Mon AlloCiné
Mommy
note moyenne
4,5
11289 notes dont 1105 critiques
42% (462 critiques)
34% (379 critiques)
9% (102 critiques)
7% (75 critiques)
4% (45 critiques)
4% (42 critiques)
Votre avis sur Mommy ?

1105 critiques spectateurs

John Henry

Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 543 critiques

4,5Excellent
Publiée le 07/10/2014

C'est impossible de parler de Mommy sans en réduire l'impact. Les émotions débordent le cadre des mots, les sensations vaporeuses ne se laissent pas attraper en quelques voyelles ou en quelques consonnes, Mommy est un film qui dépasse le cadre de l'explication posée, il y a ce qu'on peut en dire, il y a ce qu'on peut en écrire, il y a les résumés qu'on peut en faire ou les avis qu'on peut en donner mais rien, jamais rien, ne permettra de rendre la nuance, la richesse, la profondeur, la beauté, la violence, l'humanité, les sentiments, tout se mélange, explose, devient poussière et se dissipe entre les mots, toute l'essence du film se faufile entre ce qu'on en dira et ce qu'on en a ressenti, jusqu'à ce que les larmes vous pétrifient, par surprise, sur Céline Dion ou sur le choix entre une tarte ou un crumble. Toute tentative de rationalisation est vaine parce qu'elle est vouée à l'échec. Tout explication posée et argumentée ne sera qu'une trahison de tout ce que vous avez pleuré, ri. Mommy est de cette race, rare, de cette race dont les mots ne suffisent pas. Vivez Mommy. Célébrez Mommy. Eprouvez Mommy, laissez les émotions s'envoler, laissez les flotter en vous, laissez-les s'insinuer, laissez leur une place, sans jamais chercher à les réduire, à les nommer ou à les classer, et puis regardez la lumière qui les traverse : c'est sombre, c'est lumineux, c'est infiniment triste, c'est prodigieusement drôle.

alain-92

Suivre son activité 219 abonnés Lire ses 1 081 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 08/10/2014

Quel film ! Difficile d'en parler tant l'émotion reste prégnante plusieurs heures après la fin de la séance. Tout au long de ce dernier long-métrage Xavier Dolan multiplient les innovations et réserve de belles surprises. Tant au niveau du format de l'image, qu'à l'intelligence d'un montage sans faille. La photographie et les couleurs sont d'une infinie beauté et ne manqueront pas de marquer les esprits. Une bande son parfaite accompagne plusieurs scènes dont certaines resteront inoubliables. Entre autres celle, sur la musique de "Vivo per Lei" d'Andrea Bocelli. Une autre encore avec le "Wonderwall" d'Oasis. Xavier Dolan réussit à émouvoir sur une rengaine de Céline Dion. En ce qui me concerne le pari est fou, mais gagné. Des dialogues au cordeau pour ce Mommy et tant d'amour qui déchire le cœur, sans négliger des moments d'humour bienvenus. Ajouter à cette totale réussite, deux actrices au sommet de leur art. Anne Dorval tout simplement prodigieuse. Suzanne Clément remarquable. Et bien entendu le tout jeune et bluffant Antoine-Olivier Pilon. Ce film m'a bouleversé. Je reste impressionné par tant de perfections. La virtuosité de la mise en scène et l'audace du tout jeune Xavier Dolan, son "univers d'un monde qu'il voudrait plein d'espoir" le placent dans la cour des plus grands ! Ce film est un choc profond, et restera pour longtemps dans ma mémoire.

benoitG80

Suivre son activité 1536 abonnés Lire ses 1 172 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 12/10/2014

"Mommy" est donc le deuxième film où Xavier Dolan aborde le thème passionnant des difficultés de relation mère/fils... Sans nul doute possible, les acteurs sont littéralement époustouflants en jouant merveilleusement leur rôle respectif, à commencer par la mère, Anne Dorval, extraordinaire de sincérité, lumineuse et donc terriblement dans la peau de son personnage, tandis que son fils, hyperactif et vraie bombe à retardement, interprété par Antoine-Olivier Pilon, crève l'écran par sa présence d'une violence inouïe et ce dans tous les sens du terme ! Ce duo est de plus accompagné d'un troisième numéro, Suzanne Clément en l'occurrence la voisine bien plus en demi-mesure mais qui apporte aux deux autres un semblant d'équilibre malgre son traumatisme personnel qui lui cause un trouble du langage... Et donc c'est cette relation, cet apprentissage de la vie ensemble après avoir été exclu de son établissement, que le fils va découvrir avec sa mère... Les rapports avec elle vont être mêlés de la plus grande cruauté verbale et physique à une certaine forme de tendresse et d'amour indéniable ! Avec ce thème fort et ces acteurs qui le sont autant, on s'attend donc à un film qui secoue, qui nous emporte, qui nous atteint au plus profond... Et finalement, malgré des scènes belles, dures et réussies, d'une intensité dramatique incroyable, ce film passe, à mon avis à côté du but, suite à un délayage "musico-esthético-poétique" qui fait trop souvent la part belle à des images, à des ambiances très tendance, très mode souvent, curieusement en grand décalage avec la dureté de cette histoire qui de ce fait, finit par souvent sonner faux ! Un comble... On pourrait peut-être penser que ce parti-pris esthétique est une bonne idée, mais personnellement trop d'effets tuent le film comme si à vouloir trop en faire, Xavier Dolan affaiblissait son intention, sa démonstration et donc au final sa réalisation ! J'aurais davantage vu cette histoire sous un angle plus incisif, plus percutant sous l'œil d'un véritable microscope pour entrer de plein fouet dans la complexité de cette relation, plutôt que de la traiter à travers le prisme d'un kaléidoscope plein de trop belles couleurs et de jolies formes où la musique envahissante vient adoucir et ainsi fausser une vraie réalité, peut-être trop âpre, trop dérangeante pour nous la livrer telle quelle ? Pourquoi donc, faut-il toujours nous préserver et nous emballer avec un bel emballage, un cellophane brillant et clinquant, de plus en plus souvent des films qui avaient tout pour eux... ? Un film impressionnant dont certaines scènes restent littéralement bouleversantes et à fleur de peau, mais dont l'ensemble souffre d'une mise en forme esthétisante inutile en nuisant ainsi finalement à son propos.

Dex et le cinéma

Suivre son activité 489 abonnés Lire ses 189 critiques

4,0Très bien
Publiée le 04/11/2014

Rarement les notions d'objectivité et de subjectivité se sont aussi bien cristallisées autour d'une œuvre. Parler de Mommy est, en ce qui me concerne, un travail complexe. Dire que je n'ai pas aimé le nouveau Dolan serait un mensonge ignoble, mais clamer que je l'ai adoré le serait également. Disons simplement que c'est un film qui ne m'a pas parlé. Je ne me suis pas senti proche de ces personnages pourtant magnifique de complexité. Simplement parce qu'ils leur manquent une âme. Une âme cinématographique, un concept inventé sur le moment pour écrire cette critique, est l'idée que la construction d'un personnage est tellement poussée, que celui-ci devient réel, ou du moins, qu'il semble l'être. Et lorsque j'observe ce spectacle plein de lyrisme qu'est Mommy, je ne retrouve pas cette touche de réalité, qui m'avait tant impressionné dans ses films précédents. Parce que Mommy est un poème. Un poème grandiose emplit de violence, et une réussite totale d'un point de vue cinématographique. La réalisation de Dolan est sublime, et tous ses partis pris artistiques servent son œuvre de manière époustouflante. Les acteur ne sont pas en reste et délivrent une performance réellement impressionnante, en totale adéquation avec le génie de ce jeune réalisateur. Vous le voyez bien, Mommy est objectivement un excellent film. Un magnifique poème sur l'amour conflictuel d'une mère et de son fils, mais là est mon problème. C'est un poème. Et les personnages d'un poème, n'arriveront jamais à me captiver, car ils finissent forcément par devenir de simples instruments, au service des mots de l'auteur. Votre poème reste tout de même grandiose Mr Dolan.

Loskof

Suivre son activité 228 abonnés Lire ses 688 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 13/10/2014

Mommy... ça fait plus de 6 mois que l'on en entend parler, depuis sa diffusion remarquée à Cannes et son prix du Jury. Le tout alimenté par une promo assez impressionnante pour un film d'auteur. Avec toutes ces critiques dithyrambiques, il est logique d'avoir un peu peur en rentrant dans la salle, peur de ne pas voir le chef d’œuvre annoncé... Peur aussi que le film tiennent plus du côté arty des "Amours Imaginaires" que du côté personnel de "J'ai tué ma mère". Que dire si ce n'est que j'ai été comblé au delà de mes attentes? Déjà on peut saluer le courage d'un mec de 25 ans qui a décidé d'une part d'élargir son public tout en tournant le film avec un ratio d'image 1.1 ! C'est comme si le nouveau film de super-héros sortait en 2d (sic)... Et le mieux c'est que ça passe parfaitement, on n'est jamais gêné, bien on contraire, tant ce procédé permet de coller au personnage, de s'attarder sur chacun d'eux. C'est comme si on était au théâtre et que les projecteurs étaient braqués à tour de rôle sur chacun des personnages. En plus ce procédé rend encore plus fort les moments où le plan s'élargit (2 fois il me semble). Mais là où le film touche, c'est dans l'émotion qu'il dégage. Pas une fois le film ne sonne faux, pas une fois je ne me suis dit que c'était trop, ou pas assez, ou que Dolan voulait me tirer des larmes. L'émotion vient juste naturellement, par le jeu des acteurs qui atteint la grâce, par la réalisation qui les colle, par la beauté des situations et leur violence. Et c'est presque frustrant de voir un tel film car il atteint des moments tellement sublimes de beauté que l'on en redemande plus, que l'on aimerait que les 2h20 ne soit que ça. C'est évidemment impossible et ça renforce encore plus l'importance de ces moments, mais moi j'en veux encore plus. J'en veux tellement plus que les 2h20 sont passées toutes seules, que je me sentais tellement bien que j'aurai pu passer ma journée dans la salle. Ces moments de grâce culminent avec Spoiler: la danse improvisée sur du Céline Dion (avec le cadrage qui recule progressivement, laissant les personnages entre eux, à partager leur bonheur, magnifique), les scènes ou Steve explose (le karaoké notamment), et lorsque l'on repasse à un format 16/9 pour la "ballade en voiture". D'ailleurs, pour cette dernière scène, on atteint un tel débordement d'émotions que je voulais que le film se termine là (lorsque le plan se referme). La coordination de la musique, le décalage de ton avec le reste du film, tout cela est tellement beau qu'il fallait s'arrêter là. Surtout que le film n'arrivera plus dans les 15min restantes à être aussi beau. Le dernier point qui m'a vraiment marqué, même s'il y en a tellement d'autres dans le film, c'est la qualité d'écriture et d'interprétation des personnages. Chaque acteur se marie merveilleusement bien avec son personnage, de Anne Dorval en mère vulgaire mais aussi mère courage, qui essaye toujours de voir le bon côté de la vie et Antoine-Olivier Pilon qui inonde l'écran. Il est absolument parfait, il est incroyablement juste, on se demande presque s'il n'a pas la maladie lui aussi, et il est hyper touchant. C'est fou de voir à quel point Dolan arrive avec sa caméra à apporter de la tendresse envers ses personnages. Le personnage de Die n'est pas spécialement sympathique, celui de Steve non plus, mais le film est tellement bien filmé et écrit que je m'y suis retrouvé (alors que je n'ai rien à voir avec ces personnages), que j'avais envie de les aider, que je les plaignais, etc. Dolan a eu le bon goût aussi de livrer un film moins personnel. Attention, on sent qu'il y a mis du sien, mais c'est beaucoup moins centré sur ses préoccupations que ses précédentes réalisations. Là il a voulu parler des mères au sens large, rendre hommage aux femmes, mais aussi aux enfants malades (avec une grande tendresse comme à l'égard de Steve). Pour cela, il a fait un film plus universel, et c'est tant mieux, c'est moins égoïste, et pourtant c'est loin d'être un film facile (vouloir émouvoir et réussir à le faire avec une sujet pareil...). C'est pas sans défaut, mais c'est tellement beau !

Edgar L.

Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 271 critiques

4,5Excellent
Publiée le 17/10/2014

Le film était l'un des favoris lors du dernier Festival de Cannes et il avait sacrément tapé dans les yeux du jury qui lui avait attribué le Prix du Jury. Il faut dire que tout cela est loin d'être galvaudé pour un film intense qui vous frappera par toute sa splendeur. Le film nous plonge en 2015 en plein coeur du Canada francophone. Une loi vient d'être votée au Parlement permettant aux parents en difficulté financière, sociale ou morale, d'abandonner leur enfant au profit du système de santé. [...] Le drame qui nous est présenté est d'une intensité inouïe, on s'attache très rapidement à ces personnages que l'on sait pourtant certainement voués à un destin des plus tragiques. On en passe par toutes les émotions : indignation, rire, bonheur, tristesse. Vous en verrez de toutes les couleurs. [...] Voilà le cinéma comme je l'aime ! Un film époustouflant porté par un trio d'acteurs au sommet de leur art. Dolan atteint une maturité étonnante grâce à ce film aux thèmes choquants. Pas une seconde de répit pour ce film de 2h20 qui parvient à capter notre attention tout du long.

Ricco93

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 803 critiques

4,5Excellent
Publiée le 08/10/2014

Un drame intimiste extrêmement prenant. Xavier Dolan faire vivre ses personnages de bout en bout grâce à 3 extraordinaires acteurs et à des choix de mise en scène très justes et originaux (l'utilisation de l’extrêmement rare format 1:1 pendant la quasi-totalité du film offre une impression de claustrophobie parfaitement adaptée au sujet et le choix d'élargir l'écran pour quelques plans est très audacieux et significatif). Une fois que l'on s'est adapté à l'utilisation du joual (une forme de français originaire de Montréal), les rapports entre cet enfant difficile, cette mère aimante mais dépassée par les évènements et cette voisine bègue et généreuse nous passionne en évitant (chose très difficile vu le sujet) tout misérabilisme. A la fin de la séance, on est d'ailleurs surpris de voir qu'il s'est écoulé 2H15 alors que l'on pensait que le film avait à peine duré 1H30. Y a-t-il de meilleures preuves à la réussite d'un film ?

siri C.

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 35 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 08/11/2014

Film bouleversant et grave qui traduit d'une manière efficace et touchante une danse collé-serré avec la folie et les pulsions. Le plus difficile a croire est le réalisateur, Xavier Nolan, n'ait que 25 ans. Autant de maturité et de profondeur à cet âge dénote incontestablement une forme de génie. Chapeau bas et un grand merci !

pitch22

Suivre son activité 101 abonnés Lire ses 605 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 05/11/2014

Pas d'accord avec l'encensement de ce film qui, malgré sa force émotionnelle, reste superficiel, convenu, caricatural et surtout peu crédible. Sa fin Spoiler: dramatique associe une idée de rédemption (le suicide -éludé mais suggéré- en fait partie) avec une attitude de déni maternel détestable. L'ensemble paraît trop léché, trop sentimentaliste et absurde car, en optant pour le drame au bout des montagnes russes, le traitement sérieux de la relation mère-fils passe à la trappe; il est trop facile d'éluder ainsi l'issue de l'histoire. Pour commencer, le profil du personnage principal est très mal conçu, on le dit atteint de TDAH alors que ça n'est guère vraisemblable! Qui plus est, c'est la voisine (Kyla) qu'on fait bégayer, alors que ça devrait plutôt être lui (Steve) qui a du mal à s'exprimer. Plus fondamentalement, avoir choisi la mise en avant d'un désir tabou, fantômatique, de type sexuel sado-masochiste, pour caractériser la relation entre le fils et la mère, c'est non seulement excessif mais, de plus, cela nuit à la crédibilité du sujet traité. Ce choix d'allure factice manifeste un désir de dramatisation, un poil provoquant, qui s'avère raté -car bien trop simpliste- et qui n'apporte que de la confusion. Le traitement bancal et faussé du sujet -ce qui semble paradoxal vu la longueur du film- exprime une certaine immaturité de la part de Xavier Dolan, plus soucieux d'effets de style et d'étourdissements improbables que de réalisme social et de recherche dépouillée d'artefacts. Il prétend taper dans un certain réalisme alors qu'il choisit de mettre en avant une histoire à l'allure artificielle et aux émotions populistes. Tout est parcouru d'esthétisation surfaite et de situations factices, mis à part l'histoire d'amitié qui lie les deux voisines Spoiler: (et encore, que dans son début et sa fin). Le montage se retrouve saccagé par l'usage abusif de ralentis, d'instants clipesques à visée populaire, destinés à générer de l'émotion facile -du genre "regardez-moi l'artiste"-, ce qui anéantit le souci de réalisme. L'ensemble reste superficiel, apprêté, distancié, destiné à s'attirer une sympathie d'un public malléable par des moyens calculés. MOMMY exploite un drame social de manière malhonnête, en faisant miroiter en contrepoint un modèle conservateur du moins très conformiste, en simplifiant les données, en caricaturant des personnages bancals, en tombant dans un certain populisme, en fonçant dans la facilité. Pour une histoire de type Ken Loach, le style de Dolan ne convient pas. Reste que ce film n'est pas non plus nul, tout a simplement été adapté et gâché dans le but de plaire, de le constituer en divertissement. A.-O. Pilon s'en tire pas mal mais l'absence de ressemblance à la mère dénature le drame. Le jeu d'Anne Dorval, par contre, ne convient pas du tout: ce qui sonne faux, ce n'est pas tant les dialogues que l'interprétation, mauvaise; et, avec son air trop bourge-vulgaire, cette actrice n'apparaît pas à sa place. L'esthétisation et l'exposition grandiloquente des sentiments des caractères prouvent leur efficacité au vu des critiques positives mais agissent, à l'inverse, pour le sujet traité, comme des moyens de manipulation superfétatoires. Pour la plupart des spectateurs, l'effet d'illusion fonctionne; ce qui n'est pas le cas pour d'autres, qui n'ont pas adhéré à cet ensemble indigeste de partis pris factices.

QuelquesFilms.com

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 1 104 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 10/10/2014

À 25 ans, Xavier Dolan semble déjà tout connaître des ficelles dramatiques du cinéma. Passionné, malin, un rien manipulateur d'émotions, il a fait de son cinquième long-métrage un mélodrame fougueux, vibrant, intense. Homme-orchestre, il ne joue certes pas dans son film, cette fois-ci, mais son nom figure au générique pour la réalisation, le scénario, le montage, les costumes et même les sous-titres (français et anglais) ! On reconnaît bien volontiers son talent. Mais on peut aussi s'agacer de son côté "petit génie qui en fait trop". Il en fait trop notamment au début avec une entrée en matière exacerbée en termes d'hystérie, de vulgarité et de violence, où il surexploite un argot québécois très cru et débité façon mitraillette. Il en fait un peu trop aussi, comme d'habitude, en termes stylistiques. Ce n'est pas le roi de l'épure... Parfois, sa virtuosité tourne à l'emphase chichiteuse avec ralentis et autres afféteries. Parfois elle touche juste. Et là, ça peut devenir très inspiré et puissant. Sa plus belle inspiration tient certainement dans l'utilisation d'un format 1:1, très carré, très serré sur des personnages qui étouffent dans le cadre comme dans leur vie ; format qui s'élargit quand ces personnages respirent plus librement, quand ça va mieux pour eux dans la réalité ou en rêve. Xavier Dolan sait également utiliser quelques tubes populaires (de Céline Dion, Dido ou Andrea Bocelli), qui collent socialement aux personnages, pour soutenir ou booster son récit. Enfin, c'est un bon directeur d'acteurs ; il permet ici à son trio d'acteurs principaux de briller (mention spéciale aux actrices Anne Dorval et Suzanne Clément, formidables). Pour le reste, c'est-à-dire le fond de l'histoire, on marche plus ou moins selon sa sensibilité à ce type de mélodrame névrotique, qui accentue les thématiques de l'attachement oedipien, de l'autodestruction... On gardera en tout cas une image forte, à la fin : celle du personnage interprété par Anne Dorval, "Mommy", qui refuse de pleurer avec une rage aussi impressionnante qu'émouvante.

Mad Gump 10

Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 716 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 22/04/2015

Mommy, le nouveau film de Xavier Dolan, fait sacrément parler de lui, et je me devais donc de le voir. C'est enfin fait, et je peux le dire, c'est presque parfait. J'ai commencé à le voir en me disant que je regardais un film sympa mais pas extraordinaire, et j'en suis ressorti les étoiles pleins les yeux. Parce que je crie bravo : bravo à Xavier Dolan de m'avoir captivé avec un film qui ne me concerne pas trop et qui pourrait paraître simple quand on lit le scénario. D'abord, le fait d'utiliser le cadrage en 1:1 est génial et c'est parfaitement maîtrisé : Dolan doit filmer ses dialogues en déplaçant sa caméra d'un visage à l'autre. Du coup on ressent de l'enfermement, un claustrophobie dont il ne nous fait sortir qu'à quelques moments où le format s'étale pour laisser entrevoir une grande liberté. C'est bien fait et ça passe parfaitement. L'histoire est belle sans faire de la surenchère et émouvante sans faire du larmoyant. C'est juste simple mais profond. Ensuite, les personnages sont vraiment bien écrits : on sent le boulot derrière et l'affection du réalisateur pour eux, ce qui fait qu'on a aucun mal à s'y attacher malgré leurs défauts ou leurs différences. Et les acteurs, comme ils ne sont pas très connus, j'ai oublié qu'ils étaient des acteurs et en face de moi il ne restait que leur personnage. Je dis bravo, non seulement à Anne Dorval, Antoine-Olivier Pilon et Suzanne Clément, mais là aussi encore à Dolan qui a su parfaitement les diriger. Ensuite la musique est bien choisie et donne une dimension plus belle aux scènes. Un grand bravo, un film qui ne paye pas de mine mais qui en a sous le capot. À voir sans hésiter !

lhomme-grenouille

Suivre son activité 801 abonnés Lire ses 2 923 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 15/10/2014

Bon… Bah on s’ennuie quand même pas mal dans ce film non ? Alors OK, j’entends bien les arguments de certains qui disent qu’il y a là de beaux personnages et des moments émouvants. Je ne les contredis pas parce que, sur ce point, je suis d’accord. Le personnage de Steve, incarné par un excellent Antoine-Olivier Pilon, irradie effectivement l’écran et ses deux partenaires féminines savent se mettre au diapason. Mais bon… Plus de 2h quoi… La durée en soit ne me dérange pas, mais à condition qu’on en fasse quelque-chose. On se retrouve quand même avec 40 minutes de situation initiale qui se limitent quand même, soit à de la répétition de ce qui a déjà été dit/montré, soit à de simples scènes extatiques caricaturant abusivement la trame émotionnelle du propos. En gros, on pourrait résumer la démarche de Dolan de la façon suivante. Dans l’intro, les spectateurs doivent se dire que Diane est une grosse plouc démissionnaire et que son fils est un sale gamin totalement timbré. Donc on va forcer les caricatures dans ce sens. Mais, dans les minutes qui suivent, il a été décidé que le spectateur devait diamétralement retourner sa position en se rendant compte comment Diane et Steve étaient finalement des gens trop sympas, trop complices, trop avenants avec les autres… Bref, on les avait mal jugés… Ils sont trop cool en fait. Ensuite, après ça, le film se limite, en gros, à la simple application de la démarche habituelle du cinéma bobo : les gens du peuple savent vivre et sont cool, quant aux bourgeois, ils devraient peut-être s’inspirer d’eux. Une fois ce postulat de bonheur posé, il ne reste plus qu’à faire s’abattre sur ces vilaines gens la fatalité de la vilaine société … Alors, je ne dis pas, il faut bien qu’un auteur ait une démarche et qu’il sache user d’artifices pour rendre cette démarche viable. Le problème, pour moi, c’est que non seulement cette démarche on l’a déjà vu mille fois dans le cinéma bobo français ou américain (non mais quand même ! Un peu d’originalité de temps en temps !) Mais en plus, les artifices utilisés sont rigides, maladroits, et surtout ils entrainent des ruptures de logique et de rythme qui moi m’ont sorti du film toutes les cinq minutes. Non, désolé, qu’un gamin qu’on dit atteint de TDAH – et qui se sait atteint de TDAH ! – soit aussi spontané, avenant, décontracté avec un voisin qu’il n’a pas vu depuis des années, dès le premier contact, au sortir du mitard, ça ne colle pas ! Certes, Dolan opère cette rupture pour obliger le spectateur à renouveler son regard, mais la rupture est tellement faite au burin que l’appréciation qu’on se fait du personnage de Steve ne peut se faire qu’en occultant en permanence des scènes à droite et à gauche… Et c’est dommage, car ce personnage est véritablement la clef de voute du film. Le pire, c’est que j’aurais voulu aimer ce film parce que j’appréciais au fond la part de fantasme honnête que Dolan a mis dans ce personnage. Mais, je suis désolé, je trouve vraiment que ses artifices sont trop mal maitrisés, trop répétitifs et trop pauvres. Toutes les cinq minutes, l’ami Dolan appuie sur la touche « Play » de son baladeur des années 1990 et il met l’image en slow motion pour faire « moment émotion ». Une fois OK, tout le temps c’est lourd parce que pas très inventif. Et qu’est-ce que c’est ce que monde qu’il dit d’un futur proche et où personne ne connait ou diffuse de chansons autres que celles de la fin du XXe siècle ?!! Alors non. Pour ma part, ce film est vraiment impossible à voir. J’aimerais ne retenir que les petites bribes sympas où Dolan fait preuve de sincérité et d’émotion, mais jamais je n’ai réussi à occulter tout le reste : répétitions ; faute de rythme, effets narratifs mal maitrisés ; ultra-prévisibilité d’une démarche déjà appliquée mille fois ; définition des personnages au burin ; imagerie bobo-gay-friendly tirée jusque dans la caricature ; bande-originale presque limitée à la simple compil’ issue de l’adolescence de l’auteur ; scènes de sentimentalisme bon marché et surappuyé… Pitié… Moi je veux bien que Dolan soit un gentil garçon et qu’on le félicite d’essayer de singer les grands. Mais qu’on le fasse pour tout le monde alors, pas seulement pour les gens qu’on apprécie parce qu’ils ont la chance de correspondre à un archétype qu’on adore adorer dans le milieu… Je trouve ça non seulement trompeur pour les gens qui aiment aller régulièrement au cinéma parce qu’on leur vend quelque-chose qu’ils auront déjà vu plein de fois mais en mieux ; mais c’est aussi trompeur pour celui qui n’a pas le temps d’aller régulièrement au cinéma et qui va penser que c’est là le film à voir. Alors peut-être que dans le second cas, « Mommy » pourra encore plaire, faute de comparer à mieux, mais dans les deux cas par contre, c’est amener les gens à prendre de leur temps pour voir un film au dépend d’un autre qui aurait été certainement mieux apprécié… C’est triste ça…

Docteur Jivago

Suivre son activité 277 abonnés Lire ses 1 826 critiques

4,0Très bien
Publiée le 11/10/2014

Expulsé d'un centre de rééducation, Steve, atteint de la maladie de TDHA (trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité), retourne vivre chez sa mère Diane qui est veuve. Peu à peu ils vont rencontrer leur voisine qui va s'immiscer dans leur vie et essayer d'y apporter de l'équilibre. L'un des films sensations du dernier festival de Cannes, "Mommy" nous emmène dans la banlieue canadienne pour suivre ces retrouvailles entre une mère un peu brailleuse, vulgaire, caractérielle mais aimante et un fils marqué par la mort de son père et régulièrement excessif (dans l'hyperactivité, la violence...) peu à peu rejoint par une voisine timide qui va apporter quelques choses de nouveau à ce duo. Finalement, le film m'a très agréablement surpris sur plusieurs points. Partant d'un sujet compliqué, il le traite sans pathos, ni mièvrerie mais au contraire en finesse, oscillant entre humours, tendresse, émotion et cruelle réalité. Bénéficiant d'une excellente qualité d'écriture, que ce soit dans les dialogues ou les personnages, Il braque sa caméra au plus près des personnages et étudie leur personnalité, relation et évolution, le tout de manière à rendre le récit simple, vrai et beau. Il aborde plusieurs thèmes allant de la relation mère-fils et de la difficulté de se détacher ou de se rapprocher de son enfant lorsque celui-ci est malade, mais aussi l'insertion dans la société, la façon d'être vu ou encore vivre dans la misère. C'est aussi par les simples petits moments de bonheur que Dolan rend son film particulièrement touchant. Et puis, le gamin de 25 ans montre quand même un grand talent derrière la caméra. En plus de faire ressortir toute l'émotion de ses personnages et de les rendre passionnant, tout comme les enjeux, il est techniquement doué et inventif. Chaque cadre est intelligemment pensé, il utilise un format d'image carré, lui permettant de vraiment se braquer sur un personnage en particulier. La photographie est particulièrement belle et son utilisation de la bande-son est excellente. Et puis, sa direction d'acteurs est excellente, tous inconnu ils donnent de la profondeur et de l'émotion à leur personnage, et on y croit. Bref, pour mon premier Dolan, c'est une très bonne surprise et l'un des meilleurs films que j'ai pu découvrir au cinéma cette année. Un film traité intelligemment dans lequel on passe par divers sentiments, c'est drôle, touchant, tendre ou encore cruel et la maîtrise de Dolan laisse présager un futur radieux. . .. Puis réussir à m'émouvoir sur du Céline Dion, fallait le faire !

Alex*56*

Suivre son activité 190 abonnés Lire ses 315 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 12/10/2014

Comme toute promo insistante, et devant tant d'éloges, Xavier Dolan a fait débat, mais le talent fascine ou agace. Alors il a ses détracteurs et puis ceux qui crient au génie. Moi je suis juste content que le 7e art se renouvelle, et on ne peut pas dire que Dolan n'a pas de talent, au contraire ! C'est le premier film que je découvre parmi ses six long-métrages, et je n'ai pas été déçu.. Je voudrais d'abord parler du format dans lequel est tourné "Mommy", ce format carré (plus précisément un format carré 1:1) emprunté de la photographie, qui apporte un renouveau au cinéma et apporte vraiment un plus ! C'est comme une fenêtre intime dans laquelle on se plonge, tel un voyeur passionné par une histoire qui le dépasse, une histoire qui nous rappel le charme des Polaroids, des scènes de vie encadrées par des barres noires qui me faisaient penser à des rideaux de théâtre, car pour moi les protagonistes étaient aussi vivants que des comédiens jouant en live sur une scène de théâtre. Pour résumer toutes ces métaphores, le format carré 1:1 rend le film plus vivant, surtout qu'il y a pas mal de transition fondu en images et en son ! Excellente idée en tout cas. On ne dirait peut être pas comme ça, mais le film est drôle ! Finement drôle pour être précis, c'est de l'humour intime. Il y a une vraie connexion entre les personnages, et c'est ce qui amplifie les moments "humoristiques", c'est pas lourdingue et gratuit comme dans énormément de films, ça fait naturel, pas calculé, et je remercie Dolan pour ne pas nous avoir pris pour des cons. Les insultes en québécois (mi québécois, mi anglais) c'est quand même quelque chose ! Tabernacle (ou Tabarnak ?) ! La mise en scène ? Elle est excellente ! Encore une fois on pourra dire ce que l'on veut de Dolan, mais pas qu'il n'ai pas exceptionnellement doué pour le peu de films qu'il a réalisé. Je dis pour le peu de films pour ne pas dire "pour son âge" comme on entend partout, car je n'aime pas cette phrase "Il est brillant pour son âge", moi à cette phrase je réplique par une citation de Corneille qui est un peu mon mantra : "Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années". C'est une montée "d'adrénaline" crescendo que nous sert Dolan, la première partie est plus centrée sur l'humour et l'installation de cette nouvelle relation entre une mère seule et routinière, et son fils sorti d'un centre spécialisé. Une relation explosive et attendrissante ! La deuxième partie inclue un autre personnage, en l'occurrence la voisine Kyla, qui viendra comme un troisième membre titiller le duo soudé. Une deuxième partie envoûtante d'ailleurs. Une histoire bouleversante, sur trois personnages magnifiques. Ces personnages sont sublimés dans des scènes d'une réalité criante, comme la scène du Karaoké, sans spoiler, j'en ai eu des frissons, un embouteillage de sentiments, on ressent des émotions différentes à chaque secondes, des gros plans, des effets sonores en bruits de fond et tant autres procédés de réalisations en sont à l'origine. C'est dure de détailler mon ressenti sans dévoiler trop d'informations, car cette scène est majeure pour moi. Une autre scène dans un autre style cette fois, un moment ou les 3 personnages ce lâchent sur une compil de musique, emporté par une danse enjouée de Steve. L'association de la musique et du plan d'ensemble se marient merveilleusement bien ! Il y a de nombreuses autres scènes sur lesquelles on peut s'attarder.. Mais celles-ci je vous laisserait les découvrir ! En parlant de musique la B.O est juste formidable, c'est rare de tilter sur la bo d'un film, ici Dolan nous envoi du Céline Dion, Lana Del Rey, Oasis etc. Et savoir caler une musique sur une scène ça parait simple comme ça, mais c'est un travail d'orfèvre que X.D a réalisé, le mariage des deux est soigné pour notre plus grand plaisir. Quoi de mieux pour finir que de parler des acteurs ? Le casting est parfait, je ne connaissais aucun des comédiens (bien qu'ayant déjà vu le jeune Antoine-Olivier Pilon dans un clip d'Indochine, "College boy", réalisé par Xavier Dola d'ailleurs), et je suis heureux de les connaître ! Celui qui m'a le plus bluffé c'est Antoine-Olivier Pilon dans le rôle de l'ado victime de TDAH, Woaah ! Anne Dorval est toute aussi bonne, et vu que je n'avais jamais entendu parlé d'elle j'ai regardé sa filmographie. Elle n'a pas une filmo énorme, et est plus connue pour ses rôles dans des mini-séries québécoises, donc normal qu'elle ne soit pas connue, surtout en France, mais pourquoi, vu son talent, ne lui a t-on pas proposée des rôles intéressants avant !? Même constat pour Suzanne Clément, excepté ses rôles dans les films de Dolan quoi. Juste un petit mot pour la toute fin du film ? La meilleure fin de l'année (j'ai pas vu tout les films de cette année 2014, mais quand même !), incontestablement. En bref, c'est un bijou. Pour une fois qu'une grosse promo est justifiée, il ne faut pas réfléchir. Dolan maîtrise son sujet, les acteurs (!), la B.O (!), la mise en scène (!), tout ça transcende l'histoire de nos trois protagonistes, des personnages plus humains que jamais. Mommy, où la petite fenêtre d'un film culte.

Marclille

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 61 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 01/11/2014

Xavier Dolan n'est pas Cassavetes ni Gus Van Sant, même s'il leur pique styles et idées. Le jeu des acteurs est hystérisant. La scène inaugurale de l'accident a été faite de multiple fois.Dolan a subit les influences de bons réalisateurs qu'il tente de répliquer sans grande personnalité. Film sans grand intérét.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top