Notez des films
Mon AlloCiné
    Joker
    note moyenne
    4,4
    32210 notes dont 3150 critiques
    répartition des 3150 critiques par note
    1618 critiques
    818 critiques
    243 critiques
    204 critiques
    128 critiques
    139 critiques
    Votre avis sur Joker ?

    3150 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2746 abonnés Lire ses 1 445 critiques

    5,0
    Publiée le 18 octobre 2019
    Avec « Joker » de Todd Phillips, le véritable Joker est NÉ ! Fabuleux, magnifique, extraordinaire, les mots nous manquent pour porter au firmament l’acteur Joaquin Phoenix dont le jeu est littéralement dérangeant, remarquable, époustouflant ! On ressort décontenancé et pantelant, d’avoir vu son corps se déployer petit à petit, de l’être voûté et miséreux du début, à ce Joker dansant et virevoltant, rayonnant et parfaitement diabolique ! Jamais un personnage n’aura permis de rentrer autant dans la folie pure, dans ce mental si effrayant, au point de nous faire rire jaune dans les moments justement les plus fous de ce récit ! Un fonctionnement intérieur des plus machiavélique, dont chaque étape est décrite avec soin, de l’élément déclencheur à l’acte irrémédiable et terrible que l’on voit arriver, de loin ou de près avec toute la mise en place, toute la réflexion sous-jacente qui bouillonne dans cette tête hors norme ! Et ainsi c’est bien toute la vie de ce Arthur Fleck, qui défile au son d’un rire vertigineux et indescriptible, saccadé et sans fin ! Un être simplement fragile psychologiquement, victime d’une société capitaliste et laissé pour compte, dont les garde-fous vont sauter un à un et là, on pourra dire que cette expression n’aura jamais eu autant de sens... De son activité de clown et son projet de devenir humoriste, à sa vieille mère et son secret enfoui, c’est tout son cadre de vie qui éclate, qui part en miettes pour rendre ce malade psychiatrique encore plus insaisissable et incontrôlable ! Joaquin Phoenix donne ainsi au personnage mythique et légendaire que représente le « Joker », toute sa dimension psychologique et sa raison d’être, d’exister et maintenant, chaque apparition de ce dernier renverra à coup sûr à cette histoire, ce destin terrible et inimaginable ! Et que dire de cette mise en scène incroyable et théâtrale qui sied à l’acteur, tel un écrin qui le magnifie encore plus dans l’horreur ! On est époustouflé de la montée en puissance qui s’opère à nos yeux, de la transformation de cet être replié, maigre et noueux,en un clown carnassier et démoniaque, devenu un véritable psychopathe dans l’âme ! Chaque plan, chaque image crée la surprise, la peur et même l’angoisse et un simple escalier pénible à monter dans les premières images, va devenir soudain une véritable piste de danse, où on le verrait presque s’envoler... Joker est né ! Joker a sa propre histoire ! Joker a tout son sens ! Et toute l’intelligence de ce film de DC tient aussi à ce qu’il représente comme antithèse au film lisse et propre de super-héros, tant au niveau de la violence personnelle exprimée que celle qui y est à l’origine, c'est à dire celle véhiculée et synonyme d’un malaise social, véritable message politique d’une société en rébellion telle qu’on la connaît encore actuellement, dont Joker en aura été ici bien malgré lui l’instigateur ! Bravo pour cet incroyable film inspiré et inventif de Todd Phillips, véritable ode à Joachin Phoenix dont le regard sombre n’a pas fini de nous hanter !
    Alice025
    Alice025

    Suivre son activité 736 abonnés Lire ses 1 045 critiques

    5,0
    Publiée le 10 octobre 2019
    Magistral, sombre, violent, divin. Le réalisateur va réinventer les origines et la naissance de ce personnage culte, qui fascine autant qu'il dérange. Et on peut dire que c'est complètement réussi. Que ce soit le scénario, le casting, les plans et cadrages, les couleurs, l'ambiance... tout est complètement maîtrisé et abouti. L'atout majeur est bien sûr l'interprétation hallucinante de Joaquin Phoenix. Totalement habité par ce rôle, dément, il arrive à nous hypnotiser de la première à la dernière scène du film. Personnage complexe, déchiré entre son envie de bien faire et son mal-être qui le ronge de plus en plus, on ne peut que ressentir de la compassion mais aussi de l'inquiétude face au déroulement de cette histoire et de sa vie. « Joker » est également une critique de la folie et pas seulement celle de son protagoniste. C'est aussi la folie grandissante de cette ville, du monde, des gens ; une critique de la politique et des traitements inégaux entre les êtres humains. C'est un film autant pessimiste qu'il est grandiose, procurant malaise et grand plaisir,sûrement un des meilleurs films de cette année 2019. http://cinephile-critique,over-blog,com
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1071 abonnés Lire ses 3 366 critiques

    4,5
    Publiée le 10 octobre 2019
    Les héros de Comics vous indiffèrent et les films de super-héros ne vous intéressent pas le moins du monde ? Cela tombe bien, Joker devrait enchanter (aussi) ceux qui ne jurent que par le cinéma d'auteur, à condition qu'il soit intelligent. Il faut bien l'avouer, le Lion d'Or obtenu à Venise avait de quoi susciter de légitimes interrogations et une grande curiosité. Toutes les préventions sont assez vite balayées par les premières images de Joker : voici un film qui place ses pions sans tarder avec un personnage pathétique et un environnement sordide. La violence, le cynisme et la morgue des puissants n'ont jamais été aussi bien montrés que dans Joker, débouchant sur une révolte des humiliés qui évoque des rébellions pas seulement américaines et proches de nous. Et dans ce contexte, le rire du clown, bienveillant au départ, ne peut devenir qu'un rictus de haine devant l'injustice sociale. Très référencé, de l'expressionnisme muet à Scorsese, le film de Todd Phillips, cinéaste guère passionnant jusqu'alors, étonne par sa maîtrise continuelle, sa puissance narrative et sa cohérence visuelle. Evidemment, sa réussite serait moindre s'il n'avait un stradivarius comme interprète. Cependant, on oublie rapidement la performance pure d'un Joaquin Phoenix éblouissant pour ne s'attacher qu'au mal-être de ce Joker, réceptacle de toutes les mortifications et oppressions sociales. Hallucinant de radicalité, d'une tristesse infinie et d'une poésie ambigüe intégrale, Joker se prête à toutes les analyses politiques possibles. Mais laissons les exégètes en discuter à l'envi, le plus important est ce mélange de plaisir et de malaise que l'on prend devant un long-métrage qui restera parmi les plus grandes commotions cinématographiques de l'année.
    Suppositoire
    Suppositoire

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 46 critiques

    5,0
    Publiée le 5 octobre 2019
    Si vous allez voir ce film en espérant voir un film d'action, vous serez probablement déçu, comme le furent une toute petite minorité dans la salle. Si vous avez compris ce que vous venez voir, alors vous visionnerez probablement le chef d'œuvre auquel vous pensiez assister.
    Martin P.
    Martin P.

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 252 critiques

    5,0
    Publiée le 17 octobre 2019
    Ça fait longtemps que je n’avais pas pris une telle claque au Cinéma. Le scénario est béton, la photo propre, Joacquin Phenix crève complètement l’écran (rarement vu une telle performance) et le film ne nous laisse pas simple spectateur, il nous pousse dans nos retranchements et notre vision manichéenne ; on ne peut que se mettre à la place de Joker et compatir avec la situation, sans l’excuser. Le film apporte donc un début d’explication sur ce personnage intriguant, du moins il apporte un magnifique témoignage de la naissance de celui-ci. Enfin, la musique pleine de basse vient rythmer parfaitement ce drame, très belle réalisation qui devrait rafler un paquet de prix lors des futurs oscars, à juste titre.
    Rida B
    Rida B

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 14 critiques

    5,0
    Publiée le 4 octobre 2019
    bon ben voilà je ressors de la séance et je suis comblé!! Joaquin au sommet et Todd Philips qui à peut être trouvé sa voie! le film divisera pour les raisons que vous connaissez déjà ( ouin c'est pas un film de super heros?, il est où bacman il est où etc...) mais pour ceux qui savent à quoi s'attendre alors vous allez adorer suivre la descente aux enfer (ou la monter en haut du podium) d'Arthur! une BO plutôt surprenante mais qui fonctionne très bien associé aux images, une photographie lécher et une mise en scène maligne. Todd franchement tu m'as surpris quand à Joaquin bon bah chapeau bas, ce mec est tellement habité par le personnage que ça en devient flippant! à se demander si il partagerait pas les idées d'Arthur tellement il nous fait ressentir ce qu'il pense!! si il ne remporte pas d'oscar alors personne n'en remportera cette année… pour les fans de la licence batman ne vous inquiétez pas il y a un soupçon de fan service plutôt bien amené qui vous fera dans tous les cas accepter ce JOKER dans votre cœur, car oui si on suit surtout Arthur, JOKER est bien là et le dernier acte le confirme si vous aviez un doute. bref je ne dirais pas à chaud que ce film est un chef d'oeuvre mais il y a moyen qu'il le devienne après un 2ème visionnage ou en laissant tous ça un peu reposer dans ma tête (rien qu'en écrivant des scènes me reviennent et mon amitié pour se film commence doucement à se transformer en amour)
    Alexis D
    Alexis D

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 9 octobre 2019
    Bon... par où commencer? Honnêtement, je n’ai pas le souvenir dans ma vie d’avoir été aussi scotché devant un film. Un film? Non, un pur chef d’œuvre plutôt. Todd Philips nous amène dans une ambiance anxiogène, où la société de Gotham est en perdition, ravagée par le désespoir et la cruauté. Arthur Fleck ( Joaquin Phoenix) en devient la pauvre victime et subit les sévices de cette roue infernale. Sali, meurtri et humilié, même par ses amis et ses proches, il tombe petit a petit dans la folie. Il sombre alors dans une frénésie absolue et s’identifie dans la violence en guise de vengeance envers ceux qui lui ont fait du mal, le Joker au sommet de son art tout simplement. Ce film est glaçant, sidérant et tellement exceptionnel qu’il frôle pour moi la perfection. Joaquin Phœnix entame sans aucun doute la meilleure prestation de sa carrière sur ce long-métrage. Une performance hors norme qui peut sereinement l’amener vers la récompense ultime à savoir l’oscar du meilleur acteur. Un film à la fois sublime et bouleversant, c’est un pur classique, une claque cinématographique comme on en a peu dans notre vie. Allez voir ce chef d'œuvre sans tarder, et je vous assure que vous resterez cloué sur votre siège!
    Marc T.
    Marc T.

    Suivre son activité 139 abonnés Lire ses 515 critiques

    4,5
    Publiée le 5 novembre 2019
    Il faut un peu mettre de côté l'univers DC Comics afin de pouvoir pleinement apprécier ce Joker de Todd Phillips, car en effet ce film aurait très bien pu fonctionner de la même façon avec n'importe quel psychopathe. Sa force tient principalement dans l'interprétation du personnage principal par un Joaquin Phoenix époustouflant. Il nous fait parfaitement ressentir comment cet homme rejeté de la société en est arrivé à devenir un tueur bon pour l'asile. La montée crescendo de sa folie est impeccablement bien mise en scène et nous fait sans cesse nous demander quand et comment il va passer du côté obscur (ou du côté lumineux pour lui). Certaines scènes sont même tout simplement splendides, comme celle de la danse dans les escaliers reprise sur l'affiche du film. Et pour finir, hormis une bande originale collant parfaitement à l'image, il faut aussi souligner une photo de très très grande qualité, chaque plan est pensé avec une grande minutie.
    rouyard74
    rouyard74

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 27 critiques

    5,0
    Publiée le 5 octobre 2019
    Je sors de l avant première. La salle était debout et applaudissait a la fin. Joachim Phoenix nous prouve une fois encore qu il est formidable acteur tragique. C est la vision la plus pessimiste, la plus pathétique et en même temps jouissive qu il n y a jamais eu du Joker... Ce film prend des libertés, réinvente la grande histoire du Joker et de Batman. spoiler: Le personnage de Thomas Wayne, père de Bruce et sa suppose paternité avec Arthur Fleck restant une des clés de l intrigue. C est lent sans être ennuyant, violent sans être gore, critique sans être extrême... C est d une justesse absolu... C est juste la vie d un homme qui lasse de vivre une tragédie a décidé de faire de sa vie une comédie. Comédie comme il l entend bien sur. En tout cas foncez y c est extraordinaire
    garnierix
    garnierix

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 201 critiques

    3,5
    Publiée le 11 octobre 2019
    Il y a indiscutablement un gros message dans ce film. Il n’y a d’ailleurs qu’un seul sujet et il est disséqué pendant deux heures, ce qui donne le temps de peaufiner. Synopsis : un humoriste de stand-up devient un tueur psychopathe, ou le portrait de l’ennemi juré de Batman –on rappelle que le Joker est un personnage de DC et que ça se passe à Gotham City. Sa mère lui a toujours dit qu’il "faut semer le rire et la joie". Lui, "espère que sa mort aura plus de sens que sa vie". Tragédie ? Comédie ? Il y a un gros message, c’est superbement joué et réalisé, lion d’or à la Mostra de Venise 2019, qui aura sûrement des oscars. Et pourtant. Pourtant, ça reste ambigu car on ne sait plus trop pourquoi on applaudit à la fin, mais on applaudit. C’est un film cajoleur, enjôleur, ensorceleur. Grâce ou à cause de la performance, l’idée, l’originalité, le message ? –La musique ? (elle a un rôle déterminant dans le film, nécessaire au personnage autant qu’à l’acteur). C’est un film politique, à n’en pas douter. Joaquim Phoenix, l’empereur Commode dans Gladiator, l’inoubliable gourou dans The Master, joue magnifiquement ce Joker, au rire irrépressible, qui tout-à-coup passe de l’anonymat à la célébrité, comme certains leaders aujourd’hui ; il y a aussi Robert De Niro, présentateur vedette bien nourri, qui pourrait tout aussi bien être Yann Barthès ou Jean-Marc Morandini. Mais derrière tout ça, il y a le mensonge, la solitude, la maladie mentale, l’effet de réaction en chaîne, la lutte des classes. Tout est très mélangé, ce qui fait que ce film est d’un genre inclassable, jouissif, dangereux, mais qui fait réfléchir. Et qui, étonnamment, manque d'émotion. A.G.
    Alexandre M
    Alexandre M

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 5 novembre 2019
    Si Arthur Fleck n'avait pas été malade, il ne serait pas intervenu. Le truc que tu réalises après avoir vu le film et après l'avoir laissé te hanter quelques jours. Dans ce film très intelligent, rien n'est manichéen, pas même "l'héroïsme" très mal placé qu'on accordait jusqu'ici à ce personnage de Joker. Ici Todd Phillips démontre très intelligemment que dans une confusion des causes, telle une réaction chimique, la folie vengeresse créé davantage de drame qu'il ne résout. Sombrer comme Arthur Fleck, c'est renoncer, et devenir le monstre moqueur d'une société à son image : qui ignore la douleur, la perte, le chagrin, se moque de toute infamie car cette infamie elle-même manifeste la cruauté de l'homme, elle est le produit et le mode de production de ses actes. Arthur Fleck a connu la cruauté davantage que bien d'autres gens, son parcours est chaotique à l'extrême, tout est fait pour ne pas pouvoir/devoir s'identifier à lui, au mieux on éprouve de la compassion durant un temps. Mais il serait idiot de glorifier le personnage du Joker après avoir vu ce film, on devrait plutôt être triste pour lui, pour son renoncement, son basculement, la mort d'Arthur, si magnifiquement mise en scène dans cette salle de bain...
    Elessar
    Elessar

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 11 critiques

    5,0
    Publiée le 11 octobre 2019
    Il faut dire je prends rarement le temps d'écrire une critique ici mais j'ai vu ce film hier soir et j'en suis encore bouleversé... Je veux dire au monde entier de ne pas hésiter et courir voir ce film. Joaquim Phoenix, en un mot : exceptionnel J'ai également adoré l'actrice Frances Conroy que je retrouve avec plaisir à chaque saisons d'AHS. Ce film vous fait plonger dans la folie grandissante d'Arthur, une descente aux enfers magnifiquement mise en scène. En résumé spoiler: vous assistez au glissement psychologique du personnage principal avec en parallèle son ascension en devenant un symbole pour toute la ville de Gotham ou régne le KO : c'est la naissance du Joker Je termine par la direction artistique et musicale du film qui viennent magnifier les images. Un grand film comme on aimerait en voir plus !
    Shadix
    Shadix

    Suivre son activité 5 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 17 octobre 2019
    Vu 2 fois en 5 jours. La première fois, j'ai beaucoup aimé, la deuxième je suis resté scotché pendant 2 heures devant l'écran du cinéma sans lever le regard une seule fois. J'ai eu beaucoup de frissons et d'émotions; en sortant de la salle j'étais sûr de moi: j'avais eu affaire à un chef d'œuvre. Todd Philipps: magistral. Son film est absolument parfait, les plans, les lumières, la couleur, l'ambiance sonore... tout est calculé et millimétré, il a trouvé sa voix et c'est sûrement le film de sa vie. Joaquin Phoenix: grandiose. Dirigé par un réalisateur de très grande classe, il joue à en faire peur; dans cet univers sombre et rempli de réalisme, on s'attache énormément au personnage et on en arrive même à comprendre ses actes malgré la violence de ceux-ci. Son rire et ses gestuelles sont parfaitement travaillés et j'ai trouvé que les vêtements qu'il portait mettaient en valeur son corps maigre et miséreux. Le personnage est, pour moi, parfait de noirceur et de folie. Oscar du meilleur film et du meilleur acteur sinon rien !
    La P.
    La P.

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 5 octobre 2019
    On arrête tout, tout de suite, maintenant ! Joker a droit à son propre film et il est non seulement réalisé par Todd Phillips (Trilogie Very Bad Trip, Date Limite, Starsky et Hutch (2004), War Dogs), mais en plus c’est Joaquin Phoenix qui campe le rôle principal. C’est assez déconcertant de voir que c’est Todd Phillips qui a réalisé le film, dans la mesure où il n’a fait pour l’heure, que des comédies. Mais durant une interview avec Vanity Fair, ce dernier a confié qu'il était difficile de faire des comédies aujourd'hui à Hollywood où l'industrie est plus sensible aux sujets de société, aux injustices et à l'oppression subie par les minorités. Il a poursuivi en expliquant son envie de réaliser Joker : "Essayez d'être drôle maintenant dans cette société éveillée et consciente. Il y a eu pléthore d'articles expliquant pourquoi les comédies ne fonctionnent plus – Je vais vous dire pourquoi, parce que tous les mecs vraiment drôles lâchent l'affaire par peur d'offenser les gens. C'est difficile de débattre avec 30 millions de personnes sur Twitter. C'est vraiment impossible, non ? Du coup, tu te dis 'J'arrête'. Je m'arrête, et vous savez quoi ? Toutes mes comédies ont un point commun – et je pense que c'est le cas de toutes les comédies – elles sont irrévérencieuses. Du coup, je me suis dit 'Comment faire un film irrévérencieux tout en emmerdant la comédie ? Je sais, prenons l'univers des comics et tordons-lui le cou.' C'est comme ça que j'ai eu l'idée de faire le Joker." Et ce n’est pas tout, puisque le réalisateur a avoué ne pas vouloir faire une adaptation qui se situe dans un univers partagé. Il avait le désir de revenir sur les origines de l’ennemi juré de Batman à sa manière. D’autre part, il assume le fait qu’il n’a absolument rien suivi des comics. De quoi nous rendre totalement fou ! Dans le magazine Empire, il ajoute : "Nous avons écrit notre propre version de ce qui pourrait faire naître un type comme le Joker." Mais parlons de l’acteur principal de ce chef-d’œuvre. Parlons du grand Joaquin Phoenix. Après une longue hésitation et suite à l’idée d’un film solo sur le Joker, Phoenix a commencé les négociations avec l’immense industrie Warner Bros. Et il a bien fait d’accepter le rôle. Même si le travail a été difficile. Notamment pour trouver le rire. Il s’est entraîné seul en regardant des vidéos de de gens souffrant de rires pathologiques, un désordre neurologique qui provoque chez ces personnes un rire incontrôlable. Outre ce travail en amont, le plus gros travail pour Phoenix, et le plus dangereux d’ailleurs, a été la perte de poids pour endosser le rôle. Pour le film de Todd Phillips, Phoenix a perdu 25 kilos ! "La première chose qu'il fallait faire, c’était la perte de poids. C’est par ça que j’ai démarré. Parce qu’en fait, ça affecte ta psychologie. Tu commences à devenir fou quand tu perds autant de poids en si peu de temps", confie le comédien. En ajoutant tout cela à la magnifique et terrifiante interprétation de Phoenix, la mise en scène, la photographie, l’intrigue, la profondeur de tous les personnages et l’hyper réalisme du long-métrage, on ne peut que comprendre les huit minutes d’applaudissement et le Lion d’Or lors de la Mostra de Venise. Tout semble à croire que le succès sera au rendez-vous, non seulement en salle, mais également lors des prochain Oscars. A noter qu’une nomination de Joaquin Phoenix pour le meilleur acteur deviendrait la première pour une adaptation de comics après celle du meilleur second rôle pour Heath Ledger, déjà pour avoir joué le Joker. Vu en avant-première au Pathé Atlantis, nous avons eu la chance de participer à une soirée spéciale en or et à faire partie des cent premiers à avoir eu la chance de se voir offrir une affiche collector du film, offerte par Warner Bros France. Nous voulions donc remercier tout particulièrement toutes les équipes et partenaires du cinéma qui ont organisées cette soirée Joker.
    JeAn
    JeAn

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 11 critiques

    4,5
    Publiée le 5 octobre 2019
    Joker le film , est tellement hors normes, qu'on en sort surpris, estomaqué, K.0 debout. C'est un film qui épate par sa photographie -volontairement vintage , dérange par sa musique lancinante , presque macabre ( ah ce violoncelle!) , ses décors poisseux, ses ordures partout, ses appartements sales et comme asphyxiés qui le font bousculer trés vite dans la veine Taxi driver ou Mean Streets. Long film, presque 2H15 qui est en fait une plongée terrifiante , jour après jour, semaine après semaine dans la psyché d'un homme qui s'est cru comique et à qui la société ment, les amis mentent, la famille ment. Joker le film n'est pas un spectacle pour les gogos. Il est aride , difficile, ambitieux, Il met en scène la folie. Il écarte à jamais tout projet de divertissement en famille (n'y emmenez surtout pas vos jeunes enfants et vos jeunes ados!). Il est plus proche d'un film comme Vol au dessus d'un nid de coucou que d'un spiderman. Ne cherchez pas de l'action; il y en a peu. Et quand il y en a , c'est assez violent. Film pour adultes assurément. La performance de Joachim Phenix est comme on l' a dit: tellement changeante, , cameléonesque qu'elle en devient fascinante à force. Prodigieux acteur qui se métamorphose sous nos yeux ebahis en joker élégant , séduisant et terrifiant après avoir été un comique au dos voûté et au squelette en morceaux. Rien que pour ça : c'est un miracle. Quelques petites longueurs, oui, ici et là: forcément, Joker est un film plutôt lent dans son déroulement. Mais quelques scènes grandioses les gomment très rapidement . L'agression dans le Métro est filmée avec une telle tension qu'elle vous cloue au sol. Le moment ou Arthur lit à l'asile sa vraie histoire familiale vous file un frisson infernal. . Le final apocalyptique dans la rue est à lui seul un morceau de grand cinéma Inoubliable qui restera dans les annales. . Joker est une symphonie lugubre qui appelle au chaos généralisé. C'est un film dangereux et subversif . Oui, dangereux , osons le dire, et tellement grossissant sur les défauts de la société et ses privilèges qu'il pourrait passer pour une bombe à retardement cinématographique. Quand le cinéma produit un tel effet, on sait que l'on a à faire à un grand film. Rien que pour ça: Merci Mr Todd philips!! Merci!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top