Notez des films
Mon AlloCiné
    La Belle et la Bête
    note moyenne
    4,2
    20145 notes dont 503 critiques
    répartition des 503 critiques par note
    257 critiques
    158 critiques
    31 critiques
    35 critiques
    15 critiques
    7 critiques
    Votre avis sur La Belle et la Bête ?

    503 critiques spectateurs

    maximemaxf
    maximemaxf

    Suivre son activité 288 abonnés Lire ses 260 critiques

    5,0
    Publiée le 22 juin 2014
    "La belle et la bête" est un classique Disney de référence pour beaucoup de raison : il est le seul Disney qui ait reçu un oscar et un Golden Globe, et après l'avoir vu je comprends pourquoi. Il fait partie de ces grands chef d'oeuvre Disney de l'âge d'or des studios durant les années 90, ce film réunit donc les ingrédients principaux qui font de ces films des petites merveilles à voir au moins une fois, que l'on soit enfant, adulte ou en famille. L'histoire est un classique, une paysanne, archétype de la princesse Disney, très jolie et à fort caractère, Belle, rêve d'une vie meilleure et du beau prince charmant et un jour, son père se fait enlever et pour le sauver, elle le retrouve au château de la bête et accepte de devenir sa prisonnière, sans savoir qu'elle est la prisonnière d'un prince autrefois humain mais dont sa nature détestable l'a conduit à devenir une bête difficile à aimer. Qui dit Disney dit en général chanson, et dans ce film se trouve l'une des plus belles chansons Disney qui soit : "Histoire Éternelle", juste magnifique, romantique et harmonieusement chanté dans la version française par Lucie Dolène, la très bonne voix française pour Madame Samovar dans le film. Du côte de Belle et de la bête, Bénédicte Lécroart et Emmanuel Jacomy ont fait du très bon boulot, François Le roux donnait superbement vie à Gaston, le grand méchant du film, vantard, prétentieux, beau à l'extérieur mais i monstrueux à l'intérieur spoiler: qui n'hésite pas à corrompre la maison d'asile pour qu'il interne le père de Belle et la force à l'épouser. , un méchant Disney comme on les aime et qui tout du vrai salopard. Jean Claude Corbel était excellent pour faire la voix de Lefou, Daniel Beretta, Jean Amadou et les autres comédiens donnaient toute leur âme aux objets vivants du château qui apportaient beaucoup de fantaisie, de féérie et d'humour pendant tout le film, surtout lors de la chanson "C'est la fête" qui est vraiment entraînante et amusante et "Être humain à nouveau". Et que dire de l'ouverture du film avec "Bonjour Belle" qui se change très vite un flash-mob animé avec tout les habitants du village qui chantent et dansent, un pure Disney dans toute sa tradition et sa merveille qui ne prend pas de ride au fil des années. Et aussi, la chanson du grand méchant du film "Gaston" tout aussi mythique et drôle. Après, ce n'est que mon opinion mais dans ce film, si vous l'avez remarqué on voit du sang à 2 moment précis spoiler: quand la bête est blessé par les loups, puis poignardée par Gaston à la fin du film dans le combat finale. , alors moi j'ais rien contre ça, ça ajoute un plus au film avec le côté dramatique des scènes, mais pour l'enfant c'est peut être pas nécessaire. Pour l'histoire, elle est simple et habituelle, efficace en général, mais ce qui est bien avec Disney c'est que la romance passe sans mal 9 fois sur 10 du coup ça m'a permis d'apprécier encore plus ce film. En somme, un film plein d'humour, une jolie histoire d'amour entrecoupé de scènes de chanson et une intrigue qui suit bien son cours sans qu'on s'ennuie, un des plus grands Disney qui existe. PS : Y'a seulement un truc qui me turlupine, c'est le fait que ce film ait eu un second doublage pour une version longue qui n'était vraiment pas nécessaire et du coup pour les chansons ça agace un peu puisqu'une voix a été remplacé pour le second doublage, celle de Mme Savomar qui est beaucoup moins plaisant que le premier. Alors messieurs les doubleurs, on vous sera reconnaissant de ne pas traficoter un doublage quand il est terminé même pour une version longue, ce serait sympa.
    Marc L
    Marc L

    Suivre son activité 233 abonnés Lire ses 432 critiques

    5,0
    Publiée le 19 juin 2014
    Sans doute l'un des meilleurs Walt Disney si ce n'est le meilleur ! Entraînant avec ses magnifiques chansons, Éblouissant par ses décors et ce monde enchanteur et touchant par son histoire, ce dessin animé ne laisserais personne indifférent ! Les petits comme les grands pourront en tirer une leçon essentielle de la vie. Les personnages sont attachants, tous autant qu'ils le sont et l'on prends un réel plaisir a suivre ce dessin animé riche en couleur et génial en tous points. Un film a voir absolument ! Un grand chef d’œuvre de walt disney ! 20/20
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1660 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    3,0
    Publiée le 20 décembre 2011
    Ca n'a pas la poésie du chef d'oeuvre de Jean Cocteau mais cette adaptation des studios Disney se laisse regarder avec un plaisir certain. Le spectacle est loin d'être aussi grandiose qu'il aurait pu l'être, techniquement si le film est excellent il est tout de même loin d'être aussi abouti que "Le Roi Lion" et l'histoire ne présente pas de grandes surprises. Mais la galerie de personnages, principaux et secondaires, est par contre très réussie et n'a aucun mal à être attachante. Ce qui est sans conteste la plus grande force de ce film. Et la chanson, justement récompensée par un Oscar, interprétée par Celine Dion et Peabo Bryson est très belle. Sans une de ses grandes oeuvres, ce film Disney est très bon.
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 625 abonnés Lire ses 2 232 critiques

    5,0
    Publiée le 15 août 2013
    La Belle et la Bête : Un classique Disney qui est tout simplement un Chef-d’œuvre. Car, il est si bien travaillé et abouti. Et surtout, il représente à merveille tout le talent et la magie que peut offrir un Disney. Et j’ai bien aimé le soin et la travaille fait sur l’histoire et les personnages qu’ils soient principaux ou secondaire : ils ont tous leur importance et ils sont très bien imaginer. Car, on y découvre un prince égoïste et sans cœur qui va devenir un vrai monstre a cause d’un sortilège. Et pour vaincre ce sortilège, il va devoir découvrir l’amour réciproque. Pas facile quand on est une bête solitaire et mauvais caractère mais qui renferme des émotions. Donc voila, ce personnage est à la fois un peu tout : le gentils, le méchant, la victime… Et il va faire garder enfermé dans son château la charmante Belle qui est une femme pas que belle physiquement. On y découvre une femme avec une vraie âme et un cœur. Elle aime s’instruire en lisant, elle aime aussi l’aventure et surtout, elle n’aime pas les charmeurs sans cœur. Qui sera d’autres que Gaston qui fera le méchant charmeur (et je trouve se méchant très réussit). Et on va découvrir pour la coté féérique une horloge, un chandelier, une commode… : qui parle et chante. Et ces personnages sont tous aussi important et amusant à suivre que les autres. Et ils vont tous concocté des chansons qui sont juste extra, un régale pour les oreilles. D’ailleurs, les musiques de ce dessin animé sont juste magnifiques (c’est la fête…) et son en parfaite adéquations avec l’histoire. Donc voila, on a le droit a une histoire assez sombre au début, mais aussi magique et féerique. On la beauté intérieure rivalise avec la beauté extérieure. Et vraiment, cette histoire est captivante du début jusqu'à la fin car le temps est contre la bête qui doit absolument trouver l’amour avant le délai prévu, sinon il restera pour l’éternité une bête. Et pour finir, la réalisation et l’animation est juste phénoménale. C’est du classique Disney, c’est de l’animation a l’ancienne : dessiné a la main… Et vraiment, c’est tous le charme des classiques Disney. Donc voila, un des Disney les plus aboutis car il est si soigné et travaillé et surtout : la magie Disney nous émerveille encore.
    Julie8112
    Julie8112

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 77 critiques

    4,5
    Publiée le 10 octobre 2012
    Déjà à l'époque de Blanche-Neige et les Sept Nains dans les années 30, Walt Disney avait la volonté d'adapter en long métrage d'animation le conte universel et intemporel de La Belle et la Bête. Mais n'ayant pas trouver la meilleure façon pour traiter le projet, celui-ci fut mis en suspens avant de sortir finalement du tiroir des décennies plus tard, à l'aube des années 90. Une période cruciale pour les studios Disney qui se devaient de continuer sur leur lancée après le vif succès rencontré avec La Petite Sirène, vécu comme un second souffle pour la firme. Un défi de taille donc qui eu bien du mal à se mettre sur les rails, les premiers mois de travaux ayant été totalement rejeté. Le projet va finalement connaître un essor avec le remaniement de l'équipe du film, et sur la volonté de considérer la musique comme un véritable élément central du récit, chaque chansons contribuant à l'approfondissement et à l'avancée du scénario. Ainsi, après La Petite Sirène, la collaboration entre le parolier Howard Ashman, décédé avant la fin du projet, et le compositeur Alan Menken fait à nouveau de jolies étincelles. De l'inoubliable et romantique "Histoire Éternelle", à la douce et révélatrice "Je ne savais pas" en passant par l'entraînante "C'est la Fête", le long-métrage nous offre des numéros musicaux juteux, digne des comédies musicales de Brodway. On retiendra également certains thèmes musicaux envoûtants, comme celui accompagnant le prologue, lui-même magnifique et inspiré, illustré non pas comme à l'ordinaire par les pages d'un livre, mais par les vitraux éclatants du château de la Bête. Un château qui nous apparaît dans un premier temps, ainsi qu'aux yeux de Belle, comme hostile, sombre et inhospitalié, à l'image du maître des lieux d'ailleurs. Caractériel et colérique, on découvrir au fil des bobines en la Bête un personnage torturé, désespéré à l'idée de rester enfermer dans ce corps inhumain pour l'éternité. Un personnage tragique comme on en voit finalement peu chez Disney, car punit par son égoïsme et son manque de compassion, ce sont ces vieux démons qu'il va devoir combattre s'il veut espérer avoir une chance de conjurer le sort. Ainsi, d'abord effrayant et hargneux, il va finir par s'adoucir au contact de Belle, attendrissant et amusant le spectateur lors de ses efforts, parfois maladroits, pour charmer la demoiselle. Il faut dire que la dame a du caractère, car dans la lignée d'Ariel, Belle est une héroïne active, cultivée, jolie mais pas superficielle, influençant sa propre destinée, ne se contentant pas d'être une victime comme ce fut le cas avec Blanche-Neige ou Aurore. Plus contemporaine que ses dernières, Belle est certes rêveuse mais moins naïve, ne succombant pas aux avances du premier bellâtre venu, à savoir ici Gaston, un méchant Disney assez unique car physiquement séduisant, mais d'un caractère frimeur, fourbe et d'un machisme détestable. Son opposition avec la Bête, qui s'est révélé emprunt de gentillesse et de bonté, est clairement tranchée, participant à la morale, certes tout indiquée mais parfaitement amenée, du livre que l'on ne doit pas juger à sa couverture. Belle elle, l'a bien compris, et c'est avec douceur, mais aussi un peu d'aventures et d'humour, que l'on assiste à la naissance improbable de cet amour atypique, qui touche et marque le spectateur par sa sincérité, sa tendresse, et sa magie. On regretterait presque que la Bête finisse par retrouver apparence humaine, tant la force de leur lien unique y perd un peu de son charme. Il serait par ailleurs dommage de ne pas évoquer les personnages secondaires qui ont participé au rapprochement des deux amants, à savoir les domestiques du château, eux aussi victimes du sortilège et condamnés à vivre sous forme d'objets animés. Entremetteurs et drôles, ils apportent de la légèreté au long-métrage, que ce soit Lumière, le maître d'hôtel jovial et charmeur, Big Ben, le régisseur nerveux et stressé, la gouvernante Mrs. Samovar, douce et maternelle, ou le tout mignon et innocent Zip. Le travail des animateurs sur ces personnages est remarquable, parvenant à insuffler l'humanité nécessaire à ces objets vivants. Une qualité d'animation qui se retrouve d'ailleurs pour l'ensemble du long-métrage, avec des couleurs chaleureuses, des décors à la française dessinés avec détails et finesse, des graphismes formidables, appuyés par le système Computer Animation Production System (CAPS), sans qui certaines scènes n'auraient pu être ce qu'elles sont, en particulier celle de la danse. Une scène mythique qui a su faire valser le coeur et marquer les mémoires de millions de spectateurs, à l'image d'un film drôle, trépidant, romantique et attachant, qui a su s'imposer comme une véritable pièce majeure de ce qui fut le second âge d'or des studios Disney, et plus généralement dans l'histoire de l'animation.
    Empereur Palpoutine
    Empereur Palpoutine

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 194 critiques

    5,0
    Publiée le 31 octobre 2016
    La belle et la bête est inspiré du conte éponyme de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, publié en 1757. Ses principaux thèmes sont l'amour et la rédemption. Sorti en 1991, avant Aladdin et le Roi Lion, la belle et la bête est un chef d'oeuvre parmi les classiques de l'Age d'Or de Disney (1990 - 2000). Son scénario est manichéen, et personnages stéréotypés à souhait, soit très gentils, soit très méchants. Par exemple, Belle, est avide de liberté et des livres. Cependant, on a parfois envie de coller quelques baffes pour la réveiller, tellement elle semble naïve. Elle est convoitée par le beau et très fort Gaston - personnage inventé par Disney. Il se révèle cruel et sournois par la suite. Comme chaque Disney qui se respecte, la belle et la bête tire son titre de chef d'oeuvre d'une animation à couper le souffle, en particulier, la scène de la danse. Les graphismes semblent avoir parfois mal vieilli, mais la fluidité des mouvement sera retrouvée plus tard dans Aladdin et dans le Roi Lion. L'Animation rappelle d'ailleurs fortement celle de Fantasia. Une fois n'est pas coutume, la Belle et la Bête dispose de son lot de chansons, qui lui ont rapporté l'Oscar de la meilleure musique de film. Rien que le prologue d'Alan Menken est sublime. Viennent Belle, Gaston, Tuons la bête, ou encore, c'est la fête. En définitive, la Belle et la Bête est un grand moment de Classique Disney, qui vend du rêve comme sait le faire très bien la maison de Mickey.
    Oxymetal
    Oxymetal

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 688 critiques

    2,5
    Publiée le 26 décembre 2011
    "La Belle et la bête" version "Disney" ressemble plus à une véritable comédie musicale qu'à un véritable film d'animation. Ça chante et danse les 3/4 du temps (Après on aime, ou on déteste !) et le traitement apporté à certains personnages reste assez décevant, et je pense notamment au méchant de service "Gaston" ("Disney" oblige !) "Abscon" et puéril au possible sans oublier la narration en dent de scie qui ne s'encombre pas du superflus. Cependant la magie opère quand même grâce à une animation de qualité et des décors enchanteurs dans la plus grande tradition de "Disney". Mais on reste tout de même très loin de la mythique transposition de "Jean Cocteau" datant de 1945 !
    septembergirl
    septembergirl

    Suivre son activité 464 abonnés Lire ses 1 069 critiques

    4,0
    Publiée le 8 mai 2014
    Un dessin animé qui fait partie des meilleurs Disney de l’âge d’or des studios, durant les années 1990. L’histoire, qui alterne tension et émotion, est efficace, les dessins sont soignés, les couleurs sont magnifiques, les personnages et nombreux objets animés sont simples et attachants. Une réalisation à l’univers merveilleux dans laquelle la magie opère !
    Cinememories
    Cinememories

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 993 critiques

    4,0
    Publiée le 28 juillet 2017
    Adapté du film éponyme de Jean Cocteau, mais pas que, Disney s’offre le cœur de nombreux spectateurs encore passionnés de romance et de magie. « La Belle et la Bête » permet une évasion garantie au cœur d’une malédiction, pourtant bénéfique et musicalement entrainante. Pour leur premier banc d’essai chez le géant studio d’animation, les réalisateurs Gary Trousdale et Kirk Wise propose un divertissement riche, convivial et innovant. Converti à la sauce Disney, c’est-à-dire avec les « paillettes » associées, le conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont est très bien adapté. On nous offre constamment une double lecture, si elle ne tend pas déjà à nous absorber dans une narration directe, vis-à-vis de l’auditoire satisfait du divertissement, mais attentif. On y découvre Belle, une femme au caractère unique dont la culture dépasse les précédentes princesses en matière d’approche. Bien que l’inconnu la pousse à se tourner vers des découvertes intéressantes, il est important d’insister sur son éducation où la modernité frappe à la porte du passé. Ce croisement, voire choc de cultures que ce soit scientifique ou littéraire, on remet constamment en question les acquis qui prônent le quotidien de chacun. Une société tend à évoluer est c’est ce que propose la charmante demoiselle en exprimant son intellect à travers ses lectures. Incomprise des villageois, elle finira par trouver l’extase au sein du château de la Bête. Ce qui est aussi anecdotique, c’est que l’image d’une femme forte se dessine peu à peu. On feint de la rabaisser par son caractère peu féminin, amis c’est pour mieux s’intéresser à son importance et d’y croire à ce renouveau qui naît. Elle est plus aventurière et courageuse que n’importe qui d’autre dans le récit. Elle sauve elle-même son père et se place dans la position de demoiselle en détresse, où son sort dépendra de ses propres convictions. Bien entendu, il y a une part très enfantine dans l’idée et gentillet dans la forme. Mais il ne faut pas demander plus que cette bonne analyse du genre humain, où la charnière avec un monde moderne apparaît comme une délivrance. Une fois la Bête dans le ligne de mire, on installe une complicité particulière entre l’homme au visage maudit par les péchés et la fille curieuse, encore adolescente dans l’âme. La Bête reste une référence masculine et son apparence reflète la brutalité de l’homme contre sa nature. On défie ainsi le regard qu’il porte à sa vie et son comportement. Il fallait donc une Belle pour rompre la monotonie de sa vie dans saveur et sans émotions positives. L’apparence est une couche épaisse et difficile à s’en acquitter chez celui qui ne se penche que sur la surface du reflet. Il faut y voir plus en profondeur, là où les yeux s’effacent et la beauté se réveille. Il s’agit d’une leçon qui porte davantage réflexion à l’essentiel d’un projet, plutôt qu’aux détails qui l’entoure. Viennent alors un panel de personnages dont l’utilité se reporte souvent à l’instinct maternelle qui manque au couple. Mrs. Samovar (Potts) illustre ce guide qui permet de contextualiser la situation et d’émettre une narration plus simple à appréhender. Et si son rôle est synonyme de sagesse, ceux de Lumière et Big Ben réconforte et apaisent les tensions qui règnent dans la lugubre demeure. Les couleurs prennent rapidement vie et chaque objets et entités qui s’y trouve s’émancipe de cette malédiction et habitude salée en redécouvrant la joie de vivre. Il ne reste donc que le méchant à présenter. Imbu de sa personne, cette personnalité pourtant charmant dans les intentions, ne peut duper personne. Il est trahi par sa foi aveugle à son enveloppe corporelle imposant. Il représente la némésis de la Bête en tout point. Une constante comparaison est à l’œuvre et la balance de la raison ne reste jamais fixée. Chacun de ces personnages prennent position autour d’une évolution brisant quelques règles de bienveillance chez le studio, mais cette prise de risque est récompensée et recalibrée par deux prodigieux artistes. Alan Menken et le défunt Howard Ashman ont livré des chants d’une pureté savante. Rien n’est laissé au hasard et la narration se fait à travers leur élégante partition, bien que trop mélancolisée par moment. Une innovation passe sur grand écran et Disney en profite pour tenter une expérience follement somptueuse. Ce que l’on se réserve de garder pour les jeunes filles, en quête d’identification, Belle propose le meilleur exemple sans pousser dans l’extrême. Le film invoque l’indépendance et le respect à travers des croyances et valeurs que l’héroïne n’hésite pas à défendre avec sincérité. Et ce que la Bête apporte vient surtout appuyer ce constat, remaniant ainsi une prise de recul méthodique et ingénieux. Ici, l’enveloppe et la lettre brille sur la même intensité. Il n’y a pas besoin de rebondir sur la face cachée d’une œuvre qui exploite inconsciemment l’espoir et la beauté éternelle !
    Papy J
    Papy J

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 107 critiques

    5,0
    Publiée le 13 septembre 2015
    La Belle et la Bête ! 30ieme long-métrage du studio ainsi qu'une des meilleures romances de l'Histoire du cinéma ! Belle : Jeune fille intelligente mais tête en l'air Ne se sentant pas à sa place, elle ne rêve que d'aventures fantaisistes. Je dois dire que c'est aussi la première princesse qui se fiche de trouver le prince charmant, elle veut juste trouver quelqu'un qui la comprenne car elle est considérer comme bizarre par les villageois. Et pour cela, elle va devoir endurer des épreuves qui testeront sa volonté et son courage et cela par la peur que lui procure la Bête. La Bête : Je dirais que c'est le tout premier prince Disney a avoir un vrai développement (Eric est mineur en comparaison). Sa personnalité est l'une des plus complexes du studio, ce qui fait qu'il devient même le héros de ce film de princesse. Véritable chimère égoiste, il va subir une évolution qui va nous donner un des plus beaux messages d'amour. Il aura aussi une évolution au niveau de son comportement : Au début, il est brutal et marche même à quatre pattes mais au fil du temps, il va s'adoucir et se relèvera sur ses deux pattes...comme un homme. La romance : C'est là où Disney s'est amélioré, il n'y a pas de vulgaires coup de foudre !! Toute la romance se construit au fur et à mesure que les deux conjoints s'apprenne à se connaitre, à s'accepter ! On va faire une liste de tout ce qu''ils ont fait pour mieux comprendre la naissance de cet amour. Belle : Malgré sa volonté de fuir, elle respecte sa promesse et reste au chateau en sauvant la Bête Elle lui apprend à être plus doux et sincère. Elle lui apprend à lire. Elle va même manger sans couvert pour pas que la Bête ait honte de son comportement. La Bête qui est un exemple à suivre : Essaye d'être un peu plus poli, va la sauver alors qu'il pourrai la laisser. Il apprend à s'excuser. Il lui fait don de l'accès à la bibliothèque en s'intéressant à sa passion. Et la cerise sur le gateau : Il laisse Belle rejoindre son père en lui redonnant sa liberté ! Il est prêt à laisser sa chance de devenir humain par Amour !!! Vous voyez, c'est un parfaite alchimie ! Ils se complètent et s'adaptent pour vivre heureux. A la fin, Belle n'est même plus vu comme prisonnière mais comme une véritable invitée ! Lumière : Et oui, même ces personnages secondaires ont un role à jouer ! Lumière a un nom assez métaphorique car il illumine l'esprit du Maitre en lui conseillant les bonnes choses à faire. Il ajoute aussi de la lumière au sinistre chateau pour que Belle soit accueilli comme il se doit Big Ben : Plus sérieux que la chandelle festive, il est plutôt comme le compte à rebours avant que la rose se fane, métaphore du à son apparence d'horloge. Miss Samovar : Elle remplit bien sa fonction de théière, servir le thé pour que l'invité se sente plus à l'aise C'est ce qu'elle fait avec Belle pour la rassurer face à ces épreuves. Je vais rajouter un point intéressant : Prenons le cas où les objets enchantés n'existaient pas, on aurait donc Belle et la Bête parlant à des choses inanimés et étrangement seul eux (et un peu Maurice) leur parle. C'est normal car ils sont tous deux perdus ! Belle s'ennuie, n'a aucun ami avec qui parler et bien elle fait la causette avec les meubles pour se sentir moins seule. Pour la Bête, lui aussi est perdu à cause de son égoisme et n'a personne contre qui se tourner, c'est là que parler avec des choses inanimées l'aide à rester calme. En clair, c'est comme s'ils étaient dans un autre monde, un peu plus enchanté, que les autres ne connaissent pas, voilà pourquoi ils vont si bien ensemble. Gaston : Alors lui, on va procéder par une comparaison avec la Bête et c'est ces différences qui vont accentuer la valeur du message. Gaston a beau être un beau mec, ce n'est qu'un prétentieux, machiste, idiot, analphabète et fourbe. Il ne veut pas apprendre à connaitre Belle, ne s'intéresse pas à ses passions, il ose lui dire où est sa place, ... La Bête, malgré sa laideur et brutalité, fait tout le contraire de Gaston. Encore mieux, c'est Gaston qui devient une vrai monstre ! Thème : Evidemment, c'est le message typique du : le véritable amour vient de l'intérieur, que la beauté n'est rien face au sentiment ! (c'est un peu comme la lutte de la raison et des émotions dans l'antiquité). Je ne peux que conseiller ce film comme exemple d'amour pur et sincère. Animation : Film de l'Age d'or, Disney prouve qu'il se révolutionne à chaque film ! Non seulement l'animation est fantastique, l'animation de la Bête est ultra convaincante mais en plus on nous sert de la rotation 3D pour la scène emblématique du Bal ! C'est si enchanteur et romantique ! Décors : Alors là, mais c'est pas qu'un simple conte de fée, c'est de la fantasy ou je m'y connais pas ! Il y a même une limite entre le réel et l'imaginaire : le réel est représenté par le village où tout le monde est normal. L'imaginaire avec le chateau avec sa décoration assez gothique qui colle avec l'esprit de la Bête. Un truc c'est que au fil du temps, l'obscurité devient lumière au même moment où la Bête devient aimable, gentil, doux...en clair, leur véritable apparence ressurgisse ! Mais à la fin, tout redevient sombre à cause de Gaston qui devient une Bête ne voulant que tuer ! Musique : Je ne le dirais jamais assez, Disney et la musique c'est une grande histoire et pour nous donner un style médiéval avec cette touche de fête et de romantisme, on peut leur faire confiance. -Bonjour ! : Chanson exprimant la volonté de Belle de vivre une histoire hors-du-commun ce que le titre veut un peu dire car "Bonjour" est un terme familier mais comme Belle ne se sent pas à sa place, elle ne dit même pas bonjour. Gaston : le titre dit de lui même, c'est un véritable hymne à la gloire de Gaston ne faisant que montrer une fois de plus, ce n'est qu'un prétentieux sans cervelle. C'est la fête : Chanson très française avec l'accent de Lumière. C'est une chanson voulant montrer la magie du chateau et voulant rassurer Belle qui doit habiter dans un si sombre lieu. Être humain à nouveau : Montre juste l'excitation du personnel de retrouver son corps d'humain ainsi que le fait où la lumière et donc l'espoir refait surface. Il y a quelque chose qu'hier n'existait pas : Court mais annonceur du début de la romance. C'est le moment où les deux conjoints font des trucs ensemble et s'amusent. Remarquer que lorsque la Bête chante, sa voix est plus humaine car il chante avec le coeur ! Preuve qu'il commence véritablement à aimer. Au passage, un gros bravo à Emmanuel Jacomy pour son interprétation des plus bestial avec la Bête. Histoires Eternelles : On dit que c'est la chanson phare du film, surtout qu'elle va avec la scène phare mais perso, moi c'est "C'est la fête" que je retiens plus. Sinon, cette chanson est clairement l'histoire de nos deux amoureux ! Elle décrit les épreuves qu'ils ont du traverser pour arriver à s'aimer ! Il y a bien "Tuons la Bête" mais elle est plus là pour amorcer en fanfare le climax avec puissance je dois avouer. Emotion : Mais comment ne pas être enchanté par ce film ? Sérieux ! Comment ne pas pleurer devant la "mort" de la Bête après tout ce temps qu'ils ont passé ensemble ? Avis personnel : Que dire de plus ? Que c'est l'un des meilleurs Disney ? Ben voilà c'est dit avec un tampon "Intemporel" Conclusion : Un développement des personnages plus poussés, des chansons qui te donne envie de faire la fête, une romance des plus exemplaires, ... C'est tout simplement la Fête !!!
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 2915 abonnés Lire ses 7 252 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    L'un des plus beaux Disney! L'adaptation est soignée et émouvante, et les deux portraits principaux sont vraiment magnifiques. On est parfois au bord des larmes, surtout lors de la dernière scène, superbe. Une très grande réussite!
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 1249 abonnés Lire ses 4 729 critiques

    2,5
    Publiée le 15 octobre 2013
    Disney adapte sa version pas si magique du merveilleux conte français. Ce qui m'agace le plus, c'est le personnage nommée Gaston ou chacune de ses apparitions ne m’intéresse absolument pas, peu utilitaire (hormis la scène final sur le toit) , tout comme les chansons dont elles semblent interminables. Donc, mes meilleurs moments sont quand la Belle est avec la bête et surtout le plus beau celui de la danse dans la grande salle du château tout en 3D. Retenons aussi la superbe chanson du générique de fin.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1958 abonnés Lire ses 3 132 critiques

    1,0
    Publiée le 3 janvier 2014
    Techniquement c’est bien foutu, il n’y a pas à dire. Par contre je trouve que pour l’occasion, voir la Belle et la bête transformé en « ça », un truc chamarré inoffensif, dégoulinant avec des putains de théières qui parlent, c’est juste insupportable. « Oh mais pourquoi il gueule lui ? C’est pour les enfants ! » Certes. Mais la question que je pose c’est, est-ce que sous prétexte que c’est pour les enfants, on tolérerait une Liste de Schindler toute colorée où les nazis se transformeraient en méchant ours voleurs de chocolat ? Moi désolé, mais je ne peux m’empêcher de voir avant tout la trahison avant de voir l’oeuvre par elle-même. D’ailleurs, personnellement, difficile d’y voir autre chose tant, finalement, ce dessin-animé n’est qu’une resucée de toutes les autres productions du genre.
    legend13
    legend13

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 911 critiques

    5,0
    Publiée le 8 avril 2020
    Un excellent dessin animé drôle, attachant et touchant. Avec un répertoire de chansons qui marquent les esprits. Certainement l'un des meilleurs Disney.
    HawkMan
    HawkMan

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 693 critiques

    3,5
    Publiée le 28 mai 2017
    Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu ce dessin animé, classique de Disney. L'histoire provient d'un conte très ancien où une jeune fille nommée Belle se sacrifie pour sauver son père et reste prisonnière d'une Bête dans son château. Celui-ci est en fait victime d'un enchantement et seul l'amour le sauvera lui et les membres du château. L'adaptation est réussie et les plus petits seront ravis. De même, pour l'année du film, 1991, les effets visuels sont réussis. Bref : une belle histoire d'amour mode Disney.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top