Notez des films
Mon AlloCiné
    Mort de Caroline Cellier, héroïne du Zèbre et césarisée pour L'année des méduses
    Par Corentin Palanchini — 16 déc. 2020 à 09:08
    FBwhatsapp facebook Tweet

    La comédienne Caroline Cellier est décédée ce mercredi 16 décembre à 75 ans, comme l'a annoncé son fils Nicolas Poiret. Césarisée en 1985, elle avait épousé l'auteur et comédien Jean Poiret et remporté un succès public avec "Le Zèbre".

    RINDOFF-GUIREC / BESTIMAGE

    Caroline Cellier, de son vrai nom Monique Cellier, entre au Cours d'art dramatique René Simon en 1963 et fait ses premiers pas sur les planches la même année dans la pièce On ne peut jamais dire. L'année suivante, elle fait ses débuts d'actrice dans les téléfilms La Mégère apprivoisée et Une fille dans la montagne avec Jacques Higelin, mais n'oublie par pour autant son premier amour, le théâtre. On l'aperçoit ainsi dans Croque-Monsieur et Du Vent dans les Branches de Sassafras, pièces pour lesquelles elle obtient les prix Gérard Philipe et Suzanne Bianchetti.

    Le cinéma... et un César

    Un an plus tard, le cinéma lui ouvre ses portes. Dans La Tête du client (1965) de Jacques Poitrenaud, Caroline Cellier donne la réplique à de grands noms du cinéma français comme Michel Serrault, Francis Blanche et Jean Poiret. Elle travaille par la suite avec des réalisateurs aussi talentueux que Claude Lelouch (La Vie, l'amour, la mort, Mariage), Claude Chabrol (Que la bête meure, 1969) ou encore Edouard Molinaro (Les Aveux les plus doux, L'Emmerdeur). Mais il lui faut attendre les années 80 pour connaître la consécration. Ainsi en 1982, Caroline Cellier tient le rôle de l‘épouse de Patrick Dewaere dans Mille milliards de dollars d'Henri Verneuil. On la retrouve également au casting de deux films marquants de cette décennie : L'Année des méduses, qui lui vaut le César du Meilleur second rôle féminin en 1985, et le polar chabrolien Poulet au vinaigre.

    Le Zèbre, un succès à 1,8 millions d'entrées

    Partenaire à deux reprises de Niels Arestrup dans Charlie Dingo (1987) et Délit mineur (1994), elle joue sous la direction de Jean Poiret, son mari depuis 1989, dans l'adaptation du livre d'Alexandre Jardin, Le Zèbre (1992), puis incarne Margareth Hunter dans la fresque Farinelli (1994) de Gérard Corbiau. Après avoir brillé aux côtés de Vincent Cassel (L'Elève et Le Plaisir et ses petits tracas) et Alain Chabat (Didier, 1997), Caroline Cellier se fait plus discrète à l'écran. Elle n'y reviendra plus que ponctuellement, redécouverte par la jeune génération dans les années 2000, pour des oeuvres aussi diverses que la comédie Jean-Philippe (2006), le film choral Fragile(s) (2007) ou encore le road movie féminin Thelma, Louise et Chantal (2010) de Benoît Pétré.

    Elle avait 75 ans.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • meiyo
      Je n'oublierai jamais sa prestation dans le Zèbre. :)
    • Madrox2000
      Effectivement, elle faisait plus jeune que son âge.
    • meiyo
      Je la croyais plus jeune. Une actrice dont la discrétion n'avait d'égale que le talent.
    • demencia
      Une grande actrice ( qui malheureusement une ou deux fois s'est perdue dans des films assez moyens ) qui a joué avec des gens tellement intéressants pour des grands réalisateurs . Hommage à elle .Décidement , le monde du spectacle change à tout jamais de visage.
    • roi lion
      bonne actrice qui nous a quitté hélas!
    • David M
      Et voilà encore une grande actrice qui nous quitte, quelle terrible année quand même. :-(Du coup R.I.P. à cette grande dame.
    • Might Guy
      RIP. Une bien belle actrice.
    • Gcm B.
      je l'adorais
    • ouadou
      actrice sublime... son couple avec Poiret : un mélange de classe et d'humour
    Voir les commentaires
    Back to Top