Mon compte
    Dune, Elephant Man... 10 séances de maquillage supplice pour les acteurs
    26 nov. 2021 à 20:00
    Olivier Pallaruelo
    Olivier Pallaruelo
    -Journaliste cinéma / Responsable éditorial Jeux vidéo
    Biberonné par la VHS et les films de genres, Olivier Pallaruelo délaisse volontiers la fiction pour se plonger dans le réel avec les documentaires et les sujets d'actualité. Amoureux transi du support physique, il passe aussi beaucoup de temps devant les jeux vidéo depuis sa plus tendre enfance.

    La séance de maquillage peut se transformer en authentique supplice pour l'acteur ou l'actrice contraint de se plier de plus ou moins bonne grâce à l'exercice... Mais le jeu en vaut parfois la chandelle. Démonstration avec dix exemples.

    Stellan Skarsgard dans "Dune" (2021)

    Warner Bros.

    C'est Donald Mowat, l'un des meilleurs maquilleurs de la place hollywoodienne, qui s'est occupé de la transformation de Stellan Skarsgard pour son incarnation de la silhouette massive du Baron Harkonnen dans le Dune de Denis Villeneuve. Transformation qui nécessait pas moins de 7h de maquillage.

    "Psychologiquement, j’arrivais à le supporter parce que c’était intéressant de regarder les prothésistes en train de travailler. Mais physiquement, c’était difficile : il fallait rester immobile pendant sept heures. Il y avait des couches et des couches de maquillage à appliquer. Le plus important, c’était le visage qui nécessitait un travail extrêmement délicat. Ensuite, il fallait enfiler la combinaison prosthétique recouvrant le corps tout entier, le gilet réfrigérant en-dessous et parfois un harnais pour le travail au filin. Il fallait peindre les espaces entre la fausse peau du visage, les mains et le costume. C’était très compliqué" dira l'acteur.

    John Hurt dans "Elephant Man" (1981)

    Carlotta Films

    Inoubliable composition du regretté John Hurt, immense dans son rôle d'Elephant Man chez David Lynch. Afin de rentrer dans la peau de John Merrick, John Hurt devait subir huit heures de maquillage (et deux heures pour retirer les prothèses). Le processus était si contraignant que le comédien ne pouvait s’alimenter qu’avec une paille. Il lui est même arrivé de dormir assis durant le tournage, comme son personnage, pour gagner du temps et ne pas revivre quotidiennement cette épreuve...

    C'est à Christopher Tucker, maquilleur britannique spécialisé dans la création de prothèses pour les films d'horreur, que l'on doit cette création. L’équipe s’était rendue à l’Hôpital royal de Londres où est conservé un moule du buste de John Merrick afin de s’en inspirer pour le film.

    Dave Bautista dans "Les Gardiens de la galaxie" (2014)

    Walt Disney

    Sur Les Gardiens de la galaxie, il fallait 5h par jour à Elizabeth Yianni-Georgiou et David White pour poser le maquillage sur Dave Bautista afin de le transformer en Drax, avec 18 prothèses à lui mettre. Sur le 2e volet, à peine une heure de moins !

    "Tous les jours, on plaçait la principale sur son corps avec des trous afin d’ajouter ensuite les prothèses une par une. Comme ça, on savait exactement où les poser avant de commencer véritablement la mise en place de la couleur" racontait David White. "En plus du gris général, on devait ajouter du rouge, du marron et du vert pour donner vie à ses tatouages, puis on fixait le tout avec une sorte de laque, afin que ça tienne toute la journée de tournage."

    Jennifer Lawrence dans "X-Men : le commencement" (2011)

    Twentieth Century Fox

    Dans X-Men et X-Men 2, Rebecca Romijn, qui interprétait Mystique, portait plus de 100 prothèses spécialement conçues pour son personnage. De quoi passer 8h au maquillage... Le même traitement de faveur, si l'on ose dire, fut réservé à Jennifer Lawrence pour X-Men le Commencement. Un supplice pas mal allégé pour X-Men : Days of Future Past, puisque la comédienne portait une combinaison spéciale, tandis que seul son visage était maquillé, ce qui a permis de passer de 8h à 3h de maquillage par jour.

    Doug Jones dans "Le Labyrinthe de Pan" (2006)

    Wild Bunch Distribution

    Sous le costume de Pan et du "Pale Man" du Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro se cache l'acteur Doug Jones. Il n'est pas inconnu des fans du cinéaste, puisqu'il avait déjà porté un autre costume, celui de Abe Sapien dans Hellboy. Le costume du faune est fait d'une mousse en latex et il fallait cinq heures de maquillage quotidien pour l'appliquer sur l'acteur. Deux costumes différents furent d'ailleurs conçus puisque le faune rajeunit à mesure que le film avance. Les cornes furent les dernières parties du costumes à être appliquées.

    Lawrence Makoare dans "Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneau" (2001)

    Metropolitan FilmExport

    Si vous êtes fan de la saga orchestrée par Peter Jackson, vous connaissez forcément le personnage en illustration : il s'agit de Lurtz, le féroce chef Uruk-Hai. C'est l'acteur néo-zélandais Lawrence Makoare qui incarne le personnage; l'intéressé jouant également Gothmog, le commandant Orc à la Bataille des champs du Pelennor dans Le Retour du roi. Pour se glisser dans la peau de Lurtz, Makoare a dû se plier à une séance digne d'un supplice de Tantale : 11h de maquillage !

    Boris Karloff dans "La Momie" (1932)

    Universal Pictures

    Inoubliable incarnation de l'un des fleurons des Universal Monsters avec FrankensteinBoris Karloff incarnait en 1932 une non moins mémorable Momie. Le masque utilisé pour le maquillage de Boris Karloff sur le tournage était composé de morceaux de boue, de multiples tranches de viande en tout genre et de collodion. Cette composition était une invention du célèbre maquilleur Jack P. Pierce, et il lui fallait 8h pour arriver à un résultat acceptable.

    David Naughton dans "Le loup-garou de Londres" (1981)

    PolyGram Filmed Entertainment

    L'impressionnant travail de maquillage sur le comédien David Naughton dans Le loup-garou de Londres, notamment pour la très célèbre scène de mutation, est l'oeuvre de Rick Baker. Il lui fallut plus d'un an pour réaliser ce qui allait être considéré comme une nouvelle étape dans l'histoire des effets spéciaux cinématographiques. L'acteur passa parfois 10h dans la loge de maquillage. Effet en tout cas garanti, pour un résultat exceptionnel.

    Peter Weller dans "Robocop" (1987)

    Orion Pictures

    Le costume de Robocop était si lourd et chaud que Peter Weller a perdu jusqu'à 1,5 kilos par jour en le portant. Un système d'air conditionné dans le costume fut alors installé dans le but de rendre les choses plus supportables pour le comédien. Par ailleurs, avec un coût compris entre 500 000 et 1 000 000 dollars, le costume était ce qu'il y avait de plus cher dans le film. Lorsque l'équipe de Rob Bottin maquilla le comédien et lui posa pour la première fois son armure, il lui a fallu 11h...

    Jim Carrey dans "Le Grinch" (2000)

    Universal Pictures

    Pour se glisser dans la peau du GrinchJim Carrey a dû se plier à des séances maquillage de 8h par jour, en incluant évidemment la pose des prothèses. "Ce maquillage convient bien à Jim qui possède un faciès extrêmement mobile et n'hésite pas à forcer sur les expressions pour les faire passer à travers le latex" expliquait le légendaire Rick Baker; "je savais aussi à quels points précis de son visage je pouvais amincir ce grimage pour lui donner un maximum de latitude". Pour l'anecdote, le pelage du Grinch a été créé à l'aide de poils de yak cousus sur un costume de Lycra extensible. Un travail qui fut à juste titre récompensé par un Oscar.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top