Notez des films
Mon AlloCiné
    Andreï Roublev
    Bande-annonce Andreï Roublev
    2 février 1999 en DVD / 2h 30min / Drame, Biopic
    Date de reprise 5 juillet 2017
    De Andreï Tarkovski
    Avec Anatoli Solonitsyne, Tamara Ogorodnikova, Ivan Bykov
    Nationalités soviétique, russe
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Spectateurs
    4,1 482 notes dont 57 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    À travers une série de tableaux, le film raconte le périple dans la Russie moyenâgeuse du peintre d’icônes Andreï Roublev. Tout juste sorti du monastère, cet artiste va se confronter à la beauté, mais aussi à la violence du monde.
    Titre original

    Andrey Rublyov

    Distributeur Potemkine Films
    Récompenses 2 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 1966
    Date de sortie DVD 02/02/1999
    Date de sortie Blu-ray 07/11/2017
    Date de sortie VOD 10/05/2020
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 5 anecdotes
    Budget -
    Date de reprise 05/07/2017
    Langues Russe, Italien
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 35995

    Regarder ce film

    En VOD
    LaCinetek Location dès 2,00 €
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 19.99 €
    Andreï Roublev
    Andreï Roublev (DVD)
    neuf à partir de 20.49 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Acteurs et actrices

    Anatoli Solonitsyne
    Rôle : Andrei Rublyov
    Tamara Ogorodnikova
    Rôle : Mat Iisusa
    I. Lapikov
    Rôle : Kirill
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Spectateurs

    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 429 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,5
    Publiée le 22 janvier 2015
    Pour son second film après "L'enfance d'Ivan", Andreï Tarkovski met en scène la vie d'un moine et peintre d'icônes dans une Russie du début du XVème siècle troublée par diverses luttes intérieures... C'est en un prologue et huit tableaux que Tarkovski construit son film, mettant en avant les pensées et l'errements d'Andreï Roublev dans cette société où violence, trahison et inhumanité font rage. Co-écrivant le film qui est d'une ...
    Lire plus
    In Ciné Veritas
    In Ciné Veritas

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 727 critiques

    5,0
    Publiée le 12 décembre 2017
    Andreï Roublev (1966) est le deuxième long-métrage réalisé par Andreï Tarkovski après L’enfance d’Ivan, un premier essai très remarqué quatre ans plus tôt. L’ambition démesurée qui anime cette œuvre cinématographique installera définitivement le cinéaste russe parmi les très grands maîtres du 7ème art. Critique complète sur incineveritasblog.wordpress.com
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 611 critiques

    5,0
    Publiée le 15 mai 2012
    Film long et dense, «Andrei Roublev» est une expérience cinématographique à lui seul : la gestion du temps par Andrei Tarkovski (incomparable) est telle que le spectateur se retouve engourdi et happé dans une épopée rude et puissante. Plusieurs visionnages s'avèrent en effet nécessaires pour appréhender au mieux la richesse de ce chef-d'oeuvre auquel le génial cinéaste russe semble s'être livré corps et âme. Quelqu'un disait ...
    Lire plus
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1574 abonnés Lire ses 3 716 critiques

    2,5
    Publiée le 29 novembre 2009
    Je ne suis pas rentré du tout dans l'histoire, du coup j'ai été nettement déçu… pourtant j'aime le réalisateur et le synopsis avait l'air attrayant… il n'en reste pas moins des belles scènes et une réalisation au poil
    57 Critiques Spectateurs

    Photos

    Secrets de tournage

    Récompenses

    Pour ce film, Andreï Tarkovski a reçu le prix de la critique internationale à Cannes en 1969. Le cinéaste a également obtenu le prix de la critique française dans la catégorie meilleur film étranger en 1971 ainsi qu'en Finlande en 1973.

    Sortie du film

    Avant sa sortie en 1969, des projections privées furent organisées à l'hiver 1966. Les premières projections officielles ont eu lieu à Moscou en février 1969 puis en mai, au Festival de Cannes. La distribution internationale débuta en 1973.

    Protection des animaux

    Dans la scène où la vache est en feu, les responsables technique l'avaient couverte d'amiante pour la protéger des brûlures. En revanche, le cheval qui tombe dans l'escalier fut abattu d'une balle dans le crane (il était destiné à l'abattoir).
    5 Secrets de tournage

    Dernières news

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1966, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 1966.

    Commentaires

    • riqueuniee
      Malentendu. Tarkovski n'a pas voulu réaliser une simple fresque avec batailles, ou un biopic sur Roublev; C'est une œuvre qui va plus loin que ça. Et la division en 24 tableaux (24 fois Roublev, en quelque sorte) empêche de parler de première et deuxième partie.
    • riqueuniee
      Tout à fait. J'ajouterai que la fin du film (après les 24 tableaux -au sens théâtral du terme- sur la vie de Roublev, présente des images en couleurs : les icônes peintes par Roublev; Et c'est magnifique.Le film m'a parfois fait penser à Bergman (celui du Septième sceau et de la Source) par sa représentation du Moyen Age (même si la période n'est pas la même) et surtout (comme dans la Source) par le mélange, dans certaines séquences, de christianisme et de pratiques païennes.J'ajouterai que Kusturica (surtout dans le temps des Gitans) a emprunté pas mal de choses à Tarkovski : la fête païenne, la lévitation, etc...
    • Newstrum
      A partir d'un canevas de récit d’apprentissage racontant des épisodes de la vie du peintre d'icônes Andreï Roublev, Tarkovski a réalisé l’un des films les plus extraordinaires de l’histoire du cinéma, une toile de maître en noir et blanc où des observations sur la caractère salvateur de l’art, le libre arbitre et le mal s’incarnent en images d’une puissance visuelle et d’une vérité expressive peu communes. Voir ma critique sur Newstrum : https://newstrum.wordpress....
    • g.gekko
      C'est du Tarkovski donc il faut le voir quand on est cinéphile. J'ai trouvé la première partie ennuyeuse mais la deuxième est bien plus intéressante, la scène de la bataille est digne de celle qu'on a pu voir dans le seigneur des anneaux et le passage avec la cloche est vraiment réjouissante. 4/5
    • El?onore D.
      chef d'oeuvre !
    • SO.so
      A ceux qui considèrent que le film est trop flou ou qu'il "souffre de quelques passages à vides" : "Il suffit de garder les yeux ouverts, tout se charge de signification" (Michelangelo Antonioni)
    Voir les commentaires
    Back to Top