Mon compte
    Ouvert La Nuit
    note moyenne
    2,5
    839 notes dont 107 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 107 critiques par note
    9 critiques
    17 critiques
    33 critiques
    19 critiques
    15 critiques
    14 critiques
    Votre avis sur Ouvert La Nuit ?

    107 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2925 abonnés Lire ses 1 455 critiques

    2,5
    Publiée le 19 janvier 2017
    "Ouvert la nuit" ou Édouard Baer sur le podium, pour lui, à travers lui, à l'image de l'artiste burlesque ou de son symbole, comme l'était à sa façon Charlie Chaplin !
    Loufoque, foutraque, Édouard Baer se met donc en scène par tous les bouts, et tout semblait parfait pour nous transporter dans ce road-movie dans un Paris by night !
    L'acteur en particulier, rêvé pour ce genre de rôle en homme enfant charmant, égocentré, manipulateur, désabusé, mais aussi irritant car utilisant les uns et les autres pour ce qu'ils sont et juste pour ce qu'ils peuvent lui apporter...
    La dérision, l'absurde, le n'importe quoi des situations pouvaient donc amener à des moments cocasses, drôles et émouvants comme j'imaginais les retrouver lorsque l'acteur était un gangster improvisé particulièrement tordant dans ce fameux film où il avait toujours rêvé d'en être un !
    Et c'est pourtant ce jeu naturel que l'on retrouve ici, cette façon de poser ce regard goguenard de clown triste, mais aussi de celui qui pressure son entourage sans le connaître ou s'y intéresser un minimum, qui crée des moments drôles et vrais malgré tout...
    Néanmoins il faut avouer que tout part dans tous les sens, et que l'on a bien du mal à s'accrocher au périple improvisé plutôt tiré par les cheveux, dont le but est de trouver un singe en pleine nuit pour ce directeur de cirque qui glisse sur la mauvaise pente...
    Et donc mis à part quelques instants épiques et très amusants, on a peine à être surpris et à s'émouvoir de ce qui nous est montré à l'écran par un manque de poésie, de charme, au fond tout ce qui fait le merveilleux !
    Comme quoi se lancer dans le burlesque pour faire du burlesque n'est pas une fin en soi, et assurément pas le meilleur choix ici !
    Dommage...
    Joe Dredd
    Joe Dredd

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 40 critiques

    1,0
    Publiée le 16 janvier 2017
    C'est fatiguant. On a envie de dire à Édouard Baer: "Ok, c'est bon arrête... On a compris. T'es drôle, mais là, ça devient gênant, pour ne pas dire embarrassant..." En 1h40 qui nous parait une nuit, "l'auteur-réalisateur-acteur" nous recycle les gags qu'il devait trouver les plus drôles de l'émission qu'il faisait pour Canal entre 1996 et 1999 avec Ariel Wizman et d'autres gens qui constituaient sa cours, "À la rencontre de divers aspects du monde contemporain ayant en commun leur illustration sur support audiovisuel." On retrouve les ambiances et les scènes revisitées de "Paris, la Nuit", "Le 16eme arrondissement" (et sa bête), "Les boissons"... Sauf que ce qui était marrant et moderne en 1997 est beaucoup moins marrant et beaucoup moins moderne en 2017. C'est un peu comme de la conserve réchauffée: un produit de bonne qualité à l'origine, mais qui après 20 ans dans le placard est nettement bon. Édouard Baer n'est pas un clown qui continue obstinément son tour persuadé d'être marrant, il est devenu un pitre qui a oublié que la fraicheur de l'humour délirant de ses 30 ans passerait une fois arrivé à plus de 50 ans. Quelques scènes vaguement drôles et toutes les autres totalement vaines, ce troisième film en tant que réalisateur est juste dans la médiocrité alors qu'il se voudrait dans la superbe. C'est le travail bâclé d'un velléitaire à qui personne n'a jamais osé dire que le talent perçu dans les jeunes années ne suffisait pas sans un peu d'effort de construction et de concentration une fois confronté au principe de réalité et à l'âge de raison. Conseil d'un gars qui vous trouvait sympa dans les années 90 : essayez de travailler un peu, sans être persuadé d'être le génie qu'on vous a dit que vous étiez (et que vous avez sûrement eu le tort de croire). Chaplin ou Keaton bossaient et restaient modestes. Faites en de même. A l'époque des films de Pascal Bonitzer, vous étiez bien dans vos rôles ("Rien sur Robert" et "Je pense à vous"), vous pourriez l'être de nouveau. Arrêtez juste d'être un histrion. Faites comme dans la chanson de Georges Moustaki (qui vous aimait bien je crois), ne soyez pas un adulte, soyez un homme... Vous tournerez sans doute de bons films. Enfin, je vous le souhaite. Sinon, vous enchainerez les films creux sur le même schéma. Ces films épouvantables comme "Turf", "Les invicibles", "Mon pote" ou "Encore heureux" dont vous avez la lucidité (j'espère) de savoir leur valeur.
    Steph N.
    Steph N.

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 85 critiques

    0,5
    Publiée le 13 janvier 2017
    Que dire... Quand je vois les éloges de la presse et de certains spectateurs,
    j'ai l'impression d'être d'un autre monde... Mon seul intérêt dans ce film aura été d'essayer de situer les quartiers de paris au fil du film, le reste étant plus que pathétique... et le mot est faible...
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1441 abonnés Lire ses 3 642 critiques

    3,0
    Publiée le 10 janvier 2017
    Avec Édouard Baer, ce n'est pas la destination qui compte mais bien le voyage. Dans Ouvert la nuit, il s'agit d'une traversée de Paris, en quête d'un singe, enfin plus ou moins, et nuitamment bien sûr. Toujours cette même impression d'improvisation ou de n'importe quoi, qui n'est qu'apparente puisque tout est écrit. Le personnage de Baer est forcément nourri par sa personnalité, il ne se ménage pas d'ailleurs. Mais l'artiste est bien entouré, Galabru pour un petit rôle, Audrey Tautou et Sabrina Ouazani, entre autres. Entre folie douce et tempérament lunaire, Ouvert la nuit est plutôt réussi esthétiquement parlant, pour le reste il vaut mieux apprécier l'humour et la poésie de Baer.
    Serge V
    Serge V

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 440 critiques

    0,5
    Publiée le 18 janvier 2017
    le réalisateur edouard baer a demandé à l'acteur edouard baer de faire son numéro et malheureusement celui-ci le fait tout au long du film,il papillonne,il virevolte,il parle,il parle,il cabotine,mais tout cela sur un scénario navrant et ridicule .les pauvres acteurs embarqués dans cette galère ne méritaient pas ça ,je pense au regretté galabru,à audey tautou entre autres!je n'ai pas ri une seule fois devant cette soupe prétentieuse,heureusement je me suis rattrapé grâce à allociné en lisant les critiques de presse ( merci les inrockuptibles , bande à part ,le figaro,....!)dithyrambiques .
    momo M.
    momo M.

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 265 critiques

    2,5
    Publiée le 16 janvier 2017
    J'aime bien Edouard Baer et je m'attendais à mieux. C'est beau Paris la nuit, mais pourquoi faire la tournée des bars pour sauver un théâtre ? Le propos du film m'échappe un peu, la stagiaire est là pour opposer sa vie trop sage et rangée à celle du héros complètement barré qui se fout de tout. Le singe ne sert à rien. On s'ennuie un peu, on sourit aussi un peu. Quelques bons moments en particulier les scènes avec Galabru et le metteur en scène japonais. Un film de plus sur le petit monde du spectacle qui se regarde le nombril. On va vite oublier
    Michel C.
    Michel C.

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 852 critiques

    1,5
    Publiée le 13 janvier 2017
    Quand Edouard Baer en fait trop..... pourtant je l'aime bien, mais là il me rappelle les mauvais côtés - genre tartine de miel qui dégouline de Fabrice Luchini qui en fait des longueurs .. des longueurs - heureusement ça lui a passé !! Pour ma part, c'est soporifique, ( je me suis endormi) et pénible. l'histoire de du singe.. bof..... !! Je me suis ennuyé, car pas drôle, et ce ne sont pas les dernières image de Michel Galabru, qui feront remonter la tendance, désolé....ni même le jeu de Sabrina Ouazani..... Bref, à ne pas voir.... !! **
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 371 abonnés Lire ses 3 891 critiques

    1,0
    Publiée le 12 janvier 2017
    Une comédie à l'italienne d'un ennui et d'une stupidité redoutables. Désordonné dans le mauvais sens du terme et surtout sans charme. Consternant et décevant pour Baer qui peut être vraiment drôle......
    Pauline_R
    Pauline_R

    Suivre son activité 157 abonnés Lire ses 398 critiques

    4,0
    Publiée le 9 janvier 2017
    Coup de coeur pour cette comédie décalée à l'image de son réalisateur : très drôle, doux dingue et plein d'esprit, avec un trait de mélancolie. Troisième film d'Edouard Baer et de loin le plus réussi : si vous aimez le bonhomme, foncez le voir, sinon passez votre chemin car le bonhomme y est omniprésent, omnipotent. La première partie est tout simplement un bijou d'humour, balancé entre cynisme, absurde et (très) bons mots ; ça s’essouffle un peu en seconde partie mais le film garde son charme intact jusqu'au bout. Baer nous conte une ode à la liberté, une ode à Paris, une ode à l'improvisation. De quasi tous les plans, il ne se donne pas forcément le bon rôle, jouant un personnage "attachiant", à la fois cynique, fantasque, inconscient et égoïste... mais affreusement charmant et touchant. Il constitue autour de lui une troupe avec des visages marqués et remarqués, avec une mention particulière pour Sabrina Ouazani et Michel Galabru dont c'est la dernière apparition sur grand écran. Et elle est chouette, très chouette.
    Laurent C.
    Laurent C.

    Suivre son activité 209 abonnés Lire ses 1 121 critiques

    2,0
    Publiée le 16 janvier 2017
    Baer égal à lui-même : dandy, insupportable, excessif, désinvolte, attachant, et surtout parisien. Le voilà directeur d'un magnifique théâtre, le Théâtre de l'Etoile, dont la gestion est plus qu'hasardeuse. C'est la veille d'une première d'une obscure pièce où il est question d'un singe et d'une femme, mise en scène par un artiste japonais, mais un des acteurs, sensé incarner l'animal se blesse de la cage suspendue, ce qui oblige le directeur de théâtre à courir tout Paris à la recherche d'un singe. Le récit est déjà en lui-même totalement loufoque. Or, Edouard Baer parvient tout de même à en faire quelque chose de vraisemblable, entre le grand guignol, la comédie de boulevard, le théâtre évidemment et le voyage à Paris. On aura naturellement éprouvé une émotion véritable face à la présence de Galabru, vieilli certes, pas tellement loin de sa disparition, auquel le réalisateur rend un joli hommage. C'est aussi un film sur Paris la nuit, la référence au bel ouvrage de Bohringer étant permanente, mais sur un mode moins tragique que burlesque. Le comique rend hommage à tout le petit monde du théâtre et du cinéma : ses intermittents, ses groupies, ses acteurs, ses techniciens, ses financeurs, et ses paniers percés. Et pourtant, ce drôle de film "Ouvert la nuit" paraît infiniment long. Le spectateur n'accroche pas vraiment à ces séries de pantalonnades où le héros principal, totalement inconscient, se fout de tout, et du spectateur en même temps. Bref, voilà un objet curieux, sans peu d'intérêt, sinon que Paris la nuit est magnifiquement filmée.
    hgyur
    hgyur

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 143 critiques

    0,5
    Publiée le 17 janvier 2017
    FILM Médiocre, sans suspense, avec Édouard Beer, complétement loufoque ! Il y avait des Longueur ! Mais, pas beaucoup d'HISTOIRES !
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 258 abonnés Lire ses 2 535 critiques

    3,5
    Publiée le 27 mai 2017
    Cette comédie réalisée et coécrite par Édouard Baer laisse une impression mitigée, une sensation variant entre l'enthousiasme poétique et la lassitude des caprices. La réalisation nous procure quelques très belles photographies et un scénario ausssi fantasque qu'audacieux.
    Ce film révèle également de belles qualités : une superbe bande musicale (dont la sonorité évoque par instants les films d'Emir Kusturica) et une affiche remarquable. Il nous offre une belle collection de personnages, avec des rôles principaux superbement joués par Sabrina Ouazani et l'incomparable Édouard Baer, mais aussi de bons seconds rôles tenus par Patrick Boshart, Jean-Michel Lahmi (le dresseur de singe) …
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 257 abonnés Lire ses 931 critiques

    1,5
    Publiée le 13 janvier 2017
    Quelle misère !
    Edouard Baer est un directeur de théâtre bordélique, irresponsable, narcissique et pathétique par moments. Il va passer une nuit dans Paris, la veille d'une première, à tenter de trouver un singe et de l'argent pour payer ses employés.
    J'aime pourtant beaucoup cet acteur, mais là, le scénario est à l'image du personnage : farfelu, fouillis et totalement navrant !
    C'est globalement une oeuvre ni drôle ni triste qui donne envie de sortir de la salle avant la fin ! Désolant !
    Deux points positifs : quelques images sympas de notre capitale la nuit et le plaisir de voir une dernière fois Monsieur Galabru.
    frederic M.
    frederic M.

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 23 critiques

    0,5
    Publiée le 16 janvier 2017
    Les critiques positives à l'égard de ce film sont à l'évidence mensongères, il s'agit en fait d'une bouffonnade insipide et mal jouée, je me sens trahi par EB pour lequel je ne trouve plus d’affinité. Rien de plus.
    FM
    L'Info Tout Court
    L'Info Tout Court

    Suivre son activité 333 abonnés Lire ses 1 025 critiques

    3,5
    Publiée le 11 janvier 2017
    Du saugrenu et du Birdman. C’est la veille de la première d’un théâtre parisien et tout va mal entre les techniciens non payés, les acteurs énervés et le patron du lieu (Baer) complètement à côté de la plaque. Dès les premières minutes, on entre dans un tourbillon d’humour absurde et de personnes qui râlent. Dans le film d’Alejandro Inarittu, Birdman, c’était une pièce sans aucun problème de préparation à côté du capaharnaeum de celle du récit d’Ouvert la nuit.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top