Mon AlloCiné
    Alceste à bicyclette
    note moyenne
    3,6
    2879 notes dont 502 critiques
    7% (36 critiques)
    37% (184 critiques)
    32% (159 critiques)
    16% (82 critiques)
    6% (30 critiques)
    2% (11 critiques)
    Votre avis sur Alceste à bicyclette ?

    502 critiques spectateurs

    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 275 abonnés Lire ses 1 100 critiques

    4,5
    Publiée le 11 août 2014
    Le cinéma français n'est pas mort. A preuve ce petit bijou d'intelligence et de verve, par un Philippe Le Guay très en forme. Variation sur la misanthropie, littéraire et vécue tout à la fois, avec une mise en abyme grâce à des italiennes s'enchaînant entre Gauthier et Serge, le premier s'essayant à sortir le second de son isolement amer. L'appropriation de l'oeuvre maîtresse de Molière par les duettistes fait le film, dans un échange façon ping pong jubilatoire, où les rôles ne sont pas fixés entre "Alceste" et "Philinte", sous l'oeil amusé d'une Célimène improvisée (et transalpine - Maya Sensa, découverte dans "Nos meilleures années"). Ces comédiens jouant des comédiens répétant une comédie sont de première force et légitimité pour un projet ambitieux (théâtre et études de moeurs : où finit l'un, où commencent les autres ?), mais mené avec légèreté et malice : Fabrice Luchini (sa 4ème fois avec Le Guay) et Lambert Wilson sont magnifiques tous les deux. Les personnages secondaires existent vraiment (chauffeur de taxi, agent immobilier, patronne d'hôtel et sa nièce débutant dans le "X", agent de Gauthier...), la mise en scène est fluide et élégante, Ré est bien en situation, et non simple dépliant touristique, et la bicyclette est un fil rouge bien venu... Très bon moment, drôle aussi !
    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2382 abonnés Lire ses 641 critiques

    2,5
    Publiée le 29 janvier 2013
    "Alceste à bicyclette" me laissait sceptique au départ et dans le même état à l'arrivée ! Cette virée à bicyclette ne sera pas mémorable même avec comme toile de fond Molière et l'île de Ré ! Il faut quand même reconnaître que la rencontre de ces deux acteurs que tout oppose, sonne faux et se révèle vite ennuyeuse faute à un scénario un peu léger et à un manque de pédagogie vis à vis du public ! En effet, même si on sait que chaque acteur rêve au fond de lui même de se voir sur les planches, on a du mal à imaginer dans la peau de Lambert Wilson, un héros de série télévisée, adulé du public gagnant 200000 euros par épisode (!), aller retrouver son ami et acteur "has been", Fabrice Luchini qui vit en ermite sur l'île de Ré dans une jolie maison héritée d'un oncle lointain ! (Que c'est simple et facile au cinéma puisque ça se produit toujours et jamais dans la vraie vie !)... Tout cela pour le projet un peu fou de remettre en scène le Misanthrope de Molière, rien que ça ! Mais bon, passons encore... Après s'être ennuyé trop longtemps, un soupçon d'intérêt se met enfin en place quand les enjeux (beaucoup trop mal définis), deviennent un peu plus sérieux car à ce moment, le véritable jeu attendu s'installe entre nos deux amis pas si amis que cela, chacun essayant de manipuler l'autre... Cependant, ces deux acteurs trop narcissiques vont tout de même nous lasser par leur suffisance, leur égo dont le spectateur n'a rien à faire tant le jeu de chacun semble plat et fade sauf quand justement, ils répètent les alexandrins de Molière... Et même si le beau, riche et gentil acteur va se découvrir le plus odieux des deux, rendant le Misanthrope (qu'est lui même Serge) ô combien toujours actuel et universel, on reste cependant sur sa faim devant ce film bancal ! Film qui hésite en effet entre un certain sérieux et des touches d'humour tellement inattendues à en devenir presque curieuses ou bizarres, mais qu'il aurait peut-être fallu développer davantage pour rendre cette histoire plus étonnante, plus légère, en un mot plus drôle pour donner un minimum de plaisir au public ! Il reste de très bons moments très révélateurs comme celui où Gauthier va vouloir montrer un de ses épisodes télévisés et se retrouver ainsi humilié par Serge ! Et à ce sujet, c'est justement toute la différence de philosophie entre ces deux êtres qui est au fond mal explicitée et mal posée, en nous privant du même coup des clés utiles pour comprendre la problématique du film... Au final, du cinéma pour une performance de deux comédiens sans échange, sans partage avec le spectateur qui reste lui, sur la touche !
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1514 abonnés Lire ses 8 665 critiques

    3,5
    Publiée le 13 juin 2015
    On ne peut pas être sur l'Ile de Rè et ne pas faire de vèlo! De plus, c'est dans les petites choses que l'on voit les grands acteurs! Fabrice Luchini et Lambert Wilson sont formidables! L'un est un acteur retirè et dègoûtè de tout dans une maison sur l'Ile de Rè, l'autre une vedette de la tèlèvision venu le convaincre de remonter sur scène pour jouer « Le Misanthrope » de Molière! Le rèalisateur Philippe Le Guay filme les rèpètitions et la vie avec une jolie italienne qui vient se mêler à ce tête-à-tête! Contre toute attente, "Alceste à bicyclette" est un film reposant où l'on croit à ses deux acteurs principaux! On n'a aussi tout le quotidien qui s'intègre à cette histoire attachante : les rencontres, l'aubergiste, la jeune fille qui fait du X (il faut voir Laurie Bordesoules lire « Le Misanthrope » dans une scène èmouvante parce que ça nous fait redècouvrir Molière de façon moderne). Avec la chanson oblige de Montand, « A bicyclette » et une rèplique gèniale (dû à la diction parfaite de Luchini) du « Misanthrope » : « Trop de perversitè règne au siècle où nous sommes et je veux me tirer du commerce des hommes. Allons, c'est trop souffrir les chagrins qu'on nous forge. Tirons-nous de ce bois, et de ce coupe-gorge puisque entre humains, ainsi, vous vivez en vrais loups. Traîtres, vous ne m'aurez de ma vie, avec vous. ». Un très bel hommage au thèâtre entre certitudes et dèsenchantements avec un dècor absolument magnifique : l'Ile de Rè en morte saison...
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 227 abonnés Lire ses 1 031 critiques

    4,0
    Publiée le 19 février 2014
    Un sujet sérieux puisqu'il est question de misanthropie, un traitement léger où l'humour n'est pas absent, des personnages secondaires loufoques, une confrontation étonnante par Molière interposé et un Fabrice Luchini au sommet de son art (le voir jouer est un plaisir de fin gourmet). Que du bonheur, sauf que ça se met à cafouiller pas mal vers la fin (les deux dernières scènes étaient-elles vraiment nécessaires ?). Un bon moment de cinéma.
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 688 abonnés Lire ses 611 critiques

    2,0
    Publiée le 15 mai 2013
    Un film dont je n'est guère apprécié. Cette production est ennuyante malgré d'assez bon dialogues, le scénario tourne en rond dans ce huit clos. Mais on notera la performance de ce duo dynamique qui fonctionne à merveille. Film qu'on recommandera sans doute à nos profs de français.
    Hastur64
    Hastur64

    Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    4,5
    Publiée le 6 décembre 2013
    Je dois admettre que c’est vraiment à reculons que je me suis mis à regarder « Alceste à bicyclette » peu convaincu par la bande-annonce et inquiet de me retrouver devant un film à la gloire de ces deux principaux interprètes et un peu trop boursouflé de tics artys et d’intellectualisme prétentieux. Heureusement c’est un spectacle vraiment réussi qui s’est offert à moi où des acteurs en passant par l’intrigue et les dialogues, tout était d’une rare qualité. Le duo, ou duel c’est selon, entre Fabrice Luchini et Lambert Wilson est une vraie merveille d’interprétation où les deux acteurs se fondent totalement dans leur personnage avec une rare réussite. Luchini notamment n’a jamais été, en tout cas à mes yeux, aussi bon, bien loin des tics de jeu avec lesquels il ne cesse de s’auto-parodidier à longueur de temps sur les plateaux de télévision. Il est magistral et particulièrement hilarant dans la scène de répétition où il est coupé sans arrêt par un portable ; vraiment la scène la plus drôle du film. L’intrigue est un bijou de progression de la psychologie des personnages qui se révèlent finalement pas si éloignés l’un de l’autre qu’ils ne le pensent et qui ressemble à une lutte d’ego à fleurets mouchetés. Le film n’est jamais ennuyeux et même dans ces moments les plus lents ou les plus anecdotiques réussi toujours à capter l’attention du spectateur. Bref sous ses airs un peu pompeux et très intello-chiant, « Alceste à bicyclette » s’avère être un bijou plein d’humour qui donne presque envie de relire la pièce de Molière. À voir sans hésitation pour la prestation des acteurs également convaincante.
    Charles R
    Charles R

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 206 critiques

    4,0
    Publiée le 17 février 2013
    Depuis "L'année Juliette", Fabrice Luchini est devenu la star fétiche de Philippe Le Guay dont on a tant apprécié "Le coût de la vie" et "Les femmes du 6ème étage". Et chaque fois, il se produit comme une étincelle qui ravit les spectateurs. Alors jugez: un sujet concocté par Fabrice Luchini et supervisé par Philippe Le Guay, il y a vraiment de quoi faire notre bonheur. D'autant qu'il s'agit de misanthropie et de théâtre, autrement dit tout pour plaire à notre Fabrice national. Et quand le misanthrope s'appelle Alceste et que le texte qu'un certain Gauthier, comédien réputé (Lambert Wilson), vient proposer à Serge (Fabrice Luchini), comédien retiré du monde des planches et désormais voué à une misanthropie sans relâche, est d'un certain Molière, alors toutes les conditions sont réunies pour nous donner un petit chef-d'oeuvre plein d'humour et de finesse. Bien sûr il y aura les raffinés et les snobs qui se récrieront face à l'indigence du scénario, mais il y aura aussi le public qui osera ne pas bouder son ravissement face à ce duo de comédiens exceptionnels qui prennent du plaisir à jouer - et réellement ce qui s'appelle jouer - autour d'un texte-phare de notre littérature dramaturgique dont il fait bon égrener les mots en soulignant les vertus de l'alexandrin, diérèses à l'appui. Il est vrai que la trame de l'intrigue secondaire est fort légère: amour, trahison et vengeance pour résumer en quelques mots ce qu'on pourrait désigner sous le nom de "comédie et proverbe" à la Musset (ou bien, cinématographiquement parlant, à la Rohmer). Mais est-ce vraiment ce que l'on retiendra de ce film qui est d'abord un film d'acteurs (pardon, Maya Sansa!), un film qui repose sur la complicité de deux comédiens qui sont ce qu'on pourrait appeler des joueurs nés?
    Thierry B
    Thierry B

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 110 critiques

    4,0
    Publiée le 9 mai 2013
    Un duo d'acteurs irrésistible, on sent bien leur amour pour le théâtre et pour Molière.
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 20 critiques

    3,5
    Publiée le 8 juin 2016
    Cette bonne comédie écrite et réalisée par Philippe Le Guay nous délivre un film tout en sensibilité, un film peu commun ou les acteurs jouent des acteurs. L’image est très belle et les dialogues savoureux. Le scénario nous conte une histoire incroyable ou les acteurs du Misanthrope finissent par devenir leurs propres personnages. La «confrontation» Fabrice Luchini - Lambert Wilson est grandiose. Après « Les Femmes du 6e étage » (2011, 4.5*) et « Floride » (2015, 3*), « Alceste à bicyclette » est ma troisième approche de ce réalisateur que j’apprécie beaucoup. Le pitch : Gauthier Valence l’acteur vedette de la télévision arrive sur l’ile de Ré. Il vient voir son ami Serge Tanneur pour lui proposer un rôle dans sa nouvelle pièce : Le Misanthrope. Serge, lui aussi acteur retiré de la vie publique depuis 3 ans, vit comme un ours solitaire ; il va être difficile de le convaincre à remonter sur scène…
    annereporter94
    annereporter94

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 831 critiques

    4,5
    Publiée le 22 janvier 2014
    Un vrai régal... Au début, on s'interroge un peu et puis on se laisse embarquer par deux fabuleux acteurs. Que Pierre Murat de "Télérama" n'ait pas aimé est un gage de qualité...
    Firehole
    Firehole

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 12 critiques

    2,0
    Publiée le 8 septembre 2013
    A dire vrai, j'apprécie Luchini et Lambert Wilson, mais je suis sortie déçu du film qui ne remplit aucune de ses promesses affichées. Plutot que de construire une histoire à part entière, on assiste à une répétition de Moliere dont les parallèles avec les personnages nous sont asséné avec volontarisme édifiant. Un scénario bancal, qui peine à nous intéresser à son sujet et donc le didactisme devient pesant.
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 1 082 critiques

    3,0
    Publiée le 25 juin 2016
    Une connaissance un peu âgée me l’avait conseillé. Sachant qu’elle apprécie les films bien français je me méfiais car ce n’est pas ma tasse de thé. Je dois reconnaître que soit je me suis amélioré, soit ce sont les productions hexagonales qui tentent de redorer leur blason. D’ailleurs je trouve à ce propos que Fabrice Luchini y est pour beaucoup. En effet, après les femmes du 6ème je l’apprécie davantage, et il est ici très bien utilisé. Son jeu assez théâtral passe bien dans cette histoire entre 2 styles. Lambert Wilson lui soutient bien la comparaison, même s’il est en dessous il demeure très bon. Passé ces deux bonnes performances il faut avouer que ça retombe. L’histoire est pas mal, et trop rare dans son propos, mais si on n’apprécie pas le théâtre et ses à côtés mieux vaut passer sa route. La trame est assez connue, malgré la fin brutale, le rythme est lent mais se tient, quelques longueurs aussi, peut être inhérentes au thème mais qui pourraient être portées sur d’autres sujets. Des dialogues très intelligents, ça change, réalistes, pas perchés… bref très justes, de même que les costumes, surtout le dernier de Luchini, superbe. La morale est un peu trop manichéenne pour moi, puis ne pas savoir ce qu’il advient de chacun des 2 amis me tarabuste. Enfin je note qu’il y a de bonnes musiques, souvent classiques ce qui colle bien à l’ambiance culturelle, ainsi qu’une mise en scène nickelle vu les écueils évités avec un tel thème. Du reste c’est un film bien français et c’est visible. Cela devient moins péjoratif mais il manque toujours du rythme, de l’humour, plus de contenu, moins de scènes alambiquées, une trame plus travaillée, plus de paysages de l’île de Ré (il y en a mais pas les meilleurs, et pas assez)… Néanmoins le sujet est trop rare (s’approprier Molière, difficile comme le dit Gauthier), puis bien traité cela donne un ensemble assez sympa et intelligent. Au final c’est un film qui se laisse regarder, calme et reposant, mais une fois seulement.
    Antoine L
    Antoine L

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 69 critiques

    3,0
    Publiée le 17 juin 2013
    Célèbre pièce de Molière, Le Misanthrope est un grand classique du théâtre, et le film tournera autour de sa place de choix dans le cœur des comédiens, voyant dans les rôles de Alceste et Philinte des contradictions fortes qui en font des personnages si compliqués à interpréter, et donc si gratifiants. Acteur d’une série médicale aussi populaire que navrante, Gauthier Valence (Lambert Wilson) se rêve de mettre en scène Le Misanthrope, qui reste pour lui l’une des plus grandes œuvres théâtrales. Nostalgique d’un grand acteur qui lui a apprit le métier mais qui s’est depuis retiré au nom de ses idéaux, il rendra visite à son mentor, Serge Tanneur (Fabrice Luchini). Malheureusement aigri et renfermé, ce dernier est peu enclin à remonter sur scène, dégoûté de la profession par toutes les magouilles et les traîtres du milieu. Mais face à l’honneur de pouvoir interpréter l’immense Alceste, même si Gauthier voulait se le garder jalousement, il acceptera d’effectuer une semaine de répétition, renouant avec les joies de la déclamation. Deux grands acteurs qui se lancent le défit de qui sera le meilleur Alceste. Un combat d’ego plus que de talent, qu’on s’imaginait jouissif : de grande tirades enrichissantes saupoudrées d’humour piquant et intellectuel. Effectivement, les textes déclamés sont fort – quoique moins parlants qu’espérés – et certains passages sont ingénieux, comme le comptage des syllabes et d’autres débats sur la façon de jouer. Malheureusement, le résultat est bien moins efficace que prévu, la situation ronronnant plus que ce qu’elle n’explose. On assiste plus à deux amis qui se renvoient la balle que à deux adversaires combattant farouchement. La faute sans nul doute à l’histoire, stagnant longuement et n’allant pas plus loin que des répétitions. Assurément, les acteurs sont brillants, surtout Luchini, et les quelques brides d’humour font mouche, suffisamment pour nous faire passer un bon moment, mais le potentiel de l’histoire n’est qu’à peine effleuré.
    Fidelou
    Fidelou

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 124 critiques

    3,5
    Publiée le 20 juin 2013
    Ars et Saint-Martin parfaits théâtres de vers/ Molière en Ré servi par deux grands singes, en hiver/ L’un croyant fuir le monde, misanthrope mais pas trop/ L’autre bien mis, venu du Paris des bobos/ Lucchini est l’ermite, Alceste de la comédie/ Et Wilson, Philinte, qui fait dans l’empathie/ Tous deux manient la rime, en vieux cabotins/ Et déclament en buvant de purs alexandrins/ Parfois en fin de vers, comme à vélo, ils chutent/ Les égos s’affrontent, s’apaisent et reprennent la lutte/ Ne pouvant choisir quel héros les rendrait heureux/ Ils changent sans cesse de rôle, mais jamais ne vont mieux/ Oubliant que chacun est tour à tour les deux/ Alceste à bicyclette et Philinte dans le marais/ C’est un bon petit film, qu’à Molière il ne plaise/ Une comédie de la vie qui nous laisse fort aise/
    Maqroll
    Maqroll

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    2,0
    Publiée le 29 avril 2013
    Tiens ! se dit Fabrice Lucchini, depuis toujours je rêve de monter Le Misanthrope… et de me donner le rôle d’Alceste, ce rôle admirable, l’un des plus beaux du répertoire classique français… Mais comme il est un peu trop paresseux - ou simplement lucide - il va adopter une démarche similaire à celle d’Al Pacino dans son Looking for Richard, c’est-à-dire se contenter de faire un film autour de la pièce choisie et d’en montrer de larges passages en prenant soin de se donner le beau rôle (à tous les sens du terme). Malheureusement, ce qui fonctionnait à merveille avec Pacino ne marche pas ici. Tout d’abord, Lucchini, encore plus paresseux que son homologue américain, confie la réalisation à son metteur en scène fétiche, Philippe Le Guay… Celui-ci a pu se montrer à son avantage précédemment et notamment dans le drôle et pertinent Les Femmes du sixième étage, où Lucchini était étonnant de sobriété. Mais comme ici, c’est Lucchini qui dirige, adieu la sobriété et adieu surtout la mise en scène… Le cinéma, c’est avant tout l’image, je n’en démordrai jamais. En dehors de quelques cartes postales de l’île de Ré, d’image il n’y a ici point. C’est d’ailleurs fort dommage car le propos n’était pas inintéressant en soi : l’idée de transposer Le Misanthrope dans le petit monde des acteurs d’aujourd'hui, celle de faire se confronter deux « monstres » tels que Lucchini et Lambert Wilson, celle d’y introduire une rivalité de femmes, celle encore d’y ajouter une Célimène bis qui viendra subrepticement découvrir les vraies valeurs du théâtre… Mais au final, tout est gâché par une imprécision qui tue : ainsi les remarques sur la diérèse : très juste en effet, ôter un pied à un alexandrin, c’est du vol… sauf que c’est précisément ce que fait Lucchini dans les premières « italiennes » qu’il pratique avec son partenaire… les italiennes… Ah, l’admirable terme qui montre que l’on s’y connait vraiment en théâtre ! Sauf que les italiennes sont des filages de texte à toute allure dans lesquelles on cherche juste à se mettre le texte en mémoire et pas des répétitions où l’on a le souci du jeu… des détails certes… mais Dieu gît dans le détail ! Enfin, la conclusion est sans saveur, convenue et au bord du ridicule. Deux étoiles pour les deux protagonistes qui font étalage avec des dictions admirables de tout leur savoir-faire de comédiens, ainsi que pour la bonne idée de départ. Mais le couple Le Guay–Lucchini nous doit une sacrée revanche.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top