Mon compte
    Le Gendarme avec De Funès : pourquoi le début est en noir et blanc ?
    29 juil. 2022 à 18:01
    Corentin Palanchini
    Passionné par le cinéma hollywoodien des années 10 à 70, il suit avec intérêt l’évolution actuelle de l’industrie du 7e Art, et regarde tout ce qui lui passe devant les yeux : comédie française, polar des années 90, Palme d’or oubliée ou films du moment. Et avec le temps qu’il lui reste, des séries.

    Bizarrement, "Le Gendarme de Saint-Tropez" commence en noir et blanc avant de passer tout en couleurs après les six premières minutes. Mais pourquoi ce changement ?

    Le Gendarme de Saint-Tropez est évidemment le premier volet des aventures de Louis De Funès dans la peau du maréchal des logis-chef Cruchot. C'est aussi le premier film dans lequel l'acteur apparaît en couleurs. Sauf que le début du film est en noir et blanc ! Mais pourquoi ?

    SNC / Franca Films
    Cruchot en noir et blanc... pas pour longtemps !

    On doit la réponse à Richard Balducci, scénariste du premier long métrage de la saga et créateur de Cruchot, Gerber, Fougasse ou Berlicot :

    La raison en est très simple. Au début du film, Louis est gendarme dans un petit village de montagne avant d'être muté dans le Var, à Saint-Tropez. Le passage du noir et blanc à la couleur marque justement la découverte de Saint-Tropez. Nous trouvions l'idée originale (...).
    Le Gendarme de Saint-Tropez
    Le Gendarme de Saint-Tropez
    Sortie : 9 septembre 1964 | 1h 35min
    De Jean Girault
    Avec Louis de Funès, Geneviève Grad, Michel Galabru, Daniel Cauchy, Madeleine Delavaivre
    Spectateurs
    3,4
    louer ou acheter

    C'est tout simple, mais le film n'aurait sans doute pas eu le même impact s'il était resté entièrement en noir et blanc. Le fait d'être en couleurs a permis aux générations suivantes d'accrocher autant que leurs parents aux aventures de ces tire-au-flanc menés à la baguette par Ludovic Cruchot (joué avec maestria par Louis de Funès) dont l'ardeur est tempérée par l'adjudant Gerber (Michel Galabru).

    SNC et Franca Films
    L'adjudant Gerber (Michel Galabru)

    Sorti en septembre 1964, le long métrage totalise 7,8 millions d'entrées. C'est à l'époque le quatrième film de l'année de l'acteur sur les écrans après Faites sauter la banque (février), Des pissenlits par la racine (mai), Un drôle de caïd (juillet) et avant son 5e film : Fantomas (novembre). Le Gendarme fait à lui seul quasiment autant que les quatre autres réunis.

    Avec un tel succès, cinq suites voient le jour : Le Gendarme va à New York puis Se marie, part En balade, se confronte aux Extraterrestres et accueille les Gendarmettes. Certains des acteurs ne rempileront pas jusqu'au bout mais De Funès et Galabru répondront toujours "présents".

    SNC / Franca Films
    Jean Lefebvre (Fougasse), Christian Marin (Merlot), Grosso (Tricard) et Modo (Berlicot)

    Les Gendarmes représentent dix-huit ans de saga et l'une des franchises les plus rentables du cinéma français. Tout est parti de scènes en noir et blanc et d'un passage en couleur, qui n'était peut-être pas un si mauvais calcul !

    La visite à Saint-Tropez du Gendarme n'est pas sans quelques Faux raccords :

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Quiz Louis de Funès : saurez-vous reconnaître ces 9 films ?
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top