Mon AlloCiné
Juste La Fin Du Monde
note moyenne
3,7
6349 notes dont 670 critiques
17% (113 critiques)
27% (178 critiques)
20% (131 critiques)
15% (103 critiques)
13% (90 critiques)
8% (55 critiques)
Votre avis sur Juste La Fin Du Monde ?

670 critiques spectateurs

benoitG80

Suivre son activité 917 abonnés Lire ses 1 309 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 24/09/2016

"Juste La Fin du Monde" après un "Mommy" hautement percutant, et pourtant non sans défaut, est loin d'atteindre le même niveau... En partant de la pièce de Jean-Luc Lagarce, Xavier Dolan arrive à se fourvoyer dans le traitement de son film, projet pourtant inspiré d'une excellente idée bien que trop décalée, car datée des années 80. Pour cette nouvelle version filmée, le fond de l'histoire est déjà mal amené, ou mal construit car en tant que spectateur on se trouve en immersion bien trop brutalement parmi des personnages torturés mais peu définis en terme d'écriture, qui de toute évidence ont un problème avec ce membre, frère ou fils revenu après 12 ans d'absence... Tout se mélange alors, hésitation, incommunicabilité, excuses en tous genre, violence verbale, voire hystérie, le tout avec beaucoup d'incohérence, d'illogisme, sans qu'aucune situation ne semble vraiment aboutie ou consécutive à ce qui vient juste de se passer... On saute ainsi du coq à l'âne, on s'excite sur un rien, pour ensuite retrouver un semblant de raison, et finalement pour rebondir de plus belle sans que l'on ait les clés pour saisir les enjeux des disputes et des cris; si bien que chacun tourne vite à la caricature de lui-même. Et ceci en nous privant des émotions qui auraient permis de croire à la souffrance et aux difficultés relationnelles de cette famille. Pour illustrer ce propos, Marion Cotillard arrive en tête avec un rôle qui la dessert complètement tant Xavier Dolan à son sujet enfonce le clou, de même que pour Nathalie Baye qui n'avait nul besoin de tant d'artifice pour ce qu'elle représente en tant que mère. Quant à Gaspard Ulliel, celui-ci est par contre trop en retrait, silencieux et presque absent jusqu'à ne plus être convaincant du tout. En voulant ainsi caractériser ses personnages à outrance, Xavier Dolan finit par leur ôter toute crédibilité ce que l'on ressent d'ailleurs également avec Vincent Cassel et Léa Seydoux, tous deux beaucoup trop dans l'excès eux aussi. Très vite, ces retrouvailles sonnent donc faux au sein de cette famille, de Louis venu annoncer une nouvelle difficile, aux autres qui ne savent comment interpréter son retour et sa présence ! Une mise en scène plus subtile, et surtout moins esthétisante, sans ces gros plans sur ces visages trop envahissants, aurait permis davantage l'implication du spectateur qui lui a ici l'impression d'assister à des règlements de compte infondés, sans queue ni tête ! De même que les effets de flou à la manière de clips vidéo, doublés d'une musique omniprésente, sont un recours un peu facile et inutile dans ce contexte. Seules deux très belles scènes, pertinentes et fortes, mais trop brèves sauvent cette réalisation pourtant prometteuse... Dans le même registre, sur la famille et son relationnel, il y a eu d'excellentes réalisations dont on citera en particulier "Un Conte de Noël" d'Arnaud Desplechin qui avait de quoi nous remuer au plus profond ! Ce ne sera malheureusement pas le cas cette fois...

traversay1

Suivre son activité 391 abonnés Lire ses 2 875 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 21/09/2016

Xavier Dolan n'en est qu'à son sixième film mais il est déjà impossible de tous les aimer. A cause des partis pris de son cinéma, de sa volonté de tout amplifier y compris ce qui relève du psychodrame, comme dans Juste la fin du monde dont le titre lui-même est bien présomptueux. Le film adapte une pièce de théâtre très datée sans donner de quelconques références, impossible de comprendre pourquoi la famille qu'il nous présente est aussi hystérique et incapable de communiquer. L'incommunicabilité c'était l'affaire de Bergman, la mise en scène de Dolan a besoin d'autre chose qu'un espace de théâtre filmé et de dialogues bafouillés ou glapis pour exister. Les seules séquences réussies du film sont celles qui s'évadent du huis-clos et encore sont-elles aidées par des envolées musicales. Sinon, c'est morne plaine tout du long, chacun des acteurs y allant de sa partition maladroite devant un Gaspard Ulliel qui joue tranquillement les taiseux fantomatiques. Ils font ce qu'ils peuvent les interprètes stars de Juste la fin du monde mais ils sont au niveau de l'écriture de leur rôle. Et du coup, Baye et Cassel s'en sortent mieux que Cotillard et Seydoux. Au fond, le film traite de sujets intimes (ou les maltraite plutôt) qui nous donnent l'impression d'être tombés dans une gigantesque scène de famille qui ne nous concerne pas et nous rend honteux d'assister à un tel déballage chaotique.

Ufuk K

Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 646 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 24/09/2016

"juste la fin du monde " grand prix du dernier festival de cannes est une déception pour moi. en dépit d'un casting de luxe ainsi que d'un final quelque peu intéressant je trouve que Xavier dolan est surestimé hormis mommy je n'accroche pas. ce huis clos familial est ennuyeux et glacial ne provoquant quasi rien dans mon intérieur.

Béatrice L

Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 103 critiques

0,5Nul
Publiée le 28/09/2016

Ce film est une caricature de film intello branché. Certes Xavier Dolan a une façon très particulière de manier la caméra. Overdose de gros plans du début jusqu'à la fin (il faut aimer). .Mais le côté huis clos de l'adaptation de la pièce de théâtre devient vite oppressant. Les personnages parlent pour ne rien dire, passent leur temps à s'énerver à balbutier sans jamais finir aucune phrase. Le jeu des acteurs est exagéré . À la fin on espère que Marion Cotilard va enfin arrêter de balbutier et de minauder. Il y a des tensions pendant tout le film sans qu'aucune réelle explication ne soit donnée. Personnellement je n'ai ressenti aucune émotion. Juste de l'ennui en espérant que quelque chose se produise ou que des vérités soient dites, mais non. Tout est suggéré et cela devient vite insupportable.

Chris T.

Suivre son activité 6 abonnés Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 22/09/2016

Ennui, incompréhension des éloges reçues, impatience de quitter la salle pour mettre fin à cette corvée qu'est ce film "Juste la fin du monde" de Dolan. Ce dernier utilise les mêmes artifices qu'habituellement: ralentissements caricaturaux, gros plans à outrance, bandes sons des années 90 pour être fun mais qui en fait rendent le film encore plus boring. Le plus mauvais film de Marion Cotillard, il n'a pas su la filmer ni la diriger. La prestation de l'actrice me rappelle celles présentent dans les sitcoms d'AB production. çà sonne faux. Le personnage principal quant à lui est mono expressif. Cela crie en permanence, on est plus dans l'hystérie grand-guignolesque que dans l'interprétation. Et pourtant, j'avais envie d'y croire, j'avais envie de passer un bon moment. J'avais envie de mettre au diable mes préjugés sur Dolan après avoir vu "Mommy" et "Les Amours Imaginaires". Mal m'en a pris. Je ne recommande pas ce film bien trop soporifique et inutile à mon goût. Dolan abîme plus qu'il ne sublime. L'unique point positif du film: la prestation de Cassel. Mais cela ne suffit pas.

EricDebarnot

Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 1 287 critiques

4,0Très bien
Publiée le 25/10/2016

Je n'aime pas être manipulé au cinéma par un réalisateur trop malin, qui joue de tous ses effets de style pour provoquer en moi des émotions exagérées, voire fausses, souvent au détriment de la construction de personnages cohérents ou d'une histoire crédible. Tous ces défauts - et d'autres encore (une certaine prétention auteuriste, une exagération inutile dans le jeu des acteurs poussés à la sur-interprétation permanente) - clairement présents dans "Juste la Fin du Monde" ne m'ont pourtant pas empêché de décoller émotionnellement à plusieurs reprises : j'ai commencé le film en larmes (au bout de 45 secondes maximum) tant Ulliel m'a immédiatement bouleversé avec son jeu douloureusement léger, j'ai tremblé avec cette belle-sœur dépassée par les vagues de rage confuse qui déferlent autour d'elle (Marion Cotillard qui n'a jamais été aussi touchante), j'ai frémi de rage - littéralement asphyxié - dans la voiture avec ces deux frères qui ne supportaient pas d'être ensemble et de se dire qu'ils s'aimaient, j'ai pleuré à nouveau à la fin du film avec cet abruti absurdement blessé que Cassel incarne puissamment, comme malgré lui, presque en dépit de ses habituels tics insupportables. Xavier Dolan m'a laissé épuisé, ébloui, dans mon siège de cinéma d'une salle de province, où j'ai vécu les émotions les plus intenses de cette année 2016 : son film est à proprement parler "inacceptable", pour peu qu'on ait un minimum de "culture cinématographique", et il a pourtant été une fête - laide, éprouvante, mais une fête - indiscutable pour moi, ce soir. Je n'aime pas les réalisateurs manipulateurs, mais j'adore Von Trier, Haneke... et Dolan. Je dois être un peu con, finalement.

Yoann O.

Suivre son activité Lire sa critique

0,5Nul
Publiée le 23/09/2016

Pour moi ce film est décevant, les personnages sont lourds, il y a aucune émotion, les acteurs sur joue ou sont transparent. Léa Seydoux et Marion Cotillard nous ont habitué à mieux et surtout Xavier Dolan... C'est bien dommage d'avoir un réalisateur 5 étoiles un casting 5 étoiles et un film qui vaut même pas une étoile....

brunetol

Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 170 critiques

0,5Nul
Publiée le 22/09/2016

A quoi sert de critiquer ? Dolan parait au-delà, dans un éther où n'existent plus que l'extase ou la détestation. J'avais apprécié l'énergie des premiers films, leur insolence, leur "geste" effrontée, mais depuis "Tom à la ferme", chaque nouvel opus du "prodige" québécois me navre un peu plus. Celui-ci touche le fond : affèterie, hystérie, vide abyssal dans un bas de soie (si vous êtes fan de l'esthétique des pubs pour produits de luxe - bagnoles, montres, parfums) qui ne mérite qu'un prix technique pour la direction artistique, option pâtisserie. Un tunnel d'ennui interminable, comme de feuilleter une année de Vogue Homme chez le dentiste, et qui sombre parfois dans le comique involontaire par l'hypertrophie de la surcharge, l'épuisement par la répétition. Pas le courage de déchaîner ma prose vengeresse sur un navet de ce calibre : si vous n'êtes pas un(e) inconditionnel(le), passez plus que jamais votre chemin.

BerndGan

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 64 critiques

0,5Nul
Publiée le 02/10/2016

Nous nous sommes demandés pendant tout le film quand est-ce qu'il allait commencer. Eh bien, il ne commence pas. On sent bien une histoire intéressante derrière qui aurait pu donner un bon film, mais le réalisateur n'en fait rien ou presque. Des longueurs, des scènes décousues, un tournage au canada alors qu'aucun des acteurs n'a l'accent. C'est un film sans aucune envergure. Des gros plans sur les acteurs pour peut-être lire les émotions, mais si voulez voir un bon tournage de scènes de ce type aller plutôt voir "just after the wedding" (ça c'est un bon film) !

Assane S.

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 6 critiques

0,5Nul
Publiée le 22/09/2016

Quelle déception !!! Tout est dit dans les 3 premières minutes et ensuite une heure trente de jeux d'acteurs qui jouent leurs rôles habituels mais sans véritable histoire. Une bonne pièce de théâtre mais pas un film. Salle bien remplie mais beaucoup de gens sont partis avant la fin !! Si vous avez vu la bande annonce vous avez vu l'essentiel et le meilleur. Le film ne vous apportera rien de plus !

Leo .B

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 73 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 11/02/2017

Un chef-d'oeuvre. En regardant ce film, de gros plans en gros plans, ont essaie de savoir, non pas quoi, mais comment. La force de ce film tient en la simplicité de Xavier Dolan. On garde, au fil des minutes, une compréhension totale. Il y a toujours un moment, dans un film, où le script va plus vite que ce qu'on peut comprendre. Ici non, on n'est ni en avance ni en retard à aucun moment, on est immergé. On n'a rien à démêler, à interpréter, on a juste...à suivre la fin du monde.

btravis1

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 528 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 22/09/2016

Ne connaissant pas la pièce, je ne peux pas juger le travail d'adaptation de Dolan, mais dans tous les cas, il ne parvient jamais, contrairement à certains de ses précédents films, à nous passionner pour son sujet. Le scénario est très moyen et les dialogues d'une grande faiblesse. Et ce n'est pas la réalisation de Dolan, entre choix assez douteux des musiques, abus des flous et gros plans, qui va remonter le niveau. La bande-annonce était particulièrement bien faite, mais elle résume à elle-seule la totalité du film, il ne s'y passe rien d'autre. Chaque rôle reste dans sa caricature et au bout d'un moment, il n'est plus possible que le personnage principal reste muet à ce point. Quand au prix reçu à Cannes, cela reste pour moi un mystère !

Attila de Blois

Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 2 832 critiques

3,5Bien
Publiée le 22/09/2016

Attendu avec impatience, ce dernier long métrage de Xavier Dolan s'est avéré être une petite déception tout en restant un bon film. Tout d'abord, sur la forme, le cinéma de Dolan est généralement d'un esthétisme poussé dont chaque plan est soigné. Ici, le réalisateur opte pour des choix de mise en scène et de cadrage contestables avec un abus de gros plans et d'un jeu de flous. Si cela doit avoir sa symbolique, elle donne aussi une lourdeur au film et l'image tout comme le rythme en prend un coup. On retrouve néanmoins la patte du cinéaste avec notamment un jeu de lumières toujours aussi judicieux. Le film réunit cinq grands acteurs français excellant chacun dans leurs rôles respéctifs et dont les personnage ont une personnalité marquée avec une profondeur psychologique intéressante. Peu d'achanges entre les protagonistes dont les textes consistent essentiellement en monologues. Avec "Juste la fin du monde", Dolan s'attaque au sujet sensible de la fin de vie et de l'annonce de celle-ci à ses proches. C'est traité de manière sensible, intelligente avec son lot de scènes intenses émotionnellement parlant. Il faut juste un peu de temps pour rentrer dedans. Là encore, on retrouve des thèmes dominants dans l'Oeuvre de Dolan notamment le rapport du fils à sa mère et l'absence d'un père quaisment jamais cité. Beaucoup de non-dits viennent pimenter cette histoire et laisse au spectateur une marge interprétative. Xavier Dolan signe donc un bon film mais qui nous secoue moins qu'un "J'ai tué ma mère" ou qu'un "Mommy" en dépit de sonsujet sérieux.

lhomme-grenouille

Suivre son activité 891 abonnés Lire ses 3 018 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 30/09/2016

Non mais… Non mais vraiment… Non. Xavier Dolan : je ne peux pas. Pire : Xavier Dolan, je ne comprends pas. Et ce n’est pas son cinéma que je ne comprends pas. Disons plutôt que c’est l’engouement qu’il y a autour de son cinéma qui m’échappe. Déjà, je reste sur le fion quand je constate que même après dix ans de carrière, ce mec a toujours besoin d’un bon quart d’heure pour se roder techniquement. Les premiers plans sont dégueulasses : gestion de l’espace scénique catastrophique ; raccords incohérents tous les deux plans ; photographie bien trop sombre ; dialogues usant d’effets de suspense beaucoup trop artificiels par rapport à la tonalité formelle choisie… C’est… C’est moche. Bah oui, osons le dire : c’est juste moche. Alors après j’entends que les concepts de « beau » et de « moche » relèvent de la pure subjectivité. Moi le premier je me crispe quand j’entends des gens fixer arbitrairement certains codes visuels ou scénaristiques comme étant forcément « bons » ou « mauvais » et cela juste parce qu’ils y ont reconnus les marqueurs propres au groupe culturel auquel ils appartiennent. Seulement voilà, là je trouve quand même assez dingue qu’une fois de plus on passe ça à Dolan alors qu’on ne s’en prive pas généralement pour les autres. Parce qu’attention : pour moi ce type de reproches formels pourrait finalement se généraliser à tout le film. Que ce soit dans les personnages, le rythme, les symboles, la gestion du son et même tout simplement l’histoire qui nous est raconté, tout n’est qu’approximations, embrouillaminis et – osons le dire – balourdises. Bah ouais, je suis désolé, mais moi, à regarder l’œuvre dans son ensemble, je trouve ça vraiment d’un balourd ! Parce qu’au fond, que nous raconte ce film ? Un gars veut renouer les liens avec sa famille parce qu’il est mourant. Mais il n’y arrive pas parce qu’il n’ose pas leur dire ce qu’il a à leur dire. Et à dire vrai, on comprend vite que toute la problématique du film c’est ça : dans cette famille, on n’arrive pas à se dire ce qu’on a à se dire. Et le pire c’est que l’idée, moi à la base, elle me parle. Seulement voilà, si à aucun moment je ne suis parvenu à m’accrocher à cette intrigue, c’est parce qu’elle est menée à bons coups de gros sabots bien maladroits. Alors – je ne redis pas – le porteur de sabots est sûrement pétri de bonnes intentions. Mais bon, soyons franc : le gars ne maitrise clairement pas son outil. Et quand je parle d’outil, je ne parle pas de caméra, d’optique, de capteurs et de mixages sonores (…et encore, rappelons-nous du début). Non : ce qu’il ne maitrise pas, c’est cet outil qui fait que tous ces aspects techniques disparaissent à un moment donné au service de ce qui nous est montré et raconté. Cet outil, ça s’appelle le cinéma. Or, par rapport au spectateur que je suis, Dolan ne maitrise clairement pas cet outil. Ses personnages ne cessent de répéter la même chose. Ils chevrotent en permanence. Ils s’interrompent au milieu de leurs phrases comme pour faire plus authentique. Leurs échanges sont téléguidés par des préoccupations qui s’affranchissent de toute logique… Non mais combien de fois j’ai voulu hurler à un ou deux personnages « Mais dis ça au lieu de rester enfermé dans ta boucle de parole ! » Et ça se répète ! Et ça fait artificiel ! …Bah ouais : quand je disais que c’était balourd tout à l’heure je le pensais aussi pour ça. C’est tellement surfait, surjoué, téléguidé qu’il devient difficile d’y croire. Moi, pendant près de deux heures, je n’ai vu que des comédiens – très bons pourtant ! – s’efforcer de donner de l’épaisseur et de l’authenticité à ce qui à la base n’est que lourd et très peu mûri. D’ailleurs, vraiment un grand bravo à certains d’entre eux. Si Lea « university-of-life » Seydoux m’est apparue assez inconsistante et lisse (comme toujours quoi) et si Marion Cotillard s’enlise une fois de plus dans ses mimiques, Nathalie Baye, Gaspard Ulliel et surtout Vincent Cassel ont su suer sang et eau pour essayer de donner de l’émotion à leurs scènes. Le cas du final en est d’ailleurs pour moi une belle illustration. Quand on prend le temps d’y réfléchir, cette scène est absurde au possible (à moins de considérer qu’on est dans une famille de fous) et elle aurait pu franchement ridiculiser tous les acteurs qui y ont participé si jamais ils n’avaient pas su y la jouer à fond. L’air de rien : respect. Mais d’un autre côté, en prenant bien le temps d’y penser, je me dis aussi que si le film ne sombre pas totalement dans l’affliction absolue, c’est aussi et uniquement grâce à ce que je viens d’expliquer sur cette dernière scène. Parce que ça a beau être long, creux, vain (l’air de rien : au bout d’une heure et demie, tu en sais finalement autant qu’au bout de trente minutes) ; il n’en reste pas moins difficile de se dire que Dolan se fout de nous. Le mec est tellement dans la surenchère qu’on sent qu’il y met tout ce qu’il peut. Et qu’importe s’il calque des gros plans avec des regards mystérieux à tout bout de champ comme le ferait un ado de 17 ans ! Qu’importe aussi s’il claque à outrance des ralentis sur fond de musique à piano comme le ferait un ado de 15 ans ! Et qu’importe même s’il claque quelques vieux tubes en mode random sans souci de cohérence avec l’atmosphère ou l’intrigue comme le ferait un ado de 13 ans (Spoiler: perso je croyais qu’on avait touché le fond avec Dragosta Din Tei, et pourtant le vieux Moby de conclusion m’a prouvé qu’on pouvait faire bien pire) ! Oui ! Qu’importe ! Parce qu’au fond j’ai l’impression que s’en fout un peu de la technique, du sujet et de la narration quand on encense Dolan. Un autre userait des mêmes effets pour un film à grand spectacle ou bien pour une comédie populaire qu’il se ferait tailler en pièces par ces mêmes adorateurs. Non. J’ai l’impression que quand on aime Dolan, ça n’a aucun rapport avec son talent ou sa technique. C’est juste que, parmi les troupes de cinéastes intellos-bobos qui aiment brasser ces sujets un peu vains qui plaisent tant au public conservateur, Dolan est peut-être le seul à savoir faire ça avec cœur, avec envie et conviction… Et je l’avoue, je ne peux pas lui retirer ça au jeune Canadien. On sent qu’il est à fond dans ce qu’il fait. Je trouve ça creux au possible. Je trouve ça incohérent, mal bossé et pas mûri pour un sou, mais il fait ça avec le cœur. Alors bon… Si vous aimez les cinéastes qui ont du cœur – pourquoi pas – allez voir ce « Juste la fin du monde ». Sinon, si vous comptez vous déplacer parce qu’on vous a vendu un génie, je pense qu’il va falloir se préparer à être déçu. Bon après, ça ne reste que moi qui dis ça. Qui suis-je à côté de ces éminences grises des académies et autres presses spécialisées qui savent nous dire ce qui est bon pour nous ? ;-)

Anthony R.

Suivre son activité Lire ses 4 critiques

0,5Nul
Publiée le 25/09/2016

Nul nul nul ! Plat, dialogues incohérents, interprétations des acteurs soporifiques... Xavier Dolan est dans un raté total... la seule émotion Durant ce film est l'ennui... Je déconseille totalement !

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top