Mon compte
    Sicario La Guerre des Cartels
    note moyenne
    3,6
    2980 notes dont 246 critiques
    répartition des 246 critiques par note
    11 critiques
    75 critiques
    96 critiques
    40 critiques
    14 critiques
    10 critiques
    Votre avis sur Sicario La Guerre des Cartels ?

    246 critiques spectateurs

    RedArrow
    RedArrow

    Suivre son activité 886 abonnés Lire ses 1 228 critiques

    3,0
    Publiée le 1 juillet 2018
    Évidemment, la première question qui nous vient à l'esprit en découvrant l'existence de "Sicario La Guerre des Cartels" c'est : Pourquoi ? Pourquoi diable avoir produit une suite au film magistral de Denis Villeneuve qui n'en appelait aucune ? Taylor Sheridan a beau avoir rempilé à l'écriture, Benicio Del Toro et Josh Brolin (mais pas Emily Blunt) repris leurs rôles respectifs, "Sicario" premier du nom se suffisait tellement à lui-même par ses nombreuses qualités qu'a priori, on dû mal à voir comment un deuxième opus pourrait prétendre rivaliser avec l'excellence de son prédécesseur, surtout sans Denis Villeneuve à la barre.

    Pourtant, au bout d'à peine quelques minutes, Stefano Sollima tire les premiers coups de semonce d'une violence synonyme de terreur barbare qui nous choppe immédiatement. Pendant près d'une heure, impossible de ne pas être scotché par "Sicario La Guerre des Cartels", le film tisse une toile d'intrigues passionnantes où le gouvernement américain part en croisade belliqueuse contre la fourmilière des cartels mexicains en élargissant le champ des lois anti-terroristes. La frontière américano-mexicaine devient ainsi une poudrière à ciel ouvert où des explosions de sang menacent à tout moment de se répandre dans les paysages désertiques. Les manipulations du barbouze Josh Brolin et de son agent versatile Benicio Del Toro (bénéficiant tous deux d'une aura presque iconique en lumière du premier film) afin de créer des conflits inter-cartels impressionnent par leur froideur inhumaine simplement pour arriver à leurs fins et menacent sans cesse de prendre une forme de grenade dégoupillée prête à leur sauter à la figure. S'il ne l'égale pas sur la durée, le réalisateur de "Suburra" parvient toutefois à renouer avec l'intensité contagieuse de son prédécesseur, on reste toujours sur le qui-vive, à guetter tout comme le personnages le moindre gravillon qui pourrait enrayer les rouages de leur plan. L'idée de reprendre l'imagerie des convois indissociable du premier opus n'était peut-être pas la plus heureuse sur le papier - dur de rivaliser en même temps- mais Stefano Sollima contourne le problème en usant d'autres approches où la tension est bel et bien là, permanente, viscérale pour mieux éclater dans des pics de violence impressionnants et "Sicario 2" nous en enveloppe de bien brillante manière pour ne plus nous lâcher...

    ...du moins, pendant la première heure, car, en son centre, "Sicario 2" se met dangereusement à piétiner en connaissant un coup de mou d'une ampleur inattendue. Tous les fils scénaristiques savamment mis en place en amont ne vont en fait déboucher que sur une deuxième partie aux allures d'énorme transition vers un éventuel troisième long-métrage. À partir de ce moment, "Sicario 2" va certes s'échiner à construire une thématique de trilogie s'axant sur une revanche logique autour du personnage de Benicio Del Toro mais cela aura pour conséquence inévitable d'en faire une énorme baudruche qui ne va cesser de se dégonfler des ses bonnes idées et de sa construction autour des intérêts d'un seul personnage.
    Entre une humanisation grossière, même forcée en comparaison de la subtilité du premier film, et quelques twists cousus de film blanc, "Sicario" peinera désormais en permanence à renouer avec l'intensité de ses premiers instants et, pire que tout, s'achèvera sur une ultime scène en forme de teasing pour un épisode de conclusion, confirmant encore un peu plus ce statut de film en réalité futile et transitoire vers des événements bien plus majeurs.

    De la part de Taylor Sheridan à l'écriture, on attendait forcément bien plus qu'une suite en forme de simple étape, lui qui a toujours su donner une identité tellement affirmée à chacun de ses films. Peut-être qu'un troisième "Sicario" nous contredira en dévoilant les plans d'une trilogie à juger avant tout sur ses qualités globales mais, pour l'heure, après la claque de Denis Villeneuve, ce deuxième film pris en tant que tel ne vaut que pour sa magnifique première heure avant de se perdre dans les préparatifs d'une prochaine conclusion.
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 847 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    3,0
    Publiée le 29 juin 2018
    Trop occupé de son travail sur l’excellent Blade Runner 2049, Denis Villeneuve laisse la place à l'italien Stefano Sollima - le réalisateur du polar Suburra - pour cette suite intitulée, Day of the Soldado. Il était évident qu'un deuxième film sur Sicario allait voir le jour, après le succès critique et commercial de son prédécesseur, puis ses trois nominations aux Oscars ! De retour à l'écriture, Taylor Sheridan s'avère dans Sicario 2, moins inspiré que ceux des compétents Hell or High Water et Wind River. Et aborde toujours ses thèmes fétiches et son obsession pour les territoires sauvages. On voit que le scénariste essaye de nous amener dans une histoire assez rocambolesque spoiler: - avec cette jeune fille, sur les différents cartels -
    dont il a ses idées pour spoiler: une troisième monture (au vue du finale)...
    Sollima ne possède pas la vision de son maître, sa démarche a beau être appliquée mais sa réalisation manque de souffle épique. De la même manière pour le travail du son, voulant obtenir l'identité du premier épisode, au compositeur Jóhann Jóhannsson... Alors que les scènes d'action sont plutôt bien menées spoiler: - l'attentat dans le supermarché, les diverses embuscades -
    mais qui ne vaut surement pas la qualité de celles de Villeneuve. Le public se base à nouveau sur un rythme lent, cela permet de suivre avec attention les événements qui vont se produire. Day of the Soldado se privilégie d'un univers masculin ! On fait totalement abstraction du personnage d'Emily Blunt (l’héroïne du récit précédent)... Pour rattraper le coup, on y ajoute Catherine Keener mais elle s'avère spoiler: clairement sous-utilisée !
    Josh Brolin quitte le MCU un moment - après Avengers 3 et Deadpool 2 - pour reprendre son rôle de chef d'opération spécial. Il est dans son élément, à la fois imposant et charismatique. Plus fascinant encore est l'assassin mystérieux campé par Benicio del Toro, l'acteur nous épate une fois de plus dans cette suite (loin de ses caméos délirants dans Infinity War et The Last Jedi), et possède un jeu troublant spoiler: en mi-parcours s'inscrivant tout droit d'un Logan...
    En l'état, Sicario - Day of the Soldado est un thriller de bonne facture, sans véritable ennui. C'est toutefois une suite en dessous de son aîné... Espérons que Denis Villeneuve soit aux commandes du prochain Sicario, qui serait à mon sens, plus logique !
    Benito G
    Benito G

    Suivre son activité 316 abonnés Lire ses 2 873 critiques

    3,5
    Publiée le 27 juin 2018
    Là ou le premier tapait déjà dans le mille, même si on n'en n'ait pas à le reconnaitre comme culte. Cette suite était pas obligé, mais le réalisateur à trouvé une trame qui tient la route donc tout les faits qui pourraient valoir la peine, sont présent (terrorisme; trafic humain, drogue…). On le ressent aussi glaçant que le 1er avait su faire. Donc étrangement ou les suites ne valent rien ou ne reste pas dans l'optique de base, ici cette suite assez convaincante. Ou il y a un peu plus d'action, et ce n'est pas pour boudé notre plaisir^^. Une fois que l'on a lu le pitch et que le film a commencé, on comprend vite que cette suite sera plus "sombre" face à cette violente et cette action auquel on assiste. NE pouvant qu'être spectateurs.^^. Le film notamment peut être à cause du synopsis, paraît plus humain (tout en restant dur et agressif évidemment). Bref, pour une suite , elle est appréciable et amène ce "polar" "guerre" "drame", je ne s'aurais savoir quelques genre exact appartient le film. Tout aussi bon que le premier mais abordant un angle (enfin par rapport aux cartels…) collant au numéro 1 mais l'angle se colle au synopsis qui se défait du premier. Si vous avez aimé le premier, il y a des chances que celui-ci vous fasse passer un bon moment. Amateurs foncés!
    L'Info Tout Court
    L'Info Tout Court

    Suivre son activité 325 abonnés Lire ses 1 025 critiques

    3,0
    Publiée le 27 juin 2018
    Si le long-métrage se foire plus d’une fois, on a aussi de grands moments, bien aidés par la réalisation de Stefano Sollima. Sans être Villeneuve, il ne démérite pas quand il s’agit de nous offrir de la tension et du rythme. On ne s’ennuie pas une seconde et les scènes d’action sont bien amenées et emmenées. Plus commercial, Sicario 2 maintient le côté poisseux du premier et n’en demeure pas moins efficace. Pas un chef d’œuvre, mais un thriller correct.
    leparrain83
    leparrain83

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 149 critiques

    4,5
    Publiée le 11 juillet 2018
    Avec un sous-titre pareil et sa bande-annonce révélant Alejandro vidant son flingue à la vitesse de l'éclair, je me disais "p****, ils vont faire à Sicario ce qu'Aliens le Retour à fait à Alien", soit un produit pas désagréable mais trop bourrin et ne respectant pas l'essence de l'épisode fondateur. Soulagement ! Même si Sollima n'est pas Villeneuve, il ne fait pas du film un blockbuster truffé de fusillades avec des héros cool. On retrouve ainsi ce qui faisait toute la saveur de Sicario : personnages désabusés sans scrupules, atmosphère pesante, histoire secondaire du point de vue des cartels, bande-son oppressante, échanges de tirs nerveux mais expéditifs... Aucun doute n'est permis : on se trouve bien en présence d'un film scénarisé par Sheridan ! Mais par conséquent que raconte-t-il étant donné que le premier volet semblait avoir sa propre conclusion ? Et bien cette fois-ci, il sera davantage question de Matt, d'Alejandro et de sa place dans tout ce boxon, tout en actualisant la toile de fond. Cette fois-ci pas question de trafic de drogue mais bel et bien de trafic humain et de franchissement illégal de la frontière par des individus parfois animés d'intentions mortelles. Et comme pour chacun de ses scénarios, Sheridan ne nous emmène jamais là où on l'attend et ne cesse de surprendre avec des rebondissements que l'on ne voit que trop rarement arriver. L'histoire est au final très bonne et regorge même de sous-entendus assez sadiques, comme lorsque Alejandro affirme à Isabel qu'il va la protéger (on rappelle qu'à la fin du premier spoiler: le personnage tuait deux enfants de sang froid
    ). On retrouve alors ce ton brutal, désespéré et noir qui à mes yeux sera même accentué par rapport à l'épisode précédent. D'une part parce qu'il y aura plus de morts et d'échanges de tirs, mais aussi parce que ce qui servait de repère moral dans le passé, à savoir le personnage de Kate est absent. Matt, Alejandro et leurs méthodes violentes seront nos seuls guides dans cet univers décidément toujours plus barbare. A ce titre Josh Brolin et Benicio Del Toro sont encore plus transpirants de charisme qu'auparavant, et c'est encore plus le cas de Brolin qui jouait un peu trop le cow boy cool et qui cette fois-ci sera moins déconneur et plus brutal. Mais soyons honnêtes Benicio Del Toro crève l'écran avec son regard mort et ses connaissances de cet univers impitoyable. A la limite le seul reproche que je ferais au film serait son ultime rebondissement, qui au départ sonne vraiment tiré par les cheveux, mais qui après réflexion colle parfaitement au personnage et n'est pas si improbable.
    Stefano Sollima réussi donc là où on ne l'attendait pas : faire de Sicario La Guerre des Cartels (quand j'y pense quelle traduction imbécile) un film aussi prenant, noir et désespéré que le précédent. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, même si j'adore Villeneuve, il n'aurait pas fait mieux. On a hâte de découvrir le probable troisième segment qui s'annonce tout simplement impitoyable.
    janus72
    janus72

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 237 critiques

    2,0
    Publiée le 30 juin 2018
    1er revu avant-hier et me réjouissais à l'idée de cette suite 😉
    Sauf que le scénario est totalement foutraque et abracadabrantesque . . . 😵
    Rien ne tient debout et on regarde bientôt sa montre ou la lumière verte de la Sortie de Secours !
    C'est bien torché et honnêtement joué mais parfois risible d'incohérence.
    Bref, éviter surtout le 3ème opus à venir !
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 263 abonnés Lire ses 728 critiques

    3,5
    Publiée le 2 juillet 2018
    On s'étonne presque d'avoir été surpris quand l'annonce d'une suite à Sicario fut annoncée. Dans un paysage cinématographique déjà bien saturé de suites et spin-off en tout genre, quoi de plus naturel? Mais Sicario 2, vraiment? Le film qui a su redonner un coup de fouet au film de cartel tout en synthétisant les maux d'une Amérique aspirée dans une spirale de violence immorale et noyée sous les flots de sangs? Oui, ce film là. Parti tâter de la science-fiction, le réalisateur Denis Villeneuve laisse sa place. L'actrice Emily Blunt n'en sera pas non plus. Restent Benicio Del Toro et Josh Brolin. Le cinéaste italien Stefano Sollima s'accapare le script une nouvelle fois signé Taylor Sheridan. S'il conserve une certaine proximité avec son prédécesseur (discours désespéré, bande originale à base de percussions et de basses inquiétantes), La Guerre des Cartels se montre néanmoins plus hargneux. Le premier ménageait les effusions de sang au profit d'une tension de tous les instants, obligeant ses personnages à frayer dans l'obscurité pour mieux la refermer sur eux. Ce deuxième opus choisit lui de les amener au point d'implosion, ce moment où les monstres déchirent leurs oripeaux et où les hommes se révèlent devant la réalité. Leur réalité. Les décharges d'adrénaline se font plus nombreuses, et Stefano Sollima les envoie comme autant de coups à l'estomac. Prenant le contre-pied de Villeneuve, qui soignait chacun de ses plans pour renforcer le sentiment d'inéluctabilité, Sollima injecte de l'énergie brute à son intrigue pour rendre les repères encore plus confus. La Guerre des Cartels prolonge efficacement le propos du premier film, en dressant le bilan plus que contestable d'une situation maintenue hors de contrôle par des hommes tellement embrouillés avec leur boussole morale qu'ils n'arrivent même plus à se distinguer de leurs adversaires. Et ce n'est pas faute d'essayer, l'histoire permettant enfin aux personnages d'Alejandro et de Matt de couvrir une plus large palette d'émotions contradictoires. Inutile d'ajouter que Benicio Del Toro et Josh Brolin ne manquent pas l'occasion d'illuminer le long-métrage avec tout leur charisme. Les seconds-rôles sont également à l'avenant (Isabela Moner, Catherine Keener ou Matthew Modine).
    Je reste un peu sur ma faim concernant l'épilogue du film, que j'estime expédié. Mais je suis agréablement surpris de voir qu'une suite aussi "anormale" puisse se hisser à la hauteur de l'original. J'aurais peut être une préférence pour le premier, qui me semblait maîtrisé de bout en bout, mais ce Sicario 2 a la force pour siéger à ses côtés.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 720 abonnés Lire ses 1 398 critiques

    3,5
    Publiée le 29 juin 2018
    Dans la série des suites que l’on n’attendait pas du tout, ce « Sicario 2 » se pose là! A priori inutile et sans aucune véritable raison artistique d’exister, cette séquelle semble pourtant installer les prémices d’un univers connecté où plusieurs histoires pourraient s’entremêler vue par différents réalisateurs. Un « Cartal Cinematic Universe » en quelque sorte où les truands, les trafiquants, le FBI, la CIA, les gouvernants, les politiques, la DEA, les kidnappeurs, le gibier humain, les barons de la drogue et la police remplaceraient les super-héros du Marvel Cinematic Universe en somme. L’idée est alléchante et quand on sait que Benicio del Toro et son personnage iconique d’Alejandro ainsi que Josh Brolin rempilent, aidés par un Taylor Sheridan de nouveau à l’écriture, on est conquis. En revanche, le personnage d’Emily Blunt a été gommé (en tout cas cette fois) et Denis Villeneuve laisse la caméra à Stefano Sollima, metteur en scène d’une œuvre toute aussi mémorable et magistrale que l’était le premier « Sicario », en l’occurrence l’excellent polar romain « Suburra » mais aussi de la série « Gomorra ». Bref, cette séquelle, sous-titrée « La Guerre des cartels », se présente en tous points sous les meilleurs auspices surtout avec le premier quart d’heure qui s’internationalise à la manière du « Zero Dark Thirty », en fondant la lutte contre le terrorisme avec celle contre les cartels mexicains de la drogue et le trafic d’humains à la frontière. Un sujet éminemment ambitieux pour une suite qui s’avère au final toute aussi passionnante que sa grande sœur quoique moins définitive et jusqu’au-boutiste. Peut-être est-ce l’effet de surprise en moins et l’impression d’assister à un film plus consensuel mais cependant tout aussi efficace.

    Dans tous les cas, on apprécie la mise en scène au carrée de Sollima. A la vue des images et des séquences qu’il nous offre, on comprend que les producteurs ont eu le nez creux en le choisissant. Si nos nerfs sont peut-être moins mis à rude épreuve dans cet épisode que dans l’original qui jouait sur les pauses, l’attente et l’incompréhension du spectateur, c’est au prix d’un montage plus nerveux ici où les scènes chocs ultra violentes et les séquences d’actions se font plus nombreuses. « Sicario 2 » est beaucoup plus rythmé et les fusillades sont filmées de main de maître, elles sont lisibles et amples. Celle dans le désert, point culminant de film, est à l’égal de sa jumelle au poste frontière dans l’original. Moins sèche et inattendue certes, mais plus impressionnante et tout aussi radicale. Maintenant, le long-métrage ne révolutionne pas le genre (dominé par son aîné et par « Traffic ») mais le nourrit. L’histoire est complexe mais se suit sans trop de mal, les limites poreuses entre bons et méchants étant encore une fois la panacée. Il faut accepter d’être un peu dans le brouillard, comme l’est la situation dans cette zone dans la réalité. On regrette peut-être juste une fin très, trop, abrupte qui laisse un peu le spectateur sur sa faim. Mais « Sicario 2 » se positionne comme un excellent film dans le sous-genre devenu à la mode du film de cartel. Maîtrisé, prenant et sans concession, c’est du cinéma de haute volée.

    Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 243 abonnés Lire ses 2 479 critiques

    4,0
    Publiée le 14 octobre 2018
    Entre stratégie de guerre anti-terroriste, thriller violent et film d'action, cette très belle mise en scène du réalisateur Romain Stefano Sollima ravira les amateurs du genre. Le scénario de Taylor Sheridan (qui avait déjà commis le premier volet Sicario) est parfaitement construit ; sur fonds de décors dantesques, il nous conte une histoire haletante aux nombreuses péripéties et rebondissements. Le casting nous offre la cerise sur le gâteau avec la belle présence d'Isabela Moner et l'excellence du duo Josh Brolin / Benicio Del Toro.
    virnoni
    virnoni

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 578 critiques

    2,5
    Publiée le 1 juillet 2018
    Une suite pour faire une suite. Rien à se mettre sous la dent côté scénario. C'est assez plat,l'enlèvement de la fille du chef de cartel prenant au final tout le film, sans véritablement enjeu si ce n'est sauver ou tuer cette jeune demoiselle. Choisissez votre camp. On ne comprend plus qui fait quoi et leurs motivations.
    Reste la relation entre le personnage de Benicio Del Toro et la jeune fille enlevée.
    Il créé également un personnage assez mystique, qui pourrait même bénéficier de sa propre saga tant ce personnage a tout du mythe : charismatique sans un mot, brutal mais tendre avec cette jeune fille, un survivant de tout. Benicio donne tout encore dans ce rôle ambigu. Il est juste géant!
    Josh Brolin tire également son épingle du jeu, de manière plus classique mais avec comme d'habitude son physique impressionnant, son interprétation toujours juste. Le duo qu'il forme avec Benicio a pris de l'ampleur et leurs scènes sont les plus intéressantes. Dommage qu'elles soient peu nombreuses au final.
    Reste également un joli visuel, les scènes d'action sont musclées et prenantes, réelles et stressantes.
    Le film propose une vision assez glauque au final, noire, sans subtilité. spoiler: La fin laisse présager un 3ème opus et explique peu de choses.
    .
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 632 abonnés Lire ses 2 336 critiques

    1,0
    Publiée le 28 juin 2018
    Pour désorganiser les cartels mexicains, qui font régner leur loi à la frontière mexicaine, le gouvernement américain décide de lancer une opération undercover. Il s'agit de kidnapper la fille de Carlos Reyes, l'un de ses chefs les plus puissants, en faisant croire que l'enlèvement est l’œuvre d'un cartel ennemi, afin de déclencher une vendetta fratricide.
    L'agent Matt Graver (Josh Brolin) en est chargé. Il fait appel au mystérieux Alejandro (Benicio Del Toro), un ancien sicaire travaillant désormais pour les États-Unis.

    J'avais adoré "Sicario", à mes yeux l'un des meilleurs films de 2015. Aussi me suis-je précipité pour voir la suite. Et du coup en ai-je été d'autant plus déçu.

    Car ce deuxième épisode copie, sans l'égaler, le premier. Même affiche, mêmes couleurs, même typographie. Même têtes d'affiche.  Même violoncelle oppressant de Hildur Guðnadóttir.
    Sauf que manque à l'appel Emily Blunt dont le personnage donnait au film tout son intérêt. Sauf que manque derrière la caméra Denis Villeneuve, sans doute l'un des réalisateurs les plus intéressants de sa génération, qu'Hollywood a eu raison d'exfiltrer du Canada, qui réussissait à nous clouer sur notre siège par quelques scènes restées dans ma mémoire : une exfiltration qui tourne mal au poste-frontière, un tunnel traversé en vision nocturne, un repas familial qui tourne au carnage...

    Dans "Sicario La Guerre des Cartels", les mêmes recettes sont ré-utilisées mais tournent à vide. Elles ont le goût fade et aseptisé du réchauffé.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2674 abonnés Lire ses 5 225 critiques

    4,0
    Publiée le 28 juin 2018
    Taylor Sheridan signe un scénario particulièrement dense, qui aurait pu devenir très vite fouilli mais après un prologue efficace de mise en place des tenants et aboutissants le film se recentre sur une mission bien précise. Outre le scénario qui découpe un peu le récit en trois parties (prologue, la guerre des cartels et le "nettoyage") Stefano Sollima impose un rythme musclé, plus agressif que dans le premier grâce à une mission où "presque" tous les coups sont permis. Pas de quartier, pas de pitié et des soldats de par et d'autre qui sont pourtant les pions des corruptions et des conditions médiatico-politique. Bientôt le 3...
    Site : Selenie
    Avoine M.
    Avoine M.

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 254 critiques

    2,0
    Publiée le 2 juillet 2018
    La chieuse du FBI et ses questions gênantes (" On a le droit de faire ça ? ", "C'est légal, ça?" ) ayant été dégagée, on se retrouve entre vrais mecs et la règle, " c'est qu'y a pas de règles ". Bémol : Sheridan a délégué son job à un stagiaire et y a pas de scénario non plus, juste un prétexte à quelques fusillades filmées efficacement mais sans génie. Pire: aucun morceau de bravoure comme en regorgeait le film de Villeneuve. Restent, c'est peu mais il faudra s'en contenter, la cinégénie du désert et le jeu de plus en plus dépouillé (dans un rôle quasiment mutique) de Benicio del Toro.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 2294 abonnés Lire ses 3 158 critiques

    5,0
    Publiée le 20 juillet 2018
    Histoire de mettre les choses bien au clair avant de commencer, je tiens à préciser que je n’ai vraiment pas aimé « Sicario » premier du nom. Mais alors vraiment pas du tout. C’est dire, seulement trois ans après, je ne m’en souviens déjà plus et il m’a fallu relire ma critique de l’époque pour revoir des bribes ressurgir de mes souvenirs. Maintenant que j’ai dit cela, une question doit certainement émerger dans votre esprit. Cette question, c’est sûrement : « Mais pourquoi diable est-il allé voir cette suite alors que le premier opus l’a débecté ? » Eh bien, sachez mes cher(e)s ami(e)s qu’en fait, dans mon esprit, je ne suis pas allé voir la suite du film de Denis Villeneuve, je suis plutôt allé voir le nouveau long-métrage de Stefano Sollima. Parce que oui, après tout il n’y a pas de raison : d’habitude je n’aime pas les films de Denis Villeneuve, donc le problème vient peut-être davantage de lui que de l’univers de « Sicario ». Non ? Ah ça vous parait tordu comme raisonnement ? Eh bah regardez pourtant la mise que je viens de récolter sur ce pari là ! Ah ça ! Le Stefano Sollina, il ne m’a pas déçu ! Il faut dire qu’après avoir vu « Suburra », j’avais du mal à voir comment la maestria de ce type là ne pourrait pas ressortir dans un univers comme celui de « Sicario ». Et franchement, ça se ressent dès les premiers plans. Il y a dès cette introduction un véritable sens de la mesure. On n’en fait pas trop. On questionne en permanence ce que dit l’image. On n’en montre pas trop. Suffisamment pour le spectateur comprenne ce qui se passe et saisisse la tension qui monte. Mais pas trop non plus afin que la scène puis être sèche et bien impactante. Et s’il faut chercher quelques maladresses dans ce film, c’est bien dans le début qu’elles se trouvent (notamment dans la gestion des attaques terroristes). Mais une fois la machine lancée en plein guerre des cartels, alors là, ça commence à envoyer de plus en plus du lourd. Sorte de croisée des chemins entre « Zero Dark Thirty », « Traffic » et… – bah « Sicario » premier du nom ! – cette « Guerre des cartels » s’impose progressivement comme une sorte de « thriller de guerre », terme que j’ai moi-même du mal à valider mais qui témoigne quand-même à mon sens l’étrange atmosphère dans laquelle finit par nous plonger ce film. Et si au départ j’étais un petit peu sur ma réserve à cause d’un scénario très « América Fock Yeah », je me suis mis à découvrir petit à petit que la démarche de Stefano Sollina était bien totalement aux antipodes de cela. Au contraire, à nous montrer ces Etats-Unis emmuraillés, agressifs, et destructeurs de leur propre droit, Sollina ne nous fait pas la peinture d’une Amérique toute puissante et légitime dans sa démonstration de force. Au contraire, il nous dépeint un empire qui s’effrite et qui est en train de prendre conscience comment toutes ses exactions passées deviennent aujourd’hui les raisons de son effondrement progressif et presque inexorable. Plus ce film avance, et plus il ébauche un monde nouveau autour de cette frontière. Il ébauche une nouvelle féodalité face auxquels les Empires et autres Républiques sont déjà des pantins désarticulés ; une féodalité dans laquelle les rapports de force se recomposent à échelle d’hommes et de femmes ; et surtout une féodalité face à laquelle chaque individu est amené à se choisir un camp sans forcément que ce soit la question éthique qui soit à la base de ce choix. Et si je parle de peinture depuis un certain moment ce n’est pas un hasard. Ce film est plastiquement magnifique. La photographie est un pur régal pour les esthètes. La grammaire cinématographique ici employée est une démonstration de maitrise devenue très rare de nos jours. Certaines scènes – surtout sur la fin – sont d’une virtuosité que moi je trouve éclatante d’évidence ( spoiler: Je pourrais en citer vingt, mais je retiendrai personnellement la lutte finale entre les deux hélicos et les deux voitures de trafiquants
    ). En plus, il y a dans ce film d’excellentes idées ( spoiler: comme le fait de faire mourir le personnage d’Alejandro. Ça rajoute de la crudité au film en rompant avec la logique du sauvetage attendu
    ). Bon certes, il y a parfois des idées un peu plus discutables ( spoiler: comme le fait de ne pas faire mourir Alejandro… Est-il nécessaire que j’explique pourquoi ?
    ) Mais bon c’est toujours justifié par des exploitations pertinentes donc ça passe. ( spoiler: Moi, ce dernier plan du film avec – donc toujours lui – Alejandro. J’ai trouvé ça juste dantesque.
    ) En somme – et j’avoue que j’en suis le premier surpris – je trouve ce film vraiment exceptionnel. Ce n’est pas compliqué, à peine j’en sors que j’ai déjà envie d’y retourner. Ce n’est pas par fascination morbide pour les grands gangsters ou par goût pour l’effusion de sang. Non. Vraiment, je trouve qu’il y a vraiment quelque-chose de visionnaire (et de somptueusement visuel là-dedans) dans ce film. Et c’est vraiment cela qui en fait l’un de mes gros coups de cœur de l’année. Bon après, ce n’est que mon point de vue. Donc si vous n’êtes pas d’accord et que vous voulez qu’on en discute, n’hésitez pas et venez me retrouver sur lhommegrenouille.over-blog.com. Parce que le débat, moi j’aime ça… ;-)
    Monsieur Bernard
    Monsieur Bernard

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 30 critiques

    1,5
    Publiée le 29 juin 2018
    Ca tend vers le nanard. Une utilisation ringarde de la musique à coup de grand boom pour souligner les moments "forts". Le scénario est totalement incohérent. Il y a des invraisemblances et des facilités à tout va. Tous les "trucs" dans ce genre de films sont utilisés. Aucune originalité.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top