Mon compte
    6 héros de cinéma qui parlent très peu
    27 nov. 2022 à 09:00
    Clément Cuyer
    Clément Cuyer
    -Journaliste
    Clément Cuyer apprécie tous les genres, du bon film d’horreur qui tâche à la comédie potache. Il est un "vieux de la vieille" d’AlloCiné, journaliste au sein de la Rédaction depuis maintenant plus de deux décennies passionnées. "Trop vieux pour ces conneries" ? Ô grand jamais !

    Sur grand écran, il y a des personnages très bavards, mais également d'autres très économes de leurs mots. Focus sur 6 héros de cinéma dont on entend rarement le son de la voix.

    Hemdale Film Corporation / Pacific Western / Cinema 84

    Au cinéma, on adore les grandes gueules, les bavards, ceux qui causent beaucoup et qui, parfois, ne laissent pas les autres en placer une. Mais on aime aussi beaucoup les personnages plus mutiques, qui préfèrent l'économie de mots à la profusion et qui s'entourent ainsi souvent d'une aura mystérieuse. Focus sur six d'entre eux, des héros de cinéma qui parlent peu mais dont on se souvient très bien, incarnés notamment par Arnold Schwarzenegger, Ryan Gosling ou encore Tom Hardy.

    Terminator
    Terminator
    De James Cameron
    Avec Arnold Schwarzenegger, Michael Biehn, Linda Hamilton
    Sortie le 24 avril 1985
    Voir via MyCanal

    Arnold Schwarzenegger dans "Terminator"

    Columbia TriStar Films

    Dans notre liste de héros mutiques, impossible de le passer... sous silence ! Le Terminator incarné par Arnold Schwarzenegger en 1984, devant la caméra de James Cameron, est en effet un héros de cinéma célèbre pour s'exprimer à l'écran avec parcimonie.

    Dans ce grand classique de la SF, "Schwarzie" ne prononce que dix-sept phrases (dix-neuf, si l'on prend en compte les fois où il emprunte les voix d'un officier de police et de la mère de Sarah) et 58 mots. La prise de parole la plus célèbre du T-800 ? Forcément lorsqu'il balance l'incontournable "I'll Be Back" !

    Notons enfin que le personnage joué par Schwarzenegger deviendra presque un grand bavard dans Terminator 2 : Le Jugement dernier, puisqu'il y aura 700 mots à son actif. Avec un salaire de 15 millions de dollars sur le film, l'acteur a ainsi gagné en moyenne plus de 21 000 dollars par mot !

    Tom Hardy dans "Mad Max: Fury Road"

    Village Roadshow Films (BVI) Limited

    Adepte des rôles de peu de mots (Bane dans The Dark Knight Rises, par exemple), Tom Hardy récidive avec Mad Max: Fury Road. Dans cette réinvention du mythe sortie en salles en 2015, son personnage de Max Rockatansky est un vétéran d’une guerre du désert, essayant de survivre solitairement et ayant renoncé à s’attacher. L'une de ses particularités : il est très avare de paroles, puisqu'il ne prononce que 52 phrases.

    ″Max est un type qui veut juste rentrer chez lui mais qui n’a plus de foyer", explique Tom Hardy. "Il n’y a plus pour lui que silence, douleur et destruction. Il vit dans un univers dépourvu d’humanité, mais il la recherche toujours."

    On notera que pour créer sa franchise SF culte, le réalisateur australien George Miller a étudié le cinéma des pionniers et notamment le cinéma muet, comme celui de Buster Keaton. Sans doute pas un hasard...

    Groot dans "Les Gardiens de la Galaxie"

    The Walt Disney Pictures

    Dans le long métrage super-héroïque Marvel Les Gardiens de la Galaxie, sorti en salles en 2014, il y a un personnage étonnant qui sort du lot : Groot, humanoïde semblable à un arbre doublé vocalement par un certain Vin Diesel. Quasi-silencieux, il ne prononce qu'une seule phrase : "I Am Groot".

    Vin Diesel a révélé avoir enregistré le célèbre "I Am Groot" plus de 1000 fois ! Le héros de Fast & Furious double l'alien végétal en chinois, en anglais, en russe, en espagnol, en portugais et en français. Pour la version hexagonale, la star hollywoodienne prononce un culte "Je s'appelle Groot".

    Dans un registre plus grave, on notera que doubler le personnage de Groot s’est révélé un exercice thérapeutique pour Vin Diesel, alors affecté par le décès de Paul Walker, son ami et collègue sur la saga Fast & Furious. Selon l’acteur, l’innocence et la sensibilité du "colosse floral" lui ont permis de faire le deuil de son camarade, qui a trouvé la mort dans un accident de voiture.

    Ryan Gosling dans "Drive"

    Le Pacte

    Dans Drive, sorti en salles en 2011, l'acteur canadien Ryan Gosling incarne un jeune homme solitaire, "The Driver". Il conduit le jour à Hollywood pour le cinéma en tant que cascadeur, et la nuit pour des truands.

    Ultra professionnel, The Driver, qui a son propre code de conduite, a également la particularité d'être très peu bavard, et ce quelles que soient les circonstances. En 1h40, il ne prononce ainsi que 116 phrases et 891 mots ! Un mutisme qui confère au personnage joué par Gosling - et au long métrage de Nicolas Winding Refn - tout son mystère et sa force.

    Clint Eastwood dans "Pale Rider, le cavalier solitaire"

    The Malpaso Company

    Autre personnage de cinéma pas bavard du tout : celui joué par Clint Eastwood dans Pale Rider. Dans ce western datant de 1985 qu'il a lui-même réalisé, la légende américaine incarne un mystérieux cavalier solitaire tout de noir vêtu qui débarque à LaHood, bourgade minière de Californie.

    Les derniers chercheurs d'or indépendants de LaHood sont harcelés par la bande de Coy LaHood, fondateur de la ville qui veut s'approprier leur concession. L'occasion idéale pour l'énigmatique personnage joué par Eastwood, avec ses qualités de tireur et nul besoin de beaucoup s'exprimer, de rétablir l'ordre.

    On notera pour l'anecdote qu'en plus de très peu parler, le personnage d'Eastwood dans Pale Rider est dépourvu d'identité, comme l'étaient ceux que l'acteur a joués dans "La trilogie du dollar" (Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus et Le Bon, la Brute et le Truand).

    Kevin Smith en Silent Bob

    TFM Distribution

    Dans les films de Kevin Smith, il y a souvent le génial duo composé de Jay & Silent Bob. Le premier, joué par Jason Mewes, est une vraie pipelette, alors que le second, interprété par Smith lui-même, est quasiment muet.

    Les prises de paroles de Silent Bob au gré des films de Kevin Smith, de Clerks à Jay & Bob contre-attaquent, ne sont vraiment pas légion. Mais pourquoi ce personnage est-il donc aussi mutique ? "C'est vraiment parce que Jason parle beaucoup. C'était aussi simple que ça", déclarait Smith au Zanies Comedy Club lors du Wild West Comedy Festival, dans des propos rapportés par le site Comicbook.

    "Je voulais avoir Jason dans un film, mais je ne voulais pas qu'il reste là tout seul à parler ou à parler à quelqu'un qui passerait là au hasard", poursuit le cinéaste américain. "L'idée était donc d'avoir un copain qui se tient là, qui est essentiellement sa caisse de résonance, avec qui il parle tout le temps."

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top