Mon compte
    Sense8
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    4,3
    12423 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Sense8 ?

    610 critiques spectateurs

    5
    278 critiques
    4
    160 critiques
    3
    63 critiques
    2
    51 critiques
    1
    28 critiques
    0
    30 critiques
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 500 abonnés Lire ses 3 087 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 20 octobre 2018
    La grande série des Wachowski, sur Netflix, avec des moyens considérables et un tournage à travers le monde, assuré par 4 réals différents (T. Tykwer, J. McTeigue et D. Glass filant un coup de main et assurant le tournage dans certaines parties du monde). Si le début est un peu lent, et qu'on met un peu de temps à saisir les enjeux, les idées fusent dans la série, et ça se révèle surtout impressionnant au niveau du montage. Organique, viscéral, bluffant, virtuose, il est ici utilisé lors de scènes de baston et de sexe qui prennent une toute autre dimension. Si le fond de l'intrigue, avec son organisation ultra-secrète qui traque des être différents, n'est pas nouveau, le contexte et les idées qui la sous-tendent (activisme pro-queer et autres) lui donnent là aussi une autre dimension. La mise en scène est top, les acteurs étonnants, le scénario est prenant, et que dire des épisodes spéciaux, celui entre la saison 1 et 2 et le conclusif, une véritable orgie d'émotions et d'idées de montage, avec une image qui illumine le rétine. Plastiquement superbe, brillant d'un point de vue narratif, emballant jusqu'au bout, une série marquante et qui s'est sans doute retrouvée à la marge à cause de ses coûts de productions démentiels. Mais une belle aventure immersive et sensitive qui m'a marqué.
    Ragnar38
    Ragnar38

    Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 609 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 22 novembre 2020
    Du Grand Art. Après le formidable Cloud Atlas et l'excellent Jupiter Ascending, les Wachowski et Joseph Michael Straczynski signent en collaboration avec Netflix un véritable Ovni télévisuel a travers cette série de SF Ambitieux et Humaniste qui ne laisse pas indifférent après visionnage. Pour Commencer la Réalisation est Audacieuse et Somptueuse en disposant notamment de plans Séquences d'une pure beauté visuel qui n'a rien a envier a une superproduction Hollywoodienne tout en parvenant a nous faire voyage aux quatre coins du globe comme Londres,Paris,Séoul,Berlin,San Francisco,Bombay,Nairobi,Chicago et Mexico qui parvient a nous plonger des les premières minutes dans une Ambiance Mélancolique et Sombre qui se fait ressentir a travers l'un des plus beaux génériques de la télévision ainsi que d'une BO magnétique de Tom Tykwer & Johnny Klimek qui s'accorde brillamment a l'atmosphère unique et particulier de la série. Ensuite le Scénario est Complexe et Dense tout en restant Passionnant de bout en bout en regorgeant de nombreux Rebondissements Stupéfiants qui nous laissent totalement de marbre tout en suivant le parcours extraordinaire de 8 Personnages hauts en couleurs possédant une certaine connexion entre eux qui va petit a petit les rassembler tout en se retrouvant impliquer malgré eux et leurs entourage dans une terrible conspiration mondiale qui dépassent l'avenir de l'humanité dont la Série parvient avec Finesse et Audace a aborder des Thématiques universels comme l'Amour,la Tolérance,la Politique,la Science,la Sexualité,la Religion,la Quete Iniatique,la Redemption et plein d'autres sujets fondamentaux qui sont admirablement mis en avant a travers son Rythme Latent qui néanmoins parvient a monter progressivement en puissance au cours des 2 Saisons, Ajouter a cela des Séquences Démentiels et Psychédélique qui laissent une trace indélébile dans nos mémoires en passant par des Effets Spéciaux Eblouissants ainsi que des Séquences D'Actions Percutantes et Monumentale qui laisse pantois sans oublier une bonne dose de Violence particulièrement Crue ainsi que son lot de Nudité et de Scènes Erotiques assez Sulfureuse a réserver a un public avertie sans oublier quelques notes D'Humour piquantes ainsi qu'une note Dramatique et de Poésie qui apportent son lot de Séquences Emotionnelles d'une grande intensité en parvenant a nous émouvoir et a attendrir sans jamais trop verser dans le larmoyant. Pour Finir le Casting est Grandiose avec son lot de Personnages Profond et Attachants dont on retrouve la fameuse Bande de Protagonistes interconnectes dont on parvient a éprouver énormément d'empathie parmi lesquelles on retrouve en tete l'épatant Brian J. Smith qui joue avec justesse Will Gorski un Policier Tenace,Altruiste et Loyal qui est rejoint par la rayonnante Tuppence Middleton Riley Blue une jeune DJ Tourmenter,Mélancolique et Talentueuse sans oublier également la talentueuse Doona Bae qui joue a merveille le role de Sun Bak une Jeune Femme Combattif, Incomprise et Emotif qui est également rejointe par les personnages de Wolfgang Bogdanow un jeune voleur Impulsif tiraillé par ses envies et la criminalité,Capheus « Van Damn » Onyango un Conducteur de Bus Sympathique et Rêveur, Lito Rodriguez un acteur de cinéma Sensible au terrible secret mais aussi Nomi Marks une Blogueuse Engagé et Kala Dandekar une Pharmacienne Timide et Séduisante qui sont remarquablement jouer respectivement par Max Riemelt,Toby Onwumere en remplaçant de Aml Ameen,Miguel Ángel Silvestre,Jamie Clayton et Tina Desai dont l'alchimie entre ces 8 Protagonistes fonctionne merveilleusement a l'écran, Autour de non Sensate on retrouve de notre Groupe Extraordinaire d'autres Seconds Rôles mémorables tels que Terrence Mann qui incarne avec justesse le role de Whisper un Antagoniste d'une Mystérieuse Organisation qui s'avere Dangereux, Enigmatique et Impitoyable qui vient mettre des bâtons dans les roues a nos 8 Héros et leurs proches qui s'avére comme un Adversaire de Choc pour nos Héros sans oublier les apparitions appréciables de Naveen Andrews,Daryl Hannah,Freema Agyeman,Alfonso Herrera et Eréndira Ibarra qui vient apporter leurs édifice a cette Distribution étincelante. En Conclusion, Sense 8 est une pure Expérience télévisuel comme on en voit rarement a la Télévision qui parvient au passage a confirmer le génie Unique et Inclassable des Wachowski qui livre une nouvelle Œuvre Atypique qui ne laisse pas indifférent tout en étant un mixage parfait entre SF,Action et Drame Philosophique a la fois Audacieux,Epique,Provocant,Poétique,Bouleversant,Tolérant et Haletant qui rentre au Panthéon des Grands Classiques des Séries de Science Fiction des Années 2010 dont les Inconditionnels des Wachowski seront conquis par cette Série Unique et Hors Normes dont on ressort totalement chamboulé émotionnellement après deux Saisons et une Conclusion Puissante et Satisfaisante a la hauteur de ce Bijoux Télévisuel.
    evanov
    evanov

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 25 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 10 septembre 2018
    Jamais une série ne m'avait autant fait passer d'un sentiment à un autre. Malheureusement, c'est un goût de trop peu et un sentiment de gâchis tellement il y avait encore énormément de choses à raconter. Nous avons malgré tt droit à une vraie fin et à un happy end mémorable!
    VOSTTL
    VOSTTL

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 478 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 31 décembre 2018
    Difficile ou démangeaison ? Les deux mon capitaine ! Oui, c’est difficile de ne pas poster un ressenti à cette série. Oui, ça me démange de ne pas ajouter mon sentiment à ceux déjà écrits. En plus, je suis conscient de n’apporter aucune originalité.
    Tant pis ! C’est viscéral, c’est l’envie de m’agglomérer à une bulle de partage. Et puis le ridicule ne tue pas. J’en sais quelque chose, si j’écris, c’est que je suis encore vivant ! Plus d’une fois, après chaque épisode, en refermant mon iPad, je me suis senti ridicule d’avoir… d’avoir… d’avoir laissé échapper une larme… voire deux… d’avoir les yeux brouillés… la gorge nouée, quoi… Pourtant, il n’y a pas lieu de se sentir ridicule. « Sense8 », découvert cet automne, devrait me rassurer : sur mes sentiments, sur ma part d’humanité. Et puis à lire ça et là les messages, je me suis aperçu que je n’étais pas le seul à être soi-disant « ridicule ». Est-ce vraiment le mot juste ? Non, évidemment. Personne n’est ridicule ou ne devrait se sentir ridicule et encore moins en avoir l’idée ! Il n’y a rien de plus merveilleux que d’être touché. Car je pense que ce sont de bonnes larmes. « Sense8 » n’est pas une série qui se complaît dans l’émotion artificielle, dans l’émotion « fait pour », dans une émotion calibrée. Le récit ou plutôt les récits, et plus précisément les 8 personnages font appel à de véritables émotions.
    spoiler: Et en plus, c’est ingénieux comme idée, bien orchestré selon les plans quand les personnages viennent à s’imbriquer, à s’incruster, à se confondre.
    Ces personnages font preuve d’une humanité qui m’a profondément touché. Si c’est ça l’évolution de l’Homme, je suis optimiste pour les milliers d’années qui se préparent. Moi qui ne crois ni en Dieu ni en l’Homme, « Sense8 » me réconcilie avec l’Humanité. Une série science-fiction ancrée dans notre réalité. Ici pas de monstres venus d’ailleurs. Ce qui est rare. Comme « E.T », autre grand film de science-fiction qui m’a touché et me touche encore, le monstre est l’Homme. L’Homme qui n’accepte pas la différence, l’Homme curieux dans la plus abjecte signification : profiteur, expérimentateur, comploteur, mercantile. Seulement Lana et Lilly Wachowski, de par leur parcours personnel, nous montre aussi l’Homme dans ce qu’il a d’humain plus particulièrement parents et amis : si on regarde bien, les parents d’Amanita, compagne radieuse de Nomi, la soeur de celle-ci ; les parents de Kala ; la maman de Capheus ; la maman de Sun ; le papa de Riley ; puis les amis proches comme le compagnon de Lito, Hernando et leur surprenante et dynamique amie Daniela ; Félix, l’ami de Wolfgang ; et enfin Bug sont merveilleux et remplis d’amour. Ces personnages sont d’une tolérance infinie.
    Comme j’aimerais vivre au sein de la famille d’Amanita par exemple ! On peut reprocher aux sisters Wachowski d’en avoir sans doute trop fait. Et si c’était ça aussi la science-fiction ? Au lieu de toujours nous décrire des mondes dystopiques où les sentiments sont refoulés, cachés, pourquoi ne pas décrire un monde où la tolérance serait le sujet central ? Un enjeu essentiel ? Il faut le faire ! Imaginer un monde où des êtres humains seraient tolérants ! Où la différence ne se verrait plus.
    D’aucuns pourront toujours dire que c’est « cucul » les bons sentiments. Eh ben non !!! C’est ce qu’il y a de plus difficile à exprimer. C’est d’autant plus périlleux que l’on peut basculer dans la facilité voire dans le ridicule. Tous les théâtreux vous le diront après un exercice d’atelier. Dire « Je t’aime » est plus difficile que d’exprimer sa haine, sa colère. La haine, la colère défoulent. La plupart des apprentis comédiens débitent la consigne sans retenu. Par contre, quand il s’agit de dire des mots d’amour, l’apprenti se sent de suite ridicule, les mots sont plus hésitants, hachés. A la limite, ça prête à sourire voire à rire. Si le receveur a le malheur de ne pas y croire, c’est la franche rigolade. Oui, il est difficile de dire « Je t’aime ». Et ce n’est pas que dans les ateliers théâtre, dans la vie tout simplement. Oui, il est facile de se laisser emporter par la colère.
    Par conséquent, « Sense8 » fait appel à de vraies émotions car les soeurs Wachowski ont su habilement et avec talent ne pas céder à la facilité au milieu d’une intrigue dense et d’informations nombreuses. C’est la force de cette série. Il n’y a rien d’évident. Il n’était pas évident de tourner réellement sur quatre continents. Il n’était pas évident d’orchestrer des foules de figurants admirablement impliqués. Il n’était pas évident de conjuguer émotions et intrigues intriquées ! Il n’était pas évident de brasser autant de thèmes : rapports Afrique/Monde moderne ; mafia, mafieux ; corruption, complots scientifiques ; homosexualité, transgenre ; intolérance, déni ; droit à la différence, monde professionnel plus attaché au paraître ; amitié, solidarité, partage, don de sa personne, sacrifice, sexualité ouverte. Tous ces thèmes enchevêtrés ont réussi à toucher les spectateurs au point de rédiger une pétition afin de réclamer une rallonge. Au-delà de la démarche fan-attitude, il était inconcevable que la série soit à ce point décapitée. Il fallait une fin, une vraie fin. La force de cette série réside aussi dans tous ses personnages ; ô combien il est difficile de préférer tel ou tel personnage. Je comprends que l’on ait des chouchous, mais dans l’ensemble, à lire les réflexions, pour la très grande majorité des fans, il était difficile d’extraire un ou deux personnages des huit. J’ai comme l’impression qu’ils sont tous sur le même podium d’amour. En tout cas, je les aime tous. J’ai souffert pour chacun, j’ai aimé chacun. Et je pense que là aussi c’est la grande force de la série. Je suis persuadé que c’était l’intention des soeurs Wachowski. Pari réussi. Rare qu’une série puisse à ce point faire de ses personnages l’unanimité. Aimer tous ces personnages attachants c’est accepter leur « soi-disant » différence. Aimer tout entier, tel que l’on est. A bien y regarder on n’a pas « à accepter ». Car reconnaître « leur différence », c’est penser être hors la norme.
    On dit que l’art ne peut pas changer le monde. Je suis de ceux qui pense fortement que l’art peut aider à faire évoluer les consciences. Si chaque conscience évolue alors le monde peut évoluer et finir par changer. Encore faut-il être prédisposé à accepter une évolution. Ce n’est pas donner à tout le monde, surtout à ceux qui sont encore enfermés dans leurs préjugés. Ancrés dans des certitudes liées à des traditions familiales, sociétales, religieuses. Oui, « Sense8 » relève bien de la science-fiction, car ce n’est pas pour demain qu’un monde tolérant voie le jour. Incroyable ! « Sense8 » est une piqûre de rappel qui nous fait du bien, qui me fait du bien pour nous injecter un peu d’Humanité. Je peux aimer « Banshee », « The Punisher » tout en aimant « Sense8 ». Je salue tous les acteurs Jamie Clayton, Doona Bae, Tina Desai, Tuppence Middleton, Toby Onwumere et Ami Ameen, Max Riemelt, Miguel Angel Silvestre, Brian J Smith, et sans oublier Freema Agyeman pour leur jeu remarquable ; à voir en V.O évidemment pour s’en rendre compte et savourer, mais aussi pour leur implication. « Sense8 » est une série militante comme pouvait l’être « The L World » (que j’adore aussi). Un grand merci à Lana et Lilly Wachowski pour ces bons moments, pour ce récit d’aventure fait d'obstacles, pour ce tour du monde coloré rempli d’Amour.
    AlexLaloix
    AlexLaloix

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 694 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 29 avril 2020
    Sense8 est en tout point une véritable série humaine extraordinaire qui nous présente huit personnages très différents et connectés auxquels on s'attache. La série tient sa réussite par son excellente réalisation admirable et par l'aperçu de différents décors qui nous transporte à travers le monde entier. Malheureusement, la série prend énormément de temps à se mettre en place pour introduire tous ses personnages délaissant le côté science-fiction de l'intrigue. Malgré sa lenteur ressentie au fil des épisodes, Sense8 aura marqué les esprits.
    -
    16/20
    Critique sur Sense8 (série complète)
    Vue du 24.04.2019 au 02.05.2019 sur Netflix
    Romain B.
    Romain B.

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 23 août 2020
    Une série unique, tout simplement géniale. Du nectar d'humanité et d'émotions... et que ceux qui trouvent ça trop lent, trop niaiseux ou trop je ne sais quoi passent leur chemin, inutile de gaspiller des critiques faciles.
    Sense8 est bien écrite, bien réalisée, bien jouée, on est porté par ce long film sensitif et gourmand. Une véritable pépite dans l'univers des séries.
    Zoumir
    Zoumir

    Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 1 020 critiques

    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 18 juillet 2018
    Il est difficile d'expliquer précisément à quelqu'un ce que peut vivre et ressentir un homo-sensorium lorsqu'on se met à parler de Sense8 à ceux qui ne l'ont pas vue. D'ailleurs, les personnages eux mêmes n'arrivent pas non plus à véritablement mettre des mots sur cet étrange capacité déroutante qu'ils découvrent au démarrage de cette nouvelle série des sœurs Wachowski.
    Réalisateurs devenus réalisatrices, aux manettes de mastodontes cinématographiques ambitieux (Matrix, Cloud Atlas) mais pas toujours réussis (Matrix Reloaded, Jupiter Ascending), le binôme continue d'exploiter le filon de la science-fiction comme fenêtre sur le réel et l'humanité.

    Ici, huit hommes et femmes d'horizons différents se retrouvent projetés dans la vie, dans la peau et dans les sensations des autres et se rendent compte qu'ils peuvent interagir entre eux. Ils forment un "cercle" et deviennent suite à leur "réveil" les proies d'une société sombre aux méthodes radicales. Entre le combat pour leur survie face à cet ennemi commun et les aléas de leur vie respective, la série s'applique à nous assommer d'un message simple : Ensemble, nous sommes plus fort !

    Que ce soit visuellement, ou moins subtilement dans les événements qui ponctuent l'intrigue, Sense8 se veut être une série humaniste qui insiste sur le partage et la tolérance.
    Sun, la Coréenne, faire-valoir invisible aux yeux d'un père qui n'hésitera pas à la sacrifier pour sauver son empire commercial, Lito, acteur homosexuel habitué des rôles de badass qui garde secrète son orientation sexuelle, Capheus, sympathique chauffeur de bus Kényan surnommé Van Damme pour son amour inconditionnel de l'acteur, Nomi, transsexuelle reniée par ses parents, Wolfgang, petite frappe Berlinoise au passé violent, tous les personnages sont écrits pour exploiter pleinement le propos sur l'acceptation des différences. Un choix qui permet de surfer perpétuellement sur la vague du bien-être.
    Car, oui, malgré sa petite candeur de fond et son message qui fera fuir des associations comme "Génération identitaire", Sense8 est une série qui fait du bien, certes de manière un peu nunuche parfois mais dans l'ensemble, dans un climat qui ne cesse de souligner nos différences, elle prône ouvertement la tolérance et le partage en jouant sur l'aide constante que peuvent s'apporter les personnages via leur nouvelle capacité leur permettant de se mettre littéralement à la place de l'autre. Quoi de mieux pour développer l'empathie ?

    Entre ces effusions de bienveillance saupoudrées de quelques notes d'une musique toujours destinées à nous émouvoir d'une telle complicité entre nos héros, possible aussi grâce à l'alchimie entre les acteurs, Lana et Lilly n'en oublient pas pour autant de nous divertir de quelques gunfights et combats bien sentis en exploitant pleinement les possibilités offertes par l'histoire.
    Avec une plastique bien moins aguicheuse qu'un Matrix, elles usent malgré tout d'effets visuels et d'une mise en scène grisante spoiler: comme dans le combat de nos 8 contre le cercle de Lila qui clôture l'épisode 8 de la saison 2
    .

    Plébiscité par ses fans suite à son annulation au terme de la saison 2, l'ultime épisode de 2 heures et demie visant à conclure l'histoire de Kala et consort tente de condenser ce qui aurait pu faire une troisième saison intéressante. Evidemment, on ne peut s'empêcher de relever la maladresse des transitions qui poussent l'histoire vers la fin mais on restera finalement dans l'esprit de l'ensemble pour une conclusion pleine de "sens" ou les frontières physiques et psychologiques s'abolissent complètement.

    Alors, oui, Sense8 a quelque chose de facile et de très édulcoré mais voilà une série d'un optimisme rare dans le paysage télévisuel actuel qui trouve généralement ses pépites dans les drames. Un message et une vision qui font du bien dans une époque où les différences sont encore trop montrées du doigt, où l'identité, ce besoin d'être soit, un individu en tant que tel au milieu des autres, alliée à l'intolérance, réussie même à nous monter les uns contre les autres. Une série au propos nécessaire.

    Nous ne faisons qu'un.
    Bryan V.
    Bryan V.

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 922 critiques

    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 3 juillet 2018
    🎬🎥 SENSE8 _ [SAISON 2 (EPISODE FINAL)] 🎥🎬

    _Avis Bref de l'épisode final (saison 2) de la série "Sense8" ;
    La série aura été magnifique de bout en bout. Dans l'actualité et l'air du temps avec une belle ouverture d'esprit. Une série qui se démarque pour son concept et sa qualité. Final qui dure environ deux heures et trente minutes au passage et le temps ne paraît jamais long, en même temps avec toute cette frénésie et l'émotion, on ne peut rester insensible. Les fans ont dû être ravis de ce petit cocktail explosif. Une série unique et c'est le cas de le dire, loin d'être vulgaire malgré les nombreuses orgies magnifiques et poignantes.
    Enfin bref, une série Originale "Netflix".
    Frederic F.
    Frederic F.

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    Critique de la série
    0,5
    Publiée le 17 mars 2021
    Que dire cette série, le terme serait BOF, suite de scènes sans liens les uns des autres et désordonnées, avec de bons sentiments LGBT au goût du moment mais sans vraiment de profondeur. Beaucoup de bla bla pour en arriver a rien, bref j’ai arrêté a la saison 1.
    Willane E.
    Willane E.

    Suivre son activité Lire sa critique

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 13 novembre 2020
    Une série superbe qui chaque fois que je la regarde, m'apporte de la joie et du bonheur.... Au delà de l'intrigue se cache un véritable message de tolérance de paix et d'amour
    Merci pour ces paysages magnifiques, ces acteurs géniaux, cette bande son....
    Cette série devrait être obligatoire par ces temps troublés
    UNE PÉPITE!
    Fraenkel M.
    Fraenkel M.

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 42 critiques

    Critique de la série
    0,5
    Publiée le 3 juillet 2018
    Un pygmée aveugle, homosexuel et lépreux. Voilà ce qui manque à cette série. Ou une métisse aborigène-inuit, bi, autiste et surdouée.
    Matrix_fr
    Matrix_fr

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 7 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 9 avril 2019
    Vu en totalité en 1 semaine. Contrairement à ce que j'ai pu lire, la série n'est pas "lente", c'est même le seul reproche que je lui ferais, un épisode final un peu hatif où on sent la place pour une saison 3 !

    C'est bien ce seul fait qui ne fait pas passé cette série humaniste, véritable chef-d'oeuvre en top 1 de mes séries. (alors disons top 2 ? ^^

    Une série avec du polyamour qui ne dit pas son nom, des émotions vibrante, du ressenti, de l'Amour... on se sent vivant et vibrant en regardant cette série !
    Nicolas Jeremy A.
    Nicolas Jeremy A.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 17 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 8 juin 2015
    Ça faisait longtemps que j'attendais ça. Une série qui nous transporte dans des vies si belles et si dures, mais surtout réelles. Si le rythme de la série est lent, les personnages et leurs histoires permettent de faire passer des épisodes d'une heure en cinq minutes. Au début j'ai douté de cette série. Mais plus j'ai regardé d'épisodes, plus j'ai admiré le travail incroyable qui a été établie au cœur des tournages à travers le monde. Chaque personne à une identité passionnante à étudier. Ça me rappelle Lost, où on prenait un plaisir fou à se plonger dans la vie de ces inconnus qui viennent de partout mais pourtant unis par quelque chose de spécial. Et j'adore cette idée de pouvoir rapprocher des personnes totalement différents autour de quelque chose d'unique. Les thèmes abordés sont très lourd : Sida, Drogue, Transsexualité, Homosexualité, Meurtres, Religions, Mariages, Sexe, Banlieue, Prison ... C'est rare de voir des thèmes comme la transsexualité abordé à l’écran et j'adore ça. Je pense Lana Wachowski a essayé de raconté sa propre histoire à travers de personnage de Nomi, et c'est ce qui rend son histoire encore plus sincère. J'aime le fait qu'il n'y ai aucun tabou dans cette série. Comme j'aime l'épisode 3 ou 4 spoiler: où ces personnes connectés sont réunis autour de relations sexuelles qui se transforme un peu orgie
    . Mais voilà, c'est incroyablement bien travaillé. Ça aurait pu être un désastre, toutes ces histoires mélangées, mais non, c'est vraiment bien mené. Tout cela mené par une mystérieuse intrigue scientifique. J’espère que la série sera renouvelé, et qu'elle aura du sucés parce qu'elle le mérite amplement. C'est peu commun de voir de nos jours une oeuvre aussi complète. Je suis à la moitié de la saison 1, mais je pouvais pas attendre de faire cette critique. Regardez cette série, appréciez la beauté des paysages et des jeux d'acteurs. Cette série plaira à ceux qui sont assez ouvert d'esprit pour accepter les différences de ses héros. Elle plaira à ceux qui ont envie de voyager à travers 8 pays différents.
    Agnes L.
    Agnes L.

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 1 027 critiques

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 29 mars 2022
    Je me suis accrochée jusqu'au huitième épisode parce que des membres d'allociné le conseillaient et je ne voulais pas rater le meilleur. Seulement, je ne trouve pas que la suite vaille davantage. Les couples gay et leurs ébats ainsi que les scènes de partouzes font un peu trop racoleurs
    Gaby Z
    Gaby Z

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 25 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 19 décembre 2018
    Super série. Les émotions qu'elle dégage, c'est assez énorme.
    Le seul reproche que je peux lui faire, c'est qu'en voulant casser certains préjugés, paradoxalement, elle abuse sur certains stéréotypes (les gays dans les toilettes, les DJs qui prennent de la drogue, etc.)
    Back to Top