Notez des films
Mon AlloCiné
    Tout le bonheur du monde
    Tout le bonheur du monde
    20 mai 2015 en DVD / 2h 02min / Drame
    De Julien Hernandez
    Avec Alan Ramírez, Hugo Catalán, Gerardo Del Razo
    Nationalité mexicain
    Ce film en VOD
    Spectateurs
    3,0 5 notes
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Octavio est un jeune danseur passionné contraint de faire un petit break suite à une blessure. Cela ne l’empêche pas de traîner à la salle de danse. C’est alors que son regard croise celui d'Emiliano, réalisateur à la beauté magnétique, tournant un documentaire et cherchant un danseur pour son prochain film. Entre eux, sans avoir besoin de se parler, c’est le début d’une passion dévorante et très sensuelle. Mais Emiliano est un garçon torturé : quand il ne se gave pas de cachets pour faire face à ses angoisses, il se perd dans son monde d’images ou multiplie les passes avec des prostitués.
    Titre original

    Yo Soy La Felicidad De Este Mundo

    Distributeur -
    Voir les infos techniques
    Année de production 2013
    Date de sortie DVD 20/05/2015
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD 20/03/2017
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage -
    Budget -
    Langues Espagnol
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Regarder ce film

    En VOD
    UniversCiné Location dès 3,99 €
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 9.99 €
    Tout le bonheur du monde
    Tout le bonheur du monde (DVD)
    neuf à partir de 9.99 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Acteurs et actrices

    Alan Ramírez
    Rôle : Octavio
    Hugo Catalán
    Rôle : Emiliano Arenales Osorio
    Gerardo Del Razo
    Rôle : Jonas
    Emilio von Sternerfels
    Rôle : Jazen
    Casting complet et équipe technique

    Photos

    11 Photos

    Secret de tournage

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2013, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 2013.

    Commentaires

    • Henri Mesquida
      Déjà primé plusieurs fois à la Berlinale – Festival du Film Internationale de Berlin (il a reçu deux Teddy Awards), Julian Hernandez (« El Cielo Dividido », « Mil Nubes » & « Rabioso Sol, Rabioso Cielo ») est sans aucun doute l’un des cinéastes les plus talentueux de sa génération.Octavio est un jeune danseur passionné contraint de faire un petit break suite à une blessure. Cela ne l’empêche pas de traîner à la salle de danse. C’est alors que son regard croise celui de Emiliano, réalisateur à la beauté magnétique, tournant un documentaire et cherchant un danseur pour son prochain film. Entre eux, sans avoir besoin de se parler, c’est le début d’une passion dévorante et très sensuelle.Mais Emiliano est un garçon torturé : quand il ne se gave pas de cachets pour faire face à ses angoisses, il se perd dans son monde d’images ou multiplie les passes avec des prostitués..Comme à son habitude, l’auteur mêle différentes formes d’art pour entraîner le spectateur dans un labyrinthe de sens teinté de mélancolie. Ici, le cinéma se mêle à la danse, à la musique, la performance, et même légèrement à la pornographie. Si déjà en temps normal Julian Hernandez troublait et enivrait par le caractère hypnothique, très charnel et chorégraphié de ses projets, ici il atteint de véritables sommets. La forme éblouissante fusionne avec un scénario à la mécanique presque lynchienne. Une trame aventureuse qui amène le public à se perdre au cœur des obsessions du personnage principal, cinéaste retors et narcissique, assurément autodestructeur.On pourrait scinder ce nouveau long en trois parties distinctes : la rencontre entre Octavio et Emiliano, sublimée, à fleur de peau / un passage qui nous plonge au cœur du film d’Emiliano, traduisant de façon poétique, abstraite et parfois violente les pensées de son auteur (passage que j'ai quand même trouvé long moins beau et même un peu inutile d'ou ma note mitige)/ la liaison entre Emiliano et Jazen, jeune gigolo pour lequel il se prend d’affection. Le dernier segment apporte la clé du film et vient , de façon bouleversante, donner un sens nouveau à tout ce que l’on avait pu voir auparavant.Avec une folle intensité se dessine le portrait d’un jeune réalisateur qui a tout pour lui (la beauté, le succès, le confort matériel) mais qui se révèle complètement brisé. Emiliano ne peut vivre qu’à travers son art, à travers les images, ses fantasmes. La réalité est à ses yeux une permanente source de désillusion, la gueule de bois de ses échappées fictionnelles, une frustration en comparaison de ses rêves d’absolu. Derrière son cynisme de façade se cache un garçon qui rêverait de voir ses grands discours s’effondrer pour vivre une romance, qui n’aspire qu’à la pureté alors qu’il n’a de cesse de tout salir et casser.
    Voir les commentaires
    Back to Top