Mon AlloCiné
    Le Magicien d'Oz
    note moyenne
    3,8
    2901 notes dont 163 critiques
    25% (41 critiques)
    33% (54 critiques)
    18% (30 critiques)
    18% (30 critiques)
    4% (6 critiques)
    1% (2 critiques)
    Votre avis sur Le Magicien d'Oz ?

    163 critiques spectateurs

     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 226 abonnés Lire ses 359 critiques

    3,5
    Publiée le 4 août 2016
    De ce classique absolu, il faut retenir avant tout sa beauté visuelle, la simplicité du récit et la subtilité de sa morale. Ce qui frappe instantanément dans "Le Magicien d'Oz", c'est l'inscription d'une inventivité architecturale dans un imaginaire formel fort (le passage du noir et blanc à la couleur) qui relaye les émotions de la jeune Dorothy Gale, petite fille malheureuse dans un Kansas qui ne lui veut aucun bien mais qui, paradoxalement, se mettra immédiatement en marche à Oz dans le seul but de rentrer chez elle. Dorothy ne fera que suivre une ligne jaune au milieu des champs pour accéder au château du magicien et rencontrera au passage ses compagnons de route, à savoir un épouvantail, un homme en fer blanc et un lion, trois personnages auxquels il manque quelque chose (un cerveau, un cœur et du courage). Ces rencontres se présentent de façon très schématique, avec une chanson qui suit chaque présentation, mais révèlent déjà la sympathie et la tendresse contenues dans chaque personnage, dont l'émotion ne surgira que dans un final magnifiquement écrit. Cette marche vers le magicien ne sera pas sans embûches, tendues par une méchante sorcière, caricaturale et au maquillage assez effroyable, qui ne parvient pas à insuffler le danger et le trouble propres aux plus grands contes. Mais l'enjeu du film est ailleurs, dans sa nécessité de dégager une morale sur le manque des quatre personnages principaux, problème brillamment résolu par le magicien, qui dit finalement que ce qu'on croyait ne pas avoir en soi existe bel et bien mais que l'on en avait pas encore pris conscience. Tout comme ses compagnons de route, Dorothy va se révéler à elle-même et découvrir que le Kansas qu'elle détestait tant est en fait un endroit merveilleux et ses proches, des personnes qui lui portent un amour inconditionnel. "Le Magicien d'Oz" n'est pas un film parfait et certaines de ses chansons ne resteront pas dans les mémoires, mais la douceur et la bienveillance qu'il procure sont salutaires; elles témoignent d'une vraie sensibilité et non pas d'une naïveté, faux procès au vu de l'intelligence de la conduite du récit et de la morale qui en découle.
    reymi586
    reymi586

    Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 2 102 critiques

    4,0
    Publiée le 23 janvier 2012
    Un très bon film pour enfant... pour 1939. C'est vrai que ça a bien vieillit et pas seulement au niveau des décors. Mais pour l'époque c'est assez incroyable, il n'y a rien de comparable. Et quel plaisir de revoir Judy Garland chanter Somewhere over the rainbow.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1546 abonnés Lire ses 8 697 critiques

    5,0
    Publiée le 1 novembre 2014
    Le film qui annoncera vèritablement les annèes 40 est sans conteste "The Wizard of Oz". Adaptè d'un conte très populaire, il met en scène une fillette, un èpouvantail, un homme en fer-blanc et un lion peureux au pays d'Oz! Le film dèbute en noir et blanc, puis s'ouvre à la couleur pour ne plus nous lâcher! C'est une manière de chef d'oeuvre, dont certaines chansons, comme « Over the Rainbow » , sont devenues presque des lègendes! Dans cet immense classique de la littèrature enfantine, l'interprètation de Judy Garland fit d'elle l'actrice prèfèrèe d'une facile propagande pour enfances privilègièes, recevant ainsi le premier signe d'un destin qui se montera par la suite bien peu prodigue de bonnes fortunes! Servi par un naturel et une gentillesse dèsarmants, le personnage de Dorothy Gale a su èmouvoir le public amèricain dans ce sublime conte musical de Victor Fleming qui valut un Oscar particulier à Garland! Deux autres Oscars vinrent rècompenser ce film mythique: l'un pour la musique, l'autre pour la chanson « Over the Rainbow » . Y a pas à dire, Hollywood savait encore faire des superproductions comme le prouva cette comèdie musicale particulièrement divertissante, qui consacra pour des millions de spectateurs une gosse inoubliable, d'une Garland âgèe de quinze ans seulement et alors à l'apogèe de sa première carrière! Grandiose...
    lillois
    lillois

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 454 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    "Toto, I've a feeling we're not in Kansas anymore". C'est sur cette phrase géniale que Dorothy effectue ses premiers pas à Oz. Troisième adaptation cinématographique de "The wonderful Wizard of Oz", livre pour enfants à succès de Lyman Frank Baum, la chantante version du "Magicien d'Oz" de Victor Fleming est un condensé de magie. Mais ne retirons pas le mérite qui revient à King Vidor, lequel en a dirigé une partie (le début et la fin, pour une vingtaine de minutes au total peut-être). Après avoir été emportée avec son chien par une tornade, une jeune fille se retrouve dans un Monde aussi extraordinaire que dangereux. La judicieuse transition noir et blanc / technicolor renforce l'impression onirique du changement. Autant les maquillages sont réellement grotesques pour les Munchkins, autant ils sont superbes pour l'épouvantail et l'homme en fer blanc (Ray Bolger et Jack Haley). Chaque héros possède sa chanson qui traduit à la fois son caractère et ses aspirations. La première du film n'est autre que le sublime "Somewhere over the Rainbow" (que j'adore, même si la version de Judy Garland n'est pas celle que je préfère). Si d'un point de vue vocal il s'explique aisément, le choix de l'actrice principale ne me semble pas forcément le meilleur. Effectivement on aurait mieux imaginé, comme cela fut suggéré, Shirley Temple pour tenir le jeune rôle de Dorothy Gale. Interprétée par Margaret Hamilton, la méchante sorcière de l'Ouest (qui n'est autre que la transposition à Oz de l'infâme Miss Gulch) est affreuse, elle et son armée de singes volants ont de quoi faire frissonner les bambins. De façon un peu regrettable, une séquence musicale avec les arbres vivants n'a pas été intégrée au montage final. Pour le rythme du récit cette absence se révèle certes bénéfique, mais quand on sait que la scène a ensuite été perdue... Inscrit à jamais parmi les Classiques, ce long-métrage peut s'apprécier à tout âge.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 573 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    5,0
    Publiée le 2 novembre 2009
    Une des meilleures comédies musicales de tous les temps. Tout y est : des décors gigantesques, des effets spéciaux totalement indémodables (merci M. Gillespie), un superbe technicolor, des maquillages parfaitement réussis, des chansons inoubliables et des acteurs merveilleux. Judy Garland crève l'écran dans son premier grand rôle et on n'a pas de mal à savoir pourquoi elle est devenu par la suite une star, Margaret Hamilton est horrible en méchante sorcière et Frank Morgan est très drôle dans le rôle-titre. L'euphorie que dégage ce film est très contagieuse et concourt à donner au spectateur plaisir et enchantement. Un chef d'oeuvre.
    Grouchy
    Grouchy

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 952 critiques

    4,0
    Publiée le 1 mai 2013
    La différence entre le cinéma en noir et blanc et la nouveauté de la couleur : voilà ce qu'est le but du film de Fleming, en montrant un monde fantastique et enfantin inconnu, brillant de couleurs vives, un rêve pour le spectateur de l'époque, face au noir et blanc du monde contemporain et encore plongé dans l'absence d'évolution. Felming revisite l'univers de Lewis Caroll à la sauce américaine, dévoilant un paysage magnifique grâce au Technicolor rempli de plaines fleuries, de villages exotiques, de forêts enchantées et de châteaux somptueux. Si on remarque l'effet "studio" des décors par leurs arrières-plans, ceux-ci conservent toujours une beauté remarquable, ainsi que les costumes, surprenant quand on regarde de près les conditions de tournage ( le nombre considérables de projecteurs pour rendre les couleurs éclatantes sur une pellicule peu sensible ). Si le genre comédie musicale et le jeu d'acteurs donne encore un caractère cheap, le film possède une agréable joie de vivre, une très belle création artistique témoin de l'évolution de la couleurs au cinéma.
    EricDebarnot
    EricDebarnot

    Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 910 critiques

    3,5
    Publiée le 5 mars 2011
    Passons sur le travail de redigitalisation effectué sur "le Magicien d'Oz" pour son édition en format Blu-ray, qui permet d'apprécier pour la 1ère fois ce film légendaire avec les couleurs originales (le Technicolor) de l'époque, une expérience unique, et inévitablement fascinante (… qui justifie à elle seule de revoir un film que l'on peut considérer comme trop "connu", trop "référentiel" pour encore nous surprendre"). Qu'est-ce qui fait donc que le "Magicine d'Oz" fonctionne toujours bien, plus de 70 ans après sa création, à une époque où les enfants n'ont plus besoin du cinéma pour savoir qu'un jour il faut quitter le nid, et que les plus belles qualités sont celles qu'on trouve en soi-même ? La tristesse diffuse de l'interprétation de Judy Garland, enfant blessée grandie trop vite sous les sunlights ? L'enthousiasme sans aucun recul, sans aucun second degré - sans doute impossible de nos jours - de l'interprétation ? La vivacité enchanteresse de ce conte effectivement éternel ? A revoir, encore et encore...
    Ciné2909
    Ciné2909

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 662 critiques

    4,0
    Publiée le 15 décembre 2013
    Retour en 1939 avec cette adaptation du célèbre roman de L. Frank Baum devenu depuis un petit classique du 7ème art. Il est évident que les effets spéciaux de l’époque feront naitre quelques sourires comme ce tourbillon qui emporte tout et n’importe quoi ou les costumes bien kitsch de certains personnages. Malgré cela, le charme opère encore avec cette fable qui prend par moments la forme d’une comédie musicale et bien entendu comment ne pas évoquer cette célèbre chanson qu’est Over the rainbow ! Ceux qui connaissaient déjà Le magicien d’oz continueront de se délecter des aventures de Dorothée et ne manqueront pas de le faire découvrir aux nouvelles générations.
    fresh-BUZZ
    fresh-BUZZ

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 687 critiques

    3,0
    Publiée le 2 avril 2013
    Le Magicien D'Oz est un film culte et un classique du 7ème art, c'est une comédie musicale qui a marqué des générations et qui en marquera encore (surtout du côté des américains, où le film se transmet dès le plus jeunes âges aux enfants et à fait l'objet d'un prequel par Disney!), c'est une œuvre populaire à la beauté incroyable et la sympathie communicative. Victor Flemming nous offre un film grandiose sur le beauté, l'honnêteté, la gentillesse et l'amour dans le monde, mais qui n'a failli jamais voir le jours d'abord à cause des scénaristes (il y en a eu quatorze en tout!), Irving Brecher commence remplacé par Herman J. Mankiewicz plus tard associé à Ogden Nash et encore après à Noel Langley, Mankiewicz quitte l'équipe tandis que Herbert Fields l'intègre, s'ensuit quelque scénaristes qui travaillent sur le script sans rien ajouté de nouveau, Florence Ryerson et Edgar Allan Woolf l'ajustent, ils sont virés et remplacés par Arthur Freed, Noel Langley revient et est associé à Jack Mintz, quand Victor Fleming arrive pour réalisé le film, il le modifie au fil du tournage avec l'aide de John Lee Mahin. Au final, seulement trois seront crédités au générique : Noel Langley, Florence Ryerson et Edgar Allan Woolf. S'ensuit un tournage assez catastrhophique, Richard Thorpe est engagé comme réalisateur puis remplacé par George Cukor accepte d'aider le film à se monter et fait changé tout les costumes et maquillages (kuste avant de tourner Autant En Emporte Le Vent et fini par retourné sur son film!), Victor Fleming est alors choisi, mais à quelques semaines avant la fin du tournage, les studios Selznick le demande sur le tournage d'Autant En Emporte Le Vent qui tourne aussi à la catastrophe à cause de la relation très tendue entre George Cukor et Clark Gable, qui menace de quitter le film si Victor Fleming ne le réalise pas, il accepte et quitte le tournage du Magicien D'Oz! King Vidor est alors choisi pour les dernières semaines de tournages (il réalise la scène de chant "Over The Rainbow"!), une fois le film terminé Vidor refuse de voir apparaître son nom au générique estimant que tout le mérite revient à Fleming. Du côté des comédiens aussi c'est assez compliqué, Judy Garland a été choisi sans difficulté, le rôle du Magicien le studio veut Ed Wynn qui refuse, Wallace Beery le veut, le studio ne veut pas, il s'envisage alors W.C. Fields qui demande un salaire trop élevé, c'est finalement Frank Morgan, un autre acteur du studio, qui décroche le rôle, Ray Bolger est engagé pour jouer l'Homme de fer, il en est furieux et vexé car il voulait celui de l'Épouvantail, il parla à Louis B. Mayer et finit par le convaincre, Buddy Ebsen qui avait obtenu le rôle de l'Épouvantail accepte sans rechigner celui de l'Homme de fer, son maquillage nécessite que de l'aluminium soit posé sur son visage, après avoir inhalé l'aluminium présent dans l'air après son maquillage, ses poumons en étaient remplis, alors qu'Ebsen entame sa convalescence, la MGM décide de le remplacer par Jack Haley. Le scénario bien que très enfantin, ce suit sans déplaisir et est extrêmement bien tenu, les personnages d'un manichéisme total son attachants et très bien construit, ils ne manquent pas d'épaisseur, les acteurs sont très bons, Judy Garland est très bonne, Frank Morgan est toujours juste, Ray Bolger est parfait, Bert Lahr surjoue constamment, Jack Haley est bon, Margaret Hamilton est mauvaise, les dialogues sont simples, mais très efficace et certains sont tout simplement culte ("Toto, j'ai l'impression que nous ne sommes plus au Kansas!", "Je t'aurai, ma jolie, et ton petit chien aussi!" ou encore "On n'est jamais aussi bien que chez soi."), la mise en scène est parfaite, elle révèle toute la maîtrise et toute l'inventivité de Fleming, la photographie de Harold Rosson est sublime (le Technicolor fait des merveilles!), Harold Arlen signe une B.O. efficace et très belle, les décors sont somptueux, les maquillages et les costumes superbes. Le Magicien D'Oz est un film pour enfant mature et qui inculque de vrai valeur, avec des costumes et des décors amusant il ne parait jamais ridicule et mieux on en est bluffé, même si ce n'est pas un grand film, on le suit sans déplaisir et avec un réelle attention. Victor Fleming signe une sorte de chef-d'œuvre et dans le fond un film assez noir qui faut montré au enfant, mais qu'on dénigre pas plus âgé, un film plein de bonne attention aussi utile qu'innocent et aussi vrai que surréaliste. Le Magicien D'Oz c'est grandiose, juste, prenant, malin, inventif, humain, fou, sympathique, efficace et surtout sublime. À voir et à revoir.
    Dark Taylor
    Dark Taylor

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 245 critiques

    5,0
    Publiée le 19 juillet 2013
    Le Magicien d'Oz, bien que datant de 1939, est l'un de ces film qualifiés de cultissime, que toute personne, cinéphile ou non, se doit d'avoir vu au moins une fois dans sa vie. Il est tellement culte au Etats-Unis qu'il y ont le droit chaque année, généralement à la période de Noël, à l'instar de nos bonnes vieilles comédies comme "le Père Noël est une ordure" et "Les Bronzés font du ski" chez nous. Bon, je vais être clair, je ne comprends pas en quoi ce film est si culte au Etats-Unis et est si encré dans la culture populaire. Peut-être parce qu'on avait jamais sorti de film de la sorte à l'époque, mais aussi qu'il s'agit de l'adaptation d'un classique de la littérature enfantine Néanmoins, j'ai adoré ce film, malgré son âge, et on lui pardonne ses défauts, comme quelques chansons un poil chiante (d'autant que je ne suis pas fan de comédies musicales) et des Microsiens un peu "chelou, comme on dit... Judith Garland est somptueuse dans le rôle de la petite Dorothy chaussée de ses souliers de rubis et accompagnée de son chien Toto, cheminant à travers le pays d'Oz et essayant d'échapper à la méchante sorcière de l'Ouest. Si vous avez adoré ce film, je vous conseille à juste titre la préquelle de Sam Raimi "le Monde Fantastique d'Oz", tout aussi excellent film.
    ClashDoherty
    ClashDoherty

    Suivre son activité 161 abonnés Lire ses 715 critiques

    5,0
    Publiée le 16 décembre 2007
    Tout simplement inoubliable, un des films phares de mon enfance (et, je pense, de l'enfance de pas mal de cinéphiles !), un joyau du cinéma, riche en scènes cultes, en chansons admirables ("Somewhre Over The Rainbow", "If I Had A Brain"), en personnages cultes (Dorothy, Toto, le Lion, l'Epouvantail, le Bucheron de fer-blanc, les Munchkins, les Sorcières, le Magicien). A lire aussi, le roman initial de L. Frank Baum, pour les amoureux du film de Fleming. Un film tout simplement beau, à voir, à posséder chez soi. P.S : si vous regardez le film en écoutant l'album de Pink Floyd "Dark side of the Moon" (il suffit de mettre le disque CD en mode repeat et de le lancer au moment où le lion MGM rugit pour la troisième fois), vous pourrez constater de très nombreuses et troublantes similitudes, assez étranges quand on sait qu'aucun membre du groupe ne s'est inspiré de ce film mythique pour le disque ! Un film magistral.
    CeeSnipes
    CeeSnipes

    Suivre son activité 167 abonnés Lire ses 1 631 critiques

    5,0
    Publiée le 24 octobre 2013
    Il y a des films dont la légende ne mourra jamais. Le Magicien d’Oz, malgré tous les remakes, les adaptations et les légendes (ah, le Munchkin qui se pend), fait partie de cette caste de films qu’il faut avoir vu. La ressortie 3D de ce classique a donc permis aux non-initiés (et ils sont très peu) de découvrir cette institution du cinéma américain familial, adaptée d’un roman de L. Frank Baum. Cette version remasterisée offre au film une nouvelle jeunesse dont il n’avait même pas besoin pour garder son aura si unique. Non content d’être absolument passionnant, visuellement splendide et enchanteur, avec une technique irréprochable et novatrice pour l’époque (le changement du sépia à la couleur est incroyable), Le Magicien d’Oz est aussi un film particulièrement bien joué, avec des acteurs dont le maquillage fait encore mouche aujourd’hui. Si la Wicked Witch of West est légendaire mais un peu datée, Scarecrow ou le Cowardly Lion bénéficient d’un travail si soigné qu’ils sont encore bluffants aujourd’hui. Les techniciens d’aujourd’hui ont aussi réalisé un travail étonnant avec une 3D franchement très jolie, qui s’efface derrière la majesté des décors. De plus, la musique reste un modèle du genre, avec des chansons aussi iconiques que Follow the Yellow Brick Road, If I Only Had a Brain et bien sûr Over the Rainbow, toutes mises en scène dans des séquences très réussies. De par son originalité, son importance pour tout le cinéma mondiale (même le plus adulte, comme Sailor & Lula), Le Magicien d’Oz est un film absolument indispensable et exceptionnel. Un immense chef d’œuvre.
    Wingnut7
    Wingnut7

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 275 critiques

    4,5
    Publiée le 4 novembre 2013
    Féérique, magique et énergisant que de voir cette couleur travaillée avec un plaisir certain, V. Fleming nous gratifie de magnifiques décors pour constituer son conte culte, léger et amusant. Même si la petite J. Garland semble avoir une voix énervante, son innocence, sa candeur et son charme font abstraction du son qui sort de sa bouche et nous emmène avec plaisir dans ce monde imaginaire où cette candeur enfantine est un atout tant que sa quête est juste et honnête. Même si je reconnais là un excellent film, j'ai toujours un peu de mal avec les comédies musicales et celle-ci ne déroge pas à la règle.
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 438 abonnés Lire ses 1 507 critiques

    4,0
    Publiée le 1 septembre 2015
    Le magicien d’Oz : Un conte de fée haut en couleur et fort divertissant. Ça fait très dessin animé de Disney avec ce monde colère, c’est personnages attachants qui prennent vie : homme de fer, l’épouvantail, le lion… et aussi cette fameuse petit fille qui va aller dans un pays merveilleux. D’ailleurs, ce film, cette histoire, cet univers m’a fortement fait penser à Alice au pays des merveilles. Donc voila, pour la petit histoire, c’est une petite fille qui fait une fugue et qui va dans un pays imaginaire, a travers l’arc-en-ciel et elle va découvrir ce jolie monde comme nous spectateur et rencontrer des amis bien fidèles mais aussi une méchante sorcier qui va lui barré la route. Le scénario n’est par forcement extraordinaire mais c’est divertissant, on s’amuse comme elle a découvrir ce monde et les personnages qui l’entour, d’ailleurs, ils sont fort amusants a suivent. Bon après, dommage que le schéma de présentation des personnages se répètent : une rencontre, une chanson, une rencontre…. Mais ça fonctionne. Après, les musiques sont très belles, il y en a une de très connus, je vous laisse la découvrir mais dommage qu’elles ne sont pas traduite comme dans les Disney par exemple, pour la compréhension ça gâche un peu, surtout qu’il y en a beaucoup, surtout dans la premier partie du film. Et pour finir, la réalisation date mais elle garde son charme indéniable, c’est sur, on voit les fils, les décors du fondent qui sont des peintures, ainsi que les costumes mais je trouve que c’est très bien fait, ça a son charme et on est dedans donc c’est que la magie opère. Donc voila, c’est beau, souvent drôle, on passe un bon moment pour ceux qui on garder leurs âmes d’enfant.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 229 abonnés Lire ses 1 039 critiques

    2,0
    Publiée le 30 septembre 2013
    Il faut faire la part des choses, si on est bien loin du chef d'œuvre, ce film ne mérite tout de même pas le mépris affiché par certains (Georges Sadoul par exemple ne le cite pas dans son dictionnaire des films !). Dans le premier tiers du film, on est quand même emporté par l'inventivité de l'histoire, par les décors, les chansons. Le problème c'est qu'après ça ne se renouvelle pas trop (ou pas trop bien) et que la mièvrerie (le film aurait sans doute pu s'appeler "Bienvenue à la sucrerie") pour ne pas dire la nunucherie prend le dessus. Remarquons au passage que dans le magicien d'Oz on tue les méchantes sorcières… dans la Grande Vadrouille, personne ne tue personne… en voilà un sujet de réflexion qu'il est original !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top