Notez des films
Mon AlloCiné
    La Ville idéale
    La Ville idéale
    Date de sortie inconnue / 1h 45min / Drame
    De Luigi Lo Cascio
    Avec Luigi Lo Cascio, Catrinel Marlon, Luigi Maria Burruano
    Nationalité italien
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Michele est architecte. Il a quitté Palerme pour Sienne où il a trouvé un emploi dans un cabinet. Un soir, pour rendre service à son patron, il emprunte une voiture pour aller chercher une collègue et l’amener à une fête. Au bord de la route, il repère un corps inanimé. Il s’arrête, il secourt l’homme et appelle la police. Pour ce citoyen exemplaire les ennuis commencent…
    Titre original

    La Citta Ideale

    Distributeur -
    Récompenses 2 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 2012
    Date de sortie DVD -
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD -
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage -
    Budget -
    Langues Italien
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Acteurs et actrices

    Casting complet et équipe technique

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2012, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 2012.

    Commentaires

    • Nelly M.
      Projeté à Univerciné Italien Nantes 2013. Les applaudissements dans la salle du Katorza de l'acteur sympathique, célébrité dans son pays, étaient pleins de promesses, assez pour embarquer sans résistance dans son labyrinthe kafkaïen. Or, à moins de cultiver ces ambiances du "tous pourris", de se contenter des réparties entre les oppresseurs et l'écolo ridicule tant le trait est forcé, on reste sur sa faim... Possible de se retrouver carrément en rase campagne passé une heure. Domine cette belle dame perchée sur ses chaussures compensées, plus grande que celui qui la vénère. Le genre mannequin géant cher aux petits hommes de notre monde politico-financier, aussi majestueuse qu'une grande rose posée dans un vase fuselé ou allongée pour que le public se rince l'oeil. Hormis cette présence presque irréelle, une suite de bévues qui fait qu'on suffoque dans une noirceur épaisse. Ni plus ni moins que l'acceptation de l'apocalypse en marche dont l'actualité nous abreuve au quotidien. Quelques jours après la projection, persiste l'impression d'un dédale inextricable, sans point de vue de l'auteur... Même l'écologie vire à la fumisterie. Des moments cocasses, quelques bonnes réparties peuvent aider à tenir et gommer un peu l'impression d'aimer par respect pour une première oeuvre de la part d'un acteur plus que par réelle conviction.
    Voir les commentaires
    Back to Top