Mon compte
    Eiffel
    note moyenne
    3,3
    1201 notes dont 184 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 184 critiques par note
    19 critiques
    41 critiques
    51 critiques
    48 critiques
    17 critiques
    8 critiques
    Votre avis sur Eiffel ?

    184 critiques spectateurs

    Louisa L
    Louisa L

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 44 critiques

    5,0
    Publiée le 18 juin 2021
    Un très grand film, où la douceur s'associe, en un subtil mélange très bien dosé, à un enchainement de désillusions vécues par Eiffel, rôle campé par un Duris en grande forme. À ses côtés, Emma Mackey crève l'écran en faisant preuve d'une grande maturité (20 ans seulement!) en livrant une performance hors pair à toute épreuve.
    Quel plaisir de retrouver Pierre Deladonchamps, toujours aussi juste et habité par une envie folle, mais modeste, d'inviter le spectateur à s'émouvoir.
    Que dire des décors et costumes, qui nous plongent dans cette tendre époque où tant de sacrifices furent faits au nom de la France. Après tout, le film en lui-même n'est-il pas un éloge enfiévré à notre belle capitale ?
    Comment rester insensible face à une telle délicatesse et un propos qui résonne aussi bien sur la pellicule de Bourboulon.
    En conclusion, la réussite est totale. Le chef-d'œuvre et déjà culte EIFFEL ravira petits et grands. Un régal pour les pupilles, n'hésitez plus!
    Denis.
    Naughty Dog
    Naughty Dog

    Suivre son activité 489 abonnés Lire ses 310 critiques

    3,5
    Publiée le 11 octobre 2021
    C'est bien

    J'avais beau aimer les 2 precedents films de Bourboulon pour ce qu'ils étaient, ici il arrive a proposer une mise en scène classieuse au sein d'une fresque historique à la française : la lumière est belle, la reconstitution d'époque exemplaire (très beaux panoramas du Paris du XIXe), et la direction d'acteurs également(survolée par un Romain Duris enfilant son costume comme un gant)


    Eiffel c'est grosso modo 2 films en 1 : l'histoire de la création de la

    tour Eiffel a l'expo de 1889, la bataille que Gustave Eiffel a mené pour

    achever un projet décrié par la presse, ayant empli de doute la

    noblesse, et véritable merveille d'ingénierie bâtie par des ouvriers.


    Ensuite c'est l'histoire d'amour impossible entre Gustave et une

    bourgeoise mariée (qui se révèle aussi être son amour de jeunesse, rendu

    impossible de par leur différence de classe sociale)



    Le 1er film est réussi, et se révèle assez passionnant d'un point de vue

    historico-ludique (mention spéciale aux séquences usant de maquettes

    pour visualiser le défi que l'élaboration de la Dame de Fer représentait)


    Le 2nd est touchant de par le talent des comédiens, la direction globale

    (camera près des corps, du toucher et captant les regards, avec

    notamment une très belle scène de danse magnifiée par la musique de

    Desplat) et le fait que je sois amoureux d'Emma Mackey (dont c'est le 1er role au

    cinoche et dans sa langue natale)



    Malgré la différence d'age un brin curieuse au début, le duo Romain Duris-Emma

    Mackey fonctionne, et rehausse pas mal de scènes qui sont quand même écrites de manière assez attendues.


    On est pas dans In the Mood for Love ni Sur la Route de Madison, donc

    cette romance programmatique manque d'uppercut émotionnel et d'une écriture plus fine..mais ça marche quand même via les acteurs et la mise

    en scène souvent assez charnelle.



    Surtout mettre en symbiose cet amour avec la création de la tour est

    pertinent et offre un autre regard (donc un autre niveau de lecture).



    Dommage que le film soit pas un peu plus long pour peaufiner son

    écriture, mais c'est un bon film, ni plus, ni moins (et voir ce type de production chez nous fait un bien fou)
    Brice Escane
    Brice Escane

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 25 critiques

    4,0
    Publiée le 8 juillet 2021
    Whoah whoah whoah, très belle découverte que ce film EIFFEL. À montrer absolument dans les écoles pour montrer aux plus jeunes l'histoire de notre belle Tour Eiffel et du génie de Gustave Eiffel pour réussir à la mettre sur pied. A l'époque personne n'en voulait, aujourd'hui cette tour est l'emblème de la France.
    Pour en revenir aux films, tous les comédiens sont excellents, vraiment tous. La mise en scène, les costumes, les décors, la love story, les faits historiques. Tout simplement génial ! Qui a dit que la France ne faisait que des comédies nanardesques ???
    Didier C
    Didier C

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 26 critiques

    2,5
    Publiée le 19 juin 2021
    Costumes et décors sont tout ce qui sauve ce simili biopic qui se résume finalement à une banale comédie romantique. R. Duris nous confirme la platitude de son jeu et E. Mackey se contente de nous montrer ses beaux grands yeux noirs.
    Contrairement à ce qu'annonce le titre, on ne parle que trop peu de l’homme et de la tour. Et si un rôle féminin méritait d'être approfondi, c’est plutôt celui de Claire, sa fille et collaboratrice...
    Les scénaristes devraient arrêter de penser qu'il faut des histoires d'amour pour attirer un public plus large !! Tous les publics peuvent supporter 2 heures de film sans un baiser ou une scène d’amour, pour ne voir que le film et son sujet.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 610 abonnés Lire ses 3 417 critiques

    2,5
    Publiée le 25 septembre 2021
    Gustave Eiffel est un ingénieur et industriel français reconnu dans la conception de structures métalliques pour des ponts. Alors au sommet de sa carrière en 1881 pour la conception de l’armature de fer de la statue de la Liberté, le gouvernement français lui demande de créer quelque chose de spectaculaire pour l’Exposition Universelle de 1889 à Paris. D'abord réticent, Gustave Eiffel décide alors de concevoir une tour de plus de 300 mètres de haut sur les plans de Maurice Koechlin et Émile Nouguier. Eiffel dépense des fortunes en articles de presse et publicité pour convaincre l'opinion de la crédibilité de son projet. Aujourd’hui, la tour Eiffel est devenue le symbole de la capitale française et un site touristique de premier plan.
    La sortie d’un biopic sur Gustave Eiffel est donc un événement pour les français. On ne connaît Martin Bourboulon que pour ses plaisantes comédies “Papa ou Maman” 1 et 2. Pour le rôle-titre, Romain Duris, pointure discrète du cinéma français et pourtant souvent nommé au César, avait de quoi convaincre nos attentes.
    Malheureusement, nos attentes s’effondrent lorsqu’on se rend compte que “Eiffel” se concentre essentiellement sur la relation de l’ingénieur avec Adrienne Bourgès, son amour de jeunesse qu’il scande autant que Adrian dans Rocky Balboa. Sans cesse frustrés par le manque d’image de la tour en construction, avec par exemple des plans aériens, nous découvrons une intrigue qui ne cesse de nager dans des flots de dramaturgie. Une belle déception donc, alors que le film aurait clairement pu livrer une fresque sublime sur l’histoire de l’emblème de notre pays.
    D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Audrey L
    Audrey L

    Suivre son activité 187 abonnés Lire ses 1 976 critiques

    3,0
    Publiée le 19 mai 2021
    Un biopic français sur un passionné qui a sauvé son ouvrage contre l'avis de tous, qui croyait profondément en l'art et en sa fonction essentielle (on se sent proches de ce bonhomme...). Ce Gustave Eiffel est campé avec délicatesse par Romain Duris et nous fait découvrir sa vie tiraillée entre sa maîtresse déjà mariée (Adrienne) et sa Grande Dame de fer. Si l'on a trouvé le temps long dans les séquences avec son "amante de chair", c'est réellement lorsque le film commence à nous présenter son "amante de fer" que l'on se rince l’œil sur la petite (grande) Beauté en construction. Les plans de montage des pièces gigantesques sont amoureux (les plans sur les poutres en mouvement), et nous donnent parfois le vertige : lorsque l'ouvrier se penche au-dessus du vide seulement retenu par une chaîne enfilée négligemment au pied et un collègue qui le retient par la veste... On a transpiré. Les méthodes de pression de l'air dans les fondations pour permettre de creuser, les systèmes de pompes et réservoirs de sable pour faire bouger de quelques iotas toute la Tour sont des prodiges dont on ignorait totalement l'existence. Cependant, on regrette de n'avoir pas plus appris sur l'ouvrage, le film Eiffel préfère par exemple démultiplier les scènes avec la maîtresse (peu passionnantes) plutôt que de nous montrer les deuxième et troisième étages, ce qui est vraiment dommage (on n'a quasiment rien appris de plus qu'avec nos questions du Trivial Pursuit). De même, l'éclairage n'est pas le fort du film, un parti-pris qui nous plonge souvent dans une obscurité totale (sortez vos lunettes) et l'histoire de Monsieur Eiffel a été "un peu" romancée (il courait en réalité après plusieurs femmes, et la forme en "A" de la Tour Eiffel héritée du nom d'Adrienne est simplement une légende...). Mais on est bien content d'avoir retrouvé le grand écran, surtout en compagnie de ce biopic porté par Romain Duris et une Grande Dame dont cette première rencontre nous a amouraché (les beaux atours de la tour...), qu'on aurait adoré voir encore plus.
    CinÉmotion
    CinÉmotion

    Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 193 critiques

    3,0
    Publiée le 17 octobre 2021
    Bon, la ligne de titre au début qui annonce "librement inspiré d'une histoire vraie" résume bien ma pensée. Le film est TRÈS LIBREMENT inspiré, voire trop à mon sens. Oui la pirouette scénaristique de mettre en parallèle une belle histoire d'amour avec la construction de la Tour Eiffel est pertinente, bonne et belle, mais je m'attendais tout de même à en voir beaucoup plus sur l'aspect construction du monument et tous les enjeux et problématiques liées autour d'elle à l'époque. Elles sont énoncées mais jamais développées vraiment. Tout comme la contestation des ouvriers etc qui est réglée en une seule scène, merci, au revoir, y'a plus rien à voir. Tout comme le fait que la Tour Eiffel a été construite par bon nombres d'ouvriers étrangers... Mais diable, le monument est français et au grand jamais il faut souligner autre chose que la grandeur française, visiblement....
    Bon, tout ça est au final assez frustrant lorsque l'on connait un peu tout l'imbroglio qui s'est joué autour de cette construction. L'histoire d'amour prend tellement plus d'importance et d'intérêt aux yeux des scénaristes, que l'on passe en un claquement de doigt de la construction du 1er étage à l'inauguration directe ! Expéditif ! Ils auraient au moins pu financer un plan large ou aérien en timelapse pour ne pas oser faire cet énorme ellipse.

    Puis j'ai trouvé que les flashbacks étaient un peu étrange, 30 années se passent entre, et l'on voit pratiquement pas la différence physique entre les 2 personnages. Ce qui va aussi un peu dans le sens de la polémique autour de la différence d'âge entre Romain Duris et Emma Mackey. En termes de vraisemblance scénaristique c'est vrai que c'est pas fou.

    Dommage... d'autant plus que tout cette histoire d'amour, et la scène révélatrice finale du pourquoi du comment la tour eiffel spoiler: est en forme de A
    ... censée être une scène forte en émotion pour la conclusion, était en réalité déjà fournie par les scénaristes en promo puisque cela constituait leur pitch qui a été dévoilé lors de maintes interviews.
    Après, j'ai quand même été heureux de découvrir Emma Mackey dans le rôle d'Adrienne Bourgès, qui prouve qu'elle a du talent et la possibilité de briller en dehors de Sex Education, série pour laquelle elle est surtout connue jusque-là. Je ne me fais aucun soucis pour elle pour la suite et son avenir :)
    Mais clairement, le film n'est pas un biopic sur Gustave Eiffel, et ceux qui partent voir le film avec cette idée en ressortira déçu. L'histoire est remaniée, enjolivée, romancée. Bien, mais frustrant.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 687 abonnés Lire ses 2 403 critiques

    1,5
    Publiée le 14 octobre 2021
    1886. Gustave Eiffel (Romain Duris) rentre de New York, où il a construit la structure métallique de la Statue de la liberté, auréolé de gloire. L'Exposition universelle de 1889 se prépare ; mais Eiffel ne voit pas l'intérêt de construire un projet éphémère et préfère s'intéresser au futur métro. Il changera d'avis après avoir retrouvé Adrienne (Emma Mackey), un amour de jeunesse, et se lancera dans le défi inouï de construire une tour métallique de trois cents mètres de haut.

    Voilà plus de vingt ans que le scénario de Caroline Bongrand circulait des deux côtés de l'Atlantique, entre Paris et Hollywood. Luc Besson envisagea de le réaliser, avec Gérard Depardieu dans le rôle d'Eiffel et Isabelle Adjani dans celui d'Adrienne : peut-être Rodin et Camille Claudel y auraient-ils eu des seconds rôles. Christophe Baratier ("Les Choristes") et Olivier Dahan ("La Môme") ont été approchés : ils auraient, qui sait, fait chanter les ouvriers depuis leurs échafaudages. Et même Ridley Scott - qui aurait, sait-on jamais, organisé un combat de gladiateurs ou une course poursuites d'androïdes au pied de la Tour.

    Le projet est finalement échu à Martin Bourboulon, un réalisateur venu de la publicité qui ne peut guère afficher à sa filmographie que les oubliables "Papa ou Maman" 1 et 2 (j'en dis du mal sans les avoir vus). C'est peu dire que le résultat en est navrant.

    La principale erreur - est-elle d'ailleurs la faute du malheureux réalisateur ou des nombreux co-scénaristes qui ont, sur le métier, cent fois remis leur ouvrage ? - est de vouloir raconter la construction de la tour à travers une romance sirupeuse. La romance réunit, on l'a dit, Gustave Eiffel et Adrienne qu'il avait rencontrée trente ans plus tôt à Bordeaux où il construisait un pont métallique avant-gardiste. Il serait injuste de jeter la pierre aux deux têtes d'affiche : Romain Duris a beau approcher la cinquantaine, il n'en demeure pas moins toujours aussi juvénile et séduisant. Quant à l'actrice franco-britannique Emma Mackey, la révélation de la série Netflix "Sex Education", elle est voluptueuse à souhait.
    Une sournoise polémique a surgi autour de leur écart d'âge : censés incarner deux personnages du même âge, Romain Duris a en fait vingt ans de plus que sa jeune partenaire, reproduisant, selon certains, les stéréotypes phallocratiques les plus dégradants. Le problème me semble moins être celui de cet écart d'âge que celui des flashbacks dont le film est lardé où le réalisateur a laissé interpréter par les mêmes acteurs, lourdement grimés, leurs rôles en 1860 et en 1889.

    "Eiffel" nous promettait de nous raconter la construction de la Tour. Or on n'en voit pas grand chose, sinon quelques arrières-plans certes majestueux, mais qui sentent les effets spéciaux à plein nez. Bien sûr, la promotion du film a beau jeu d'invoquer "Titanic" où le naufrage du luxueux transatlantique était raconté à travers la folle histoire d'amour de deux de ses passagers. Mais n'est pas James Cameron - ou Leonardo di Caprio ou Kate Winslet - qui veut ! Certes, l'histoire de l'amour impossible de Gustave et Adrienne est touchante ; mais elle nous distrait de l'essentiel : cette Tour monstrueuse et pourtant si élégante dont l'érection (je n'ai pas pu résister !) ne donne lieu qu'à deux scènes isolées, dans ses fondations où l'eau menace de monter et à son premier étage dont il faut, au millimètre près, agencer les piliers.

    Ces deux séquences orphelines laissent augurer ce qu'aurait pu être un film réussi sur la construction de la Tour : une histoire qui au lieu de nous cantonner dans la chambre à coucher de Gustave et Adrienne nous aurait donné le vertige d'une construction babélienne.
    bébé d'ange
    bébé d'ange

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 102 critiques

    4,0
    Publiée le 17 juin 2021
    excellente reconstitution de cette époque et de cet événement qui à marqué toute une génération.
    du très bon travail d'orphevre. Sublime.
    emma emma
    emma emma

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 32 critiques

    1,0
    Publiée le 13 octobre 2021
    Bon, ben voilà, c'est vu... Et ça confirme l'impression laissée par la bande annonce, à savoir que c'est vraiment pas terrible. L'histoire d'amour (inutile) prend 80% du film, alors qu'on aurait aimé en savoir plus sur la construction, les doutes, les problèmes techniques... Bref, un scénario plus (voire essentiellement) axé sur l'aspect industriel aurait été bienvenu. D'ailleurs, les trop rares moments qui se consacrent à la partie "atelier-mise en chantier" sont pas si mal que ça, donc c'est vraiment dommage (hormis la piètre qualité de certains plans, vraiment noyés sous les effets numériques, mais peut-on faire autrement?...) Certaines séquences font très académiques et manquent de folie créative, et c'est ballot, vu que ça parle d'un génie novateur, on aurait aimé que le réalisateur ait lui-même 2 ou 3 fulgurances, mais non. (J'ai même trouvé certaines séquences plutôt mal filmées...) En gros, le film aurait été tourné il y a 20 ans, le résultat serait le même. J'ai vu récemment un doc sur RMC sur la construction de la Tour Eiffel, qui était 15 fois plus intéressant et prenant que ce film. Quant aux acteurs, Romain Duris a déjà été mieux que ça; Emma Mackey est charmante, mais faudra qu'elle m'explique comment elle fait pour pas prendre une ride en 20-25 ans de diégèse (c'est moins choquant avec Duris, même si lui aussi est un peu trop glamour pour le rôle..) Le film se veut être une fresque romanesque et épique sur un visionnaire de grand talent, ce n'est qu'un gentil téléfilm qui ne révolutionnera pas le monde du cinéma. Gustave Eiffel aura peut-être un jour droit au beau biopic, moderne et plein de trouvailles qu'il mérite, mais ce n'est pas ce film-là.
    N. FanDUB
    N. FanDUB

    Suivre son activité 2 abonnés Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 25 août 2021
    Film regardé en avant première avec en prime une rencontre exceptionnelle avec Romain Duris, Emma Mackey et Martin Bourboulon, le réalisateur, qui, bien qu'il me sembla totalement étranger, est doté d'un talent immense en matière de tournage. Ce film est tout simplement magnifique et dépeint une histoire d'amour originale et touchante avec un très bon référencement pour l'époque choisie et des plans à couper le souffle... Bref, une petite pépite de fin 2021, réalisé avec beaucoup de talent et de qualité. Jamais encore, Paris ne nous avait été exhibé de la sorte, et c'est pour moi, une découverte très intéressante, de cette partie de l'histoire française, que je trouve souvent trop sous-exploitée. Foncez, voir ce film dès sa sortie, et contempler ainsi, avec émerveillement, et comme jamais auparavant le monument le plus célèbre au monde !!! L'un des meilleurs films de Romain Duris et sûrement le meilleur d'Emma Mackey, que j'espère par cela, revoir plus fréquemment devant la caméra ! Une découverte très agréable, pour ma part que cette perle innatendue à laquelle je souhaite un très bon accueil de la part du public, dès sa sortie officielle.
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 255 abonnés Lire ses 926 critiques

    3,5
    Publiée le 13 octobre 2021
    Basé sur la théorie romantique et romanesque qu'une certaine Adrienne Bourgès, amour de jeunesse de Gustave Eiffel, aurait inspiré ce dernier dans sa création ferreuse la plus spectaculaire de toute sa carrière (à Paris), ce récit retrace la conception et la fabrication de la célébrissime tour Eiffel (1887-1889) à travers le portrait d'un ingénieur en avance sur son temps.
    Autant j'ai beaucoup aimé la partie technico-historique concernant toute l'élaboration de notre Dame de fer parisienne (les réticences des banques et des riverains, l'ingéniosité technologique de l'ouvrage...), autant cette histoire d'amour contrariée sur plusieurs décennies ne m'a pas vraiment ému, malgré la présence radieuse à l'écran de la comédienne Emma Mackey.
    Romain Duris, quant à lui, propose un Gustave Eiffel tout à fait crédible, tourmenté et passionné qu'il est.
    Un film très intéressant sur sa partie documentaire mais moins absorbant sur sa partie sentimentale, j'ai tout de même passé un moment cinéma plutôt sympathique dans l'ensemble.
    Assez satisfaisant.
    Elisabeth G.
    Elisabeth G.

    Suivre son activité 93 abonnés Lire ses 777 critiques

    2,5
    Publiée le 16 octobre 2021
    Une romance sur un vague fond de construction de la Tour Eiffel quand il eut fallu que ce fut l'inverse. Dommage parce que les acteurs sont bons.
    La critique complète sur le-blog-d-elisabeth-g.blogspot.fr
    mcdeux
    mcdeux

    Suivre son activité Lire ses 12 critiques

    2,0
    Publiée le 1 octobre 2021
    Comme je me suis bien ennuyée !
    Je pensais voir un biopic, mais le film ne retrace pas la formidable carrière de cette gloire nationale, mais plutôt ses interminables démêlés amoureux dont nous n'avons que faire !
    Décors et costumes sont là, ils ont dû coûter très cher... Mais on a envie de dire : " Tout ça pour ça ! "
    Pauvre Eiffel ! il aurait mérité mieux !
    laurent joulin
    laurent joulin

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 51 critiques

    2,5
    Publiée le 17 juin 2021
    Un si petit film minimaliste pour une si grande dame , pour un si grand monument . Il manque de la passion , de l emotion , le film est juste une histoire une romance qui n apporte rien à la dramaturgie du film . Un biopic qui manque d envergure et de rebondissements . C est un fil continu et lineaire où l ennui à une place importante . Eiffel était un personnage charismatique important qui apparait ici presque insignifiant juste de passage comme un simple apprenti alors qu il avait accompli tant de monuments avant sa tour . Bref la magie n a pas opéré car fade et sans saveur .
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top