Notez des films
Mon AlloCiné
    La Porte s'ouvre
    Bande-annonce La Porte s'ouvre
    21 septembre 2005 / 1h 46min / Drame
    Date de reprise 21 septembre 2005
    De Joseph L. Mankiewicz
    Avec Linda Darnell, Sidney Poitier, Richard Widmark
    Nationalité américain
    Bande-annonce
    Spectateurs
    3,6 67 notes dont 16 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Blessés au cours d'un hold-up, deux truands, Ray Biddle et son frère John, sont soignés d'urgence par le Dr Brooks, un interne noir. Lorsque John meurt, Ray, homme aux idées racistes, accuse Brooks de l'avoir tué. Seule une autopsie, qui nécessite l'accord de la famille de John, pourrait innocenter Brooks. Celui-ci décide d'en parler à Eddie, l'ex-femme du défunt.
    Titre original

    No Way Out

    Distributeur -
    Voir les infos techniques
    Année de production 1950
    Date de sortie DVD 07/03/2006
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD -
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 8 anecdotes
    Budget -
    Date de reprise 21/09/2005
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur N&B
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Regarder ce film

    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 29.99 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY
    La Porte s'ouvre Bande-annonce VO 2:36
    La Porte s'ouvre Bande-annonce VO
    1005 vues

    Acteurs et actrices

    Linda Darnell
    Rôle : Edie Johnson
    Sidney Poitier
    Rôle : docteur Luther Brooks
    Richard Widmark
    Rôle : Ray Biddle
    Stephen McNally
    Rôle : docteur Dan Wharton
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Spectateurs

    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 359 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    3,0
    Publiée le 9 octobre 2010
    Un gangster, pour venger la mort de son frêre, va soulever des émeutes raciales... Quand on visionne ce long métrage, que Joseph L. Mankiewicz à réalisé en 1950, on comprend mieux pourquoi il fut interdit si longtemps dans les Etats du Sud en Amérique. En effet, le film nous montre la dure réalité de la ségrégation raciale, notamment par rapport à certains protagonistes bien racistes comme celui du gangster qu'interprète avec talent ...
    Lire plus
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 475 abonnés Lire ses 3 441 critiques

    3,5
    Publiée le 15 mars 2014
    Sidney Poitier est l'acteur noir emblématique des années 50 et 60, porte-drapeau des metteurs en scène souhaitant apporter leur contribution au combat pour l'égalité des droits au sein d'une société encore gangrénée par un racisme institué. Quelques-uns de ses films sont restés dans les mémoires comme "Graine de Violence" (Richard Brooks, 1955), "La chaîne" (Stanley Kramer, 1958), "Dans la chaleur de la nuit" (Norman Jewison, 1967) ...
    Lire plus
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 161 abonnés Lire ses 1 024 critiques

    4,0
    Publiée le 7 mai 2008
    Darryl F. Zanuck, producteur, et Jospeh L. Mankiewicz, réalisateur, imputent un véritable cri avant-coureur lorsqu’ils mettent sur pied le film «No way out» (USA, 1950). Pour la première apparition au cinéma de Sidney Poitier, Mankiewicz met en scène une intrigue de film noir tournant autour d’un pivot tabou, notamment dans le cinéma américain, le racisme. Alors qu’Hollywood s’enfièvre dans la chasse aux sorcières, «No way ...
    Lire plus
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 2 524 critiques

    2,0
    Publiée le 11 avril 2019
    Le plus mauvais film de Mankiewicz. Je suis stupéfait qu’un homme aussi intelligent que lui se soit laissé aller à raconter tant de banalités mais surtout qu’il ait conçu une mise en scène aussi lourde, se voulant démonstrative au delà de la bienséance. L’intrigue va également dans ce sens et la dernière phrase ‘’Tu vas vivre petit blanc’’ est le comble de l’avilissement. Evidemment la technique est irréprochable, les ...
    Lire plus
    16 Critiques Spectateurs

    Photos

    Secret de tournage

    Pour Poitiers, la porte d'Hollywood s'ouvre

    La Porte s'ouvre marque la première apparition au cinéma du comédien Sidney Poitier -même si on l'avait déjà vu un an aupravant dans un documentaire sur l'US Army Corps, From Whence Cometh My Help. Auparavant, le comédien s'était fait connaître à Broadway en 1946 dans le spectacle Lysistrata. Lorsque Mankiewicz, venu à New York pour choisir l'acteur qui interpréterait le Dr Brooks, lui propose le rôle, Poitier hésite, car il a déjà un engagement... Lire plus

    Hollywood en Noir et Blanc

    La Porte s'ouvre montre sans fard le racisme dont est victime la population noire aux Etats-Unis. Richard Widmark, dont le personnage tient des propos particulièrement violents, a même tenu à s'excuser auprès de son partenaire, Sidney Poitier, à la fin de certaines prises... Allant à l'encontre des recommandations du code Hays -représenter une société consensuelle-, le film a été amputé de certaines scènes dans plusieurs Etats du Sud. Plus généra... Lire plus

    Meet Joe Mankiewicz

    Dans son autobiographie, This life, (que cite Pascal Mérigeau dans son ouvrage sur Mankiewicz), Poitier évoquait cette première expérience "Un matin de l'été 1949, les six derniers concurrents furent réunis dans les studios de la Fox, où ils passèrent, un à un, devant la caméra, sous la direction de Joe Mankiewicz (...) Le ronronnement de la caméra était tout ce que j'entendais dans ce silence de mort, jusqu'à ce que les instructions de M. M... Lire plus

    Dernières news

    Oscars : Sidney Poitier à l'honneur
    NEWS - Stars
    jeudi 24 janvier 2002

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1950, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 1950.

    Commentaires

    • Nelly M.
      Les titres, "la porte s'ouvre" en français ou "sans issue" en anglais (no way out) signent ce premier prix du scénario en 1951, très rarement diffusé, fort mal reçu à sa sortie américaine en 1950 (maccarthysme aux Etats-Unis). On mesure le chemin parcouru avec l'élection d'Obama... Intéressant retour en arrière, quand le fossé entre les deux communautés était clair et net... L'acteur Richard Widmark (disparu récemment) incarne avec talent la brute mal aimée enfant, et qui déverse sa rage sur la cible autorisée tacitement par l'inconscient collectif, le Docteur Brooks (tout jeune Sydney Poitier), interne noir de cet hôpital ; une institution composée d'administrateurs zélés, évolués mais dépendants de l'Etat financièrement (noté au passage que Mankiewicz pointe déjà la notion d'hôpital centre de profit !). Où se passe l'action (nord ou sud ?), rien de précis, la sordide émeute au milieu du métal n'en dévoile pas davantage... Admirable chef de service (Stephen McNally), la classe incorruptible, face à une veuve équivoque (Linda Darnell), affichée épave mais capitale pour figurer le revirement humain. Bien aimé la radio tonitruante et ce sourd-muet dans son monde... En plus de dialogues concis, Mankiewicz est un as pour fourrer de la légèreté dans les pires pétrins... Les dernières minutes peuvent être jugées "too much", bien que le toubib commence à en avoir sa claque, ça se voit !
    Voir les commentaires
    Back to Top