins fait des mauvais choix qui ne peuvent être imputé qu'à eux mêmes. On revient donc au manichéisme prononcé du film et son absence de nuance. Il est donc fort dommage que l'écriture puise allègrement dans les clichés pour bâtir son film alors qu'elle aurait pu facilement se montrer plus subtil et plus puissante surtout qu'elle ce montre parfois faible par rapport aux ténors du genre. Pour ce qui est du protagoniste sa vie passé manque cruellement de vraisemblance car on peine à croire que tout les malheurs du monde arrive à une seule et même personne surtout que la plupart de ses problèmes sont prévisibles et caricaturaux spoiler: ( il est délinquant parce que son père est mort et sa copine meurt par sa faute ce qui enclenche ça quête de rédemption... C'est tout simplement du déjà-vu ) . Le film pâtit donc d'une écriture trop grossière et mesquine car elle n'est pas totalement franche et ça même si son propos est plus que louable, le film va brosser le spectateur dans le sens du poil en surfant sur une recette qui a déjà fait ses preuves, je l'ai nommé le très grand Drive. Que ce soit dans son héros taciturne ainsi que le choix de l’interprète comme la façon de le filmer tout cela sent la référence à plein nez pour attirer le public que ça en devient presque un gimmick. Alors oui P.J. Boudousqué est un très bon acteur, son interprétation est puissante d'émotions refouler et de rage contenu, il crève l'écran à chaque plans mais il faut ce rendre à l'évidence si il a eu le rôle c'est aussi pour ça ressemblance frappante avec Ryan Gosling. Cela n'enlève rien à son talent mais je trouve ça un peu petit, surtout qu'une partie de la promotion semblait jouer autour de ça. Sinon pour ce qui est du reste du casting ils sont très bon. Par contre pour la réalisation on peut reprocher des flashbacks inutiles qui ralentisse l'action instaurant au film un faux rythme et qui créer quelques longueurs. De plus ceux-ci ne sont pas intéressants et ne font qu'ajouté de la caricature à l'ensemble alors que garder une part de mystère autour du héros aurait été plus judicieux et l'aurait rendu que plus charismatique. D'ailleurs le film sera maladroit dans son final car beaucoup trop explicatif, le film crée un faux suspense ( faux car la vérité sur les événements de fin était hautement prévisibles ) mais y revient sous forme de flashback qui non seulement alourdi l'ensemble mais prend aussi le spectateur pour un con alors que si il avait eu la bonne idée de ne pas revenir sur ses événements et laisser le spectateur faire ses propres déductions, il aurait été plus impactant et aurait poussé la réflexion plus loin. Sinon la mise en scène est correct, Vincent Grashaw filme son acteur amoureusement comme Refn l'avait fait pour Gosling en s'intéressant à son regard pénétrant et son visage taiseux mais il n'a pas peur de filmer la violence et le désespoir de façon frontal ce qui confère à l'ensemble un effet coup de poing malgré le faite qu'il surfe un peu trop sur la vague Drive. En conclusion Coldwater est un bon film qui mérite à être vu pour son propos qui est vrai et fort mais qui souffre de problèmes de construction narratives ainsi que de son ambition envahissante d’être le nouveau Drive alors qu'il n'en n'a ni la dimension ni le talent. Malgré tout on ne peut pas boudé le film qui se montre néanmoins sincère dans sa démarche, parfois maladroit mais c'est un premier film donc c'est facilement excusable surtout qu'ici il y a suffisamment de choses intéressantes pour y être attentif.
    Puce6386
    Puce6386

    Suivre son activité 405 abonnés Lire ses 908 critiques

    2,5
    Un drame carcéral qui situe son histoire dans un camp de redressement pour mineurs aux Etats-Unis. La réalisation tombe malheureusement dans un scénario déjà vu et prévisible, et dans une narration irrégulière, au rythme haché, entaché par de superflus flashbacks. Il y a peu de tension et d'intensité et les jeunes acteurs manquent grandement de charisme, y compris le héros principal. Un film indépendant qui distrait mais s’oublie vite, n’apportant rien de novateur. Dans le genre, préférez "Dog Pound" ou encore "Les Révoltés de l’Ile du Diable" !
    floflo2204
    floflo2204

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 277 critiques

    4,5
    Coldwater sort au cinéma sans grosse campagne de publicité, une sortie donc assez inaperçu mais qui cache un film rempli de qualités. On suit donc l'histoire de Brad Lunders envoyé dans un camp de redressement pour adolescents aux Etats-Unis. On commence le film avec une certaine naïveté dans le regard mais très vite la dimension du long-métrage va totalement se transformer et le spectateur suit presque impuissant la vie de ce jeune homme. Le casting réalisé est vraiment impressionnant, aucun grand nom mais des acteurs qui ont tout pour en devenir avec notamment P.J. Boudousqué qui crève l'écran à chacune de ses apparitions. Les rôles secondaires ne sont pas en reste et tous vont également savoir s'intégrer au film de manière assez simple. Les décors du film n'ont rien de superbe ou d'extraordinaire mais malgré tout on ne peut qu'approuver les choix fait, des décors qui vont contribuer fortement au réalisme dont fait preuve le long-métrage. La musique n'a elle aussi rien de magnifique mais elle nous prend aux tripes et nous happe avec une force remarquable pour ne nous relâcher qu'à la toute fin du générique. Le film possède aussi un scénario sans bavure, on ne s'ennuie jamais et surtout on ne sait jamais vraiment comment réagir face aux événements qui se déroulent sous nos yeux, peut-être la marque d'un grand film mais sans conteste celle d'un long-métrage perturbant. La réalisation surprend également, pour un premier film, Vincent Grashaw a su mettre en avant toutes ses qualités et montrer son talent par un maniement parfait de caméra. Si on ne devait retenir qu'un seul défaut, ce serait l'usage peut-être un peu trop important de scènes dures bien que le sujet s'y prête. Coldwater s'impose alors comme un film surprenant et perturbant devant lequel les émotions se succèdent mais aussi parmi lequel les révélations sont nombreuses.
    Daniel C.
    Daniel C.

    Suivre son activité 101 abonnés Lire ses 39 critiques

    4,0
    Voilà un beau témoignage de l'échec du tout répressif. Supposer qu'on peut mâter des délinquants et les ramener dans le droit chemin par la soumission, c'est une belle connerie! Le sadisme orchestré par un ancien militaire quitté par sa femme et dont le fils se serait suicidé de ce fait. Voilà celui qui prétend ramener les brebis égarées, qui lui sont confiées, dans le droit chemin. L'intégrité vient des opposants au système. Ce film constitue un plaidoyer de ce qu'il ne faut pas faire. Il y a une autre voie que la seule supposée alternative répression/laxisme. La politique sécuritaire est un leurre que l'on fait miroiter aux masses pour leur faire croire que l'ennemi est identifié et qu'on peut le vaincre ou l'éliminer. L'issue finale du film est le déploiement de la sauvagerie afin de neutraliser les bourreaux. Le garant du système s'avèrera un meurtrier. Voilà pourquoi tout discours visant à éradiquer la délinquance doit être traité avec suspicion, à tout le moins être prudemment examiné. Les solutions déclarées radicales produisent généralement des résultats funestes...
    Benji S.
    Benji S.

    Suivre son activité 71 abonnés

    4,0
    Beaucoup parle d'un préquel de "Drive". Au delà de sa ressemblance avec Ryan Gosling, il y a dans le personnage beaucoup de similitude, celui ci tombe dans une déchéance malgré son intention de rester discret. La même injustice, le même besoin répréhensible de faire sa justice et le même pragmatisme. Les similitudes sont nombreuses et ça ma plaisir de me dire que c'est l'avant Drive, étant fan de ce film jubilatoire, même si officiellement rien ne le rattache à celui-ci. On peut dire que l'acteur à beaucoup de talent, en espérant qu'il fasse les bon choix scénaristiques à l'avenir et qu'il laisse tomber le monde de la série... Après tout n'est pas parfait, j'ai trouvé certain des acteurs secondaires moyen comme son pote dans le film.. Quand au scénario je le trouve très intéressant, un milieux peut exploité au cinéma, cela fait penser au milieux carcéral de l’époque avec cette inflexibilité dans les règles, et cette privation du confort. Je lui attribue la note de 16/20 pour un excellent film de série B!
    fratrus
    fratrus

    Suivre son activité 14 abonnés Lire sa critique

    1,0
    J'étais parti voir le film suite aux bonnes critiques de spectateurs en pensant voir un film sur l'enfer des jeunes dans des camps de rééducation, au lieu de quoi je me retrouve face à un film laborieux servi par des acteurs globalement mal dirigés et une caméra incertaine. Rajoutons à ça pas mal de faux raccords et des deus ex machina pour faire décrocher le spectateur. Je me demande comment la différence entre les critiques presse et spectateurs peut être aussi grande ... En tout cas les verbatim de l'affiche du film sont mensongers : là où dog pound retranscrit une violence physique et une tension entre les personnages, coldwater se contente de se promener et de papillonner autour du personnage principal en nous servant des flashback pénibles pour essayer de servir un semblant de background au personnage. la ressemblance avec ryan gosling est surfaite, je ne pense pas que le Hollywood va dérouler le tapis rouge pour cette prestation, autant gosling est capable de passer d'une sorte d'état 0 à une grande violence, autant le héros de coldwater reste au point 0 durant tout le film. Je n'ai pas senti de "révélation" ni de "rage et de colère" en voyant ce film, juste beaucoup d'ennui et une mise en scène déjà vu et assez m'as-tu vu, le genre de film direct to dvd qu'on oublie aussi vite qu'on sort de la salle.
    WutheringHeights
    WutheringHeights

    Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 179 critiques

    4,5
    Vincent Grashaw débarque directement dans la cour des grands et révèle, un jeune prodige, P.J. Boudousqué. Un drame violent sur les centres (privés) de réhabilitation pour mineurs délinquants, à la mise en scène aussi soignée que son interprétation. La suite :
    NewBoorn
    NewBoorn

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 295 critiques

    1,5
    Le seul objectif de "Coldwater" est d'en faire une oeuvre divertissante par sa brutalité gratuite. A part le sosie incroyable de Ryan Gosling, je n'en retiens rien.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Coldwater est un film parlant des camps de redressement aux États-Unis, camps dans lesquels chaque parent peut envoyer son enfant afin de changer son comportement. L'objectif du film est clair : dénoncer la violence de ces camps et plonger le spectateur dans l'horreur quotidienne que vivent les pensionnaires du camp. Sur ce coup là le film réussit haut la main son défi : ça commence vite, c'est froid, certaines scènes sont insoutenables, et les acteurs sont excellents, ce qui nous choque encore plus devant le sort de leur personnage. Sur ce qu'il voulait accomplir, je trouve le film très réussi, on ne s'ennuie pas et au final l'atmosphère est marquante. "Un sans-faute" me direz-vous alors ! Eh bien pas vraiment, car il y a un gros reproche que j'ai à faire au film : ça manque d'humanité, d'émotions, en fait à part l'horreur le film ne dégage pas d'émotion : le personnage principal surtout, alors qu'il a un passé très intéressant est vraiment très mal exploité car le film nous le montre comme il est en public : inexpressif, et néglige complètement ses émotions dans son intimité, il y a pourtant de quoi faire, avec ses actions passées il y a de quoi lui faire exprimé des remords, de la tristesse... Eh bien non rien. Pareil pour le directeur du camp : à un moment donné on sent que le réalisateur essaye de l'humaniser, de mettre de l'ambiguïté sur lui, mais au final non, une phrase humaine et il redevient un monstre. A ce moment pourquoi avoir voulu l'humaniser, autant ne rien mettre si ce n'est pas pour creuser la piste qu'on lance. Au final c'est bien beau de vouloir choquer le spectateur, mais si on néglige le principal objectif de l'art en général, c'est à dire faire ressentir des émotions à son spectateur, eh bien c'est pas vraiment bien joué quoi, parce qu'au final on sort du film en se disant "c'était froid, mais trop froid". Ça reste un bon film, avec ses qualités, même s'il manque cruellement d'humanité (et à mon avis ce n'est pas voulu, sinon pourquoi avoir montré le passé du héros ?).
    Charlotte H.
    Charlotte H.

    Suivre son activité

    2,0
    Pas terrible. Juste un enchaînement de scène de maltraitance sans but profond. La toute fin seulement soulève certaines questions
    Tony M.
    Tony M.

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    1,0
    Ce film est non seulement d'une lenteur et d'un ennui mortel se basant sur un sujet déjà vu qui aurait put être traité de manière poignante mais là lenteur voulue donne un film soporifique qui tire trop en longueur. Bien dommage.. Ne vaux absolument pas ses 4 etoiles!!
    alice025
    alice025

    Suivre son activité 566 abonnés Lire ses 332 critiques

    3,5
    Une bonne surprise pour Coldwater, un film dont je n'en avais pas entendu parler. Un peu dans la lignée de « Dog Pound », cette histoire situé dans un camp de redressement pour mineurs n'est pas une partie de plaisir pour ces derniers, on s'en doute. Malgré un début assez stéréotypé et disproportionné, (les mineurs ne font aucun coup de gueule dès le départ et ils s'en prennent plein la «gueule », ce qui paraît assez absurde), le scénario se tisse au fur et à mesure et devient dur, parfois choquant. Les jeunes doivent jouer un rôle pour survivre en enfer dans lequel on se demande bien où sont les parents, où sont leurs responsabilités d'abandonner leurs enfants dans un endroit pareil. La fin est bien ficelée, mais également tragique. Une bonne découverte pour J.P. Boudousqué, aux airs de Ryan Gosling, un acteur prometteur.
    Christian G
    Christian G

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 45 critiques

    4,5
    Film tres prenant et angoissant lorsque l'on sait que ce type de camps existe aux USA, avec des morts, mais sans grande conséquence puisque ce sont les parents qui payent pour envoyer leurs gosses dans ces camps
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top