Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Les Promesses de l'ombre
note moyenne
4,0
12706 notes dont 1215 critiques
33% (406 critiques)
41% (496 critiques)
7% (88 critiques)
12% (149 critiques)
4% (51 critiques)
2% (25 critiques)
Votre avis sur Les Promesses de l'ombre ?

1215 critiques spectateurs

ChroniqueMécanique
ChroniqueMécanique

Suivre son activité 248 abonnés Lire ses 214 critiques

5,0
Ca c'est un vrai grand film. Un voyage violent et époustouflant au coeur de la mafia russe londonienne. Avec une maîtrise singulière, David Cronenberg nous plonge sans ménagement dans une histoire sombre, froide, intense et captivante. Le réalisateur canadien réussit un vrai coup de maître, accouchant d'une oeuvre puissante, ajoutant un nouveau classique à sa collection déjà bien fournie. "Les promesses de l'ombre" s'inscrit dans la direct lignée de l'excellent "A history of violence", dont les fans ne seront pas déçus. Certes, celui-ci est moins rythmé, moins basé sur l'action. En effet, il tire beaucoup plus sur le polar noir, le film de gangsters pur et dur, mais tout en restant aussi singulier dans sa philosophie de la violence, pouvant donner à un scénario qui peu sembler banale et déjà vu, une directivité étonnante, une virtuosité bluffante, qui le classe d'emblée parmis les meilleurs films du genre. Comme d'habitude chez Cronenberg, il n'y a aucun parti-pris, pas vraiment de "gentils" et de "méchants", pas vraiment de bons et de mauvais, on est parfois même à la limite de la tragédie shakespirienne, troublante et pleine d'ambiguité. Sans oublier un des plus gros points positifs : l'interprétation. Chaque acteur donne vie avec talent à son personnage, lui offrant une psychologie travaillée et une grande plongée dans les méandres de leurs esprits plein de noirceur et d'humanité, de force et de faiblesse. En tête, Viggo Mortensen est tout simplement hallucinant, livrant une performance de très haute volée à faire froid dans le dos, pleine de charisme, prouvant à chaque nouveau film qu'il est un des meilleurs interprètes actuels. Intelligent dans son propos, réaliste dans son traitement, cette descente aux enfers entre cauchemar et poèsie réserve bien sûr son lot de grandes scènes, notamment la scène du tatouage, et surtout, surtout celle des bains turcs, quasi-culte.
Lara c 28
Lara c 28

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 122 critiques

4,0
Contrairement à la plupart des films de gangsters et de mafia très alambiqués, ce scénario est à la fois limpide et dense. Chaque scène participe à la construction de cette oeuvre, rien n’est en trop. Les scènes de violence sont accessibles car elle sont théâtralisées. Les personnalités des acteurs sont très marquées, Morgensen campe un personnage sibyllin dont la personnalité fonctionne comme un révélateur, elle s’oppose à celles très naïve d’ Anna et instinctive de Kirill. Au delà la perversion mafieuse, le réalisateur aborde des notions plus larges comme le problème de la filiation, et donc de l’identité : La filiation pourrie du père et du fils mafieux, l’obligation pour un adoubé de renoncer à sa famille et enfin, la vision finale, salvatrice de la sage-femme et de la petite Christina que l’adoption purifie d’une généalogie honteuse.
soniadidierkmurgia
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 195 abonnés Lire ses 3 156 critiques

4,0
Le dernier Cronenberg se situe dans la lignée de « History of violence » marquant ainsi une rupture avec la fascination pour la dégradation des corps source première d’inspiration chez le Canadien depuis ses débuts, même si une scène du film rappelle cette thématique quand Viggo Mortensen mutile le corps d’un « exécuté » pour éviter toute identification. Cette description de la mafia russe implantée à Londres est pour le moins horrifique. Le thème de l’infiltré souvent utilisé marche encore une fois. Les méthodes expéditives de toutes les mafias du monde ont été largement montrées au cinéma que ce soit par Scorsese, De Palma, Woo ou Kitano. On est donc pas surpris devant tant de violence. En vérité le film vaut surtout les relations entre les personnages notamment celle nouée par Vincent Cassel et Viggo Mortensen par-delà l’autorité toute puissante du père joué par Mueller Stahl déjà vu dans « Music Box » de Costas Gavras aux côtés de Jessica Lange dans un rôle similaire. Viggo Mortensen est une fois de plus très convaincant tout comme Vincent Cassel qui se plaît à enchaîner les rôles extrêmes depuis « Sheitan » et « Sa Majesté Minor ». On regrettera juste le rôle un peu court de Noami Watts. Le film est parfaitement maîtrisé et permet à Cronenberg de montrer touit son savoir dans un registre plus convenu. On peut se demander malrgé tout s’il ne perd pas depuis deux films sa singularité.
elbandito
elbandito

Suivre son activité 192 abonnés Lire ses 865 critiques

4,0
Le nouveau film de David Cronenberg est davantage une tragédie shakespearienne qu'un énième film de mafiosi. L'extraoridinaire composition des acteurs principaux et l'atmosphère pesante d'un Londres glauque, sordide et humide donne au film toute son ampleur. La description de la vie d'une famille russe de criminels, exilée pour fuir le FSB, est très juste. Certaines scènes sont volontairement très choquantes ! A ne pas mettre sous les yeux de tous...
reymi586
reymi586

Suivre son activité 129 abonnés Lire ses 2 443 critiques

5,0
Un plongée très réaliste dans la mafia russe londonienne. Un très bon film sur l'ensemble avec quelques scènes très impressionnantes, je pense à celle dans le hamam. Le casting est irréprochable, le fait qu'aucun acteur ne soit russe n'a apparemment pas posé de problèmes. Vincent Cassel et Viggo Mortensen ont un super accent. La prestation de ce dernier n'est d'ailleurs pas passé inaperçue puisqu'il a été nominé à l'Oscar du meilleur acteur. Un thriller très noir à découvrir au plus vite.
J-Daniels
J-Daniels

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 278 critiques

4,0
Quittons un peu le terrain maintes fois exploité de la mafia italo-américaine arpentant les rues de New York ou Las Vegas pour une autre organisation criminelle toute aussi intéressante sous les lumières du cinéma mais bien moins exploité (du moins avec talent), la mafia russe, ici dans son implantation londonienne. Le film s'attache a étudié toutes les formes de rapport que peuvent entretenir les immigrés russes ou d'origine russe avec cette organisation criminelle, qu'il s'agisse de ses membres, de ses victimes, de ses adversaires ou de ceux qui tentent d'en rester éloigner. La mafia est ici présentée dans ce qu'elle a de plus noire, absence de toute valeur morale, exécutions sommaires, intolérance, sur fond de prostitution forcée de mineurs. Bref ça fait froid dans le dos, et pourtant David Cronenberg fait le choix de ne pas tout montrer, certes il y a des scènes d'une extrême violence, mais d'autres qui auraient pu être biens pires sont évoquées mais jamais montrées, notamment pour faire comprendre à quel point des criminels monstrueux comme le parrain incarné par Armin Mueller-Stahl peuvent apparaître dans la vie de tous les jours comme de gentils patrons de restaurant. C'est d'ailleurs autour de lui que s'articule au final tout le film, entre un fils pour le moins dérangé, un nouvel homme de mains aux dents longues et une inconnue qui découvre ses crimes, il va être contraint de révéler petit à petit sa véritable nature. Servi par un Vincent Cassel inspiré, un Viggo Mortensen ultra-charismatique et une Naomi Watts touchante, "les promesses de l'ombre" bénéficie aussi d'une esthétique léchée avec des scènes vraiment magnifiques spoiler: notamment celle de l'introduction au rang de capitaine. On regrettera simplement un scénario un peu trop prévisible bien que réussi et un traitement parfois trop froid pour susciter l'émotion chez le spectateur.
Akamaru
Akamaru

Suivre son activité 528 abonnés Lire ses 4 333 critiques

4,0
L'ambivalence de l'homme.La filiation contrariée.La violence accoudée au voyeurisme.Les faux-semblants protégeant du néant.Le dernier David Cronenberg,c'est tout ça à la fois.Toujours fasciné par la brutalité sèche et les rapports ambigus,Cronenberg filme frontalement,de façon limpide,et va droit au but,sans aucune scène superflue.Le récit n'en est que plus tendu et donc générateur d'une forte puissance dramatique.Une violence qui pourra rebuter,mais nécessaire pour montrer que le corps n'est que l'instrument de l'âme.Une fresque criminelle qui dit qui nous sommes,à travers ici les tatouages des membres de la mafia russe de Londres.un code d'honneur d'hommes qui n'en ont pas.Ancré dans un réalisme glacé,"Les Promesses de l'ombre" doivent beaucoup à l'interprétation bluffante de Viggo Mortensen en homme de main mutique,et celle d'une grande justesse de Naomi Watts en sage-femme à la recherche de sa maternité perdue.2 acteurs d'une grande précision,à l'image de ce thriller faisant entrer le gangstérisme dans le XXIème siècle.Parfaitement indispensable.
Ti Nou
Ti Nou

Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 2 410 critiques

4,0
Après l'excellent "A history of violence", David Cronenberg retrouve Viggo Mortensen et signe un autre polar noir brillant, subtilement mis en scène et interprété, qui confronte la mafia russe et le rêve de la vie en occident avec brio.
fuck-les-modérateurs-allociné
fuck-les-modérateurs-allociné

Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 3 920 critiques

2,5
Pas mal mais tout de même un peu raté vu le potentiel, il faut dire aussi que le doublage français n'est pas une réussite. Le gros problème du film est son manque de continuité, on passe d'une scène à l'autre sans grande finesse. La pression ne monte pas du coup on a le temps de voir venir les surprises avec des acteurs qui font plus un numéro qu'une interprétation de personnage.
Alain D.
Alain D.

Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 1 759 critiques

4,0
Un très bon thriller noir et efficace signé David Cronenberg. Il réalise avec « Les Promesses de l'ombre» un superbe film d’action à toutefois ne pas mettre devant tous les yeux au vu de la violence de quelques scènes. L’excellent scénario de Steven Knight nous délivre un suspense constant ; il nous conte une histoire de famille vivant à Londres, une famille de la mafia russe en lutte contre un gang tchéchène. Ce film Césarisé comme « Meilleur film étranger » possède beaucoup d’atouts : une bonne BO et un casting fantastique ou l’on retrouve un prodigieux Viggo Mortensen bien secondé par Naomi Watts et Vincent Cassel.
Malevolent Reviews
Malevolent Reviews

Suivre son activité 279 abonnés Lire ses 3 144 critiques

4,0
Après A History of Violence, David Cronenberg renoue avec le thriller contemporain et retrouve pour l'occasion Viggo Mortensen à travers une histoire originale confrontant une sage-femme ordinaire à la mafia russe au cœur d'un trafic de prostituées londonien. Cette pauvre sage-femme nommée Anna ayant mis au monde le bébé d'une jeune fille russe de 14 ans a le malheur de découvrir son journal intime, qu'elle va faire traduire par un restaurateur russe, Semyon, père d'un gangster irresponsable et parrain de la mafia locale. Parallèlement, nous suivons l'évolution de Nikolai, chauffeur du fils mafieux et occasionnellement exécuteur impitoyable, qui va peu à peu grimper les échelons dans le milieu tout en essayant de protéger malgré lui Anna... Cette descente aux enfers est transcendée par une mise en scène sobre, efficace, pleine de violence et de crasses en tout genre mais sans cesse filmée avec pudeur par un Cronenberg tout en grâce. Le personnage d'Anna, campé par une Naomi Watts toujours aussi convaincante, est une héroïne au passé fragile mais qui va se découvrir une personnalité plus forte qu'elle ne l’imaginait en s'appuyant sur son dégoût des méthodes mafieuses qu'elle se décide à affronter. Viggo Mortensen s'éloigne quant à lui de ses habituels rôles de gentils gars pour incarner Nikolai, ce tueur russe à l'accent prononcé, gentleman froid mais sûr de lui ; un rôle sur mesure pour l'acteur qui, malgré un rôle d'anti-héros détestable arrive à conserver son aura de brave type attachant. Se joint également au casting l'excellent Armin Mueller-Stahl dans la peau de Semyon, sympathique restaurateur soviétique dont la gentillesse n'a d'égal que ses terrifiants moyens de persuasion. Dommage en revanche pour l'improbable Vincent Cassel, malheureusement un peu trop cabotin pour convaincre malgré son rôle de fils à papa impulsif et dégénéré. Ainsi, c'est tout en sobriété que l'intrigue va nous entraîner dans ce multiple ultimatum, alternant entre drame à suspense poignant et vision du petit monde de la mafia russe, avec ses codes et ses règlements de compte. David Cronenberg continue donc de s'aventurer avec brio dans le thriller dramatique, réussissant à mettre en avant une galerie de personnages profondément torturés tout en n'omettant pas de nous gratifier de séquences inoubliables (la scène dans les bains publics, instantanément culte). Ainsi, sans forcément atteindre des sommets dans le genre, Les Promesses de l'ombre reste tout de même une œuvre puissante et passionnante et l'une des meilleures rôles du réalisateur canadien.
shmifmuf
shmifmuf

Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 1 760 critiques

5,0
Cronenberg nous plonge dans l'univers glauque et violent de la mafia russe. Mortensen est une fois encore immense dans un rôle d'homme de main tatoué des pieds à la tête.
Quiet_Ryan
Quiet_Ryan

Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 75 critiques

5,0
Les promesses de l'ombre est un film très violent. Viggo Mortensen est terrifiant dans son role de mafieux. Le scénario est très noir et la réalisation de Cronomberg est sans faille.Pour public averti. CHEF D'OEUVRE
Fêtons le cinéma
Fêtons le cinéma

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 737 critiques

4,5
Cronenberg réinvestit le film de mafia par le biais d’une attention scrupuleuse au corps et à sa rythmique : le croque-mort de noir vêtu sera bientôt déshabillé devant une audience puis tatoué avant de finir brutalisé dans un sauna, alors entièrement nu ; le parrain mafieux lui connaîtra le vertige d’un viol passé, traduction par le sens et les gênes de l’impuissance de son fils. Ici la mafia est un grand corps malade qui se délite à chaque nouveau cadavre ; s’y oppose la blondeur de Naomi Watts qui introduit dans un monde lugubre une naïveté réjouissante face à laquelle on ne sait comment réagir. Notre croque-mort finira gentleman et amant, le fils indigne connaîtra une certaine rédemption en épargnant sa demi-sœur, une famille de substitution verra le jour avant que le générique de fin n’intervienne. Les Promesses de l’ombre, œuvre coup-de-poing qui dépoussière le genre très – trop – codifié du thriller en milieu mafieux pour, en en épousant les codes, désamorcer la charge que fait peser un destin inscrit dans l’honneur et l’obscurité, y opposer la vie, la naissance et les lois du corps. Brillant.
Olivier Demangeon
Olivier Demangeon

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 765 critiques

4,0
« Les Promesses de l’Ombre » est un très bon thriller policier disposant d’une histoire originale. L’intrigue nous immerge dans le petit monde de la mafia russe tout en développant un thème délicat, le trafic sexuel. La photographie est sympathique, offrant quelques plans originaux. Le rythme est correct et la bande originale reste agréable. Le point fort du métrage étant sa distribution. Les prestations de Viggo Mortensen, de Naomi Watts, de Vincent Cassel et d’Armin Mueller-Stahl sont excellentes et donnent beaucoup de relief à la trame principal de ce métrage. Un film à découvrir, si ce n’est déjà fait …
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top