Mon compte
    La Fabuleuse Mme Maisel
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    4,3
    959 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur La Fabuleuse Mme Maisel ?

    68 critiques spectateurs

    5
    36 critiques
    4
    23 critiques
    3
    4 critiques
    2
    1 critique
    1
    2 critiques
    0
    2 critiques
    Y Leca
    Y Leca

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 725 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 16 janvier 2023
    Une série au sujet original (la délivrance d'une femme par le stand up) et réalisée de main de maître : la reconstitution des 60s est fantastique, les décors et costumes sont somptueux. La mise en scène et les dialogues sont virtuoses ( à suivre en VO si on est bon, car ça va très vite et l'héroïne est une pipelette!). Aussi verbeux que Woody Allen avec optimisme et fantaisie en sus. Rachel Brosnahan est divine en pin-up sexy et cérébrale et Tony Shalhoub hilarant en papa prof allumé.
    Frôle le chef-d'oeuvre si ce n'était un scénario qui s'épuise un peu en saisons 3 et 4 au profit de numéros musicaux. 4 étoiles, mais pas loin des 5. J'attends avec impatience la dernière saison 5.
    El Ise
    El Ise

    Suivre son activité Lire ses 15 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 22 octobre 2022
    Brillante brillante brillante série! Des dialogues aussi envolés que les personnages! Les costumes sont diablement beaux et l'histoire est fine et captivante. Je suis sous le charme depuis 4 saisons.
    Pascale F.
    Pascale F.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 21 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 2 juillet 2022
    A l'image de son personnage le film est pétillant, intelligent, espiègle et drôle. Il met en joie, un moment de bien-être
    Acteurs tous excellents
    Pierricdrai
    Pierricdrai

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 72 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 2 juillet 2022
    Lancée en 2017, la première saison de « the marvelous Mrs. Maisel » créée par Amy Sherman-Palladino avait sonné comme un vent de fraîcheur dans le paysage télévisuel, obtenant 2 Grammy Awards dont un pour celui, mérité, de meilleure actrice dans une série comique, attribué à Rachel Brosnahan. Cinq ans et trois saisons plus tard, malgré quelques passages à vide, on ne peut pas dire que la reine du one-man show dans le New-York des années 50 ait perdu de sa répartie. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, Mrs. Maisel n’a pas vraiment existé. Qu’une femme fasse fureur sur scène à une époque où celle-ci se doit de s’occuper des enfants tandis que Monsieur travaille pour ramener un salaire à la maison, aurait relevé de l’exceptionnel. Cependant, certaines ont réussi à l’époque à se faire un nom au sein d’une profession presque exclusivement masculine mais elles sont réduites à peau de chagrin. Si Mrs. Maisel a pu voir le jour sur nos écrans de télé, on le doit peut-être à Joan Rivers qui a eu, elle aussi, toutes les peines du monde à s’imposer dans le milieu comme nous le rappelle le bon papier du site Slate (http://www.slate.fr/story/170844/fabuleuse-mme-maisel-joan-rivers-veritables-pionnieres-stand-up-femmes-comedie ).

    Pourtant au départ, rien ne laisse supposer que Miriam Maisel, surnommée Midge, se lance ainsi dans le one-woman show! Heureuse maman de deux enfants en bas-âges réclamant toute son attention, son statut de femme au foyer se résume à s’occuper de sa progéniture et à tenir la maison. Sans oublier de faire plaisir à son époux Joël à son retour du travail. Mais lorsque ce dernier la trompe avec une secrétaire de 21 ans, sa vie et les valeurs traditionnelles qui lui sont associées, perdent tous leurs sens. Alors un soir, elle boit (beaucoup) et se rend au club où son mari a vainement tenté de percer dans le stand-up. Totalement ivre, elle s’empare du micro et commence à se raconter. D’abord incrédule devant la vision de cette femme éméchée qui n’hésite pas à se donner en spectacle, la salle se remplit petit-à petit au son de la voix de plus en plus assurée de celle qui deviendra Mrs. Maisel, Midge pour les intimes. Les irrévérences commencent à pleuvoir, les rires deviennent francs et emplissent l’espace de la petite cave enfumée. Au bout de quatre minutes hilarantes et transgressives (pour l’époque) ….., Miriam enlève le haut de sa chemise de nuit, et exhibe sa poitrine devant un public hilare. Moment télévisuel grandiose et surprenant qui vaudra à une Midge au tempérament volcanique démesuré, un séjour d’une nuit dans la cellule du commissariat le plus proche. Car à l’époque, on ne badinait pas avec les outrages aux bonnes mœurs. Qu’un homme titube un peu trop dans la rue et il finissait en prison. Alors, une femme à moitié nue devant tout un public…

    Et ce n’est pas Lenny Bruce, que l’on croisera régulièrement tout au long de la série, qui aurait déclaré le contraire. Dans ces années-là, cet historique humoriste qui se plaisait à dénoncer la société et les mœurs puritaines de son pays, avait lui aussi l’habitude de terminer ses soirées en compagnie des forces de l’ordre. Véritable pionnier dans le monde du stand-up, il est mort d’une overdose en 1966, Phil Spector allant même jusqu’à dire qu’il avait fait « une overdose de police ». Quoiqu’il en soit, pour Miriam, cette soirée mémorable sera une révélation et elle ne cessera de se chercher une place dans le milieu du show-business. Aidée en cela par Susie Mayerson, la gérante improbable du club qui deviendra sa manager, on sera amené à suivre le parcours chaotique de cette jeune femme vive et drôle dans un univers qui ne lui est, à priori, pas réservé.

    Dès les premiers épisodes, on se délecte de la reconstitution colorée du New-York des années 50 dans lequel elle nous plonge. Les coiffures, la mode… James Dean apparaîtrait à l’écran que l’on ne serait pas surpris. On pense à Douglas Sirk aussi mais surtout, de par sa thématique, à « A star is born » de Cukor. A ceci près qu’ici il n’est pas question de drames mais de rires. Les dialogues, vifs et mordants, fourmillent de punchlines sarcastiques que Miriam, mais surtout la désopilante Susie, affectionnent. Cette dernière, sorte d’ourse mal léchée qui déteste autant les bonnes manières que le monde bourgeois auquel appartient sa protégée, mériterait presque une série à elle toute seule tant son personnage est croustillant ! D’une manière générale, le rythme de la série est en adéquation avec le débit mitraillette des personnages. Non seulement les répliques fusent, mais les bras servant vigoureusement de balancier, Midge avance dans l’histoire tête en avant, l’air décidé. C’est souvent jubilatoire mais dans ses périodes creuses, le sentiment d’hystérie peut prendre le pas sur l’aspect comique des situations. Heureusement, la qualité des dialogues finit le plus souvent par nous ramener du côté des comédies délicieuses des années 40 dont Cary Grant était le porte-drapeau ou des meilleurs Woody Allen comme « meurtres mystérieux à Manhattan ». Cette dernière référence se voit renforcée par l’appartenance sans faille à la religion juive et aux coutumes dont les parents de Joel et Miriam sont issus. Tous les clichés comiques concernant cette communauté d’émigrés sont passés en revue et c’est assez succulent ! De plus, à travers leur figure masculine, ces deux couples s’inscrivent dans des versants variés de la réussite (économique pour l’un, culturelle pour l’autre) qui ne cessent de s’opposer pour notre plus grand bonheur.

    Outre ces considérations formelles et humoristiques, la série ne pouvait se départir de la place des femmes dans cette société ultra-sexuée. Et en cela, la première saison donne un coup de pied salvateur dans la fourmilière. Non, les femmes ne sont intrinsèquement pas destinées à s’occuper des enfants (ce qu’au demeurant, Miriam fait très mal quand on voit son fils éructer toute la journée devant la télévision) ou gérer la logistique du foyer. Ainsi, si féminisme il y a, il fait tout simplement corps avec la narration sans jamais lui damer le pion. De fait, elle reste bienveillante avec des hommes au final plus surpris que misogynes quand il s’agit de se frotter au tempérament volcanique de la demoiselle et à ses aspirations. Et si la saison 2, plus confuse, patine un peu, la série n’hésite pas à se renouveler en nous sortant des clubs de Broadway pour partir en tournée avec ce qui se fait de mieux dans le monde du spectacle. Les paillettes tant désirées par Miriam sont alors au rendez-vous, mais elle apprendra à ses dépens qu’en humour, on ne peut rire de tout avec tout le monde. En tant que femme, le public, même masculin, accepte d’être bousculé par ses propos gentiment castrateurs mais à cette époque, il est d’autres sujets sur lesquels l’humour reste prohibé. Le saison 4 s’interroge plus sur les éventuelles concessions à effectuer pour un artiste s’il veut accéder à la notoriété. En d’autres termes, la fin justifie-t-elle les moyens ? Très intelligemment écrite, la série n’impose aucune vérité et se contente de nous questionner au même titre que les personnages qui sont amenés à le faire. Sur ce point, la scène finale opposant Lenny et Midge est sans conteste un des moments forts d’une œuvre qui sait ponctuellement délaisser la comédie trépidante pour se poser et laisser apparaître les fragilités de ses personnages tous très attachants.

    C’est particulièrement vrai lors des séquences hors temps où l’Histoire rencontre le fictif, où le mentor (magnifique Luke Kirby) rencontre ponctuellement sa pétillante apprentie. Mêlant respect et attachement mutuels, leur relation s’appuie en effet sur le fil ténu qui relie l’artiste sur le sentier de la gloire à celle qui tente de marcher sur ses talons malgré les obstacles. Mais elle témoigne aussi d’une sensibilité avant-gardiste commune et de la solitude qui en découle. Spirituels et souvent malicieux, les échanges verbaux dont il gratifient le spectateur constituent en soi des moments de cinéma empreints d’une finesse que n’aurait pas renié le précédemment cité Georges Cukor.

    Au final, si on devait maintenant adresser quelques reproches à Midge, c’est que la qualité de ses prestations scéniques que l’on attend toujours avec gourmandise ne sont pas toujours à la hauteur de nos attentes… peut-être l’effet du manque que sa première apparition avait provoqué en nous. Après, on ne peut reprocher à Amy Sherman-Palladino de ne pas être auteur de textes de stand-up. Plus embêtant, on a quand même le sentiment que la série tourne scénaristiquement en rond. Les choses avancent peut-être, mais c’est lent. Attention donc à la lassitude si la série n’arrive pas à s’engouffrer dans un sillon narratif un peu plus entraînant. Mais pour l’instant, « let the show goes on» !

    Disponible sur Prime Video

    Cette chronique et bien d'autres sont disponibles ici https://seriephiledudimanche.jimdofree.com/2022/07/02/the-marvelous-mrs-maisel-saisons-1-%C3%A0-4/
    Geraldine Pouzol
    Geraldine Pouzol

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 31 juillet 2022
    Une série délicieuse a l’image de son héroïne ! On ne rigole pas pour les blagues qu’elle raconte car, il faut bien l’avouer celles-ci sont ringardes mais pour tout ce qui fourmille à côté ! Et il y en a du fourmillement ! Les dialogues sont ciselés, de la vraie dentelle, les personnages hauts en couleurs et merveilleusement interprétés ! Un vrai régal à consommer sans modération ! Mention spéciale pour les tenues toutes plus jolies les unes que les autres 😉
    Yann MORGYANN
    Yann MORGYANN

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 35 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 6 mars 2022
    De l’humour, de la féminité, un thème très original : le stand-up, du rythme, des personnages attachants … « The Marvelous Mrs. Maisel » est une fabuleuse série.
    Picard Angeline
    Picard Angeline

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 7 novembre 2022
    Fabuleux série, Fabuleuses actrices et acteurs .
    Franchement c'est année était tellement splendide et chic .
    Cette avancée vers la gloire en tant que femme semé d'embûches et de petites victoires.
    Tous cela avec tous sont lots de bons et mauvais moments de vies.
    Franchement j adore 😊🤗🤗🤗🤩🤩🤩
    Bibine bibinouse
    Bibine bibinouse

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 21 août 2022
    Une superbe série comme on en voit trop peu !
    Les décors, costumes, etc etc au top du top, une histoire et des personnages rafraîchissants, sans oublier de traiter avec sérieux mais tout en légèreté les thémes sociaux de l'époque (racisme, sexisme...°
    No Demuylder
    No Demuylder

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 5 novembre 2022
    Un petit bonheur de série! Autant d'un point de vue scénographique que d'un point de vue du scénario... et ces costumes! On en parle de ces costumes magnifiques?! Je veux la même garde-robe! C'est drôle, sympathique et poétique. Je conseille.
    Vanessa L
    Vanessa L

    Suivre son activité 233 abonnés Lire ses 808 critiques

    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 24 septembre 2018
    J’ai tellement entendu de bien de cette série qu’il a forcément fallu que je la regarde ! La saison étant assez courte on la dévore assez vite je dois dire. On ne peut que tomber sous le charme de cette héroïne, cette mère de famille dont la vie change totalement du jour au lendemain. Toujours parfaite, elle se lève très tôt pour se refaire une beauté pour faire croire qu’elle dort sans se décoiffer, elle veut être l’épouse et la maman parfaite jusqu’au jour où son mari veut partir et là elle prend conscience des choses. Elle se retrouve alors à faire du stand-up dans un bar, sans langue ficelée, en chemise de nuit, elle dit alors tout ce qu’elle pense et c’est très drôle puisque ce sont globalement des choses très vraies. Les dialogues sont vraiment bons, les jeux de mots aussi et surtout l’actrice principale est un petit bijou !

    En résumé, The Marvelous Mrs Maisel est une excellente comédie, drôle, féministe avec une héroïne qui n’a pas la langue dans sa poche et qui n’a aucun tabou ! Un régal et une excellente découverte !
    Lilyjo
    Lilyjo

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 23 janvier 2023
    Je viens de terminer la saison 4 et j’attends avec impatience la saison 5 ! La meilleure série que j’ai vu depuis longtemps ! Si drôle, si fraiche ! les décors et les costumes sont merveilleux, on est replongé dans les années 60, les acteurs sont juste fabuleux, le papa est hilarant, la belle-famille si détestable qu’elle nous tord de rire, le mari trop attachant, l’impresario toujours empêtrée dans ses embrouilles, bref forcément c’est LA série comique à ne pas manquer.
    Nathalie SAUNIER BILLARD
    Nathalie SAUNIER BILLARD

    Suivre son activité Lire sa critique

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 28 janvier 2023
    Et dire que je ne voulais pas regarder… cela aurait été pêché !
    Une série magnifique : tout est réussi de la bande à l image. Tous les personnages sont ciselés portés par des acteurs formidables.
    On a juste envie de rester devant cette série et ne plus en sortir. A voir absolument
    Natalia N
    Natalia N

    Suivre son activité Lire sa critique

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 14 mai 2022
    Cette série a l'une des meilleures chapitres pilote que j'ai vu, en parlant sur l'esctructure du script, je le trouve impeccable, c'est attirant, les personages sont presentés d'une maniere très dynamique et le conflit apparaît dans le moment précis. Je suis encore dans la premiere saison mais je l'aime déjà! Les costumes, et en géneral le design de production, est franchement ce qui a pris mon attention dès les premières secondes.
    Alligator 427
    Alligator 427

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 133 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 3 janvier 2019
    Remarquablement écrite, jouée et filmée, dans des décors et des costumes très soignés, Mrs Maisel est une série d'exception comme il y en a peu, à l'image de Downtown Abbey. L'histoire de cette bourgeoise new-yorkaise de la fin des années 50 est drôle et touchante, sur fond de caricature de la communauté juive, de critique du puritanisme et de prise de conscience des femmes de leur place de la société. Mrs Maisel est un bijou finement ciselé qu'on ne se lasse pas de regarder.
    golgot13
    golgot13

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 71 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 8 janvier 2018
    Cette série est un vent de fraicheur! La réalisation est maitrisé, j'ai même cru un moment que c'était réalisé par woody Allen!
    La musique...un bonheur!
    Les costumes...somptueux!
    Et que dire de l'interprète principale, qui est est au top!
    ENFIN UNE VRAI SERIE/COMEDIE ORIGINALE!
    Back to Top