Mon compte
    Pass sanitaire : quel bilan estival pour les salles de cinéma ?
    4 sept. 2021 à 09:30
    Brigitte Baronnet
    Brigitte Baronnet
    -Journaliste
    Passionnée par le cinéma français, adorant arpenter les festivals, Brigitte Baronnet est journaliste pour AlloCiné depuis 10 ans. Elle anime le podcast Spotlight.

    Depuis l'instauration du pass sanitaire, les cinémas français auraient perdu 7 millions d'entrées, soit 50 millions de chiffre d'affaires. Quel bilan tirent les exploitants de salles ? Nous avons recueilli leur témoignage après un été en demi-teinte.

    Pixabay

    Comment les cinémas ont-ils affronté la saison estivale, deuxième été sous Covid ? Quel a été l'impact de la mise en place du pass sanitaire ? 

    Depuis l'obligation du pass le 21 juillet, les salles auraient perdu 7 millions d’entrées, soit 50 millions d’euros de chiffres d’affaires. Ces chiffres sont ceux communiqués en ce début de semaine par le représentant des salles de cinémas françaises, Richard Patry, président de la FNCF.

    Côté CNC, le Centre National de la cinématographie, les données du mois d'août attestent également une baisse du nombre d'entrées : 11,28 millions d’entrées (soit une hausse de 68,7% par rapport à août 2020). Mais une baisse par rapport au mois de juillet 2021, qui avait enregistré 14,1 millions d’entrées, porté notamment par les bons démarrages de Fast and Furious 9 et Kaamelott - Premier volet (voir le Top 10 de l'été plus bas).

    Box-office : un mois de juillet en hausse malgré le pass sanitaire  

    Au-delà de ces chiffres, quel bilan font les exploitants de salles de cinéma ? Dans quel état d'esprit sont-ils en cette rentrée ? Nous en avons sollicité plusieurs, représentant la diversité de nos salles, des multiplexes aux salles d'art et essai, sans oublier l'incontournable Grand Rex à Paris, afin de dresser un état des lieux, de leur point de vue.

    Les exploitants contactés confirment que la mise en place du pass sanitaire a été un coup dur, et ce dès l'annonce du 12 juillet. "Clairement, il y a eu un avant et un après pass sanitaire, lance Sophie Dulac. Il a clairement mis à mal, et ça continue encore, l’envie des gens de venir au cinéma. La fréquentation s'en est, évidémment, beaucoup ressentie, et l'été a été assez mauvais en ce qui me concerne", selon la présidente de Maison Dulac, à la tête de 5 salles de cinémas art et essai à Paris ( l'Arlequin, le Reflet Médicis, l'Escurial Panorama, le Majestic Bastille et le Majestic Passy).

    "C’est un vrai gâchis. On avait redémarré une exploitation qui était très dynamique. Les spectateurs nous ont fait la grande joie de revenir en nombre fréquenter les salles de cinéma. Début juillet, on était sur des chiffres équivalents, voire supérieurs à l’été 2019, ce qui était très encourageant", explique Arnaud Vialle, exploitant du Rex à Sarlat, en Dordogne.

    "A partir du moment où il y a eu l’annonce du 12 juillet et sa mise en place le 21 juillet, ça a été une chute drastique de moins 60%. Ca a été une mise à l’abattoir. Depuis le 21 juillet, on est stigmatisés puisqu’on est les seuls à avoir été imposé comme ça, dès le 21 juillet, un pass sanitaire."

    Fast & Furious 9
    Fast & Furious 9
    Sortie le 14 juillet 2021 | 2h 23min
    De Justin Lin
    Avec Vin Diesel, Michelle Rodriguez, Jordana Brewster, Tyrese Gibson, Ludacris
    Presse
    2,7
    Spectateurs
    2,5
    Séances

    Même chute de la fréquentation observée du côté du réseau de multiplexes CGR. "Avant l’annonce du pass sanitaire, on était quasi à des chiffres records par rapport à N-2. Cela veut dire que les gens ont envie de revenir au cinéma. Et puis il y a eu l’annonce autour du 14 juillet du pass sanitaire pour une mise en place le 21, avec ce manque d’équité - 3 semaines avant tout le monde - où l’on a été dans l’œil du cyclone. Le repère, c’est le mardi où l'on était à 300 000 entrées France sur Kaamelott, et le mercredi à 60 000. Donc on a bien l’impact de l’annonce du pass sanitaire et de sa mise en place. Là, ça a été cata ! Moins 50%, peu ou prou."  

    Pass sanitaire : comment vont s'organiser les salles ? Le directeur du Grand Rex répond

    Le mythique cinéma du Grand Rex, qui avait été contraint à la fermeture temporaire l'été dernier pour la première fois de son histoire, est resté ouvert cette saison, mais a dû aussi, brutalement, accuser le coup. "Au mois de juillet, avant le pass sanitaire, on a eu des événements : il y a Fast and Furious 9, Black Widow, Kaamelott...  Pour ce dernier, rien qu’en avant-première, on a fait plus de 6 000 entrées le mardi soir.On était très contents pour un mois de juillet, pour une reprise avec le Covid, avec des jauges, etc., indique Alexandre Hellmann, à la tête du Grand Rex à Paris.

    "Après la deuxième phase, avec le pass sanitaire, des films comme Fast and Furious ont perdu énormément: on a enregistré moins -92%", poursuit-il. 

    Quels sont les tops et les flops de l'été ?

    Un type de cinéma en particulier a-t-il souffert davantage qu'un autre ? Selon Richard Patry, "tous les films souffrent, car la baisse de fréquentation est assez linéaire", indique-t-il dans les colonnes de Télérama.

    Le box-office estival en France est dominé par les franchises qu'elles soient américaines ou françaises comme l'illustre le top 10 des films ayant réalisé le plus d'entrées en France de juin à août inclus. Bac Nord de Cédric Jimenez (désormais proche du million d'entrées trois semaines après sa sortie) est le seul film n'étant ni une suite ou issu d'une licence à se positionner.

    Sur 10 entrées, on note la présence de 3 films français, dont la pôle position, ce qui vaut à Kaamelott d'être le plus score enregistré en France pour un film depuis le début de la pandémie.

    1. Kaamelott - Premier volet : 2 434 035 entrées
    2. Fast and Furious 9 : 1 955 911 entrées
    3. Conjuring 3 : 1 886 996 entrées
    4. Black Widow : 1 662 230 entrées 
    5. Cruella : 1 419 827 entrées
    6. OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire : 1 402 286 entrées
    7. Les Croods 2 : 1 100 940 entrées 
    8. La Pat'Patrouille : 1 052 429 entrées 
    9. Bac Nord : 897 551 entrées
    10. Pierre Lapin 2 : 885 490 entrées 

    Côté multiplexes, ce sont les films familiaux et jeune public qui ont assuré le meilleur remplissage des salles. "Les plus jeunes sont venus. On a vu que les films qui ont le plus marché, ce sont Pat’Patrouille, Baby Boss 2…", nous a indiqué Jocelyn Bouyssy à la tête du circuit CGR." Tous les films pour lesquels -entre guillemets- il n’y avait pas trop besoin de pass sanitaire pour les moins de 17, et les parents pour partie étaient vaccinés.

    Déception en revanche pour une grande partie de l'offre de comédies françaises estivales : les résultats sont très décevants pour certaines -C'est quoi ce papy ?!Mystère à Saint-TropezC'est la vieLes Fantasmes...- . 

    Représentant un fort bassin de spectateurs, le public âgé n'a pas encore totalement repris le chemin des salles. Cela a avant tout eu une incidence sur le cinéma d'art et essai, même si certains films ont créé la surprise grâce à un joli bouche à oreille.

    On peut citer Onoda d'Arthur Harari (plus de 40 000 entrées), Drive my car de Ryusuke Hamaguchi (90 000 entrées) ou La Loi de Téhéran de Saeed Roustayi (128 000 entrées). Parmi les reprises de l'été, on notera aussi le joli succès de la ressortie d'In the mood for love avec plus de 30 000 cinéphiles séduits.

     

    Quel état d'esprit pour la rentrée ?

    Après cet été en demi-teinte, comment se profile la rentrée ? La déferlante de blockbusters annoncés, James Bond en tête, va-t-elle attirer un public plus nombreux, et surtout rester aux dates prévues. 

    "Eiffel s’est décalé. Top Gun 2 également. C’est plus ça qu’on paye aujourd’hui", indique Jocelyn Bouyssy, directeur du réseau CGR. "Quand on voit la Paramount qui annonce le décalage de Top Gun 2 et Mission Impossible 7, c’est très contraignant, souligne Alexandre Hellmann, directeur du Grand Rex à Paris. Ce sont d’énormes machines qui ne sont pas là. Si vous n’avez pas de films porteurs, c’est sûr que vous n’allez pas avoir de monde. Une semaine avec un gros film qui n’est pas là, c’est quand même beaucoup d’entrées en moins", ajoute-t-il. 

    Aujourd’hui, on n’a qu’une crainte, c’est que le Bond se décale encore

     

    Jocelyn Bouyssy parle de "dommages collatéraux". "On manque un peu de matière. Aujourd’hui, il y a une frange de la population qu’il faut faire revenir. (...) Un cinéma sans films, ça ne sert à rien. Si les gens ne reviennent pas, on leur donne moins envie, ils ne voient pas de bande-annonce, c’est un cercle vicieux. Il faut qu’on arrive à retrouver de la sérénité".

    "Les distributeurs dépensent de l’argent pour que le film existe. Il ne faut pas oublier qu’il y a plus de 700 films qui sortent sur le marché chaque année, qu’il y en avait beaucoup qui attendaient de sortir pendant les confinements, donc peut être qu'ils se bousculent un petit peu pour la rentrée, rappelle Sophie Dulac, à la fois exploitante de cinémas et distributrice de films au sein de la structure Maison Dulac. "Si les distributeurs ne sont pas certains que les gens vont venir, que les gens sont frileux à cause du pass sanitaire, oui, ils vont attendre."

    "Cela fait un an et demi que doit sortir James Bond, peut être même plus, et là il va enfin sortir, s’il n’est pas encore décalé, poursuit-elle. C’est un peu le serpent qui se mord la queue. On a besoin des films, et les distributeurs ont besoin de public", conclut-elle.

    Les exploitants ont besoin de films, et les distributeurs ont besoin de public.  

    "C'est cette situation d’instabilité qui fait peur dans le métier. Quand est-ce qu’on sera "sûrs" que ça s’arrête, pour que toutes ces machines ne se décalent pas ? Aujourd’hui, on n’a qu’une crainte, c’est que le Bond se décale encore", explique Alexandre Hellmann qui croit beaucoup à l'importance de l'offre pour attirer le public.

    "Quand il y a eu les attentats en novembre 2015, il n’y avait plus personne du jour au lendemain dans les salles de cinéma. Plus personne. Un mois après, quand Star Wars 7 est sorti, on ne pouvait plus marcher sur le trottoir autour du Grand Rex tellement il y avait de monde. Il faut des films pour lesquels les gens ont envie d’aller au cinéma."

    Les films événements de la rentrée : Shang-Chi, Dune, Boîte noire...

    Dune, remake signé Denis Villeneuve, sera l'une des locomotives de cette rentrée sur laquelle le Grand Rex misera, ce lundi 6 septembre, avec une avant-première publique en présence d'une grande partie du casting.  Il s'agira du premier grand tapis rouge de ce type avec une distribution internationale à Paris depuis le début du premier confinement. 

    Y a-t-il une alternative au pass sanitaire ?

    Outre les incertitudes sur un potentiel effet domino du report de sorties dans le sillage de Top Gun 2 et Mission Impossible 7, d'aucuns s'interrogent sur l'obligation du pass sanitaire.

    Arnaud Vialle, directeur du Rex à Sarlat, préconiserait de revenir au système de jauge comme en mai-juin dernier. "Je crois que tout le monde souffre de ces décisions qui sont hâtives, qui ne sont pas calculées, qui ne sont pas réfléchies. Remettons les choses qui marchent. Nous, on serait très heureux de pouvoir accueillir tout le monde, dans les salles de cinéma. On ne peut pas faire un barrage comme ça à la culture et aux accès de salle de cinéma. Ce qui marche, c’est une jauge à 65% avec le masque dans les salles de cinéma."

    Pour mémoire, jusqu'au 8 août, certains exploitants avaient mis en place une alternative, en baissant leur jauge à moins de 50 personnes afin de ne pas avoir à imposer la présentation d'un pass.

    Cinémas : les séances à moins de 50 places autorisées sans pass sanitaire 

    "Il ne faut pas oublier que nous sommes dans une situation inédite, contraste Alexandre Hellmann. Je pense sincèrement que nos politiques font ce qui est le mieux pour sortir de cette crise. Le pass sanitaire, oui, pour le moment, c’est contraignant à court terme. Si on regarde plus à long terme, on est obligé de passer par le vaccin. Si on commence à faire des petites mesures à gauche à droite pour y arriver, ce n’est pas comme ça qu’on va s’en sortir. Et il ne faut pas oublier qu’on reçoit des aides de l’Etat, donc à un moment, vous n’êtes pas vraiment perdant". 

    Des interrogations demeurent également sur l'accessibilité des salles aux plus jeunes à la fin du mois de septembre. "Quid des jeunes de moins de 18 ans, qui, le 30 septembre, vont devoir adhérer au pass sanitaire ?, s'interroge Jocelyn Bouyssy de CGR. Est-ce que la vaccination pendant un mois sera suffisante pour que l’on n’ait pas de déperdition. Tout ça ce sont encore des doutes.

    En même temps, je veux être résolument optimiste, sinon on ne s’en sortira jamais. On est plein d’espoir mais on a passé un été compliqué. D’où l’accompagnement que l’on demande, poursuit-il. On ne peut pas être dans le stop du "Quoi qu’il en coûte". Aujourd’hui on est dans la négociation d’accompagnement parce qu’on est impactés de plein fouet."

    Tous les regards sont à présent tournés vers James Bond ? Mourir peut attendre, attendu le 6 octobre, vient de dévoiler sa bande-annonce finale, laissant présager que sa sortie mondiale est bel et bien maintenue. 

    Mourir peut attendre Bande-annonce (3) VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Cinéma : le piratage explose à cause des sorties simultanées en salles et en streaming
    • Coronavirus & cinéma : l'an 0 du Box-Office français
    Commentaires
    • bassmann
      C'est sa passion, sa façon de s'occuper. Toujours en lobbyiste névrosé du streaming, qui déteste les salles de ciné et fantasme sur sa chute.
    • shimizu
      En URSS ou pendant le régime de Vchy, tu te serais retrouvé en prison ou déporté rien que pour avoir écrit ce message. Cette semaine, un ancien membre du gouvernement a été mis en examen, ce n'est pas ce qui arrive dans les dictatures. Cela dit, rien ne t'empêche d'aller vivre dans les pays où on ne se vaccine pas ou peu, va y faire un tour, et surtout visite leurs hôpitaux, on verra si tu seras toujours du même avis après.
    • shimizu
      Ce que tu dis est totalement faux, c'est un mensonge grossier. Pour le savoir, il suffit de comparer la situation dans les pays où la grande majorité des gens sont vaccinés (France par exemple), et ceux où une partie importante des gens ne le sont pas (Brésil, Russie...) Les seules études qui discutent l'intérêt du vaccin sont au nombre de deux (sur plusieurs dizaines), et aucune ne dit qu'un vacciné est tout autant susceptible de contaminer qu'un non-vacciné. Elles disent simplement que le vaccin protège de 30 à 60% contre la contamination et la contagion, ce qui est peu. Les autres études disent 90%, ce qui est beaucoup. En revanche, là où TOUTES les études s'accordent, sans exception, c'est pour dire que le vaccin protège des FORMES GRAVES du covid, et c'est bien là le plus important. A titre personnel, je comprends la méfiance envers un vaccin qui est certes nouveau, mais en revanche je ne comprends pas cette rage délirante antivax et cette volonté de diaboliser une création scientifique qui a fait ses preuves auprès de centaines de millions de personnes, au point d'affirmer des mensonges ridicules, comme tu le fais. Fin du HS pour moi.
    • Plaza De lavega
      Ben quand on sait que Paramount + déjà implanté aux states, en Australie, en Hongrie, en Russie et au Moyen-Orient débarque l'année prochaine en Europe qui est un marché majeur du streaming. C'est plutôt malin de faire une sortie mondiale quand tout le monde pourra profiter du +45 jours.
    • Justice Prime
      En tout cas chez moi cela ne perturbe pas grand chose , une tit baisse de régime à un moment ouaip , mais là tout reprend bien car la plupart son vacciné désormais .
    • Mr._Arno
      J'ai anticipé le problème du blocage d'accéder au ciné si pas de test PCR ou Pass Sanitaire.Du coup, j'ai vu tous les films que je voulais cet été et tout ceux qui sont à venir :)
    • Balibou
      ça tombe bien c'est pas au milieu du repas mais à l'entrée dans les lieux ...
    • Plaza De lavega
      C'est James Bond qui fera tout repartir: ou pas....tout à fait avec 80% de vaccinés : Ca passe ou ça cassecrise conjoncturelle (covid) ou structurelle (nouveaux comportements de visionnage pour un film)....Quand on sait qu'il sera bientôt sur Amazon, j'ai ma p'tite idée mais je vous laisse la surprise...
    • Plaza De lavega
      toutes les majors sans exception ont investi (ou négocié) dans les plateformes bien avant 2020: elles avaient anticipées le changement des comportements du public. le covid n'a fait qu’accélérer le processus.Pour les studios, c'est du simple pragmatisme : on va là ou va le public.JB, seul film fédérateur et grand public (7 à 77 ans) de cette année, révèlera que c'est plus une possibilité dans l'avenir mais bien le présent du 7eme art : beaucoup attendront quelques semaines au calme sa sortie sur amazon puisque c'est eux qui possèdent le catalogue 007... je pari tranquille sur les fêtes de fin d'année. ;)
    • Plaza De lavega
      fréquentation salle, semaine du :14/07 : +13% (annonce du pass le 12/07)21/07 : -29%27/07 : -7%4/08 : +1811/08 : -19% (suppression de la jauge le 9/08)18/08 : +25%25/08 : +14%comme tu peux le constater, ca augmente la semaine du pass et ça augmente depuis la suppression de la jauge...c'est quand même une sacré coïncidence que 100% des non vaccinés ne voulaient pas se faire tester pour mater un film...et que dans tous ces non vaccinés, tous sans exception voulaient aller se faire un cinoche...en réalité, les gens que ce soit par peur ou /et par la faiblesse de la programmation se sont lassés tout simplement.et oui, d'un coté les psychos se sont dit : pourquoi je vais risquer choper le covid pour des films moyens ? et de l'autre, pourquoi, je vais subir des contraintes débiles pour des films moyens que je peux mater chez moi dans un avenir proche
    • The Rotisseur
      C'est pas juste une question de peur, c'est surtout que c'est chiant d'avoir tout le temps son pass sur soi (surtout pour les vieux qui ne savent pas comment l'installer sur l'appli).
    • Aiguise moi ça
      On est dans un contexte particulier,ces gens qui se pensent au dessus des règles sont une minorité et sont hors la loi.Le vaccin n’empêche pas d’attraper le virus,ça protège mais le risque zéro n’existe pas.Certains ne veulent pas qu’on leurs imposent un pass par contre eux ils peuvent nous imposer leurs microbes...Rien ne les obligent à se faire vacciner si ils ont peur...un test pcr suffit à faire preuve de civisme et protéger les personnes.Pendant le régime de Vichy,il n’y avait pas de manifestation et des prises de parole réfractaires et anti-gouvernement comme aujourd’hui.Les gens qui n’étaient pas d’accord collaboraient,se cachaient ou fuyaient. Donc c’est bien la preuve qu’on est pas dans une dictature.
    • Aiguise moi ça
      Christian Brechot virologue et président du GVN à dit que ce qu’a dit Anthony Fauci(qu’il connaît très bien) a été mal interprété,le vaccin est efficace dans 80-90% des cas. Les personnes qui sont vaccinées et qui ont été infectées par le variant ont autant de charge virale que les non-vaccinées, mais elles ne représentent que 10% des cas.Donc en gros ça fait quand même 90% de personnes vaccinées qui ne vont pas transmettre le virus et qui auront une protection immunitaire plus forte.
    • tueurnain
      Ouais, ben beaucoup de restaurateurs refuse de contrôler les gens comme si ils étaient des policiers.Tout le monde fliquant tout le monde et balançant son voisin, on se croirait revenu en URSS ou pendant le régime de Vichy...
    • tueurnain
      Ouais, ben moi non plus, mais quand je voit la panique chez certains...
    • tueurnain
      Sauf que les dernières études scientifiques ont prouvées qu'une personne vacciné avec ses 2 dose était tout autant susceptible d'être porteuse du virus et de contaminer les autres qu'une personne non vaccinéeDonc ce pass est juste inutile...Je ne suis pas anti vax, chacun fait ce qu'il veut, je suis anti pass, ce sale truc qui créer une situation avec des citoyens de seconde zone...
    • Aiguise moi ça
      Enfin un peu d’optimisme.
    • tueurnain
      Tu verra bien...
    • L'indien zarbi
      C'est sûrement pas ce gouvernement qui va me faire peur. 😆
    • L'indien zarbi
      Oui d'un certain côté. Hier j'ai déjeuné avec une amie au restaurant. Il est vrai qu'après tout ce temps c'était très agréable. Mais il faut comprendre que le contexte est drôlement anxiogène.
    Voir les commentaires
    Back to Top