Mon AlloCiné
    L'Exorciste
    note moyenne
    3,9
    15547 notes dont 779 critiques
    40% (312 critiques)
    29% (228 critiques)
    14% (112 critiques)
    8% (65 critiques)
    5% (40 critiques)
    3% (22 critiques)
    Votre avis sur L'Exorciste ?

    779 critiques spectateurs

    revest r
    revest r

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 14 août 2019
    J'ai découvert "l'exorciste" en 86,j'avais 15 ans, à l'époque, le cinéma d'horreur en était à ses balbutiements malgré quelques classiques déjà sortis. "L' exorciste" m'a proprement terrifié, la lente progression installant une ambiance pesante et obsédante jusqu'à l'apparition du démon Pazuzu. Ce visage démoniaque m'a longtemps possédé jusqu'à ne plus en fermer l'œil certaines nuits. Datant certes de 73, l'exorciste reste un chef d'œuvre inégalé du cinéma d'horreur. Souvent copié mais jamais dépassé en terreur pure. Ma critique reste personnelle la où d'autres n'auront pas eu les mêmes ressentis. La lecture et la réceptivité de ce film reste générationnelle.
    Diabloxrt
    Diabloxrt

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 33 critiques

    4,5
    Publiée le 11 août 2019
    Véritable classique du cinéma d'horreur, "L'Exorciste" est un film vraiment très intéressant à visionner. Avec ce genre de long-métrage, on peut très clairement voir l'évolution du cinéma d'horreur entre les films de l'époque de ce film-ci, et celle d'aujourd'hui. Ce film est réellement à l'opposé des œuvres d’horreur actuelle et peut-être un film vraiment compliqué à découvrir pour une personne qui est habituée à l'industrie de l'horreur actuelle car ce film est clairement un film à ambiance, ce qui est de plus en plus rare de nos jours. L'ambiance de ce film est vraiment folle et prend très clairement le spectateur aux tripes. Non pas avec des jumpscares toutes les 2 minutes mais avec une mise en scène, une musique et une écriture fine qui fait rentrer le spectateur dans un sentiment d'angoisse. J'ai rarement vu un film d'horreur aussi marquant que celui-ci et cela ne m'étonne absolument pas qu'il soit, aujourd'hui, considéré comme une des œuvres majeures du cinéma d'horreur voire même du cinéma tout court. Donc finalement, je vous conseille fortement ce film car même si un jeune public peut avoir du mal avec lui, objectivement le film est excellent et fait partie des grands films de sa génération. Pour conclure, "L'Exorciste" est un film d'horreur comme on n'en fait plus.
    Le Critique Metalleux
    Le Critique Metalleux

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 22 juillet 2019
    Ce film est un chef d'oeuvre sur tout les bords : la réalisation est au top, les acteurs y mettent toute leur âme malgré les quelques problèmes durant le tournage (acteurs décédés, incendie...) ce qui nous permet de nous attacher plus facilement à eux. Le maquillage de la petite Reagan est parfaitement fait, ce qui à dû être des heures de travail, il est vraiment effrayant ! Quand à l'ambiance générale, elle est sublimée par la musique que vous êtes obligé d'avoir entendu au moins une fois. William Friedkin à fait fort en nous sortant un classique de l'horreur encore très plaisant à voir aujourd'hui. Je lui mets 5 étoiles, et c'est amplement mérité
    Thomas B
    Thomas B

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 30 juin 2019
    Fantastique, fascinant. Ou comment approcher au plus près l'essence même du mal, se retrouver témoin de son intimité, au sein d'un chaleureux cocon familial. Mi déité, mi humain, sournois, impersonnel, étrange et familier à la fois, rampant comme un cancer au fond de l'âme, menant les hommes à leur perte et au désespoir absolu, comme un puits sans fond, un trou noir de la psyché collective où les valeurs et la morale s'effondreraient, insaisissable et pourtant tellement palpable et destructeur. Effrayant.
    T-Tiff
    T-Tiff

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 655 critiques

    4,0
    Publiée le 18 juin 2019
    "L'Exorciste" est l'un des plus grands classiques du cinéma d'horreur. Utilisant tous les ressorts du genre, il est parvenu à devenir intemporel, toujours aussi effrayant plus de quarante ans après sa création. Il a, par ailleurs, relancé le genre, étant à l'origine de nombreux films d'horreurs plus récents et beaucoup moins réussi. Linda Blair signe une incroyable prestation dans le rôle de la jeune fille habitée par le Démon. Les autres acteurs sont également plutôt bons. Le film parvient à installer une tension constante, avec des séquences de plus en plus troublantes s'insérant dans le récit. Si le final est un peu décevant, on se souviendra avoir vraiment eu la trouille pendant près de deux heures. "L'Exorciste" est définitivement un film à voir pour toute personne souhaitant découvrir le genre.
    Coach Jordano
    Coach Jordano

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 11 critiques

    4,0
    Publiée le 2 mai 2019
    Incroyable oeuvre pour l'époque. Ce film aura marqué des millions de personnes au début des années 70. Un film d'horreur très prenant, très psychologique.
    Clémence L.
    Clémence L.

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 14 avril 2019
    Ce film est vraiment un chef d'oeuvre pour son époque. Encore maintenant, il se regarde très bien et reste saisissant ! Certaines scènes restent mythiques comme la spoiler: scène de l'araignée , la spoiler: lévitation à la fin et les hommes d'Église qui restent sans pouvoir faire quoi que se soit et qui y restent... et j'en passe !
    Jérémie C-35
    Jérémie C-35

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 14 avril 2019
    De l’épouvante comme on en fait pratiquement plus, angoissant du début jusqu’à la fin. Tout est réuni pour un faire un film effrayant et indémodable (actrices / acteurs, intrigue, musiques, effets spéciaux qui donnent le frisson...). L’exorciste ne fait pas sursauter tout au long du film, mais il nous met en situation de malaise dans une atmosphère pesante. Un film impressionnant, même encore à ce jour, depuis 1973, aucun film de possession n’a réussi à l’égaler...
    Junker S.
    Junker S.

    Suivre son activité Lire ses 49 critiques

    4,0
    Publiée le 23 mars 2019
    Bonjours,ce film qui m'a fait bien flipper quand j'étais jeune,à 12 je crois bien,je l'avais vu chez un ami qui avait loué la cassette au vidéo club,nous avons regardé ce film dans le noir,et à cet age là dans une chambre quand il fait nuit ça fait peur,c'est une fille qui devient gentiment possédée par un démon,petit à petits etc,on cherche au début une lésion du cerveau,mais non,Regine n’est pas folle,petite à petit le film va devenir terrifiant,quand Régine devient le diable lui mème,attachée à son lit avec une perfusion,mieux vaux ne pas la contrarier,les effects spéciaux sont magnifiques pour l'époque,et convainquant,la scène de la fin avec père Merin qui se fait dessus en la voyant,et l'exorciste commence,le vocabulaire est très riche aussi,les vulgarités et les mots grossiers sont vraiment choquant,surtout si c'est un enfant qui le regarde,à l'époque j'ai eu la trouille durant 2 semaines quand je l'ai vu pour la première avec mes amis,aujourd'hui j'ai 46 ans,j'ai le dvd,je l'apprécie encore,il y a bien eu des reboot de ce film,avec des exorcismes avec des effets spéciaux de nos jours,mais trop réaliste pour être convainquant,c'est pour cela que j'apprécie mieux la version 73,c'est pas exagéré,juste ce qui faut pour être réaliste et c'est cela que j'apprécie.
    Ywan Cwper
    Ywan Cwper

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 10 critiques

    4,0
    Publiée le 25 novembre 2018
    J’ai dû vérifier la date de sortie plusieurs fois (1973, 1973, 1973) pour en être sûr ; quelle rupture dans le style de Max von Sydow qu’on voit tout juste sortir du premier Bergman en couleur ! Quelle rupture tout court dans le monde du cinéma que ce film qui aurait pu dater des années 1990. Diantre, mais c’est à se demander si je n’y aurais pas cru, eussé-je été un peu plus inculte, si l’on m’avait dit qu’il datait des années 2000. Sans se vouloir originale, il est totalement compréhensible que l’œuvre de Friedkin ait fait sensation. Et le plus étonnant, c’est qu’elle n’a pas vieilli, sauf du côté de la terreur qu’elle est censée inspirer : on ne fait plus évanouir les foules avec, et c’est assez révélateur de la maturité croissante des audiences. L’Exorciste est un dyke, le morceau de roc qui émerge du sol non parce qu’il a poussé, mais parce que son enrobage s’est délité. Il n’en résulte que la plus positive des conséquences, celle dont souffrent les livres âgés en gagnant leur géniale senteur de vieux papier, même si leur essence est un tant soit peu périmée. Filmant avec un regard diagonal au sourire cruel, Friedkin arrive à faire une introduction presque naïve, qui faisait d’ailleurs secouer la tête à tout Hollywood. On le qualifiait de ridicule, ce cinéaste qui rendait la mise dans l’ambiance importante jusqu’au détail, et jusqu’à emmener l’accent suédois de von Sydow en Iraq avec quelque lente contemplation. À se demander si le passage fugace d’enfants déguisés pour Halloween n’est pas un clin d’œil à ceux dont il cherche le contrepied, et faisant attendre au spectateur attentif la même chose que de tous les autres. Très parlante, aussi, la Warner-Bros-ception qui donne carrément une séquence de tournage d’un film dans le film aux grands producteurs. Mais ce naturel, il va le chercher dans une prestation qui bénéficie de son époque dans la manière qu’il a de réconcilier les générations. Cinq ans avant et ç’aurait pu être à côté de la plaque. Mais tout le casting est parfait, y compris Linda Blair (à 14 ans, elle « possède » le corps d’un personnage de 12) dont il valait mieux qu’elle ne réalise pas le potentiel choquant de ses lignes. Lignes qui, il faut bien l’admettre, font toujours se soulever un sourcil ou deux dans notre monde… sourcilleux. Friedkin a vu juste sur un point : la rupture est l’apanage de l’horreur. Mais là où le genre aime à glisser des ruptures de ton ou des screamers, ainsi qu’à plonger decrescendo dans l’enfer, le réalisateur préfère donner une fréquence à la sienne, créant un clair-obscur atmosphérique (la vraie couleur du film tire plutôt sur un noëlesque rouge et vert) qui fait s’opposer périodes de grand calme et délires effrayants dans un intervalle de temps réduit ; des espèces de montagnes russes, et en tout cas une technique précurseure qui, puisque imbattue, est sûrement à l’origine du lustre de modernité recouvrant le film. Ce n’est pas vraiment devenu plus lent ni moins efficace avec le temps, sauf peut-être dans la scène même de l’exorcisme dont la folie des grandeurs grandissantes nous a donné l’envie qu’elle traîne un peu plus. Et puis, finalement, ce n’est pas un tant un film d’horreur qu’un drame surnaturel horrifique. La mise en contexte prend son temps (merci à la version étendue qui nous permet d’admirer un peu plus longtemps les instantanés les plus brefs de la maîtrise des ruptures et des transitions) de sorte qu’on s’attache sans y faire attention aux protagonistes. Raison de plus d’en vouloir à cette fin si controversée qui oublie de satisfaire notre empathie en plus d’être opaque. Mais l’empathie se révèle autrement, et la lente introduction devient rentable pour crédibiliser les personnages dans leurs positions un peu abracadabrantesques : une star, un prêtre-psychiatre, un exorciste d’expérience, et puis une âme possédée, rien de moins. En bon drame, L’Exorciste tient l’incompréhension comme un obstacle et un moteur ; un démon ? Jamais de la vie… Jusqu’au moment de la concession (ne lisez pas « confession »), qu’il a été intelligent de donner aux scientifiques, devant alors se débrouiller avec la responsabilité de leurs dires… Quoique, même avec le coup de gueule d’une mère outrée, la scène des quatre-vingt-huit médecins conseillant l’exorcisme reste assez piètre. Un bridge qui eut pu être mieux joué. Mais la méthode de Friedkin tient surtout en ce qu’elle fait scandale. C’est là aussi que se joue sa modernité, dans l’expression saine de tabous nous évitant d’avoir l’impression que les interprètes sont des orateurs de l’ancien temps (sauf Lee J. Cobb). Car ce sont les tabous qu’il exorcise. Son eau bénite : le maquillage, qu’il prend trois heures par jour à étaler sur Von Sydow et Dieu sait combien de temps sur Linda Blair. Sa croix, il la brandit comme il la porte sur son dos : les trucs et astuces, sa conscience hors du temps que ses ruptures ne sont pas qu’une histoire de timing mais aussi de design. J’ai vraiment été épaté par L’Exorciste. J’ai vu beaucoup de films qui semblaient se ficher totalement de leur année de sortie et paraître très modernes rétrospectivement. Mais L’Exorciste tient la palme de la catégorie à mes yeux, et sa popularité ne m’a en rien influencé ; je m’attendais à rire du film là où il effrayait les gens jadis, mais je l’ai pris très au sérieux et l’ai admiré en tous points. septiemeartetdemi.com
    Mathis A.
    Mathis A.

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 136 critiques

    3,5
    Publiée le 10 novembre 2018
    Un film d'antologie mais qui perd en realisme avec le temps ! Les effets sont moins realistes et restent quand meme troublant ! Il continue a nous faire peur quand meme
    pierrot le flou
    pierrot le flou

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 6 novembre 2018
    Comment le récit d’une jeune fille possédée par le démon, vomissant une immonde bouillie verdâtre, éructant avec une voix d’homme les pires insanités tout en s’enfonçant un crucifix dans le vagin, allait-il devenir un des plus gros succès de l’histoire du cinéma ? Nous sommes alors dans ces années 70 ou les nouveaux nababs on prit le pouvoir sur les studios. Friedkin fait partie de ces jeunes réalisateurs aux dents longues qui imposent avec intégrité leur style, à contre-courant des dictats du vieil Hollywood. C’est la fameuse génération du New Hollywood, celle de la liberté artistique, incroyablement créatrice et furieusement décomplexées, et il est certain que L’exorciste n’aurait jamais vu le jour en d’autres temps. Difficile en effet d’imaginer quelques années plus tôt qu’une œuvre estampillée age d’or mette en scène une gamine hurlant à un prêtre « b… moi ! ». Même dans le cinéma actuel un « Ta mère s… des q…. en enfer ! » a plus de chance de surgir d’un Scary Movie que des dialogues d’un film mainstream. La scène d’ouverture dans le désert irakien, ou le père Merrin (Max Von Sydow) découvre la tête de statuette du démon Pazuzu, introduit l’intrigue avec cette esthétique naturaliste typique des productions New Hollywoodiennes. Car Friedkin exige pour L’exorciste, au grand dam de Blatty le scénariste et également auteur du roman éponyme, de conserver une photographie proche du documentaire. Le chef opérateur Owen Roizman déjà aux manettes de French connection va accomplir le miracle ( !) tant espéré par le réalisateur avec des images délavées et ternes qui installent un réalisme cru. Des pertes de coloration pour montrer comment le mal prend le dessus en éteignant progressivement les « lumières de la vie », avec des prises de vue en plongée et contre plongée vers l’obscurité, les ténèbres. Magistral ! Pour décrire le calvaire de la possédée Friedkin va faire s’agiter un lit, avancer des meubles, claquer des portes, faire léviter la fille les bras en croix avec des stigmates qui apparaissent sur ses poignets et ses chevilles…des effets chocs qui fonctionnent et qui sont alors inédits. Mais il les utilise pour donner du volume à une composante huis clos naturellement étriquée dans cette chambre. Car les vrais (gros) coups de frousse Friedkin les assènent avec la métamorphose de Regan, son visage comme ses attitudes montrant ce que l’on n’avait encore jamais vu. Sa gorge qui gonflent, ses yeux révulsés, sa langue démesurée, l’apparition des plaies, sa tête qui tourne a 180 °…Dick Smith, un des papes des FX à l’ancienne va donner à Regan cette apparence terrifiante du démon qui a pris sa place, mais sans faire disparaître les traits juvéniles de Linda Blair. L’empathie avec cette pauvre fille est alors totale et son calvaire devient (presque) le notre, accentuant cette sensation de malaise jusqu’à l’insoutenable. Sous son maquillage Linda Blair reste une « jeune fille » tout en incarnant une parfaite possédée. Une tension paroxysmique qui va exploser dans le dernier acte lors de cet interminable et traumatisante scène de l’exorcisme. Un rite précédé par un des plans les plus mythiques du cinéma d’horreur : devant la maison, la silhouette du prêtre est dessiné par un halo de lumière provenant de la chambre de Regan. Une image qui continue de faire le tour du monde. Suivi donc de cette demi-heure éprouvante pour nos nerfs, d’une incroyable intensité dramatique, pleine de fureur, de violence psychologique. L’occasion de LA scène qui continue de me hanter (!) ou Karras (Jason Miller) découvre Merrin mort d’épuisement. Assise dans un coin du lit, Regan le visage démonisé les mains devant la bouche, masque un sourire coquin, dans l’attitude puérile d’un garnement content de sa « bêtise ». Diaboliquement effrayant ! Le père Karras en plein doute sur sa propre foi apporte cette distanciation nécessaire pour démontrer combien la frontière entre le bien et le mal est un fil ténu, alors la médecine et la psychiatrie ont déjà échoué. Si l’on rajoute le score minimaliste qui n’étouffe jamais l’ambiance, ne fonctionnant jamais comme un « sur effet », on ne peut bien sur ne pas faire impasse sur un des thème les plus parfaitement indentifiable du 7e art, le monumental Tubular Bells de Mike oldflied ! J’avais a peu prés 14 ans lorsqu’au début des années 80 j’ai vu ce film et comme beaucoup de personnes, j’ai vraiment flippé ! Plus de 40 ans plus tard je suis toujours fasciné par son audace et surtout par la manière dont Friedkin arrive a prendre le contrôle total de nos émotions. Car au final l’exorciste s’aborde comme une expérience et s’impose à ce titre comme la pierre philosophale du film d’épouvante.
    Dj Prime
    Dj Prime

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 35 critiques

    0,5
    Publiée le 4 novembre 2018
    Premier grand film d'épouvante de l'histoire, ce film considéré comme culte n'est autre qu'un navet aussi long que mou même dans des grandes séquences. spoiler: La musique mythique n'est présente que très peu de temps en début et en fin et ne nous fait strictement rien. L'interprétation des acteurs n'est que trop légère et bien d'époque, les cris sont exactement comme ceux du premier "Massacre à la tronçonneuse", aiguë et pas supportable. spoiler: Un maquillage par contre très réussit pour la jeune fille possédée et la scène finale d’exorcisme n'est franchement pas à la hauteur de ce qu’elle doit être, aucune musique stressante, aucun effet-sonore et des personnages de prêtres se déplaçant avec une tranquillité sans nom autour du démon. Du grand n'importe quoi. Pour finir, 2h de contenu dont la large moitié n'est composée que de blabla à endormir la jeune génération attirée par ce genre. Une génération dont je fais très largement partie.
    Sergent Instructeur H.
    Sergent Instructeur H.

    Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 1 novembre 2018
    Le film est bon, mais ne mérite pas le titre du film le plus terrifiant du monde, mais la peur à l'époque de la sortie du film n'est plus la même qu'aujourd’hui, c'est ça aussi qu'il faut regarder, mais le film est d'une réalisation magnifique les acteurs sont très bon l'ambiance du film est très bonne, mais ça reste un excellent film.
    Mysterfool
    Mysterfool

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 31 octobre 2018
    Même si cela a bien vieilli cela reste diaboliquement efficace. La petite, elle a vraiment morflé ! Je ne sais pas quel virus elle a chopé mais vue la couleur des glaires il n’est pas piqué des hannetons. Et pour DALS, vus ses contorsions dans l’escalier et ses tours de têtes, elle est prête ! Heureusement il y a deux exorcistes ! J’avoue que dans ces circonstances-là, n’importe qui y retrouverait la foi ! J’étais dans la salle à sa sortie et depuis je ne pense avoir vu mieux dans le genre. Un bien bel Halloween 2018
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top